1. //
  2. //
  3. // Bastia-OM
  4. // Interview

Sébastien Pérez : « Les fumigènes, c’était beau »

Né dans la Loire, formé à Saint-Étienne, Sébastien Pérez est devenu un mec du Sud. Après Bastia, Marseille et Aix-en-Provence, il vit à Martigues et profite de la vie en attendant de nouveaux projets dans le monde du football. Un monde qui a un peu trop changé à son goût.

Modififié
Enfant, tu avais quelle image de la Méditerranée, de la Corse ?
J’allais en vacances en Corse avec mes parents. Du côté de Calvi, un camping à l’entrée : le Libeccio. Je me souviens des animations et donc des matchs de foot. Moi, le minot qui jouait avec les adultes. J’arrivais à gagner des cornets de glace. Très vite, je suis tombé amoureux de la Corse. À l’époque, il y avait deux clubs : Bastia et Saint-Étienne. J’avais le maillot des deux équipes.

Tu as vécu à Aix. Quel rapport la communauté corse entretient-elle avec l’OM ?
On dit toujours que c’est la première ville corse, la ville du Nord. J’y ai côtoyé beaucoup de Corses, qui sont devenus des amis.
« Je n’ai jamais rencontré de Corses anti-Marseille ni de Marseillais anti-Corse. L’histoire a fait que les deux clubs ont vécu des moments difficiles ensemble. »
On se retrouvait souvent à La Place, un restaurant corse de la vieille ville. Concernant l’OM, c’est une question de fierté. Tu leur demandes de choisir entre Marseille et Paris, c’est vite fait. Y en a quelques-uns qui sont passionnés de l’OM, ou du moins supporters, mais en secret. J’ai connu des potes qui étaient comme ça. Par fierté, ils niaient : « Moi, c’est le Gaz, l’ACA, le Sporting  » , « Moi je suis corse, je supporte LE club corse » . Mais tu sentais un amour refoulé marseillais. Je n’ai jamais rencontré de Corses anti-Marseille ni de Marseillais anti-Corse. L’histoire a fait que les deux clubs ont vécu des moments difficiles ensemble. Comme c’est des derbys, c’est chaud, y a de l’animosité le jour du match. Mais globalement, il y a du respect. Je me rappelle les dirigeants à l’époque, les Marseillais et les Corses avaient de bonnes relations. D’ailleurs, beaucoup de joueurs ont fait le voyage d’un côté ou de l’autre, en gardant le tacle haut.

Cyril Rool aussi traîne sur Aix. C’est un ami ?
Ouais, on a un ami en commun à Aix. Il tient le Grillon (bar élégant du cours Mirabeau, ndlr). Donc on s’y croise. Beaucoup de joueurs habitent Aix et ses alentours. Quand on a connu le Sud et sa qualité de vie, c’est difficile de repartir. Je peux en parler, j’ai passé trois ans à Dijon, où le climat est assez dur. Ce qui manque le plus, ce n’est pas forcément la chaleur, c’est la luminosité. Le matin, de se lever et de voir un ciel bleu. De voir une lumière si belle. Quand tu ne l’as pas, que tu as toujours la brume, le brouillard, ça influe sur ton comportement. Sur ton moral.


C’était comment ton retour à Furiani sous le maillot de l’OM ?
Pas un bon souvenir. Je pensais que j’allais être accueilli autrement. Je n’avais pas apprécié. Je pensais avoir laissé un bon souvenir. J’étais un peu énervé, j’en avais discuté avec des supporters et des dirigeants. Ils m’avaient dit que c’était surtout par rapport au truc de déstabiliser le joueur. Mais moi, je l’avais mal pris. J’avais l’habitude pourtant. Quand je jouais à Saint-Étienne et que j’allais à Lyon, je me faisais insulter. Mais je pensais avoir vécu des choses très fortes du côté du Sporting. J’attendais une autre réaction. Mais ça ne m’avait pas fait chanceler sur le terrain, ça m’avait motivé encore plus. Je me rappelle surtout de deux, trois frictions avec mes potes. Avec Jurietti et avec Pierre-Yves André. Avec Pierrot, c’était moi qui avais eu un mauvais geste. Je m’en étais excusé après. C’est un bon pote, c’est même un ami. Avec Juju, en fait, j’avais mis un tampon et il était allé voir l’arbitre pour réclamer un carton jaune... Alors que lui n’arrêtait pas d’en mettre ! Donc là, on s’était vraiment pris la tête, il m’avait mis une bonne boîte après.

C’est drôle que tu aies été agacé, malgré ta connaissance du système d’intimidation à Furiani...
Ce que j’avais vécu, c’étaient des moments très, très forts. Quand on aime, ça touche beaucoup plus. Quand on a des sentiments. Je l’avais mal pris sur le coup, mais maintenant c’est oublié. Je vais beaucoup en Corse et je n’ai jamais eu une mauvaise parole d’un supporter. On ne parle toujours que des bons souvenirs.


Et tu étais quand même à Fréjus, en 2011, pour le match de la remontée de Bastia en Ligue 2.
Ouais ! Ça m’avait beaucoup touché qu’un club comme le Sporting descende en National. Je voulais vraiment être présent, sans arrière pensée. Il faut savoir être là aux mariages, mais les vrais amis, ils sont aussi là aux enterrements. Je voulais montrer mon soutien au club. Des supporters étaient super contents de me voir. Et j’étais encore plus heureux de voir des supporters suivre leur club comme ça. C’est pas évident de s’organiser dans un championnat semi-amateur. Je me rappelle que les matchs, c’était plus le vendredi que le samedi. Les mecs étaient toujours là, jeunes et moins jeunes. C’est beau de voir des supporters suivre leur club avec cette passion-là.

Les identités marseillaises et corses se construisent en partie en opposition à l’identité parisienne. Comment expliques-tu ça ?
Paris, c’est la capitale. On est « les gars de la province, les provinciaux » . C’est le club un peu bourgeois qu’il faut taper.
« Tu vois arriver des types comme Raí, Leonardo, Weah, Alain Roche, Lama. Il y avait la fierté de pouvoir rivaliser avec des joueurs de cet acabit. »
Tout simplement. Ça a toujours été comme ça, surtout à Marseille, il y avait beaucoup d’animosité. Bastia, c’était David contre Goliath. Tu vois arriver des types comme Raí, Leonardo, Weah, Alain Roche, Lama. Il y avait la fierté de pouvoir rivaliser avec des joueurs de cet acabit. J’ai des super souvenirs de préparations de matchs. Après, il fallait avoir un dialogue adapté au groupe. Fred Antonetti avait souvent un langage imagé pour nous chauffer. Mais avec les fatigués qu’il y avait, il fallait aussi cadenasser ! Les faire redescendre. Quand tu disais à Jurietti ou à Cyril Rool : « Ce soir, il faut y aller  » , forcément, après il fallait leur dire : « Bon les gars, on fait pas n’importe quoi non plus. On se fait respecter, mais on finit le match à onze. »

En définitive, c’était toi, le plus calme des durs ?
Non, il y en avait un encore plus calme, c’était Patrick Moreau. C’était un gentil, mais sur le terrain il faisait mal... Comme Fred Mendy... (Il éclate de rire). Ah, on avait beaucoup de poètes. Patrick Moreau était vraiment rugueux parce ça ne se voyait pas ce qu’il faisait. Cyril, on le voyait arriver de trop loin. Juju aussi. Piotr Świerczewski était aussi assez rugueux, mais on ne le voyait pas venir. Il était tellement gentil, au premier abord. Ce n’était pas quelqu’un qui voulait faire peur à l’adversaire, mais dans les duels, il faisait vraiment, vraiment mal. Moi, ça dépendait de mon état du moment. J’ai la satisfaction de ne jamais avoir fait mal à un joueur. C’est vrai que j’étais très dur sur le terrain, mais, la plupart du temps, je n’étais pas à mettre des attentats par derrière. J’étais dur, je me montrais présent et je me faisais respecter. Il fallait être le plus malin pour prendre le moins de cartons possible.


Ça t'agace aujourd’hui, lorsque Pierre Ménès ou d'autres crient au scandale au moindre tacle un peu trop appuyé ?
« En France, t’as pas le droit d’arriver fort en taclant sur le ballon. C’est coup franc. Où t’as vu ça ? C’est un sport de contact. Du moment que tu as le ballon au milieu, c’est le duel qui prévaut. Et en France, on sanctionne plus l’engagement que la faute elle-même. C’est ça que je ne supporte pas. »
Ce ne sont pas ces personnes-là qui m’agacent. La plupart du temps, c’est toujours assez neutre. Même Ménès, on le connaît, il a des fulgurances, mais globalement, il envoie sur tout le monde. Ce qui m’agace, c’est le comportement des arbitres. Notamment des arbitres français. Ils vont prendre feu pour le moindre tacle, le moindre duel. On s’étonne que les clubs français n’y arrivent pas au niveau européen, à part Paris ou Monaco. Quand tu vois Nice ou Saint-Étienne l’année passée, ces équipes-là, qui arrivent pour la première année au niveau européen, elles n’y arrivent pas. Contre des clubs que tu connais à peine ! L’intensité des duels, le joueur français, il ne comprend pas. En France, t’as pas le droit d’arriver fort en taclant sur le ballon. C’est coup franc. Où t’as vu ça ? C’est un sport de contact. Du moment que tu as le ballon au milieu, c’est le duel qui prévaut. Et en France, on sanctionne plus l’engagement que la faute elle-même. C’est ça que je ne supporte pas. Ça nuit au football français. À l’époque, ils avaient fait un conseil d’éthique. Quelque chose comme ça... C’est n’importe quoi. Je ne dis pas qu’il faut voir des tacles à la gorge, il faut faire la différence entre l’intensité du duel et la faute.

On s’offusque aussi en France des ambiances très chaudes. En revanche, quand c’est en Turquie, on trouve ça formidable...
Exactement. Ils font la chasse aux sorcières à cause des fumigènes. Moi, ça ne m’a jamais dérangé de commencer un match cinq minutes en retard à cause des fumigènes. En revanche, qu’est-ce que c’était bon quand tu étais sur le terrain avec des ambiances comme ça. Le hooliganisme, il faut sanctionner. Mais des fumigènes ! Je suis fier d’avoir eu à attendre que la fumée sorte du stade. J’en ai des super souvenirs. Et c’était beau ! Que tu sois à domicile ou à l’extérieur. Ça donnait un parfum supplémentaire.


Dans le hors-série Bad Boy de So Foot, Laurent Moracchini explique que votre mot d’ordre à Bastia était « ne jamais faire le voyage à vide. Si tu ne prends pas le ballon... Prends autre chose  » . C’est vrai ?
(Il rit.) Ouais ! C’est peut-être extrapolé, ou il a le verbe imagé. Mais quand tu te livres, soit il faut faire la faute, soit il faut récupérer le ballon. Sinon tu laisses ton adversaire partir et il peut y avoir danger. Donc c’est ça. On avait l’habitude de défendre en avançant, on ne reculait jamais.


À l’inverse, plus positivement, il y avait un groupe soudé. Vous aviez fait un Réveillon ensemble, tu peux m’en dire plus ?
« Après les défaites, on allait seulement au restaurant. On y restait longtemps pour parler des matchs, mais il fallait mériter sa soirée. Tu la méritais par ta prestation et le résultat. »
On était vraiment une bonne bande de potes. Fred nous avait laissés jusqu’au 3 et on était rentrés plus tôt pour faire le Réveillon ensemble. À l’hôtel, sur la route, juste avant le Géant. Sur la droite : l’Ostella. On s’était bien marrés... Ça nous arrivait de boire des verres, mais on sortait après les matchs. Pas avant, comme on peut voir aujourd’hui. On ne se faisait pas un concours, on buvait de la Pietra ou du champagne. Les alcools forts, je n’aime pas trop. On avait toujours le respect du club. On ne se montrait jamais dans des états épouvantables. On était l’image du club. Après les défaites, on allait seulement au restaurant. On y restait longtemps pour parler des matchs, mais il fallait mériter sa soirée. Tu la méritais par ta prestation et le résultat.

Tu t’es déjà dit, en voyant un coéquipier tacler, «  putain, là tu vas trop loin » ?
Ah ouais : Pierre Maroselli. Pierre, il était vraiment... Quand il pétait un câble il était vraiment dangereux. Je me souviens d’un tacle qu’il a mis contre Nantes, à Ouédec, il me semble. S’il le fait aujourd’hui, il prend six mois ferme. Je l’ai rencontré depuis, on s’appelle de temps en temps. Comme Cyril, dans la vie, c’est quelqu’un de très calme. Juju aussi. Patrick Moreau aussi. Mais c’étaient des joueurs qui ne trichaient pas sur le terrain. Ils donnaient le maximum.


Y a-t-il un geste que tu regrettes ?
Non. Non, je ne regrette jamais rien. Et j’ai toujours assumé.

Pour finir, y a-t-il de gros tacles auxquels tu repenses en te disant « Celui-là, il l’a mérité  » ?
(Il rit) Ouais, y en a, ouais. Mais en Corse, j’ai appris une chose : c’est acqua in bocca (garde-le pour toi, ndlr). Voilà.

Propos recueillis par Thomas Andrei
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Ca me gene toujours quand je vois un joueur pro (ou ex) expliquer posement que l'objectif est de faire mal a l'adversaire sur les contacts, de lui prendre la jambe si on rate le ballon.
Franchement, ca ne fait pas une belle publicite pour le football corse, ce genre de propos.
Il explique pas ca franchement...

En tous cas interview super interessante d'un mec qui a l'air plutot intelligent et posé
Mark Renton Niveau : CFA2
Déjà il ne dit pas vraiment. Mais sinon, putain, quelle bande de légères vous faîtes...
Dans un football aseptisé où tu te prends des cartons rouges pour pas grand chose (Belhanda hier c'est un sketch...) ça ne me choque pas de mettre en avant l'agressivité et le contact. Ca fait partie du foot! Vous n'avez jamais joué au foot ou quoi? Sans vouloir nécessairement faire mal, on a tous posé des tacles un peu appuyés histoire d'impressionner l'adversaire. Rien de mal là dedans.
Mark Renton Niveau : CFA2
Voilà, rapportons juste le foot au jeu simple, celui que des gens lambda jouent
4 réponses à ce commentaire.
"C’est un sport de contact." non
Franky Flowers Niveau : Loisir
Ben je suis désolé les gars mais vous avez rien compris à ce qu'il dit : à savoir les duels engagés n'ont plus droit de citer aujourd'hui. Il ne dit pas qu'il faut déboiter l’adversaire mais imposer sa présence, "faire mal"...
Sauf qu'au football normalement tu ne cherches pas le contact avec le joueur. Ce n'est pas comme au rugby ou au handball ou tu as besoin d'attraper le joueur pour l'arreter. Au foot tu es cense te contenter du ballon.
Donc il n'y a pas de raison d'imposer ta presence en mettant des taquets dans les chevilles ou en chargeant le joueur gratuitement.
Merci.Ca fait du bien de lire un commentaire censé .Perez et cie c'est l'antithèse du foot .Et en + il en est fier ....
Claude_Corti Niveau : DHR
Mais le foot c'est aussi des tacles. C'est une histoire d'hommes. De contact physique.

Il y a 30 ans en arrière il y avait bien plus de bouchers sur les terrains, des mecs durs. Ça n'a jamais empêché des artistes du ballon rond d'émerger et de régaler !
Ah bon? Dans ce cas j'arrête de jouer au football, mon plaisir à moi c'est le contact justement, réussir à déstabiliser l'adversaire.

Pas sûr que ta définition du football soit la "bonne" définition...
4 réponses à ce commentaire.
Alceste Poquelin Niveau : Ballon d'or
C'était un peu une quiche, mais rien que pour ça, on t'oubliera pas Séb

https://www.youtube.com/watch?v=Z7S_MdVDJwI

https://www.youtube.com/watch?v=Ka1_JL_Hn7E
Claude_Corti Niveau : DHR
Il a raison de dire que la France souffre de son arbitrage.

Les matchs sont coupés toutes les 20 secondes, les arbitres sont de vrais chefs de gare. Il faut laisser les mecs tacler, jouer a l épaule et s'engager.

Par contre, des fautes comme les tirages de maillots (le summum de la puterie au foot) ne sont jamais sanctionnées a bon escient. Ca devrait etre systématiquement puni par un jaune. Quand on tire le maillot, on ne joue absolument pas le ballon, on tue le jeu.

Bref, en France, les joueurs passent leur temps a chercher les fautes et a pleurnicher, a protester. En coupe d'Europe, et même face a des prétendus clubs plus faibles, la différence se fait là.. Dans la mentalité !
The Buccaneer Niveau : CFA2
Je me rappellerai toujours de son premier match en Champion's League avec l'OM contre le Dynamo Zagreb (1999). J'étais encore minot et le mec avait mis une reprise de volée en plein lucarne depuis le coin opposé de la surface. Depuis ce jour je m'étais dis "C'est lui, l'élu".
Bon j'étais jeune et naif. obviously ^^
Claude_Corti Niveau : DHR
Si tu veux une confession j'ai eu la même révélation avec Christophe Dugarry.

C'est là que j'ai compris qu'il fallait que je compte sur autre chose que mes talents de médium pour m'en sortir dans la vie.
Vous m'avez bien fait marrer les mecs... Moi je pensais que Sytchev deviendrait un tres bon apres son but contre l'Austria de Vienne en barrage...

J'attends toujours...
Claude_Corti Niveau : DHR
Haha ! Et mido ! Quel gâchis !
Jean-Michel Footix Niveau : DHR
Putain ca me fait penser Elliot Grandin, 1er match à l'OM, en coupe de la ligue il me semble, un but et une passe décisive, je me vois encore dire à un pote "ouais hyper jeune et il n'a pas l'air mauvais, gros potentiel" bah putain. L'enflammade c'est mauvais. Je compatis.
Alceste Poquelin Niveau : Ballon d'or
Moi c'était Adriano. Premier match, premier but. J'ai cru un instant qu'on avait l'héritier de Sonny...

https://www.youtube.com/watch?v=A14LM7psPJo
Claude_Corti Niveau : DHR
Ha mais la si tu pars sur les éternels espoirs il y a des pépites !

Remember Bryan Bergougnoux ! je fondais beaucoup d'espoir en lui !
7 réponses à ce commentaire.
"De voir une lumière si belle. Quand tu ne l’as pas, que tu as toujours la brume, le brouillard, ça influe sur ton comportement. Sur ton moral."

Putain Seb, tu as resumé la vraie raison de vivre dans le Sud en quelques mots...
Pierre Maroselli evoqué dans l'article qui nest autre que le magnetiseur d'Hatem ben Arfa aujourd'hui...
Un joueur adepte de la tignasse!

Belles photos SF.
Merci.
Hier à 09:24 202€ à gagner avec le Real Madrid & l'OM mercredi 16 août NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1
Hier à 13:48 Nantes, la mascotte et le plagiat 25
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 11:48 Brian Fernández arrive à Metz 4
jeudi 17 août Valdés lance sa société de production 8 jeudi 17 août Zlatan à l'affiche d'un jeu vidéo 13 mercredi 16 août Un match arrêté par des jets d'œufs 11 mercredi 16 août Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 31 mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 33 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 53 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23 vendredi 28 juillet Les frangins dos Santos réunis aux Los Angeles Galaxy 23 vendredi 28 juillet Jermaine Pennant va signer en septième division anglaise 20 vendredi 28 juillet Le fils de Rivaldo claque une mine devant les yeux de son père 8 vendredi 28 juillet Metz veut rapatrier Emmanuel Rivière 27 vendredi 28 juillet Ángel María Villar démissionne de ses postes à la FIFA et l'UEFA 25 vendredi 28 juillet Brandão retrouve Anigo en Grèce 15 jeudi 27 juillet Le triplé de Valère Germain 20 jeudi 27 juillet La boulette de la gardienne portugaise 29 jeudi 27 juillet Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC 2 jeudi 27 juillet Leroy Sané se tatoue son portrait dans le dos 103 mercredi 26 juillet Le Dynamo Kiev et Astana rigolent, Ludogorets et le Celtic font la moue 30 mercredi 26 juillet Les supporters niçois déjà bouillants 2 mercredi 26 juillet Un joueur quitte son club à cause de la croix catholique sur l'écusson 139 mercredi 26 juillet Siniša Mihajlović enquille les lucarnes à l'entraînement 22 mercredi 26 juillet Les fans de San Lorenzo reprennent Despacito (via Brut Sport)
À lire ensuite
L'appel de Khartoum