Schalke puissance deux, Gladbach, Hanovre et Hambourg puissance quatre

En attendant Stuttgart-Hoffenheim et Francfort-Dortmund, on a vu que personne n'avait vraiment envie de doubler le Bayern Munich. Schalke et Hambourg signent leur première victoire de la saison, et Augsburg fait le procès de Nuremberg. Et puis plein de buts, des fautes, des gestes fous, des stades pleins. Comme d'hab, quoi.

Modififié
0 4
L'équipe du weekend : Hambourg

On se demandait combien de temps allait durer la crise au HSV. Voir le Dinosaure de la Bundesliga dans un si mauvais état, c'est triste. Et puis Braunschweig s'est pointé. Et Hambourg a souri de nouveau. Face au promu, les Rothosen n'ont fait aucun détail. Rafael van der Vaart, le chouchou du club, s'est illustré dès la 7e minute avec un but de crevard en tacle sur un centre de Maximilian Beister. Le même Beister qui sert Jacques Zoua dix minutes plus tard. Le Camerounais ne rate pas son face-à-face avec les cages vides, et célèbre son but « à l'africaine » (c'est-à-dire en faisant un salto spectaculaire qui peut effrayer le coach, des fois qu'il se claquerait en l'éxécutant). Enfin, Hakan Çalhanoglu finira le travail : un premier but sur une frappe dont la trajectoire est mal appréciée par le gardien Davari, et un maître coup franc dans le temps additionnel (voir plus bas). Première victoire à domicile, première victoire de la saison. Le Dinosaure n'est pas mort, il respire encore.

Vous avez raté Borussia Mönchengladbach - Werder Brême (et vous n'auriez pas dû)

Avec Mönchengladbach, c'est pas compliqué : c'est tout ou rien. La victoire ou la défaite. Bonne nouvelle pour les fans des Fohlen, leurs joueurs ont opté pour les trois points cette fois-ci. Il est peut-être trop tôt pour l'affirmer, mais Lucien Favre s'est peut-être trouvé un quatuor de folie, dont tous les membres ont marqué. L'éternel Juan Arango ne tremble pas devant Mielitz pour ouvrir la marque à la 36e minute. À la 53e, Raffael reprend tranquillement une frappe de Jantschke mal négociée par le portier du Werder. Brême est à la ramasse, et il faut un coup de boule de Nordtveit contre son camp pour les relancer dans la partie. Enfin, relancer... Gladbach ne se relâche pas et repart de l'avant. Raffael, Herrmann et Kruse s'amusent avec la défense, avant que l'ancien attaquant de Fribourg ne marque son deuxième but de la saison. Avant de servir dix minutes plus tard Herrmann, qui dribble Mielitz tranquillement et marque dans le but vide. « On a mis quatre buts et joué avec patience » , analysera Favre à la fin du match. Et ouais, Lucien, tu dois être l'un des seuls en Bundesliga à pouvoir lire Jean de la Fontaine dans le texte.

L'analyse définitive du weekend

Malgré la défaite de Mayence 4-1 sur la pelouse de Hanovre, Nicolai Müller a encore fait un match correct. Et il a encore marqué. Cinquième but en quatre rencontres. Quoi de plus légitime, donc, que de créer un lobby pour qu'il parte au Brésil en 2014 avec la Nationalmannschaft ? Car déjà la saison dernière, le milieu de terrain facturait 8 buts et 6 passes décisives en 32 rencontres. Pas mal. En cette année de Coupe du monde, l'autre Müller semble en vouloir encore plus. Joachim Löw aurait tout intérêt à le prendre avec lui, car non seulement Nicolai court partout, mais en plus, il a ce côté « renard des surfaces » . Pas comme Klose ou Gómez, mais plutôt comme Thomas, justement, en mode « je presse comme un taré avec mes copains et je me place idéalement donc je me retrouve seul devant le gardien et je rate très rarement ma cible » . Alors maintenant, Jogi, c'est bien de continuer à l'appeler, mais il ne faudra pas oublier de l'emmener dans l'hémisphère sud en juin prochain.

On risque d'en parler sur RMC

Le Bayern a perdu deux points sur la pelouse de Fribourg. La voie du titre est ouverte pour le Borussia Dortmund. Au bout de combien de temps Guardiola va-t-il se faire v... Nan, on déconne. Laissons les Bavarois tranquilles, on aura tout le temps d'en parler cette saison. La vraie question, c'est plutôt : mais qu'est-il arrivé aux arbitres ce weekend ? Il y a eu des mauvaises décisions prises dans trois des cinq matchs qui se disputaient à 15h30 ce samedi. Durant le match Gladbach-Werder, Arango aurait dû être signalé hors-jeu sur l'ouverture de Xhaka. Il n'en sera rien, et le Vénézulien ouvrira la marque. Lors de Wolfsburg-Hertha, Diego se laisse tomber comme une merde et l'arbitre sifflera pénalty pour les Loups. Un pénalty que transformera le Brésilien lui-même. Mais la plus grosse blague a eu lieu durant Hanovre-Mayence. À la 65e minute, alors que Hanovre mène 2-1, Niki Ziemling met une frappe de forain, une frappe détournée du bras dans la surface de Hanovre par un Marcelo qui s'était jeté de manière désespérée. Il n'y aura ni pénalty, ni même corner. Voilà voilà...

Top 5

1 – Hakan Çalhanoglu. Premiers buts en Bundesliga pour le transfuge de Karlsruhe. « Je pense que je vais pas dormir de la nuit. » Tu m'étonnes, garçon, quand tu claques des coups francs comme ça devant 55 000 spectateurs...

Youtube
2- Jefferson Farfan. C'est une histoire d'amour et de haine que vivent les supporters de Schalke avec le Péruvien. D'amour, parce qu'il est super fort quand il est motivé. De haine, parce que des fois, il se laisse aller et il fait n'importe quoi, ce qui est totalement indigne de son talent. Mais quand Farfan (assisté de son Japonais Atsuto Uchida) va, tout va. La preuve : un coup franc pour la tête de Höger, un pénalty, et hop, Schalke bat le Bayer Leverkusen dans le classique entre les « 04 » .

3 – (à 1:25) « On va par là? Ah bah nan attends, je vais plutôt passer par là, attends, arrête, tiens, et retiens, attends je passe par là, bah il est où le goal, bon bah ok alors, et voilà. »

Youtube
4 – Kevin-Prince Boateng. Le Prince est revenu en Bundesliga, terre de ses premiers exploits. Bizarre toutefois qu'il signe à Schalke, lui qui avait déclaré que le Borussia Dortmund était son club préféré. Arf, Felipe Santana avait dit la même chose avant lui. Et Christoph Metzelder aussi.

5 – L'african connexion de Hanovre est toujours là. Mame Biram Diouf marque, Didier Ya Konan entre et marque. Hanovre est prêt pour les Jeux de la Francophonie, qui auront lieu à Nice du 6 au 15 septembre prochain.

Le geste

Enfin. Après avoir tout tenté lors des dernières saisons, Javier Pinola a fini par l'obtenir, son premier carton rouge en Bundesliga. Une prestation de haute volée pour le latéral de Nuremberg : un carton jaune pour un coup de coude dans la face d'André Hahn (Augsburg) lors d'un duel aérien, puis un second jaune pour une semelle sur Verhaegh. L'Argentin pète un plomb, et met un coup de pression au quatrième arbitre. Un premier carton rouge de toute beauté. Pour ceux qui ne connaissaient pas Pinola, sachez qu'il est également capable de se transformer en lama.

La phrase de Torsten Lieberknecht (entraîneur de Braunschweig) :

« Il y a des moments où tu te rends compte que tu es cette petite équipe de pisseux. Cette équipe de pisseux que même les arbitres ne prennent pas au sérieux. Dans des situations à 50-50, ce sont toujours les gros qui s'en tirent le mieux. Et on se bat avec ça. Et ce depuis la première journée. Ça ne suffit pas que mes joueurs se battent comme des Berseker et fassent tout ce qu'ils peuvent, il faut aussi se battre contre un tas d'autres choses... »

La stat

Schalke a signé sa première victoire de la saison en faisant tomber le Bayer Leverkusen, qui restait lui sur huit victoires de rang en championnat. La dernière fois que les joueurs du Werkself avaient concédé des points, c'était le 13 avril 2013. Sur la pelouse de... Schalke (2-2).

Et sinon...

Ivica Olić est toujours vivant. Le Croate n'avait plus marqué depuis la 31e journée de la saison dernière. Un but de raccroc et un index sur la bouche ont suffi à faire taire les détracteurs et surtout à mettre le VfL Wolfsburg sur de bons rails face au Hertha Berlin.

Augsburg ne descendra pas. Pas cette saison. Vu comment les mecs se traînent, c'est impossible. Des morts de faim qui ne lâchent rien. C'est pas beau à voir, mais c'est efficace. On dirait le Fribourg d'il y a quelques années. Mais si, celui avec Simon Pouplin et Jonathan Jäger, et Papiss Cissé qui marque tous les buts, là.

De très beaux retournements de situation en 2.Bundesliga. À Berlin, l'Union est mené 2-0 par Sankt Pauli dès la 6e minute. Mais ça, c'était avant que Torben Mattuschka ne se réveille. L'idole de Berlin-Est réduit le score sur pénalty, avant de servir Nemec pour l'égalisation. Et pour que la fête soit complète, Terodde délivre l' « Onion » à cinq minutes de la fin. Propre. Plus riche en émotions encore, la victoire du VfL Bochum sur Paderborn. Là encore, un scénario catastrophe pour l'équipe à domicile : le VfL encaisse deux buts coup sur coup juste avant la mi-temps et rentre aux vestiaires la tête basse. Mais Peter Neururer est un génie. Allez savoir comment, le coach de Bochum trouve les mots pour motiver ses joueurs. Et Aydin de réduire la marque à la 46e. Et Fabian d'égaliser à la 71e. Et Ilsö de permettre à Bochum de mener à la 78e. Et Maltritz de clore la marque à la 84e.

Peter Neururer est un type génial.


Par Ali Farhat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Vous avez plus d'idées pour les titres Sofoot ?
Cool on commence a avoir un paragraphe Bundesliga 2 !
Ce serais cool que le FC et Duesseldorf arrivent a remonter; match solide des Knappen, dans l'ensemble un match chiant mais mon dieu que Aogo (clairement man of the match) et Prince Boateng ont fait du bien a l'equipe (et a mon compte en banque !!!)
J'ai vraiment aimé le match entre S04 et Leverkusen, surtout en 2e mi-temps.
Les Royal Blues sont maintenant armés pour passer quelques tours en C1.
Jacques Zoua n'est pas ivoirien mais camerounais.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 4