Schmeichel imagine le Z à Manchester United

5 8
À l'occasion de la rencontre entre la France et le Danemark, ce dimanche soir à Saint-Étienne, l'ancien joueur de la sélection danoise Peter Schmeichel a livré son avis sur le championnat de France, et plus précisément sur une de ses stars, Zlatan Ibrahimović.

Dans les colonnes du quotidien L'Équipe, l'ancien portier de Manchester United a encensé le Suédois. « Ce qu'il fait avec le PSG est incroyable. Il donne tellement de crédibilité et de visibilité au PSG... C'est quelqu'un qui prend ses responsabilités. L'été dernier, il y avait des rumeurs qui le faisaient venir à Manchester United. J'avais alors dit que Zlatan était taillé pour le club, qu'il était né pour y jouer, a expliqué le Danois. À Manchester, il y a cette liberté laissée aux joueurs, mais aussi des responsabilités. On ne se soucie pas de qui tu es ou de ce que tu aimes, on regarde ce que tu fais sur le terrain et l'influence que tu as dans le club. Si tu ne le respectes pas, tu t'en vas. Mais tu peux avoir n'importe quelle personnalité. Beckham, Cantona, ils ont pu s'y épanouir et être à leur meilleur niveau. »

Vu le niveau actuel de Falcao, c'est peut-être mieux qu'il ne bouge pas, le Z. GC
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Près des cimes... Niveau : CFA2
Sacré coup de vieux le Peter...
Message posté par Près des cimes...
Sacré coup de vieux le Peter...


J'ai l'impression de voir l'acteur vedette de "Sons of Anarchy" dans quelques années.
Donnie_Brasco Niveau : CFA2
Message posté par Ricardo Tubbs


J'ai l'impression de voir l'acteur vedette de "Sons of Anarchy" dans quelques années.


Bien vu.
Comparer Falcao et le Z ... il fallait le faire !
georgesleserpent Niveau : Loisir
Point-Gey, dans quel sens faut il comprendre ta phrase ?
Du grand n'importe quoi, si Schmeichel c'était renseigné, il saurait que Van gaal et Zlatan se déteste, d'ailleurs dans la biographie de Zlatan :


" Van Gaal était un casse-pied. Il était un peu comme Co Andriaanse. Il voulait jouer les dictateurs sans posséder cette étincelle dans les yeux. En tant que joueur, il n'a jamais percé mais, en tant que manager, il était vénéré aux Pays-Bas parce qu'il avait remporté la Ligue des Champions avec l'Ajax et il avait été pour cette raison décoré par le gouvernement. Van Gaal adorait parler de systèmes de jeu. Il était l'un de ceux dans le club pour qui les joueurs
n'étaient que des numéros. Il nous saoulait avec ses « le cinq se positionne là et le six ici ».
J'étais content de pouvoir l'éviter. Mais, au Portugal, je ne pus y échapper. J'ai dû aller à une réunion avec Van Gaal et Koeman pour discuter de ce que je devais faire pendant la première partie de la saison. On aurait dit qu'ils passaient en revue mes performances, qu'ils les notaient, le genre de truc qu'ils adorent à l'Ajax. J'entrai dans le bureau et je m'assis en face d'eux. Koeman souriait. Van Gaal avait l'air renfrogné.

« Zlatan, commença Koeman, tu as été très bon mais nous ne te donnons qu'un huit
sur dix parce que tu ne travailles pas assez avec les arrières.
Je voulais me barrer. J'aimais bien Koeman mais je ne supportais pas Van Gaal et je me disais, super, huit, ça me va. Est-ce que vous pouvez me lâcher maintenant ?

« Est-ce que tu sais comment jouer en défense ? » Van Gaal allait mettre son grain de sel et je pouvais voir que Koeman était lui aussi ennuyé. Je répondis : « J'espère bien. »

Alors Van Gaal crut bon de m'expliquer et, croyez-moi, j'avais déjà tout entendu auparavant. C'était
toujours le même refrain sur le numéro neuf (moi, en l'occurrence) qui défend à droite tandis que le numéro dix s'en va sur la gauche et vice versa et il gribouilla un paquet de flèches et conclut sèchement :

« Tu comprends ça ? Est-ce que tu saisis ? » Et je le pris comme une attaque personnelle.

« Tu peux réveiller tous les joueurs que tu veux à 3 heures du matin et leur demander comment défendre, ils vont te le réciter sans se réveiller, le neuf va là, le dix ici. Nous connaissons ce truc et nous
savons tous que tu as fait carrière avec ça. Mais je me suis entraîné avec Van Basten et il ne voit pas les choses de la même façon.

— Pardon ?
— Van Basten dit que le numéro neuf devrait économiser ses forces pour attaquer et marquer et, pour
dire la vérité, je ne sais plus qui je devrais écouter : Van Basten, qui est une légende, ou Van Gaal ? »
En prononçant son nom j'avais articulé avec une certaine emphase pour bien lui faire comprendre qu'il
était quelqu'un de totalement insignifiant. Et devinez quoi ? Vous imaginez sa tête ?
« Dois-je écouter une légende ou un Van Gaal ? fulmina-t-il.
— Je dois y aller maintenant », conclus-je avant de sortir.
Message posté par GTL
Du grand n'importe quoi, si Schmeichel c'était renseigné, il saurait que Van gaal et Zlatan se déteste, d'ailleurs dans la biographie de Zlatan :


" Van Gaal était un casse-pied. Il était un peu comme Co Andriaanse. Il voulait jouer les dictateurs sans posséder cette étincelle dans les yeux. En tant que joueur, il n'a jamais percé mais, en tant que manager, il était vénéré aux Pays-Bas parce qu'il avait remporté la Ligue des Champions avec l'Ajax et il avait été pour cette raison décoré par le gouvernement. Van Gaal adorait parler de systèmes de jeu. Il était l'un de ceux dans le club pour qui les joueurs
n'étaient que des numéros. Il nous saoulait avec ses « le cinq se positionne là et le six ici ».
J'étais content de pouvoir l'éviter. Mais, au Portugal, je ne pus y échapper. J'ai dû aller à une réunion avec Van Gaal et Koeman pour discuter de ce que je devais faire pendant la première partie de la saison. On aurait dit qu'ils passaient en revue mes performances, qu'ils les notaient, le genre de truc qu'ils adorent à l'Ajax. J'entrai dans le bureau et je m'assis en face d'eux. Koeman souriait. Van Gaal avait l'air renfrogné.

« Zlatan, commença Koeman, tu as été très bon mais nous ne te donnons qu'un huit
sur dix parce que tu ne travailles pas assez avec les arrières.
Je voulais me barrer. J'aimais bien Koeman mais je ne supportais pas Van Gaal et je me disais, super, huit, ça me va. Est-ce que vous pouvez me lâcher maintenant ?

« Est-ce que tu sais comment jouer en défense ? » Van Gaal allait mettre son grain de sel et je pouvais voir que Koeman était lui aussi ennuyé. Je répondis : « J'espère bien. »

Alors Van Gaal crut bon de m'expliquer et, croyez-moi, j'avais déjà tout entendu auparavant. C'était
toujours le même refrain sur le numéro neuf (moi, en l'occurrence) qui défend à droite tandis que le numéro dix s'en va sur la gauche et vice versa et il gribouilla un paquet de flèches et conclut sèchement :

« Tu comprends ça ? Est-ce que tu saisis ? » Et je le pris comme une attaque personnelle.

« Tu peux réveiller tous les joueurs que tu veux à 3 heures du matin et leur demander comment défendre, ils vont te le réciter sans se réveiller, le neuf va là, le dix ici. Nous connaissons ce truc et nous
savons tous que tu as fait carrière avec ça. Mais je me suis entraîné avec Van Basten et il ne voit pas les choses de la même façon.

— Pardon ?
— Van Basten dit que le numéro neuf devrait économiser ses forces pour attaquer et marquer et, pour
dire la vérité, je ne sais plus qui je devrais écouter : Van Basten, qui est une légende, ou Van Gaal ? »
En prononçant son nom j'avais articulé avec une certaine emphase pour bien lui faire comprendre qu'il
était quelqu'un de totalement insignifiant. Et devinez quoi ? Vous imaginez sa tête ?
« Dois-je écouter une légende ou un Van Gaal ? fulmina-t-il.
— Je dois y aller maintenant », conclus-je avant de sortir.


Interessante l'anecdote.
Je vais peut-être lire finalement son bouquin.
Z.Ibrahimovic a quand même un gros plus par rapport à Falcao, un mental très solide et une personnalité forte qui lui permet de faire sa place dans l'équipe qu'il rejoint.
Dans tous les clubs ou il est passé, on l'a remarqué,et il a remporté un trophée (ou presque).
La seule fois ou il a été en difficulté c'était au fcb car il n'avait pas le droit d'être lui même,c'est à dire une figure forte qui peut être un potentiel leader.
Son seul rôle était d'être un joueur interchangeable au service de Messi, ce qu'un joueur de sa trempe ne peut accepter.

Moi je veux bien que Falcao soit bon (il est très bon même), simplement il n'a pas ce mental qui lui permettrait de faire sa place à Utd. A l'Atletico çà va car il n'a pas la pression, à Monaco idem c'était l'arme offensive numéro un, mais une fois à Utd avec des joueurs du calibre de RVP et Rooney il s'effondre et passe à côté de son football.
Or dans les clubs comme Utd, c'est le mental costaud qui permet au joueur d'exister et de faire sa place, les seuls joueurs qui sont restés sur la durée sont des joueurs de caractère: Schmeichel,Keane, Cantona etc
Le talent seul ne suffit pas.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
5 8