Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Ligue 1 – Le joueur de la 29e journée

Sea, sex and Sunzu

Une silhouette immanquable, un pas de danse endiablé, un tir au but pour l’histoire et déjà trois buts depuis son arrivée à Sochaux. Si ce lundi, du côté du Doubs, on croit encore au maintien, c’est en grande partie grâce à Stopilla Sunzu. Lionceau depuis le début du mois de janvier, celui qui considère Hervé Renard comme un père épate. Une revanche pour celui qui rêve d’Europe depuis de longues années.

Modififié
Stopilla Sunzu et l’Europe, c’est cette fameuse histoire qui se termine prématurément par un «  on s’est rencontré trop tôt » . Le natif de Chingola a beau être un précoce – il a débuté sa carrière à seize ans -, quitter sa Zambie natale pour le Berry et Châteauroux à 19 ans ressemble vite à un grand écart sans échauffement. Un truc qui pue le claquage. Sans lettre de sortie et loin des siens, Sunzu n’a que deux activités : s’entraîner et broyer du noir. Le rêve devenu cauchemar dure huit mois. Sur le billet retour, pas de Zambie, mais du Congo et la découverte du Tout Puissant Mazembe. Le tout dégoûté Sunzu, déjà taiseux, encaisse, mais n’oublie pas. « Mon rêve a toujours été de venir en Europe » , avouait-il récemment dans les colonnes de L’Équipe. Et si le grand Stopilla ne croit pas au père Noël, il a eu raison de croire au père Renard. Cinq ans après le crève-cœur, l’Europe est revenue. Oui, il y a des chanceux en amour. Mais la chance sourit aux audacieux.

Tom Hanks et Wilson

Si l’Europe a susurré un mot désagréable à l’oreille de Stopilla Sunzu au temps jadis, la discussion la plus passionnée et passionnante de la vie du Zambien a eu lieu le 12 février 2012. Et aussi fou que cela puisse paraître, il s’agit d’un dialogue de sourd avec un muet. Tel Tom Hanks avec Wilson dans Seul au monde, Sunzu profite de quelques secondes historiques pour s’entretenir avec son ballon. Le grand gaillard (1m88) s’apprête à tirer le pénalty le plus important de l’histoire du football zambien quand il décide de papoter avec la sphère. Personne ne saura jamais ce que le défenseur central a dit ce jour-là. Ce que l’on sait, en revanche, c’est que les Chipolopolos ont remporté cette CAN 2012 au nez et à la barbe de la Côte d’Ivoire. L’apogée de la carrière de sélectionneur d'Hervé Renard. La couture finale qui lie l’homme à la chemise blanche à ses fidèles soldats. Une ligne de plus sur le palmarès de Sunzu, qui règne sur l’Afrique du football avec le Tout Puissant Mazembe. Défenseur solide, plutôt adroit ballon au pied et guerrier devant l’éternel, Stopilla coule des jours paisibles au Congo. Cinq longues années jusqu’à ce 8 janvier 2014. Le jour où Hervé Renard, que le joueur considère comme un père, a décidé de se méler du destin.

L’homme décisif


À 24 ans et accompagné de son compatriote Nathan Sinkala, l’adaptation est moins difficile pour Sunzu. Il faut dire que cette pige Sochalienne a des allures de dernière chance pour l’homme au genou fragile snobé par des équipes comme Sunderland ou Reading après des essais. Il faut dire que les qualités naturelles d’un joueur qu'Hervé Renard a fixé au poste de défenseur ont longtemps été l’arbre qui cache un désert tactique. De nature réservée, Stopilla Sunzu a tout de même tenu à fêter son arrivée dans le Doubs par un pas de danse que le tout Montbéliard n’oubliera pas. Titularisé à huit reprises depuis son arrivée, le Zambien a même été élu joueur du mois de février chez les Lionceaux. Il faut dire qu’au cours de ce mois, le Zambien a eu la bonne idée de marquer deux buts décisifs face à Nantes et Guingamp. Deux buts de la victoire pour un défenseur central, le tout dans la situation de Sochaux, un sacré mélange. Au contact du briscard Carlao, il est devenu le Stopilla le plus aimé à Sochaux depuis Yannick. Et s’il est plutôt du genre à faire passer le collectif avant l’individuel, le loustic de 24 ans sait bien qu’en continuant comme ça, peu importe l’avenir de Sochaux, l’Europe finira par lui dire «  j’étais naïve à l’époque, en fait tu m’as manqué » . Comme dirait Gainsbourg, « toi petite, tu es de la dynamite » . Sea, sex and Sunzu.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur