1. // Coupe d'All. – Bayern/Schalke (0-1)

Schalke en finale

Au terme d'une partie très engagée, c'est finalement Schalke qui s'impose sur la pelouse du Bayern Munich, grâce à un but de son assurance vie nommée Raul. La finale sera un derby de la Ruhr, puisque les Königsblauen iront affronter leurs voisins de Duisburg, le 21 mai prochain à Berlin. Les Bavarois, eux, ne jouent plus que la Ligue des Champions.

Modififié
0 2
Le Bayern a mal à sa Ruhr. En l'espace de trois jours, les hommes de Louis Van Gaal ont perdu à deux reprises contre des formations issues de l'ancien bassin minier. Après la leçon de football reçue samedi dernier en championnat par la bande de joyeux gamins de Dortmund, voici la leçon de courage donnée par les mecs de Schalke, qui se sont traînés pour arracher leur victoire à l'Allianz Arena. A un Breno près (qui remplaçait Badstuber), le Bayern alignait la même équipe que lors de ses deux dernières sorties. Quant à Schalke, le milieu de terrain était renforcé, avec un trident Annan-Kluge-Matip à la récupération, chargé de servir le trio Farfan-Jurado-Raul, l'attaque hispanophone ayant été mise en place suite au forfait du Néerlandais Klaas-Jan Huntelaar.


Comme prévu, Schalke, cette année, c'est du grand n'importe quoi. Alors il n'a pas été étonnant de voir la bande à Magath s'installer petit à petit dans le camp du Bayern, et à obtenir la première action du match: suite à corner de Jurado, Raul parvient à se faire du marquage de son défenseur (normal) et tente une reprise de volée (what else?). Mais Mario Gomez, qui en connaît un rayon en matière de buts de crevard, se place près de la ligne et dégage le ballon au loin (13è). Mais il se trouve que Raul en sait encore plus que lui sur la chose. Deux minutes plus tard, de nouveau sur un corner, Höwedes, monté aux avant-postes, dévie le ballon de la tête. Monsieur Gonzalez Blanco, en habitué des lieux, présente ses papiers aux six mètres, obtient un passe-droit de la part de Schweinsteiger (qui avait accordé le même à Hummels sur le troisième but de Dortmund), gribouille sa signature de la tête et fait trembler les filets: 1-0 au bout d'un quart d'heure de jeu, l'Allianz Arena est cueillie à froid.


Schalke ne s'arrête pas là pour autant: vu qu'il s'agit d'un jour où les joueurs de Magath savent jouer au ballon ensemble, autant en profiter. Ils reculent, certes, mais c'est pour mieux agir en contre, mon enfant. Raul sert Farfan dans le dos de la défense, qui tape un sprint, mais fait le radin en préférant y aller tout seul, et foire sa frappe (24è). Dix minutes plus tard, les Espagnols Raul et Jurado embrouillent la défense du Bayern, qui avait complètement oublié Höwedes, là-bas, au loin. Le jeune défenseur central place un boulet de canon du crâne, renvoyé par Müller sur sa ligne, venu suppléer Kraft. C'est dire la confiance qu'ils lui portent. La seconde mi-temps est différente de la première: le Bayern revient avec l'envie de tout casser. Normal, après le savon qu'a du leur passer Van Gaal dans les vestiaires. Dès la reprise, si Robben avait eu des cheveux, il aurait peut-être pu avoir le centre de Pranjic (47è). Quelques minutes plus tard, Neuer, qui n'avait eu jusqu'ici rien de spécial à faire, entre en scène: il arrête d'une main la tentative de Schweinsteiger, tout en restant sur ses appuis. De quoi donner encore plus l'envie à Hoeness, Rummenigge et Beckenbauer d'acheter le portier numéro un de la Mannschaft pour la saison prochaine.

Les Bavarois sont frustrés, ils n'arrivent à rien, alors Van Gaal décide de faire un peu de n'importe quoi, histoire de: Kroos rentre à la place de...Tymoshchuk. Faire reculer Schweinsteiger en récupérateur, idée de génie, certes. Mettre Luiz Gustavo en arrière gauche, passe encore. Mais sortir un défenseur central (qui est en réalité un milieu de terrain) pour mettre un meneur de jeu, et faire reculer Luiz Gustavo en défense centrale, c'est comme réparer une voiture avec du scotch: ça ne tient pas la route. Preuve en est à la 78ème minute: Kraft se troue, Breno et Luiz Gustavo aussi, et c'est grâce à toute la maladresse de Farfan que Munich est encore en vie. Les Bavarois reprennent un peu d'espoir, et se ruent à l'assaut du but de Neuer. Mais celui-ci est dans un grand jour: il ne bronche même pas sur une frappe de Ribéry, esseulé (86è). D'ailleurs, même la balle reste collée à lui, malgré la violence du shoot du Français. Après 25 matchs sans défaite à domicile en Coupe d'Allemagne, le Bayern finit par s'incliner. Magath en perd ses lunettes, mais les siennes ne se sont pas cassées, et ne finiront pas au musée. N'est pas Jürgen Klopp qui veut. Schalke sera à Berlin pour la finale du 21 mai, face aux voisins de Duisbourg. Quant au Bayern, il ne lui reste plus qu'à s'inspirer de la Ruhr pour son parcours en C1. Même si pour espérer gagner la Champions League, il va falloir aller au charbon.


Ali Farhat

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Le Raul est en train de prouver à tous ses détracteurs (et ils sont très nombreux!) qu'il peut marquer dans un autre contexte que celui du Real.

Dommage que se soit à 33 ans!

Il aurait dû se barrer plus tôt, en fait!
Article bien ecrit, représente bien le match !

Raul est un attaquant génial, toujours à l'affut d'une erreur adverse, toujours à anticiper la balle qui traine ou l'action à venir. J'adore le regarder jouer et mine de rien à 32 ans il a une sacrée condition physique pour effectuer un pressing constant sur 90 minutes.
Bravo l'artiste, j'espère qui tiendra sa revanche un jour à Barnabeu avec la maillot de Schalke 04.
Ciao
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 2