En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Barrages retour

Schalke et l'Austria Vienne jouent avec le feu

Ils étaient un bon paquet ce soir à rêver d'entendre la petite musique de la Ligue des champions cet automne. Certains l'ont acquis de haute lutte, comme l'Austria de Vienne et Schalke 04. D'autres n'ont pas fait de détails, comme le FC Bâle. Le Steaua Bucarest passe aussi.

Modififié
Legia Varsovie-Steaua Bucarest : 2-2 contre 1-1 à l'aller

Alors que le match aller en Roumanie avait donné lieu à une opposition fermée et très tactique, le match retour fut un peu plus fou. Ça commence très fort pour le Steaua qui mène 2-0 au bout de dix minutes. À la 7e, Stanciu, à la suite d'un redoublement de passes côté gauche, reçoit le ballon aux 20 mètres, pivote sur lui-même pour éliminer son vis-à-vis et envoie un plat du pied dans le petit filet. Deux minutes plus tard, c'est Piovaccari, bien lancé côté droit, qui ajuste le gardien roumain après une feinte de frappe. Les Polonais doivent alors marquer trois buts pour se qualifier. Ils en inscriront deux par Radović à la 27e et Rzeźniczak dans le temps additionnel. Insuffisant donc, et le Steaua valide son ticket.

PAOK Salonique-Schalke 04 : 2-3 contre 1-1 à l'aller

Pas de remake de l'Euro 2004, mais les Grecs auront fait trembler les Allemands. Le début du match est équilibré, mais personne ne se découvre vraiment jusqu'à la 43e minute. Jermaine Jones distille une merveille d'ouverture côté droit pour Uchida qui centre dans la foulée et trouve le Hongrois Szalai qui ajuste le gardien grec. Au retour des vestiaires, Salpingidis passe à un cheveu d'égaliser. Ce n'est que partie remise puisqu'à la 53e, Athanasiadis, superbement trouvé entre trois défenseurs, bat Hildebrand en force. Un partout à l'aller comme au retour, balle au centre. À la 63e arrive ce que l'on croit être le tournant du match : l'expulsion pour un deuxième carton jaune de Jermaine Jones. Les deux pieds décollés et par derrière, ça ne pardonne pas. Pourtant 4 minutes plus tard, ce sont les Allemands et Draxler qui, à 19 ans, envoie Schalke en Champions. Dans la foulée, le PAOK trouve la barre puis égalise à la 79e par Katsouranis de la tête après un coup franc. On sent alors les Grecs capables d'achever les Allemands, mais c'est tout le contraire qui se produit puisqu'à la dernière minute, Julian Draxler offre un caviar à Szalai qui signe un doublé. Les Allemands devront donc être derrière le club le plus détesté d'Allemagne cet automne.

Austria Vienne-Dinamo Zagreb : 2-3 contre 2-0 à l'aller

Du suspense et des buts comme s'il en pleuvait pour ce qui fut le match le plus palpitant de la soirée. C'est bien simple, on est passé par tous les états. La douche froide d'abord avec l'ouverture du score contre son camp de Šimunović sur un coup franc adverse. 3-0 sur l'ensemble des deux matchs, on se dit que c'est plié. Pas l'avis du Dinamo qui fait chauffer les gants du gardien autrichien par Soudani. À la 33e, Brosović élimine son défenseur d'un contrôle orienté à la Dennis Bergkamp, puis égalise des 20 mètres. Deux minutes plus tard, l'arbitre oublie un penalty en faveur de Zagreb pour une main dans la surface. Les Croates ne se découragent pas et vont planter deux buts par Fernandes à la 40e, puis Bećiraj à la 72e qui qualifie le club croate. Oui mais non. Car, à la 82e, Kienast, entré en jeu quelques minutes auparavant, réduit le score pour l'Austria et surtout envoie le club viennois en Ligue des champions. Pas vraiment mérité, mais le réalisme autrichien a fait la différence.


FC Bâle-Ludogorets Razgrad : 2-0 contre 4-2 à l'aller

Il ne faut pas se raconter d'histoires, ce match fut chiant comme la pluie. Le seul intérêt consiste dans le fait d'avoir appris que Razgrad existe et se situe même en Bulgarie. Il paraît qu'ils ont un club de football, mais on ne l'a pas tellement remarqué, tant la différence était grande avec le club suisse. Les Bâlois ont tué tout suspense dans l’œuf dès la 11e minute par Frei, en renard sur corner et de la tête après rebond, s'il vous plaît. En deuxième mi-temps, les Suisses font circuler le ballon et finissent par doubler la mise grâce à Philippe Degen, tout content de voir sa frappe finir dans la lucarne du gardien bulgare après un cafouillage. Le FC Bâle a vu, il a vaincu, et même convaincu, et verra donc la Ligue des champions, la vraie.

Par Emmanuel Aumonier
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9 vendredi 19 janvier L2 : Les résultats de la 22e journée 4 vendredi 19 janvier Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3