Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Quarts
  3. // Ajax-Schalke

Schalke 04, c'est la Ligue Europa !

En Bundesliga, tout ne se passe pas comme prévu depuis le début de la saison. En Coupe d'Europe, en revanche, Schalke a vite pris son rythme de croisière et passe les tours avec une ambition qui s'accroît avec le temps. Désormais, c'est sûr : cette saison, l'objectif est de ramener la C3 à Gelsenkirchen.

Modififié
À ce jour, Schalke est dixième en Bundesliga. Un classement qui laisse entrevoir un meilleur avenir possible, et des places européennes toujours dans le viseur en enchaînant quelques succès. Pourtant, ces derniers temps, la belle remontée en championnat ne semble plus être le plus important dans les discours de Markus Weinzierl et ses joueurs. Dans une bataille trop incertaine pour être menée de front, face à des concurrents qui ont encore de l'avance (Cologne et Berlin) ou le vent en poupe (Gladbach, Fribourg, voire le Werder), Schalke a choisi de mettre son va-tout pour la fin de saison sur la Coupe. Depuis leur qualification incroyable en mars, les Bleus n'ont plus le choix. Ils doivent ramener le trophée à la maison, vingt ans après.

Actes manqués


Pour comprendre ce qui pousse les Königsblauen à une marche forcée vers la C3, il faut revenir au début de la saison. Weinzierl prend ses aises, découvre le club et... enchaîne les déconvenues. En championnat, rien ne va. À cause de cinq défaites consécutives, Schalke se retrouve coincé à zéro point et logiquement bon dernier, au moment d'affronter une première fois Nice en Coupe d'Europe. Les Niçois brillent au niveau domestique et prennent une petite leçon de réalisme. À l'Allianz Riviera, Schalke remporte son deuxième match de la saison (avec la Pokal) sur la plus petite des marges (1-0) en dominant nettement la rencontre. Le concert de louanges débute. Le latéral gauche Baba Rahman, dans Bild, estime que l'équipe a enfin compris son entraîneur. La saison peut se lancer... et patatras. À Berlin, où Schalke « a le devoir de gagner » selon Weinzierl, l'équipe retombe dans ses travers et perd. Si la route européenne se poursuit par un quasi-sans-faute, la Bundesliga reste difficile à gérer. Le mécanisme des Knappen s'enraille à l'occasion pour empêcher la remontée folle de s'accomplir véritablement. Cette saison, Schalke n'a su dépasser la 8e place occupée fin novembre. Au contraire, dès que l'occasion approche d'atteindre une position convenable, le collectif s'effondre et la réussite s'échappe. Comme dernièrement à Brême, où Schalke est défait largement (3-0), consommant l'idée que malgré un calendrier relativement favorable sur les matchs restants, s'incruster dans le top 6 ne semble pas un objectif atteignable cette année. L'essentiel se situe désormais ailleurs.

Eurofighter


Le véritable tournant de la saison n'a ainsi pas tout à fait eu lieu à Nice. Ni même contre Gladbach, pour la première victoire en Bundesliga début octobre 2016. Schalke a retrouvé ses esprits sur le terrain de Gladbach à la mi-mars, pour un huitième de finale de Ligue Europa entre Allemands. Menés 2-0 à la pause, les Knappen reviennent au cours d'une solide deuxième période pour se qualifier sur le fil. Après le match, le capitaine Benedikt Höwedes, la qualification en poche, pose avec une écharpe au message clair en lettres capitales : « Eurofighter » .

Gib Gäs @s04 #SeoKol

Une publication partagée par Sead Kolašinac (@seadk6) le


Offerte après le match par un fan du parcage de Schalke, l'écharpe résume l'ambition pour les semaines à venir côté supporters et joueurs. Schalke veut renouer avec 1997 et l'époque des Eurofighter Wilmots et Thon, vainqueurs surprise de la Coupe UEFA contre l'Inter. « C'est exactement la mentalité que l'on a démontré aujourd'hui » , abonde le capitaine de Schalke dans les couloirs après le match. Même Benjamin Stambouli, dans les colonnes de Spox, se réfère à une époque qu'il n'a pas connue grâce aux explications reçues dans les vestiaires. « Les fans entonnent encore aujourd'hui la chanson de la Coupe d'Europe qui était déjà chantée en 1997. » Le message est passé. L'Europe est primordiale. « On a montré beaucoup de confiance en nous dans cette compétition. » À y regarder de plus près, la situation ressemble d'ailleurs à celle d'il y a vingt ans. À l'époque déjà, il s'agissait d'oublier une triste 12e place. Et si cela peut permettre à Weinzierl de redorer un bilan peu glorieux pour sa première saison au club, il s'agit de bien plus que cela pour les supporters dans la Ruhr. Pour eux, il est surtout temps de retrouver le goût de la victoire et d'un trophée. Et le goût de chanter, encore et toujours, sur le même air l'hymne des Eurofighter. Avec désormais de nouvelles paroles, pour y glisser Nice, Krasnodar... et Amsterdam.



Par Côme Tessier
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
À lire ensuite
Une nuit à Dortmund