1. //
  2. // Matchs amicaux
  3. // Espoirs
  4. // France/Estonie

Sébastien Haller n'est pas en retard

L'attaquant de 20 ans retrouve du temps de jeu et de la confiance dans le championnat néerlandais avec le FC Utrecht. Le joueur prêté par Auxerre fait son retour avec les Espoirs ce mercredi soir contre l'Estonie. Une sélection qu'il n'avait pas rejointe depuis novembre 2013.

Modififié
86 7
Dimanche 15 février, Stadion Galgenwaard, Utrecht. Le FC Utrecht vient d'atomiser Dordrecht 6-1 dans le cadre de la 23e journée d'Eredevisie. L'homme du match est un Français de 20 ans, prêté au club néerlandais par l'AJ Auxerre. Le jeune Sébastien Haller vient, en effet, d'inscrire un quadruplé dans cette partie, une prouesse qui n'avait pas été réalisée aux Pays-Bas depuis 2011 avec un certain Bas Dost. Cette performance attire l'œil des spécialistes de Ligue 2. Deux mois plus tôt, Haller, en manque de temps de jeu à Auxerre, décide en effet de tenter l'expérience à Utrecht. Un choix payant puisque l'attaquant, auteur de 7 buts en 10 rencontres avec les Rouge et Blanc, vient d'être rappelé chez les Espoirs par Pierre Mankowski pour les matchs amicaux contre l'Estonie et les Pays-Bas.

Détecté par Auxerre à 13 ans


À 9 ans, après trois années passées sur les tatamis, le natif de Ris-Orangis, en Essonne, décide de suivre ses potes footeux et se prend une licence avec le Football Club Olympique de Vigneux, le club de sa ville. Déjà, Sébastien Haller impressionne entraîneurs et coéquipiers par son sens du but. Deux années plus tard, il quitte Vigneux et rejoint les rangs du C.S. Brétigny, club partenaire de l'AJ Auxerre. L'attaquant se montre toujours aussi performant et adroit devant le but. Son coach francilien flaire le talent et l'envoie faire une détection dans l'Yonne du côté de l'Abbé-Deschamps. Coaching gagnant. L'AJA décide de le conserver. Haller, 13 ans, quitte donc son Île-de-France natale et débarque en Bourgogne dans une famille d'accueil. Le changement est radical pour l'adolescent, mais le jeune buteur s'adapte très rapidement à sa nouvelle vie.

Il jongle entre études et entraînements et continue d'être performant sur le terrain le week-end. « On avait senti très jeune des qualités de buteur hors norme, se rappelle Jérémy Spender, son éducateur en 14 ans fédéraux, dans les colonnes du Journal du Centre. On le comparait à Trezeguet pour son sens du but.  » La comparaison est flatteuse, même si le Francilien a plus tendance à citer Thierry Henry et Didier Drogba parmi ses idoles. Avec les jeunes Auxerrois, Haller plante but sur but. 50 précisément lors de sa saison avec les 14 ans, un record. Il fait son trou petit à petit dans les différentes équipes de jeunes du club et découvre la CFA à l'âge de 16 ans, lors de la saison 2010-2011. L'année suivante est celle de la révélation. Haller plante douze pions avec la réserve bourguignonne et six buts en douze rencontres avec l'équipe de France des moins de 17 ans. De quoi prétendre à une place dans le groupe professionnel auxerrois.

Flop en Bourgogne, tube de l'hiver aux Pays-Bas


La récompense arrive le 27 juillet 2012. Auxerre, relégué à l'issue de la saison 2011-2012, retrouve la Ligue 2 après 32 saisons passées dans l'élite. Jean-Guy Wallemme décide de lui donner sa chance et le titularise lors de la première journée contre Nîmes. L'AJA l'emporte 2-0. Malgré cette victoire en ouverture, la première partie de saison des Bourguignons est très compliquée, et les dirigeants décident de se séparer de leur entraîneur en décembre. Jean-Guy Wallemme est alors remplacé par Bernard Casoni. L'ancien technicien marseillais découvre dans son groupe Sébastien Haller, alors âgé de 18 ans. Il se rappelle : « C'était un grand gabarit, mais techniquement, il était très agile. Il aimait bien recevoir le ballon dans les pieds. Devant le but, il était très adroit, il aimait bien claquer des reprises de volée à l'entraînement » . Mais tout n'est pas parfait, Casoni pointant notamment du doigt de nombreuses sautes de concentration pendant les matchs : « Il fallait qu'il bagarre pour rester dans son match. Dès qu'il n'était plus dans le combat, dans l'envie de se battre, il sortait de son match, il avait du mal à trouver une régularité tout au long de la rencontre  » .

Haller dispute une quarantaine de matchs de Ligue 2 sous l'ère Casoni. Mais avec seulement 8 buts en deux saisons, son rendement est trop peu suffisant, et l'attaquant s'attire régulièrement les foudres du public de l'Abbé-Deschamps. En mars 2014, Bernard Casoni est remplacé par Jean-Luc Vannuchi sur le banc auxerrois. Et le nouvel entraîneur de l'AJA fait rapidement comprendre à son attaquant qu'il n'entre pas forcément dans ses plans. Après huit petits matchs joués cette saison (dont seulement trois titularisations), Haller décide donc de s'exiler en prêt avec option d'achat à Utrecht, aux Pays-Bas, début janvier. Un choix curieux, qui s'avère pour l'instant payant. Après son quadruplé contre Dordrecht, Haller plante encore le week-end suivant contre l'Heracles Almelo pour arracher le match nul en fin de match. Nouvelle belle performance début mars contre l'AZ Alkmaar avec un doublé à la clé. Au total, sept buts inscrits en dix matchs disputés pour Utrecht. De quoi attirer à nouveau l'œil des Espoirs. Une sélection que Sébastien Haller connaît déjà quelque peu. Willy Sagnol l'avait convoqué en novembre 2013 pour deux matchs amicaux. Haller avait réussi à trouver le chemin des filets contre l'Arménie. Une performance qu'il compte bien renouveler ce mercredi contre l'Estonie. Et plutôt quatre fois qu'une.

Par Maxime Feuillet
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Sofoot ne déçoit pas, Sébastien Haller est en train de devenir un petit phénomène aux Pays-Bas.
Et même si le niveau de l'eredivisie vaut parfois celui de la ligue 2, au niveau de l'ambiance et de l'engoument ça n'a pas grand chose à voir !

Par ailleurs, un autre français s'illustre à Utrecht ces derniers temps, Edouard Dupland, joueur bien connu chez SoFoot.
Robin Huc Niveau : DHR
Message posté par groucho
Par ailleurs, un autre français s'illustre à Utrecht ces derniers temps, Edouard Dupland, joueur bien connu chez SoFoot.


Tellement bien connu que tu ne sais pas écrire son nom sans faute. DUPLAN
Et sinon, le fait que Pierre Mankowski soit toujours le sélectionneur des Espoirs, ça ne choque que moi?
valeureux liégeois 74 Niveau : National
Message posté par groucho
Sofoot ne déçoit pas, Sébastien Haller est en train de devenir un petit phénomène aux Pays-Bas.
Et même si le niveau de l'eredivisie vaut parfois celui de la ligue 2, au niveau de l'ambiance et de l'engoument ça n'a pas grand chose à voir !

Par ailleurs, un autre français s'illustre à Utrecht ces derniers temps, Edouard Dupland, joueur bien connu chez SoFoot.


Vraiment parfois alors... Et des clubs style Dordrecht, Breda ou Go Ahead. Par contre, des clubs comme Utrecht, Groningue ou Heerenveen ont largement le niveau ventre mou ligue 1 selon moi. Et mm si les défenses sont souvent rock'n'roll en Eredivisie, toutes les équipes envoient du jeu, mm celles qui jouent pour ne pas descendre, assez rare pour être souligné. Sinon, je suis tt à fait d'accord avec toi niveau ambiance, et Utrecht a vmt un chouette stade.
Bien vu l'article. Le père Haller vient de claquer un triplé dans la large victoire des Espoirs contre leurs homologues estoniens.
Bon choix. Il a eu des couilles Haller
Même la malédiction sofoot part en cacahuètes ... Mais où va-t-on ?
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
86 7