Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 3e journée
  3. // Dortmund/Bayer Leverkusen

Schürrle sûr de sa force

Courtisé tout l’été par Chelsea, André Schürrle a fini par rester au Bayer Leverkusen. Pour la plus grande joie des supporters de la Werkself, et pour le plus grand bien de la Bundesliga. Car le jeune ailier de 21 ans est l’une des attractions principales du championnat allemand.

Modififié
L’été a semblé long, très long, aux supporters du Bayer Leverkusen. Du coup, quand le marché des transferts a fermé ses portes, c’est un sentiment de soulagement qui s’est emparé de la banlieue de Cologne. Ouf, André Schürrle ne partira pas. Du moins pas cette saison. Roman Abramovitch a beau avoir aligné les valises de billets (on parle d’une offre de 20 millions en juillet, 30 millions dans les dernières heures du mercato), André Schürrle n’a pas pris la direction de Chelsea. Pas pour l’instant du moins. Pour autant, l’ailier du Bayer n’a pas le blues. « Ça aurait pu être intéressant. Une telle occasion, ça ne se présente pas tous les jours. Je pense qu’il n’y a pas un joueur en Bundesliga qui pourrait dire : ça ne m’intéresse pas du tout » , déclarait ainsi Schürrle dans une interview à Kicker fin juillet.

Faux départ, vraie envie de rester

Celui qui est né un petit mois après la réunification des deux Allemagnes n’a pas décidé pour autant de se fâcher, de se séparer de son employeur de force. Après tout, « Schü » n’a que 21 ans. Lui qui est arrivé la saison dernière en provenance de Mayence a encore beaucoup à apprendre, et il le sait. Ce qui l’a vraiment irrité dans cette affaire, ce sont les différents malentendus. Déjà, cette histoire est allée très loin, puisque Chelsea a discuté avec Leverkusen, le père, ainsi que l’agent de Schürrle. Pour un résultat nul. Ensuite, ce qui a dû refroidir les Londoniens, c’est le fait que les médias aient déclaré que Schürrle n’était pas chaud pour bouger. Ce qui n’était absolument pas vrai. « Bien sûr, je n’ai jamais dit que je voulais absolument partir. Mais ce qui a été rapporté, c’était que je n’étais absolument pas intéressé. » La perspective de rejoindre un club dans lequel a évolué son compatriote Michael Ballack (et où est inscrit Marko Marin) aurait clairement botté le jeune André. Malheureusement, il n’a pu trouver chaussure à son pied cet été.

Une des attractions outre-Rhin


Il faut dire que Rudi Völler a tout fait pour le retenir. L’ancien renard de l’OM, aujourd’hui directeur sportif au sein du Werkself (le onze de l’usine), lui a d’abord fait comprendre qu’il le laisserait partir s’il pouvait le remplacer. N’ayant trouvé personne sur le marché capable de prendre la place du numéro 9 du Bayer (même pas Boudewijn Zenden, annoncé pour les prochains jours, avec tout le respect qu’on lui doit), ce bon Rudi lui a fait comprendre qu’il serait obligé de le garder. Ce que Schürrle a accepté. Dans le fond, c’est une bonne chose. Si l’un des objectifs du joueur est de finir titulaire en équipe nationale, il faut qu’il joue. « Schü » a beau être talentueux balle au pied, la concurrence des Hazard et Mata n’est pas forcément ce qui peut lui arriver de mieux. Autant qu’il joue tous ses matchs avec le Bayer pour avoir un jour la chance de prendre la place de Lukas Podolski dans le onze de départ de Joachim Löw. Et puis, honnêtement, s’il était parti cette année, c’eût été une grande perte pour la Bundesliga. En effet, par ses courses, ses dribbles et surtout sa spéciale « je suis sur mon côté gauche-je repique sur mon droit-je place une prunasse comme à la bonne époque » . André Schürrle excite toute l’Allemagne. Et pas seulement les supporters de Leverkusen.

Vidéo


Ali Farhat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Podcast Football Recall Épisode 32 : La France gagne 11-0, le miracle suisse et notre interview de Thomas Meunier Podcast Football Recall Épisode 31: La France fait le boulot, le naufrage argentin et les votes WTF suisses