Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // PSG/Evian

Seconde chance pour Gameiro

Pato,Tevez, Leandro Damiao, Kakà, toute l'Europe a été pressentie au PSG pour renforcer une attaque jugée bancale. Pourtant, un mois après l'intronisation de Carlo Ancelotti, Kevin Gameiro est toujours l'attaquant de pointe du club francilien. Il a six mois pour envoyer un signe fort à son coach. Et ça commence ce soir, face à Evian.

D'aucuns auraient baissé les bras. Pas Kevin Gameiro. Pas KG, comme Kevin Garnett, le guerrier des Celtics. Pourtant, pendant un mois, son club a tout fait pour s'attacher les services d'un "grand attaquant international", sous-entendant clairement que l'actuel avant-centre du Paris Saint-Germain ne l'était pas. Tevez, Pato, Damiao, les trois sud-américains ont été, à un moment donné, proche de s'engager au club. Kevin, lui, restait dans son coin, lisait la presse, écoutait les rumeurs et rongeait son frein. Sans rien dire. Sans broncher. On sait le mec solide mentalement, en adéquation avec son choix de carrière. On parle d'un mec post-ité "recrutement Robin Leproux", mine de rien. A QSI, malgré tout, on a toujours cru en lui. En même temps, depuis le début de saison, KG est en roue libre. La concurrence, si on peut l'appeler comme ça, se résumait à Erding, Hoarau et Luyindula. Six mois plus tard, Erding est à Rennes, Hoarau revient d'une très longue blessure et Peguy n'est qu'un furoncle pour les dirigeants franciliens. Dans ce no man's land offensif, Gameiro a fait le boulot : 9 buts. Certes, on est loin des 15 patates de Giroud, mais le mec est dans les temps.

Globalement, l'ancien Lorientais est sur une bonne demi-saison d'un point de vue statistique. Niveau rendement par contre, il souffre. On avait l'image et/ou le souvenir d'un attaquant tueur. A Lorient, le gamin de Senlis rentabilisait à mort la moindre occasion de buts (120 matches, 56 caramels). Devant la cage adverse, Gam' ne se posait pas de question. C'était but à chaque fois. Ou presque. Au PSG, le rendement n'est pas encore au rendez-vous. Le numéro 19 doute, boude, pis, gâche. Pourtant, il va au charbon. Les appels sont nombreux, même si parfois téléphonés, et la volonté de bien-faire est évidente. On peut le targuer d'être maladroit, sous pression ou pas au niveau, mais force est de constater que le gamin a le potentiel pour s'imposer. En moins d'un an, l'ancien Strasbourgeois est passé du football plaisir lorientais aux obligations de résultats, le tout, assujetti à la pression inhérente du Qatar et des médias. Loin d'être évident.

Menacé pour l'Euro ?

Néanmoins, il manque encore ce petit quelque chose au lascar pour devenir un vrai tueur. Surtout que la concurrence, elle, ne perd pas de temps. Alors qu'il y a un an Gameiro s'orientait tranquillement vers une place d'attaquant numéro 2 dans la hiérarchie de Laurent Blanc chez les Bleus (derrière Benzema), il est actuellement fortement titillé, pour ne pas dire doublé, par la doublette Rémy-Giroud. Flippant à quelques encablures de l'Euro ? Pas tant que ça. Si le PSG termine champion, Gameiro bouclera la saison avec un titre de champion en poche et une quinzainze de pions sur le CV, on a connu bilan plus dégueulasse.

Mentalement, la saison aura endurci le joueur ainsi que l'homme. Il ne faut pas oublier qu'il n'a que 24 piges. Alors oui, Gameiro n'est pas encore un killer devant le but. Surtout au Parc où son dernier but dans le jeu remonte au mois d'août. A sa décharge, il doit être l'attaquant le plus oublié du Royaume. Que ce soit Menez, Pastore ou Nenê, tous l'ont au moins zappé une dizaine de fois devant la cage. KG a beau gueuler, rien ne change, ses potes préfèrent y aller tout seul. Un signe de défiance ? Même pas.

On l'oublie souvent, mais lorsqu'il évoluait à Lorient, Amalfitano envoyait souvent KG au paradis. Or, dans le privé, les deux mecs ne pouvaient pas se voir en peinture. A Paname, on est plutôt dans la recherche d'osmose collective. Pas de clan dans le vestiaire, donc. Une chose est certaine, Gameiro plaît à Ancelotti. Il a cru déceler chez le petit rouquin un potentiel de renard que le Transalpin apprécie, lui qui a dirigé un certain Inzaghi. Dans tous les cas, le coach italien a une vingtaine de matches pour réussir et faire de Gameiro un attaquant capable de tutoyer les plus grands. Une chose est sûre, en juin, le PSG ira chasser du gros poisson. Encore. Carlo l'a clairement dit à l'AFP en fin de semaine: "Offensivement, il faut trouver un grand buteur mais on a déjà de très bons milieux et défenseurs. Par exemple, Ibrahimovic est un "top" attaquant. C'est le type de joueur que l'on cherche". D'ici là, le Parc des Princes devra se contenter de Kevin Gameiro. Un mec qui reste sur deux saisons à plus de seize buts en Ligue 1. Putain de problème de riches.


Par Matthieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi
Hier à 15:52 Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17
À lire ensuite
Hooligan toujours