Schweinsteiger, pourquoi tant de haine ?

Le premier jour, Old Trafford l’avait célébré comme un héros. Quinze mois plus tard, Bastian Schweinsteiger n’est qu’un long silence et un cas qui interroge à Manchester United. Au bout d’une bataille de mots, d’une institution qui joue avec ses valeurs et sous l’autorité d’un Mourinho qui estime que cette situation est tout sauf un problème.

Modififié
1k 32
La dernière image de Bastian Schweinsteiger sur une scène internationale aura donc été celle-ci. Un homme détruit par l’émotion, celle des adieux et du poids de l’histoire qu’il laissera derrière lui. Derrière les larmes qui dévalent sur son visage, Schweini repense certainement à la façon avec laquelle il a participé – avec sa classe éternelle – à replacer l’Allemagne sur le toit du monde. C’était il y a un peu plus de deux ans, le 13 juillet 2014, au Maracanã de Rio, face à l’Argentine et dans les bras de Joachim Löw, qui n’a jamais cessé de l’admirer. Ce soir-là peut-être plus qu’un autre, tant Schweinsteiger avait offert son corps à l’Allemagne, finissant même la rencontre avec du sang sur le visage. Le 31 août dernier, lors d’un match organisé à Mönchengladbach contre la Finlande (2-0), Bastian Schweinsteiger a donc enfilé pour la dernière fois de sa vie internationale – 121 sélections – le maillot de la Mannschaft, histoire de filer le relais à la nouvelle génération que pourrait notamment incarner celui qui l’a remplacé ce soir-là : Julian Weigl.

Le modèle Aubameyang

Il raconte : « Je ne m’attendais pas à ce que ce soit comme ça. Je voulais juste profiter du moment, mais que ce soit si beau, je ne l’avais pas imaginé. La Mannschaft est comme une famille, on connaît tout le monde, les soigneurs, Joachim Löw a été mon entraîneur pendant des années. Dans cette équipe, on se fait des amis, et j’ai eu beaucoup de plaisir à y jouer. » Le plaisir, le jeu, tout ça n’existe pourtant plus depuis plusieurs semaines pour Schweinsteiger. L’homme a été réduit au silence et à ses publications appuyées sur les réseaux sociaux, dernières preuves de son respect éternel pour la notion d’institution. Cet été, il voulait éventuellement aller voir ailleurs, mais son nom est pourtant toujours lié à Manchester United, un club dont il rêvait, qu’il a rejoint en juillet 2015 et qui le traite aujourd’hui « comme un lépreux » selon son ancien président au Bayern, Uli Hoeness.

Prêt pour partir


Qui aurait pu penser qu’un jour l’histoire se serait terminée ainsi ? Qui aurait pu penser qu’un jour, Bastian Schweinsteiger, champion d’Europe avec le Bayern en 2013, huit fois champion d’Allemagne, référence à son poste, serait éclipsé d’une photo officielle et se contenterait de bosser avec les jeunes d’un club comme Manchester United ? C’est pourtant ce qu’il se passe depuis que José Mourinho a posé son autorité à Carrington. La raison est simple selon le Portugais : « On a cinq joueurs pour deux postes avec Pogba, Fellaini, Herrera, Carrick et Schneiderlin, donc c’est difficile d’en rajouter un. (...) Ce sera difficile pour lui de jouer avec nous. Je ne dis pas impossible mais compliqué. » On parle là d’une méthode, au-delà du simple critère sportif. Il faut se le dire : au regard de sa saison dernière – treize titularisations avec Louis van Gaal –, Bastian Schweinsteiger ne pouvait pas forcément prétendre à une place de titulaire indiscutable à Manchester. Mais personne n’a le droit de traiter un monument de la sorte. Les grands clubs ne traitent pas leurs joueurs comme ça. Sir Alex Ferguson n’aurait jamais utilisé un tel levier, mais United ne ressemble plus à United. C’est désormais une certitude, et le cas Schweinsteiger n’est qu’une nouvelle preuve de la mutation d’une institution sérieuse vers ce qui ressemble à une entreprise sans sentiment. José Mourinho ne pourra jamais changer ce que le milieu allemand a écrit, mais il peut accompagner le changement des mentalités.

Ce cas interroge aujourd’hui, et ce, alors que Bastian Schweinsteiger a été réintégré brièvement au groupe professionnel à l’entraînement avant le déplacement à Swansea dimanche (3-1). Mourinho : « On a pris cette décision, car on est actuellement dans une période où il est vraiment compliqué de s’entraîner avec tout le monde. C'est une décision humaine. S'il est avec nous, il sera mieux préparé et dans de meilleures conditions si sa future décision est de quitter le club. Il sera prêt pour la compétition. S'il reste, il devient aussi une option supplémentaire. » Ce à quoi personne ne croit alors que l’ancien international allemand a été interdit de jouer avec les équipes de jeunes du club. En août dernier, Schweinsteiger avait expliqué que Manchester United serait son « dernier club en Europe » , mais aucune solution n’a jusqu’ici été trouvée pour un joueur qui tourne à 140 000£ par semaine, soit 15 millions à régler sur les deux dernières années de contrat qu’il lui reste. La presse anglaise évoquait donc ses derniers jours la solution d’un chèque à l’amiable entre les deux parties pour le laisser filer. Pendant ce temps, certains couinent encore.

La guerre des mots


Et c’est contre eux que José Mourinho a décidé de se tourner depuis plusieurs semaines : « Pour nous, ce n’est pas un problème. Le foot est fait de décisions. J’ai fait ça pendant toute ma carrière. Tout le monde fait ça. (...) Bastian ne parle pas beaucoup. Il a expliqué récemment ce qu’il souhaitait, il est libre de le faire. Il n’y a aucun problème. (...) Après, quand je lis certaines choses de la part des personnes qui travaillent au Bayern Munich... Je suis assez surpris que M. Rummenigge n’ait rien fait pour le faire revenir. » Le directeur général du Bayern s’est contenté de faucher à tout-va et a rappelé que « ce genre de situation n’a jamais eu lieu au Bayern » . Pendant ce temps, les supporters de Manchester United ont également donné de la voix pour apporter leur soutien à un homme qu’ils avaient acclamé comme rarement lors de sa première foulée mancunienne contre Tottenham le 8 août 2015. Une époque où Bastian Schweinsteiger était encore un héros, même si tout le monde a compris pourquoi il avait quitté le Bayern. La faute à des blessures à répétition et une condition physique cramée. C’était hier. Avant que la vie de Schweinsteiger ne se déroule davantage par des soutiens sur Twitter que sur un terrain. Un terrain où les cadres de l’effectif professionnel de MU aimeraient le revoir. Sauf que ce devrait maintenant être loin de Manchester.



Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

zinczinc78 Niveau : CFA
Quel gâchis de voir Schweini écarté du groupe alors qu'il a encore 83 de moyenne à FIFA.. Quand tu vois que Fellaini plafonne à 78, en plus..
zinczinc78 Niveau : CFA
Note : 3
C'est pas un peu ironique de prendre (-6) pour une mauvaise blague sur un article qui s'appelle "Pourquoi tant de haine" ?
Tu as mon +1 quotidien, car tant de haine ne me semble pas justifié :)
on va te sauver
3 réponses à ce commentaire.
Deux phrases, dans l'article, me font un peu bondir :

1) "Mais personne n’a le droit de traiter un monument de la sorte."

D'abord, il n'y a pas des vaches sacrées. Des grands joueurs traités avec moins de déférence que Schweinsteiger, il y en a eu de sacrés paquets, il n'est pas le premier et ne sera pas le dernier.
Ensuite, Schweinsteiger est un monument à Munich et en Allemagne, mais certainement pas à Manchester, où il est juste un joueur qui n'a rien fait, arrivé trop vieux et payé trop cher, qui ne s'est jamais imposé et préfère rester toucher son chèque plutôt que de se chercher sérieusement un club. Mourinho n'est pas exempt de défauts, mais il a eu le mérite de la franchise vis-à-vis de Schweinsteiger qui a eu tout l'été, ou presque, pour se chercher un nouveau point de chute.

2) "United ne ressemble plus à United."

Il y a un énorme malentendu sur ce qu'est vraiment United. Il s'agit d'un club de cent trente-huit ans qui a connu vingt-quatre entraîneurs, parmi lesquels seuls trois ont remporté le championnat.
Plus précisément, l'identité historique de Manchester United, c'est la rencontre ponctuelle de grands entraîneurs bâtisseurs qui restent très longtemps (Mangnall neuf ans, Busby vingt-quatre ans, Ferguson vingt-sept ans) réalisent de formidables moissons de titres et mettent des décennies à être remplacés, le club retombant dans l'anonymat à chaque fois que l'un d'entre eux s'en va, et étant balotté d'un coach à l'autre le temps de mandats assez courts à chaque fois.
Dans cette optique, United n'a sans doute jamais autant ressemblé à United que depuis le départ de Ferguson. C'est là qu'on réalise à quel point l'Ecossais (que je n'ai par ailleurs jamais pu piffrer) était un géant de ce sport : il a réussi à faire oublier l'identité même du club qu'il entraînait, au point que quand on parle de Man U de nos jours, on confonde le club avec l'équipe qu'il a entraînée.
Je souscris à ton analyse sur Schweini et je trouve putassier de la part des médias de relayer cette guerre des mots entre le Mou et le Bayern ( qui devait être sacrément heureux de s'en débarrasser). Mou a été correct et honnête, on ne peut pas lui retirer ça.
Et d'ailleurs, où ils étaient les baveux quand le légendaire champion du monde Stéphane Guivarc'h était honteusement placardisé à Newcastle et aux Rangers, hein ? Deux poids, deux mesures !
Davantage que Guivarc'h, s'il y a bien un champion du monde 98 que le cas Schweinsteiger m'évoque, c'est Barthez, qui est un joueur de l'envergure de Schweini dont l'aventure avec United s'est terminé exactement de la même façon.

Quelqu'un peut me dire ce qu'il y a de si différent entre le traitement actuel de l'Allemand et la façon dont Ferguson a évincé Barthez en 2003, pour que ce soit si scandaleux que ça, et qu'on se récrie, comme dans l'article, que "jamais Fergie ne se serait comporté de cette façon avec un monument" ?
Flaghenheimer Niveau : District
Superbe commentaire, merci.
Go_Scousers Niveau : CFA
Que Schweinsteinger ne joue pas n'est pas scandaleux en soit. Mais que le joueur ne fasse pas partie du groupe pro, et qu'il ne puisse même pas jouer avec les équipes de jeunes franchement c'est ridicule.

On parle pas d'un joueur moyen acheté par erreur. On parle d'un joueur qui a un certain palmarès et un certain vécu. Alors même s'il n'a pas le niveau pour jouer, tu peux au moins le laisser dans le groupe pro, il apportera toujours quelque chose.

La gestion des joueurs par Mourinho me surprendra toujours. Mais peut-être moins que de trouver des gens pour le défendre. On parle pas de mettre automatique Schweinsteinger titulaire parce qu'il a été champion du monde, seulement de lui laisser une place dans le groupe pro et/ou de le laisser jouer avec les équipes de jeunes. Je dirai presque que n'importe quel joueur professionnel (dans son attitude, pas dans le statut) mérite au moins ça.
S'il était si professionnel dans son attitude, ne crois-tu pas qu'il aurait aisément retrouvé un club cet été ? Simple question, hein.
Go_Scousers Niveau : CFA
Note : 1
Pas avec le niveau qui est le sien. L'erreur de Man U est d'avoir recruté Schweinsteiger tout simplement. Mais cette erreur est celle du club, il ne convient pas de la faire payer au joueur. La seule solution est donc de l'intégrer au groupe pour qu'il fasse part de son expérience à des joueurs comme Pogba, Schneiderlin etc.
OReiPartouchinho Niveau : District
Tes arguments sont solides, mais toujours est il que Mourinho pourrait ravaler sa fierté et intégrer Schweinsteiger au groupe, une fois la déception de ne pas le voir partir passée. Il pourrait faire figure de modèle pour les très nombreux jeunes que compte United en ce moment, et certainement apprendre deux trois choses même aux plus confirmés. Ensuite, quand on voit que United est engagé sur 4 tableaux, dont 2 "mineurs" (League Cup et Europa), on se dit que l'expérience de Schweini serait bénéficiaire à ces moments là, quand justement une équipe B ou A' est envoyée. Enfin, le faire rentrer en cours de match quand United perd pied tactiquement ne serait non plus pas du luxe.

Bref, même en oubliant la notion de "respect", un tel joueur est d'autant plus utile à un club en mauvaise posture comme ManU.
Psychedelic Train Niveau : DHR
Pour Pelusa et Pacoloco, un gros +1. Je l'avais souligné dernièrement sur les comms d'un autre article, et je renouvelle ma remarque : c'est bien de lire des avis posés, avec un peu de recul, où Mourinho, dans le viseur depuis quelques mois, n'est pas le Gargamel qu'on veut faire croire. Non qu'il ne le soit, mais c'est assez ahurissant comme tout le monde se lâche sur son coup de moins bien -j'espère que ça n'est que ça, tant pour lui que pour le club où il bosse à l'heure actuelle.
Je souscris totalement à ta double analyse. J'ai bondis aux 2 mêmes phrases.

Ces deux affirmations sont soit des mensonges soit des preuves d'ignorance (soyons sympathiques, disons de mémoire sélective).
Et l'ignorance de son sujet quand on est un journaliste qui écris un article, ça s'appelle de l'incompétence.

Les médias qui sont si prompts à accuser un joueur d'avoir commis une faute professionnelle pour avoir manqué le cadre à 2 mètres, devraient avoir la décence de reconnaître que ce genre de bêtise de leur part doit également être qualifié de faute professionnelle.

Ou de mensonge, remarque. Mais ça me semble pire.

Schweinsteiger, que j'adore, n'est rien à united. Et ce qui lui arrive est ni plus ni moins que banal.
United,club qui m'en touche une sans faire bouger l'autre, n'a pas pour identité les seules années Ferguson.
Go_Scousers Niveau : CFA
Il reste néanmoins difficile de ne pas reconnaitre qu'un joueur avec le palmarès de Schweinsteiger n'est pas un joueur lambda, ni que la "parenthèse" Alex Ferguson, 27 ans au club soit 1/5 ème de l'âge de Man U, n'ai pas contribué à construire l'identité de Manchester.

S'il est peut-être raccourcis de réduire l'identité de Manchester U à Alex Ferguson, il est tout aussi idiot de penser que ce qu'à fait SAF n'a eu aucune influence sur l'institution United.
MaximeBrigand Niveau : District
Yo Phil.

Merci de ton commentaire. Ce que j'explique dans le papier, si tu l'as lu avant d'hurler à la calomnie, est que Schweinsteiger n'a effectivement rien prouvé à MU, rien du tout. Il n'y a joué que treize bouts de matches, s'est vautré comme rarement contre Wolfsbourg la saison dernière. Oui, on est d'accord.

Sauf que MU, que ce soit sous Atkinson, sous Busby, sous Ferguson ou sous les autres, n'a jamais traité un joueur comme ça. Sauf lorsqu'il avait commis une faute grave, ce que n'a jamais fait Schweinsteiger. Oui, il n'a rien prouvé au club mais il a eu une carrière, il a un CV, et ce type de traitement n'est rien que mourinhesque. Une place dans un groupe pro à l'entraînement ne lui coûte rien.

Après, si quand on n'est pas d'accord avec ton point de vue, on est menteur, c'est ta vision des choses. Mais comme tu n'es pas supporter de MU, ce que je suis et je ne l'ai jamais caché - au-delà des années Ferguson qui ont posé une identité, que tu le veuilles ou non -, tu t'en branles, non?

Au-delà de ça, je sais que tu es une belle personne.
Smack.
Note : 1
Cher Maxime,

Avant tout 2 choses:
- Merci de cette réponse personnelle
- Il est vrai qu'il m'arrive de hurler plus fort et plus vite que nécessaire. Assurément, c'est le cas ici.

Mes réponses toutefois:

- sur le traitement de notre ami allemand, je lis ta réponse, mais ne démords pas de bondir (fusse bien moins haut que précédemment). Car tu réponds en citant l'historique de MU, alors que ta phrase de départ est bien, j'avais bien lu: "Les grands clubs ne traitent pas leurs joueurs comme ça".
LES grands clubs, donc. Tous. Et ça, je maintiens, c'est faux (à défaut de mensonger).

- sur l'historique de MU: mon emballement n'est aucunement contre toi mais plus contre cette idée en général, que l'on lit partout comme quoi en ce moment c'est l'identité de MU qui est "mise en péril". Alors que ce n'est "que" l'identité d'1/5 de la vie de MU, qui a eu une vie avant. Et, 4/5 d'une vie, ça reste le gros de ta vie. Bref, je ne défends que l'idée d'avoir plus de mémoire footballistique que le commun de ce que l'on observe.

Tu l'auras compris, c'est principalement le point 1 qui me braque.
Je l'ai de mon côté compris, je me braque un poil trop vite et un poil trop fort.

La vie reste belle, ta personne aussi.

Smack de même.
Stop Ilya Sunzu Niveau : District
Faire le procès de Mourinho est trop facile. L'entraînement, pour Mourinho est, malgré ce que les gens pensent, la mécanique centrale de sa réussite, et non pas sa com' ou autres bêtises que j'entends parfois. Tout est relié à l'entraînement, et c'est à partir de là qu'il bâtit son équipe aussi bien footballistiquement que "socialement"- si je puis dire -.

Avec Mourinho, on ne rigole pas à l'entraînement, et comme l'explique très bien Rui Faria ( son assistant) dans une préface d'un mémoire universitaire de l'université de Lisbonne, tous les joueurs ne sont pas capables d'assimiler les exigences techniques, tactiques et de réflexion que Mourinho impose. Peut-être que c'est le cas de Schweini, peut-être pas. Quoiqu'il en soit, l'entraînement est trop important pour Mourinho, donc ne comptez pas pour lui pour réintégrer un joueur juste parce qu'il s'appelle Schweinsteiger
Je souscris entièrement à ton constat sur United, ça a toujours été un club avec des cycles de (très) hauts et de (très) bas, lié comme tu le dis à des bâtisseurs ayants une grande longévité dans ce club. Aujourd'hui les gens s'offusquent de voir ce que devient ce club depuis quelques saisons, à croire qu'ils ne le connaissent que sous le prisme de l'ère Furgusson. Pour prendre un passé pas si lointain, demandez-vous ce que Man U a réalisé entre 70 et 85 par exemple, ce raisonnement peut-être appliqué aux cycles antérieurs aussi. Pour le reste, je suis d'accord, cela n'excuse pas la mauvaise gestion que connaît le club actuellement, à dépenser à tout va pour a peu près n'importe quoi.
1. Je ne pense pas que Schweinsteiger soit juste un monument en Allemagne. Dans le monde en général. Il a marqué la génération qui l'a vu jouer. Il a gagné la Ligue des Champions, la coupe du monde, en étant un leader.
De plus, son attitude depuis qu'il a été banni est vraiment irréprochable. Il est digne et il suffit de voir les commentaires qu'il reçoit, il est très apprécié par les fans. Il continue d'aller aux matchs, il a pas un mot plus haut que l'autre.
Je ne vois pas beaucoup de grands joueurs traités avec moins de déférence non. Il a quand même été interdit de jouer tout court pour le club. Avec la réserve, les jeunes, il pouvait pas jouer. C'est quand même un traitement très particulier. J'imagine pas la réaction des gens si Zidane avait reçu le même traitement au Real ou même Totti pour les fans italiens (oui car comme Schweinsteiger est allemand je constate quand même que ça change les avis de certains).

2. Donc 138 ans d'existence du club, on additionne les régnes de Busby Ferguson et Mangnall ça fait : 27+24+9 = 60. Donc l'identité de MU c'est pas ces 60 ans, c'est forcément les 78 autres annéees ?
Parce que l'identité de MU ça a peut-être commencé avant Mangnall ? Avec le club appelé Newton Heath qui était un club de cheminots et donc d'ouvriers. Comment définir l'identité d'un club ? Parce qu'elle a évolué l'identité et maintenant, grâce à Ferguson et Busby, l'identité du club c'était la confiance dans les jeunes et leur formation (MU est le 3eme formateur du monde), le jeu offensif, ...
De plus, l'identité de Manchester United s'est grandement forgée depuis le crash de 1958 donc l'identité du club avant 1958 il est difficile de la juger. Enfin, avec Ferguson, le club est devenu un des plus riches du monde, une des équipes les plus régulières, ... Donc forcément ça a modifié l'identité du club.
L'identité du club a changé. Comme l'identité du PSG depuis que les Qataris sont là.
Donc dire que United c'était changer d'entraineur et qu'ils n'ont jamais autant ressemblé à United que depuis que Ferguson est parti, c'est un peu hypocrite et une lecture un peu facile de l'histoire.
C'est grâce à ce genre de lecture qu'on dit que la France est un pays catholique etc. Enfin le discours de l'extrême droite voire juste la droite. Je ne sais pas ce qu'il est exactement mais bon.
Allez, double ration de frites pour tout le monde.
tu as raison. On dirait que pour certains l'identité du Barça c'est tout ce qui s'est passé avant Cruyff...
16 réponses à ce commentaire.
Senzo Meyiwa Niveau : District
"On a cinq joueurs pour deux postes avec Pogba, Fellaini, Herrera, Carrick et Schneiderlin." Alors pourquoi tu fais jouer Pogba en 10 con***d ?

L'aura de Mounrinho, ce guignol, est le symptôme de tous les problèmes du foot contemporain. Transferts ridiculement élevés, aucun respect pour Schweini, toutes les caresses pour l'agent de ses deux recrues stars. Et surtout, même fautif, pas plus de remise en question qu'Ibrahimovic.

Moussa Sow te fait la bise.
"C'est la preuve que MU n'est pas encore un grand club".
pierre ménès 2.0 Niveau : Ligue 1
Vraiment dommage tout ça par ce que je suis convaincu que si il revient en forme physiquement, il a encore quelque chose à apporter.

Lui ou Carrick utilisé avec parcimonie, mais Mourinho n'a pas l'air d'aimer les 6 de ce genre la
Un prêt à Marseille en janvier ce serait sacrément alléchant !
Ils semblent avoir les fonds nécessaires, et un tel joueur au milieu de terrain aux côtés de Lass, ca me plait bien!
C'est sûr que quitter des emmerdes pour aller se mettre dans un des clubs européens qui peut t'en rapporter le plus, ce serait trrrrrrrrès malin.
1 réponse à ce commentaire.
Dragged down by the stone Niveau : Loisir
Pour moi, y a pas de souci.
Voir le Mou actuel donner des directives à un monument comme Schweini, l'insulte aurait été là.
Donc Schweiny finira par faire "une connerie, en signant à la FNAC" ?
", mais United ne ressemble plus à United." voila tout est dit...une honte...
jaimelefootenmarchant Niveau : DHR
Bientôt un placard pour Ibra aussi, cette demie-légende suédoise qui n'a jamais connu la lumière d'une finale
Je vais peut etre me faire crier dessus, mais pour moi, le cas Schweinsteiger est typique du joueur allemand. Je m'explique:

Vivant en Allemagne et jouant dans un club ici (niveau amateur, bien sur), la chose la plus frappante, et meme à un niveau faible, c'est de voir à quel point la tactique prime sur l'individuel. Il ne faut ABSOLUMENT pas tenter une action individuelle, mais bien TOUJOURS respecter les consignes du coach. Si j'ecris en majuscule, c'est que je me suis fait déjà bien fait tirer les oreilles :) Et donc en gros, on assiste à un combat tactique entre 2 entraineurs, et les joueurs ne sont que des pions qui suivent leurs consignes. Cela a des avantages comme des inconvénients selon moi. Et donc revenons-en à Schweini.

Schweinsteiger et l'exemple type du joueur qui suit les consignes du coach. Et quand on lui met un bon coach + d'autres joueurs comme lui, on a le droit à une équipe extraordinaire (Bayern ou Mannschaft). Mais quand on le met dans une équipe qui fonctionne différemment (donc non-allemande), rien ne va plus. Pour prendre un autre exemple, combien de joueur (typique) allemand s'exporte? Pratiquement aucun. Et si on parle de Khedira et Özil, il n'ont pas un jeu typiquement allemand comme je viens de l'expliquer (quoique Khedira s'en rapproche quand meme beaucoup). Regardez Schürrle: remplacant à Chelsea (d'ailleurs il est rapidement retourné en Allemagne, tiens tiens...), et jouant en équipe nationale. Et sinon, je ne vois pas beaucoup d'autre joueurs allemands jouant dans un grand club européen. Connaissant leurs qualité, c'est quand meme étrange.

Bref, le cas Schweinsteiger fait couler beaucoup d'encre: comment un tel joueur avec un tel palmarès peut ne pas jouer à United? Et ben pour moi, le collectif bien huilé du Bayern et de la Mannschaft ont mis un peu de la poudre aux yeux quant à la qualité du joueur. Bon, j'en conviens qu'il est très bon, mais je suis persuadé qu'il n'aurait pas eu le dixième de son palmarès s'il jouait dans un autre championnat que la Bundesliga.
Verratti-fozzi Niveau : District
Quand l'entraîneur a un caractère de cochon, il ne me semble pas anormal que l'égorgeur de porc paie les pots cassés (proverbe paysan).
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
1k 32