1. //
  2. // Barrages
  3. // Roma-Porto

Señor Casillas, toute sortie est définitive

En cas d’élimination du FC Porto ce soir, Iker Casillas, trente-cinq ans et recordman du nombre d’apparitions en Ligue des champions, pourrait faire ses adieux à la plus prestigieuse des compétitions européennes. Ou s’arracher pour vivre un dernier flirt avec l’une de ses plus belles histoires d’amour.

2k 8
156 matchs. Où 159, en comptabilisant les matchs de barrage. Peu importe, finalement, car Iker Casillas trône fièrement en haut du podium des joueurs ayant le plus d'apparitions en Ligue des champions, devant Xavi et Raúl. Excusez du peu. Suivent ensuite Ryan Giggs et Paolo Maldini. Des références, des monstres sacrés, de grands seigneurs… appelez-les comme vous voulez. Des putains de bonhommes, quoi qu'il en soit. Mais voilà, alors que ses quatre prestigieux compères coulent des jours heureux en retraite ou en préretraite, Iker, à la manière d’Oliver Twist, demande toujours du rab'. Il y avait d'ailleurs quelque chose d’assez triste à le voir évoluer lors du match de barrage aller face à la Roma, à l’Estádio do Dragão (1-1). Emprunté, souvent maladroit, il a failli coûter deux buts à son équipe dès les premières minutes de la partie, sur deux sorties complètement manquées. Deux bourdes sauvées en catastrophe par un défenseur placé sur sa ligne. Comme si cela devenait une bien mauvaise habitude. En vrai, les supporters de Porto le savent mieux que quiconque, l’auréole qui planait au-dessus de la tête de San Iker a disparu depuis bien longtemps.

Quand les Romains envahissent le Portugal

1999-2016, le long périple européen


Si, sur le terrain, Casillas n’affiche plus ses jambes de vingt ans, tirer des conclusions hâtives quant au résultat de ce soir, ou même de la performance du gardien au palmarès long comme les guiboles de Peter Crouch, serait une énorme erreur, presque aussi grosse que celles auxquelles il nous a habitués ces dernières saisons. Car lorsque l’on parle de la coupe aux grandes oreilles, Casillas trouve facilement sa place à la table des rois. Dans le livre d’or de la Ligue des champions, on trouve, pêle-mêle, sa première finale, remportée dans la peau d’un titulaire face à Valence (3-0) – quatre jours après son 19e anniversaire –, comme un signe annonciateur de la gloire qui couvrira son parcours. Puis la seconde, plus belle encore, deux ans plus tard à Glasgow, face au Bayer Leverkusen (2-1). Après une saison compliquée, Iker débute la finale sur le banc, mais doit entrer à vingt minutes de la fin pour remplacer César Sánchez, blessé. Par deux fois, l’Espagnol sauve les siens tout en dégoûtant un jeune artiste bulgare, un certain Dimitar Berbatov. La première apparition divine. Gâté par la vie, et par les résultats, Iker ne se doute alors pas qu’il mettra douze ans avant de reposer ses paluches sur le trophée, avec une affreuse série de six éditions sans même accéder aux quarts. Une hérésie, pour lui comme pour sa Maison-Blanche.

Juste une dernière danse


Alors, ce soir, au moment de pénétrer sur la pelouse du Stadio Olimpico, Iker Casillas sera confronté à deux chemins. S’il sort une prestation de haute volée, il aura droit à un dernier tour de manège. Étant donné son âge, son niveau actuel et son contrat terminant en juin prochain, une élimination serait probablement synonyme d'adieux à la compétition aux étoiles. Se souvient-il qu’en quatre visites à l’Olimpico avec le Real, il s’y est imposé trois fois, en 2001, 2002, et 2004 ? Espérons que oui. Tout comme pour les noms des buteurs qui l'entouraient : Figo, Guti, Raúl, où Ronaldo. D’autres patronymes qui ont fait frémir de bonheur les supporters merengue et les amateurs de soirées européennes, mais qui, aujourd’hui, semblent déjà appartenir à un autre temps. Sinon, il faudra se rendre à l’évidence, et se voir froidement recalé à l’entrée. Puis se dire qu’au fond, on n’a vraiment plus l’âge pour ces conneries. Et qu'il vaut mieux laisser ça à Totti.




Par Paul Piquard
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Dans cet article

PirloVerratti Niveau : DHR
Très Bon gardien, très précoce, mais surcôté. En dehors de l'Euro 2012.

Beaucoup d'erreurs, trop dans sa carrière pour être considéré comme le meilleur de sa génération.
Psychedelic Train Niveau : DHR
D'ailleurs, à la lecture du texte et des "12 ans d'attente pour remettre la main sur la LdC", je me suis dit que finalement, ça ne pouvait être qu'à cause de lui. Bref, il aurait mieux fait de raccrocher depuis un bail, mais ça doit être dur d'accepter cette baisse de niveau.
Message posté par PirloVerratti
Très Bon gardien, très précoce, mais surcôté. En dehors de l'Euro 2012.

Beaucoup d'erreurs, trop dans sa carrière pour être considéré comme le meilleur de sa génération.


Surcôté? Je suis pas d'accord. Faudrait poser la question à Robben en finale de coupe du monde 2010. Casillas le dégoutant sur 2 face à face cruciaux.. mais je dois admettre que sa chute est enigmatique.. normalement les gardiens de son standing affichent tout de meme un niveau exceptionnel en vieillissant ( Buffon, Van der Sar, Cech, Adler et j'en passe)

Je crois qu'il s'agit d'un effondrement mental de sa part.. pas d'autre explications possible. Je crois qu'il y a eu un traumatisme à son depart du Real..
helvétie Niveau : CFA2
Maintenant, on sait il repart de Rome une nouvelle fois vainqueur,avec 6 matchs de plus minimum à jouer. Franchement si Porto le garde, c'est qu'il doit être encore au niveau de cette coupe.
Psychedelic Train Niveau : DHR
Message posté par Ft9
Surcôté? Je suis pas d'accord. Faudrait poser la question à Robben en finale de coupe du monde 2010. Casillas le dégoutant sur 2 face à face cruciaux.. mais je dois admettre que sa chute est enigmatique.. normalement les gardiens de son standing affichent tout de meme un niveau exceptionnel en vieillissant ( Buffon, Van der Sar, Cech, Adler et j'en passe)

Je crois qu'il s'agit d'un effondrement mental de sa part.. pas d'autre explications possible. Je crois qu'il y a eu un traumatisme à son depart du Real..


Peut être un effondrement mental après son départ du RM, mais il était déjà nul les deux dernières années à Madrid, voire plus... Enfin, nul, pour un club de ce standing, je m'entends.
Ronniesheva Niveau : CFA
j'ai plus l'impression qu'il a commencé à décliner à partir du moment où mourinho l'a mis sur le banc. Comme s'il avait été touché d'un point de vue mental et ne se sentait plus invincible... par contre on peut pas parler de "gardien de son standing" et cite adler (même s'il n'est pas mauvais, ce n'est quand même pas le même "standing"...)
Psychedelic Train Niveau : DHR
Non, il était sur le déclin avant l'arrivée de Mourinho, déjà. Forcément, José a pas dû l'aider, mais à ce niveau, dur de jouer avec un gardien qui te fait une bourde par match, non?
Victorio1977 Niveau : Loisir
Bel article en hommage à un des plus grands gardiens de l'histoire, le plus titrés de tous les compères, bluffeur fe tous les records, ça me fait vraiment rire de lire un certain "blagueur" que iker était surcoté hhhhh 5 fois meilleur goal du monde (un record), champion du monde, champion d'Europe, des titres à faire remplir les stands d'un supermarché, meilleur clean sheet de l'histoire tout juste derrière lev Yachine, recordman des selections, recordmen de participation en Champions league.....je continue ?
L'auteur de cet article se trompe car le bail de Casillas avec Porto a été prolongé jusqu'à 2018.
Quand je vois maintenant les prestations de Courtois, Mignolet, Hart, Szczesny, Cech de surcroit plus jeunes je me pose la question qui est en déclin!
Ce qu'il a enduré durant les deux dernières années aucun gardien au monde ne pourrait supporter, lui qui a été l'idole et l'icône durant 15 ans au plus haut niveau n'est guère facile de se voire sifflé par une frange de fanatiques poussée en sait tous par qui. Il a été une légende et il le demeurera! Iker a encore bcp a donner au FC Porto et au football. Ceux qui n'ont pas suivi véritablement la carrière de Casillas depuis sa première coupe d'Europe a 19 ans vaut mieux qu'ils se taisent car Si, Si señor, iker es una leyenda
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
2k 8