1. // Foot & Lapin
  2. // Interview
  3. // Saviola

Saviola : « Tu sors d’où petit lapin ? »

Depuis son exil doré en Andorre, l'ancien attaquant de River Plate, Barcelone, Madrid et Monaco parle avec une certaine nostalgie de ses glorieuses années. Et entame sa reconversion sur le banc. Entretien saviolesque.

Modififié
Après avoir voyagé un peu partout, tu habites maintenant à Andorre. Pourquoi ce choix ?
Je crois que c'est un lieu très agréable pour y vivre. Un pays très sûr qui te permet de vivre dans la nature. Pouvoir me balader dans le centre-ville tranquillement, c'est aussi un luxe en tant qu'ex-footballeur. Mais je veux d'abord que mes fils grandissent en totale sûreté et ici, c'est possible.

À quoi ressemblent tes journées ?
La semaine, je passe mes diplômes d'entraîneur après avoir emmené mes fils à l'école. En fait, c'est un peu comme bosser : dès que le week-end arrive, on profite des espaces naturels alentours. On va au lac ou à la montagne. Andorre est vraiment un pays magnifique et tranquille.

Tu n'as que 35 ans et ça fait déjà un an que tu as pris ta retraite. Est-ce ta longue carrière qui a influencé ce choix ?
D'une certaine façon, oui. Avoir commencé si jeune, ça fait long. J'ai fait mes débuts avec River Plate à seize ans et, depuis ce jour, j'ai toujours joué au haut niveau, et plus je grandissais, plus ma compétitivité augmentait. Je sentais l'obligation de lutter toujours pour gagner et, donc, faire de mon mieux en toutes les occasions.

Ta carrière s'est déroulée dans six championnats différents, de l’Argentine à la Grèce. Pourquoi ce côté vadrouilleur ?
C’est sûrement une conséquence de mes inquiétudes, de vouloir toujours découvrir des émotions et des sensations différentes. On parle aussi de championnats très compétitifs.

Commençons par River Plate, le club de ta vie...
Mon début a été inoubliable et ça reste le meilleur souvenir de ma carrière. J’ai toujours dans ma tête l’image de Ramón Díaz qui me demande d'aller m'échauffer pour entrer sur le terrain. J’étais complètement bouleversé au niveau émotionnel. Je n’avais fait que quatre entraînements avec l'équipe première de River...

Tu entres et tu marques après quelques minutes...
Incroyable ! Le début de mon rêve avec mon club. Un moment que je n’oublierai jamais dans ma vie.

Trois ans et 45 buts plus tard, tu rejoins un FC Barcelone qui n'était pas encore si puissant.
C’est vrai, il n’avait pas encore la dimension qu'il a aujourd’hui. Mais tu pouvais déjà voir le potentiel de plusieurs joueurs. Il y avait pas mal de jeunes qui venaient de la cantera et j’avais noté un certain style de jeu à la base. Après, le système a progressé et avec patience, ils ont obtenu de grands succès.

Un an après toi, Juan Román Riquelme arrive au Barça. Comment tu t’entendais avec un symbole de Boca Juniors, rival éternel de ton River ?
Je peux t’assurer qu’on ne parlait pas souvent de Boca et River, mais on partageait notre vie à Barcelone au quotidien. Simplement, je prenais un énorme plaisir à jouer avec lui et je profitais de ses passes décisives. Il avait une qualité de jeu extraordinaire, c’était un vrai privilège de partager le vestiaire et le terrain avec lui.

Après Riquelme, voilà Ronaldinho...
« Ronaldinho avait de la magie dans ses pieds. Un talent inoubliable et unique. »
Quel joueur ! Je n’oublierai jamais un but face à l’Espanyol. C’est un moment incrusté dans ma mémoire : Ronnie me fait une passe impensable avec le talon sans presque regarder où j’étais ! Ronaldinho avait de la magie dans ses pieds. Un talent inoubliable et unique.

Après le Barça, tu débarques à Séville, et avec toi, l’équipe gagne sa première Coupe de l'UEFA.
Un merveilleux souvenir. C’était le centenaire d’un club qui n’avait jamais rien gagné. Encore aujourd’hui, quand je passe à Séville, les gens me saluent avec beaucoup d’amour.

Pendant la Coupe du monde 2006, l’Argentine marque un but incroyable face à la Serbie. Tu as pris part à cette action historique...
Quel but ! Une action spectaculaire dans laquelle tous les Argentins ont touché le ballon. Le but arrive juste après un un-deux entre moi et Riquelme. Je vois « el Cuchu » (Cambiasso, ndlr) qui entre dans l’axe, je lui donne le ballon et après c’est lui qui, après une talonnade de Crespo, marque. Un vrai golazo.

Vidéo

Plus tard, l’Argentine sort contre l’Allemagne en quart de finale. C’était la première fois du tournoi que tu restais sur le banc pendant tout le match...
Ce fut dur. On s'est fait éliminer après avoir très bien joué. On était une équipe complète et compétitive, mais ça n'a pas suffi.

Plusieurs personnes ont dit que la faute en revenait à José Pékerman, qui, pendant que vous meniez 1-0, avait sorti Riquelme, idéal pour garder le ballon, pour donner de la place à Cambiasso...
Il ne faut pas penser à ces choses-là. On était une équipe préparée pour gagner. Après, les circonstances ont été défavorables. Le foot, c’est comme ça.

Après cette Coupe du monde, tu n’as plus jamais été convoqué par l’équipe d’Argentine. Tu as été déçu ?
Bien sûr. On veut toujours jouer dans l’équipe de notre pays. Mais l’Argentine a une énorme quantité de footballeurs de haut niveau, donc tu n’as jamais ta place assurée.

Lors de l’été 2007, tu passes du Barça au Real Madrid. Pourquoi ?
Je terminais le contrat avec le Barça, et le Real est venu me chercher. J’ai toujours mis la priorité sur ma carrière et donc je suis parti pour Madrid. Mais les Barcelonais ne m’en voulaient pas. Encore aujourd’hui, quand je suis à Barcelone, ils me demandent de prendre une photo et ils me traitent avec grand respect.

Quels sont tes souvenirs de ta période à l’AS Monaco ?
Des très bons souvenirs. On avait terminé troisième en Ligue 1, c’était une équipe très compétitive qui avait gagné son groupe en Ligue des champions. J’ai encore une bonne relation avec des coéquipiers de cette époque. Et ce fut un vrai plaisir de pouvoir être entraîné par Didier Deschamps, un coach excellent.

Tu penses quoi de Kylian Mbappé ?
Il est sans doute un des attaquants avec plus de projection actuellement. Il est très jeune et il sera convoité par les meilleurs clubs du monde, même si la saison actuelle de Monaco a démontré que les Monégasques sont aussi à un grand niveau.

On dit souvent que les supporters en Argentine sont uniques. Mais tu as joué en Grèce aussi...
« Je n’oublierai jamais le jour où je suis arrivé à l'Olympiakos : les supporters m’ont accueilli devant les bureaux du club avec des feux et en chantant. »
Ouh les supporters en Grèce sont terribles ! Les gens vivent le foot avec beaucoup de passion et ils te transmettent leur ardeur sur le terrain. Je n’oublierai jamais le jour où je suis arrivé à l'Olympiakos : les supporters m’ont accueilli devant les bureaux du club avec des feux et en chantant. C'était plutôt spectaculaire.

Si tu devais retenir un seul but ?
C’est vraiment compliqué de choisir un moment ou un but. Mais je crois que je vais choisir celui de mes débuts avec River.

Et le gardien qui t’a le plus marqué ?
(Rires) Sans doute le Mono Burgos. C’est lui qui m’a appelé « Conejo » (lapin en espagnol, ndlr) pour la première fois. C’était pendant un des premiers entraînements avec l'équipe première de River. Je lui pique le ballon, il me regarde et il me dit : « Tu sors d’où, petit lapin ? » , car j’étais rapide et il ne m’avait pas vu. Et finalement, tu peux t’imaginer comment termina cette action...

Propos recueillis par Antonio Moschella
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

Ce commentaire a été modifié.
Note : 2
Que c'est plat. Les réponses hyper lisses, sans aucune saveur, à l'inverse du joueur qu'il était.

Au moins ça fait remonter de bons souvenirs.
 //  10:03  //  Supporter du Red Star
Note : 1
C'est vrai c'est un peu étonnant... Ses réponses manquent de relief et d'anecdotes...

Il aura eu une carrière bien sympa en ayant joué dans des clubs mythiques...
1 réponse à ce commentaire.
Blaise Runner Niveau : District
Un de meilleurs joueurs préférés, de ceux qui transcendent leur rôle de joueur pour en devenir une madeleine de Proust pour ceux, qui comme moi, ont admiré ce joueur. Avant les Messi, Tevez, Kün, Dybala, il y a eu de beaux petits joueurs comme Saviola. Celui qui, avec Riquelme le Métronome et Crespo, m'a fait kiffer l'Argentine en premier. Depuis cette sublime CDM 2006 et son Argentine fabuleuse...

Je vais digresser un peu sur Riquelme, je me souviens être tombé sur un article de France Foot à l'époque dans lequel il était qualifié de métronome du collectif. Et j'avais trouvé ça parfait. Mais en réalité, ce type est pour moi un artisan horloger. Il s'assure que la mécanique de l'effectif soit en parfait état de marche, à tout instant. Et il la peaufine, la répare à coups de passe minutieuse et de déplacement bien senti. Ce but contre la Serbie (vidéo dans l'article) l'illustre parfaitement : au premier toucher, il fait repartir la mécanique de derrière car elle apparait bloquée, au deuxième, il décale sur l'aile, puis vient ce une-deux aérien avec Saviola (qui fait exploser la défense serbe sur son accélération précédente) et là, Cambiasso, qui avait tout vu avant tout le monde, est trouvé, puis la magie intervient une dernière fois avec cette talonade de Crespo. La messe était dite, cette Argentine allait être la plus belle équipe ayant foulé les pelouses allemandes de cet inoubliable été 2006...

Il s'agit du but que je préfère, d'abord construit patiemment, posé, au sol et le final est explosif, brutal, rapide, aérien. So Foot lui avait d'ailleurs consacré un article (trop court à mon goût) : http://www.sofoot.com/buts-de-legende-8 … 65128.html
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
 //  19:17  //  Aficionado de l'Argentine
Note : 1
Tout pareil, en terme d'action collective, le but de Cambiasso face à la Serbie reste mon but préféré (j'aime bien aussi celui de Maradona contre la Grèce en 94) ! Il représente vraiment la quintessence de ce jeu pour moi, tout ce que j'aime dans le foot !

Et encore aujourd'hui, quel regret de ne pas avoir vu cette sublime Argentine 2006 aller au bout (on ne reviendra pas sur le scénario du quart contre l'Allemagne, que l'Albiceleste maîtrisait jusqu'à la sortie de Riquelme). Je ne remets pas en question le titre de l'Italie car pour moi, c'était les deux meilleures équipes du Mondial 2006 : la plus complète (Italie) et la plus belle (Argentine)...
1 réponse à ce commentaire.
Le Gars Lactique Niveau : District
C'est l'un des premiers joueurs étiquetés "futur prodige" dont j'ai suivi la progression avec curiosité, j'aimais bien son style et son gabarit qui changeait des standards à l'époque.

En plus, en lisant Kop Football, j'avais découvert qu'il était présenté comme le futur Maradona donc je voulais suivre son évolution.

Il n'aura pas eu au final la carrière qu'on m'avait vendue.
pierrot92 Niveau : CFA
Saviola, c'est le genre de joueur, même à la retraite, t'attends toujours qu'il confirme les espoirs placés en lui, tellement t'as l'impression qu'il a toujours été présenté comme un futur grand.
Ca va il a fait une belle carrière, c'est pas Bryan Bergougnoux non plus.
1 réponse à ce commentaire.
Lacazette de pommes Niveau : District
Ce but contre la Serbie m'avait fait sauter de mon canapé. Je n'ose même pas imaginer l'état de transe, d'ivresse collective dans lequel devaient se trouver les joueurs argentins juste après le but. Ils savaient parfaitement ce qu'ils venaient de réaliser. Une véritable osmose. Assurément un des plus beaux buts qu'il m'est été donné de voir.
touchefresh Niveau : Ligue 1
 //  09:57  //  Passionné du Paris S-G
Mouais, Saviola reste une des premières grandes stars avant l'heure qui n'a jamais vraiment confirmé ce qu'on espérait de lui. On annonçait qu'il marcherait sur le football européen mais la sauce n'a jamais vraiment prise. Au moins ça à le mérite de me rendre nostalgique de mes premiers "l'entraineur"
Ce commentaire a été modifié.
blaise m'a tout dit Niveau : CFA2
Honnêtement , il ne m 'a jamais fait rêver , contrairement à ses contemporains argentins .
Profil atypique , mais une sacré tendance à regarder ses pieds en courant , ce qui faisait de lui une sacrée mobylette tout de même . Sans avoir la vista des Crespo , Riquelme , Ortega avec qui il partageait la sélection.
Ciel mon Nardi. Niveau : District
Il avait claqué un but de fou face à Rennes en prolongation de huitièmes de finale de Coupe de France, durant la saison 2004-2005. Alors excentré sur le côté gauche et collé sur la ligne de corner, il tente une bicyclette dos au gardien et sans angle. Sa frappe lobe Andreas Isaksson et le ballon viendra se loger dans la partie supérieure du petit filet opposé. Le match était insipide, mais je garde en mémoire ce but hallucinant 13 ans après.
Si t'as une vidéo je suis pas contre, raconté comme ça on a envie de le voir !
1 réponse à ce commentaire.
Tonolaf
Saviola était le joueur parfait à Championship Manager 99-00. On l'arrachait à River à 17 ans et il devenait injouable quelques années après.
Malheureusement, il a inauguré la longue liste des joueurs meilleurs en virtuel (Oui oui, sa carrière n'est si pas dégueue que ça).
#JeCroyaisEnMadssTimm
touchefresh Niveau : Ligue 1
 //  13:06  //  Passionné du Paris S-G
Note : 4
associé à un Nikiforenko, le tout alimenté par Pablo Aimar, ça faisait un malheur.
2 réponses à ce commentaire.
Interview fast food. Dommage
Jacques Vingtras Niveau : District
Les questions sont quand même d'un ennui mortel. Savoir faire parler les gens c'est un art, en particulier les peu loquaces.
Boxe-to-Bosse Niveau : DHR
"Après cette Coupe du monde, tu n’as plus jamais été convoqué par l’équipe d’Argentine. Tu as été déçu ?"

Faux. Il est sélectionné jusqu'en 2007 et marque même en amical contre la France (défaite 0-1 des bleus). Mais il ne participera plus à la moindre compétition internationale.
Charmatin Niveau : CFA2
Je me souviens de la première fois que je l'ai vu jouer, c'était une coupe du monde des moins de 20 ans je pense, que l'Argentine remporte en finale face au Ghana 3-0 (en 2000 ou 2001 je pense).

Tout ça pour dire que pendant cette coupe du monde, le mec avait claqué 11 buts et l'avait surtout marquée de son empreinte, il allait au Barça juste après. Il avait tout un sens du but et je croyais alors qu'il allait devenir la prochaine star planétaire.

C'est dommage, car le talent, je pense qu'il l'avait, mais il m'est toujours demeuré sympathique malgré tout.
Ce commentaire a été modifié.
Note : 1
Coeur avec ma bite !

Ce joueur est un mix de nostalgie virtuelle et de fulgurances réelles.

Et dire que je clamais haut et fort à qui voulait bien l'entendre en 2002 qu'il serait dans les 5 ans à venir le meilleur attaquant du monde. Oui, j'étais aveuglé par les 100 buts par saison qu'il plantait dans mon Barça sur Football Manager et son vrai transfert au Barça, plein de promesses et d'espoir.

Dire qu'il fait une très belle deuxième partie de saison en 2003/2004 aux côtés de Ronaldinho, Davids, Xavi & consorts.

Un rendez-vous avec l'histoire raté. Tristesse.
 //  18:55  //  Passionné des Philippines
Note : 1
Ce but quand même, j'étais devant mon écran, j'en frisonne encore aujourd'hui.

Equipe mythique qui n'a hélas pas pu confirmer les espoirs immenses placés en elle. Foutus tirs au but.

Ils m'avaient fait perdre un joli pactole, j'avais parié qu'ils iraient en finale.

Franco, Ayala, Sorin, Heinze, Milito, Burdisso, Coloccini, Combiasso, Mascherano, Riquelme, Aimar, Maxi Rodriguez, Saviola, Crespo, Messi, Tevez....
Saviola c'est un joueur qui aurait pu avoir une carrière tellement plus exceptionnelle. Au Stade de France vers 2005 il a mis à l'amende l'EDF, sans oublier qu'il fût le meilleur joueur du 1er tour de la Coupe du Monde de 2006.
Eternel regret je pense qu'il aurait fait une superbe carrière sous Guardiola car buteur et capable d'être créateur.
Hier à 22:52 Le triplé de Valère Germain 12
Hier à 21:12 La boulette de la gardienne portugaise 14 Hier à 20:09 Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC Hier à 11:03 Leroy Sané se tatoue son portrait dans le dos 101
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
mercredi 26 juillet Le Dynamo Kiev et Astana rigolent, Ludogorets et le Celtic font la moue 27 mercredi 26 juillet Les supporters niçois déjà bouillants 2
mercredi 26 juillet Un joueur quitte son club à cause de la croix catholique sur l'écusson 129 mercredi 26 juillet Siniša Mihajlović enquille les lucarnes à l'entraînement 19 mercredi 26 juillet Les fans de San Lorenzo reprennent Despacito (via Brut Sport) mardi 25 juillet Ederson atteint d'un cancer des testicules 67 mardi 25 juillet Marca annonce un accord pour Mbappé au Real Madrid 163 mardi 25 juillet Droit de réponse "Mistral Gagnant" 33 mardi 25 juillet La praline de Castillo au Mexique 4 lundi 24 juillet Reading présente ses maillots en réalité virtuelle lundi 24 juillet Entraînement arrêté à Leipzig après un pétage de plomb de Keïta 53 lundi 24 juillet Le maire de Mont-de-Marsan mange un rat à cause du PSG 26 lundi 24 juillet Quand des joueurs s'essaient aux glissades à plat ventre 6 lundi 24 juillet Ronald McDonald donne le coup d'envoi de Real-MU 28 lundi 24 juillet Ronaldinho régale au beach soccer 16 dimanche 23 juillet Benjamin Bourigeaud se la joue comme Beckham 7 dimanche 23 juillet Neymar claque un doublé contre la Juve 33 samedi 22 juillet Ménez accusé d'avoir dissimulé sa pubalgie 33 samedi 22 juillet Le fils de Pelé retourne en prison 8 samedi 22 juillet La mine de Batshuayi qui assomme Arsenal 25 samedi 22 juillet Le beau geste de Boateng pour Nouri 11 samedi 22 juillet Lama répond aux critiques sur la sélection guyanaise 15 vendredi 21 juillet Un joueur de MLS prend un amende à cause de ses chaussettes 11 vendredi 21 juillet Manchester City passe au foot US 12 vendredi 21 juillet La CAN se jouera l'été et à 24 équipes 75 jeudi 20 juillet Zabaleta claque une grosse volée pour accueillir Joe Hart 3 jeudi 20 juillet La théorie qui dit que Neymar va signer au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 20 juillet Une remontée historique des Seattle Sounders 20 mercredi 19 juillet Les Brésiliens du PSG (via BRUT SPORT) mercredi 19 juillet La petite gourmandise de Callejón 4 mercredi 19 juillet Un but barcelonesque en D4 argentine 11 mardi 18 juillet Un supporter argentin dégomme un drone 18 mardi 18 juillet Utaka débarque à Sedan ! 19 mardi 18 juillet La Norvège, prochaine étape de Diego Forlán ? 11 mardi 18 juillet Un champion du monde 2006 recherche un club sur LinkedIn 41 lundi 17 juillet Lass officiellement à Al-Jazira 40 lundi 17 juillet Un tatouage de Lacazette sur le cul d'un fan d'Arsenal 44 lundi 17 juillet Les énormes fumigènes du Lech Poznań 11 lundi 17 juillet Michu arrête sa carrière 14 lundi 17 juillet Diego Costa parade avec un maillot de l'Atlético 13 dimanche 16 juillet Marco Simone nouvel entraîneur du Club africain 7 dimanche 16 juillet La mine de Pato avec le Tianjin Quanjian 5 dimanche 16 juillet David Bellion au Festival d'Avignon 15 dimanche 16 juillet Le lapsus embarrassant de Biglia 17 dimanche 16 juillet Gold Cup : La Martinique quasiment éliminée 2 samedi 15 juillet La famille Ajax affiche son soutien à Nouri 7 samedi 15 juillet Éric Abidal flambe dans un tournoi de foot à six 13 samedi 15 juillet Ah, au fait, Sneijder est officiellement libre 25 samedi 15 juillet La Guyane éliminée de la Gold Cup 9 vendredi 14 juillet Un match amical à onze contre cent 12 vendredi 14 juillet La Guyane perd sur tapis vert à cause de Malouda 22 vendredi 14 juillet Candela régale avec l'équipe de France de légendes de futsal 14 vendredi 14 juillet Un jour après son transfert, il se prend un lob de 50 mètres jeudi 13 juillet Rooney claque une grosse mine pour son retour 18 jeudi 13 juillet Bolton installe des sièges de luxe dans son stade 16 jeudi 13 juillet Munich 1860 ne jouera plus à l'Allianz Arena 22 jeudi 13 juillet Chuck Blazer est mort 96 mercredi 12 juillet Un club anglais va payer ses joueuses autant que ses joueurs 27 mercredi 12 juillet En direct : la présentation de Dani Alves au PSG (via Brut Sport) 6 mercredi 12 juillet Solomon Nyantakyi accusé de double meurtre 40 mercredi 12 juillet Verratti affiche Trapp 36 mercredi 12 juillet La Guyane prend un point historique ! 41 mardi 11 juillet Malouda titulaire avec la Guyane 4 mardi 11 juillet Quel mercato pour la saison 2017/2018 ? 5 lundi 10 juillet Amavi recalé à la visite médicale 38 lundi 10 juillet Le pétard de Ziri Hammar 2 lundi 10 juillet Un Allemand passe du foot amateur à la D3 anglaise 21 dimanche 9 juillet L'hommage de United à Rooney 17 dimanche 9 juillet Sol Campbell prêt à travailler gratuitement 22 dimanche 9 juillet Un maillot interdit à cause d'une carte du XXe siècle 9 samedi 8 juillet Le coup franc sublime d'Anderlecht 1 vendredi 7 juillet Un cours d'anglais pour annoncer la dernière recrue de Swansea 1 vendredi 7 juillet Les joueurs de Bilbao se rasent le crâne en soutien à Yeray Álvarez 13 vendredi 7 juillet Guy Roux rêve d'aligner Macron 17 vendredi 7 juillet Le programme de la première journée de Ligue 1 31 vendredi 7 juillet Mbappé en tournée à Paris 66
À lire ensuite
Pas si mal, cette MU