1. //
  2. // Gr. E
  3. // Belgique-Italie (0-2)

Sautez Willy !

Marc Wilmots, c’est un peu ton pote bourré qui décide de ce que tu fais en soirée, mais que tu t’obstines à suivre, parce qu’il est quand même vachement sympa et charismatique. Seulement, il faut souvent plus qu’une bonne gestion humaine pour mener un groupe vers le succès.

Modififié
1k 25
« La leçon italienne » titre La Libre Belgique. « Le temps de la réflexion » selon Het Laatste Nieuws et, irrémédiablement, « Déjà sous pression » pour Le Soir. Sans surprise, la presse du Plat Pays n’avait pas envie de rire ce mardi matin. Des manchettes qui rappellent des gueules de bois douloureuses en Belgique, de l’ordre de celles d’un lendemain d’élimination insipide contre l’Argentine en quart du mondial brésilien. Et à chaque fois cette même rengaine : cette impression d’improvisation laissée par « coach » Wilmots. Mais, dans cet océan de titres, celui qui résume sans doute le mieux cette impression d’impuissance, laissée par la Belgique lundi soir, était à aller chercher en une du Gentenaar, dans la presse quotidienne flamande. « On fait quoi maintenant coach ? »

On le soupçonnait avant l’Euro, ça risque de se confirmer. « Le Taureau de Dongelberg » , comme il est encore parfois surnommé en Belgique - alors que ses joueurs jouent, au mieux, comme des vachettes d’Interville -, est arrivé à la fin d’un cycle. Qu’il gagne, car c’est encore possible, ou qu’il perde cet Euro, c’est déjà fort probable, il lui sera sans doute préférable de quitter la sélection. Histoire d’apaiser les frustrations et d’enfin confier cette « génération en or » à un homme de tableau noir.

Des absurdités « à la belge »


Si le but n’est pas d’incriminer ad hominem le seul et unique Wilmots de tous les maux des Belges, il n’en demeure pas moins utile de s’interroger sur le sélectionneur de la génération la plus talentueuse que la Belgique ait connue. Certes, Wilmots a fait renaître un engouement certain autour de la sélection belge. Il a enchaîné les bons résultats et a ainsi replacé la Belgique sur la carte mondiale footballistiquement parlant. De surcroît, il s’est montré plutôt bon orateur durant son mandat. Une faculté qui lui a sans doute permis de faire illusion. Seulement, l’incohérence se fait de plus en plus grande, à mesure que les années passent. « De Bruyne est mon numéro 10 » , « Origi a été sélectionné pour jouer sur l’aile » sont autant de joutes verbales que Marc Wilmots s’est amusé à répéter à qui voulait l’entendre, depuis des mois, et qu’il a tout simplement envoyer paître d’un revers de la main lundi soir. Le remplacement de Lukaku à la 73e par Origi, in fine à la pointe de l'attaque, est le dernier symbole du désert d’idée dans lequel randonne Marc Wilmots.

L’homme à la chemise blanche a encore une fois montré ses limites tactiques contre l’Italie. Il a cette faculté de prendre son petit monde à contre-pied, allant jusqu’à surprendre ses propres joueurs. Au point d’aligner un 4-3-3 avec Fellaini en 10 et De Bruyne sur la droite, après avoir fait évoluer son équipe en 4-2-3-1 depuis bon nombre de matchs, sous la direction du rouquin ou d’Eden Hazard, en numéro 10. Contre une équipe ultra compacte, le choix d’aligner Romelu Lukaku - vivement critiqué alors qu'il est de notoriété publique qu'il a besoin d’espaces pour performer - sonne comme le désaveu d’un sélectionneur envers le reste de son groupe. Comme le déchirement d’un père et de ses fils.

Un groupe qui stagne


Avec Willy, la vérité d’un jour n’est donc pas forcément celle du lendemain, mais le devoir de mémoire primera toujours sur la logique. Glorifié pour son coup de poker génial - emmener Origi au Brésil en 2014 - Wilmots s’est lié d’affection pour un joueur à qui il doit forcément beaucoup. Et la présence de l’attaquant de Liverpool sur le pré du Parc OL en fin de match, lundi soir, n’est pas due à autre chose. Le problème, c’est qu’Origi a prouvé à Wilmots qu’on ne gagne pas un match sur des souvenirs et que l’improvisation ne peut être bénéfique qu’à condition de rentrer et de s’inscrire dans un cadre et une logique collective.

Justement, le collectif. Il a été inexistant chez les Diables rouges, lundi soir. Une somme d’individualités de qualité bien moindre qu’un collectif bien bâti. « Des stars sans équipe, qui ont perdu contre une équipe sans stars » , comme le résumait parfaitement un supporter belge après le match. Le constat est sévère, mais il faut s’y faire. En 4 ans, Marc Wilmots n’a jamais été en mesure d’installer, dans la durée, un fonds de jeu digne et cohérent de la qualité dont il dispose. Pas d’équipe type non plus, alors que le gros du noyau est resté inchangé tout au long de son règne despotique. Pire, depuis le mondial brésilien, il n’est jamais parvenu à instaurer un pressing efficace, épuisant souvent ses joueurs à courir dans le vide. Là où Marc comblait ses lacunes par des choix souvent avisés lors de ses remplacements au Brésil, le sélectionneur belge a fait des choix surprenants lundi. Perdu face à la mainmise tactique de la Nazionale, Wilmots a paniqué. L’effet pervers d’une réussite passée, derrière laquelle on ne s’arrête plus de courir.

Contrairement à Deschamps contre la Roumanie, Wilmots n’a jamais eu le cran de sortir son joueur-clé, Kevin De Bruyne, pourtant en deçà de son niveau habituel. Wilmots n’a aucune certitude, si ce n’est l’illusion de faire systématiquement le bon choix. « Tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien. » Une phrase géniale de Socrate, dont Wilmots ferait bien de s’inspirer, lui qui a le don extraordinaire d’avoir une certitude absolue sur tout, au point de ne jamais se remettre en question. Son interview d’après-match en est la preuve. « Une victoire tactique de l’Italie ? Je ne crois pas, ils n’ont pas une seule grosse occasion en première mi-temps à part le but » , estimait Wilmots. « On a eu le monopole du ballon pendant trente minutes, mais on a fait une petite faute… Les Italiens ont réussi à inscrire un but sur leur première occasion. Les Italiens ont aussi fait des petites erreurs, mais leur finition était meilleure. »

Une conjoncture qui n’aide pas


Majoritairement fautif du naufrage des Diables, tout n’incombe cependant pas au seul Wilmots. Avec des stars à bout de souffle à l’image d’un De Bruyne, ou en plein doute, comme l’atteste la saison d’Eden Hazard, personne n’a été en mesure de sonner le glas de la révolte contre les Italiens. Pire, les joueurs belges n’ont, pour la plupart, jamais semblé vouloir mouiller le maillot. La faute à un manque de repères et de leaders. À ce titre, l’absence d’un Kompany en cristal est regrettable car, qu’on le veuille ou non, la présence du capitaine des Diables est indispensable au groupe, sur et en dehors du terrain. Autant de facteurs qui ont amorcé cet échec lors du premier match des Belges, lors de leur premier Euro depuis 16 ans. En ce sens, cette désillusion a ceci de particulier qu'en réalité, elle était annoncée et qu'en fait, la Belgique ne tombe pas de si haut qu'on pourrait le penser.

Pourtant, la presse mondiale et nationale n’a de cesse de rappeler les raisons pour lesquelles « cette équipe doit viser la finale » , prétextant une génération en or. Tous les spécialistes en Belgique s’accordent sur le fait qu’autre chose qu’une demi-finale serait un échec, oubliant bien vite qu’on ne gagne pas une compétition internationale comme on gagne un match amical ou de qualif’, grâce à des exploits individuels. C’est pourtant le cas depuis trop longtemps maintenant avec cette « génération en or » , jusqu’ici plutôt estampillée plaquée or et qui peine à briller. Les troubles sont certes profonds, mais il n'est pas trop tard pour secouer tout ça et rayonner dans cet Euro. Pour que Wilmots ne quitte pas les Diables, auxquels il a tant apporté, en désamour complet avec son public. À moins que tout ça ne soit en fait qu’un énième contre-pied de Willy pour éviter la première place et s’offrir un tableau plus favorable en évitant, notamment, l’Allemagne lors d’un hypothétique quart de finale.

Par Ludovic Uytdenhoef et Martin Grimberghs, en Belgique
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Si vous voulez un cador tactiquement, un certain L. Blanc serait disponible.
"Meilleure génération", etc..

Ignorance, oui.. Votre nom sonne belge ; apprenez l'Histoire de votre football, que diable et, à moins de ne vouloir valoir mieux qu'eux : cessez de vous faire ballader par des médias court-termistes et mercantiles..

C'est d'autant plus dommage que, pour le solde, l'article me paraît plutôt réussi.
floyd pink Niveau : CFA
Perso, à partir du moment où tu fais jouer De Bruyne sur le côté, c'est la preuve que tu n'as aucune compétence pour être entraineur.
Il y en a plein d'autres de preuve hein... comme le fait de prendre 4 attaquants de pointe...
Il en parlait assez bien sur nos antennes de la RTBF hier soir: les seules rencontres de la Belgique contre des très gros pays de football (en phase finale), c'est deux défaites. C'est triste. J'aimerais que cette équipe se trouve un grand coach, capable de récupérer le travail qu'à fait ce bon vieux Willy pour le bonifier, pour créer un vrai plan de jeu, pour faire une grande équipe. Je verrais pas mal Vanhaezebrouck (et pis ça fera plaisir aux français qui adore prononcer les noms flamands) ou Preud'homme.

Le match de hier a quand même montré toute les limites de Wilmots, surtout avec sa compo. Je me demande la gueule que ça aurait eu avec un:

Basthuayi
Hazard-De Bruyne/Mertens
Dembélé-Nainggolan
Lukaku-Vertonghen-Alderweireld-Ciman
La vache, depuis ce matin on a l'impression que la Belgique est éliminé
Message posté par Bota67
"Meilleure génération", etc..

Ignorance, oui.. Votre nom sonne belge ; apprenez l'Histoire de votre football, que diable et, à moins de ne vouloir valoir mieux qu'eux : cessez de vous faire ballader par des médias court-termistes et mercantiles..

C'est d'autant plus dommage que, pour le solde, l'article me paraît plutôt réussi.


Tiens Bota67, toi qui connais si bien l'histoire du football, si tu devais choisir une génération dorée du football belge, laquelle choisirais-tu ?
Il me semble que l'équipe de Belgique foutait régulièrement des roustes à l'équipe de France au début du XXè siècle.
JohanMarcoDenis Niveau : District
Il est malheureusement trop tard pour tirer sur l'ambulance,l'Euro a commencé et ils ont raté leur entrée mais ce qui choque le plus c'est son incapacité à admettre ses erreurs ça en devient detestable. Oser dire que l'Italie n'a pas gagné le match tactiquement c'est vraiment de la mauvaise foi. Et Il a beau etre un excellent motivateur mais à un moment il doit faire comprendre à certains cadres qu'ils doivent se bouger le cul si ils veulent encore etre titulaires.

Ajouté à ca son double discours et ses choix incohérents qui je pense, commencent à fatiguer plus d'un joueur
Franchement, vu les occasions, pour le même prix c'était 1-1
Mais quand tu as 6 occasions de marquer et que tu en mets 0 au fond, ça ne pardonne pas contre cette défense Made In Juve.
Voilà, après je regrette que tout le monde retourne sa veste en un seul match.
Certes, y a bcp de marge pour s'améliorer, mais hier, j'ai vu des Diables essayer de jouer plus vite que lors de tous les derniers matchs, et si on dit qu'ils n'ont pas mouillé le maillot, c'est du n'importe quoi.
Fabrizio Salina Niveau : CFA2
Heureusement il lui reste sa propriété dans le bordelais où ce bon vivant pourra faire ce qu'il sait faire de mieux, enquiller les petits rouges en attendant que l'opinion publique l'oublie. Et tant pis si ça prend deux ans.

C'est Bielsa qu'il vous faut les gars.
Ahahahaha Attendez seulement ! Vous allez tellement nous sucer lorsque on va venir vous violer en finale de votre Euro

Cela va être jouissif

Pour les Footixxx de France, histoire de comprendre certaines choses. Pas un grand tacticien, mais un fin calculateur ;)

http://sportmagazine.levif.be/sport/foo … e=Facebook
Message posté par Maulk
Tiens Bota67, toi qui connais si bien l'histoire du football, si tu devais choisir une génération dorée du football belge, laquelle choisirais-tu ?
Il me semble que l'équipe de Belgique foutait régulièrement des roustes à l'équipe de France au début du XXè siècle.


La Belgique tapait régulièrement la France, oui..et le reste de l'Europe tapait régulièrement la Belgique, bref.. ;)

Par contre ils devinrent assurément des plus compétitifs, clubs comme sélection, à compter de..1913 ; mauvais timing donc, et l'occupation allemande fit un mal fou à ce football, sans quoi et vu les arguments structurels et financiers dont ils disposaient, qui sait..

Le titre olympique de 1920 est sans doute surtout géopolitique ; il y avait certes l'un ou l'autre excellents joueurs, mais..

Puis et tandis que le professionnalisme se développe en Europes centrale et latine : un demi-siècle d'obscurantisme et d'amateurisme, dans tous les sens du terme.. De très grands joueurs çà et là, de grandes stars continentales, courtisées par les plus grands clubs d'Europe..mais tous freinés ou salis par la fédération, notoirement la plus rétrograde et conservatrice d'Europe.. ce qui bien sûr se ressentait aussi en sélection..

Bref et pour ces années-là : beaucoup de gâchis, et difficile d'en dire grand-chose sinon à épingler de grandes figures..malheureuses et souvent subversives..

Pas de miracle, il fallut y attendre que le football se professionnalise d'un peu.. Pour ma part j'épinglerais la génération des Van Himst, Van Moer, Lambert, Puis, Piot, Heylens, Thissen, Dewalque ; chacun d'entre eux était un crack..

Quoique semi-professionnels ils étaient bien plus au point que les Pays-Bas de Cruijff & Co ; une seule défaite concédée en 13 matchs contre eux je crois.. Défaite pour le moins discutable en demi d'Euro 1972 contre ce que beaucoup tiennent pour la meilleure équipe d'Allemagne de l'Histoire, puis élimination tout bonnement scandaleuse face aux Pays-Bas pour la Coupe du Monde 1974, le tout à chaque fois (je crois) sans le maître à jouer Van Moer..

Derrière cette génération-là, guère vernie : je mettrais celle du début des années 1980. Son aboutissement eût dû survenir à l'Euro 1984 sauf que, suite à une sanction en interne, l'équipe qui s'y présenta fut soudain l'équivalent d'une France privée de l'intégralité de son "carré magique"..

La demi-finale en 1986? Au regard des équipes susmentionnées et sur la forme, ce fut pour ainsi dire une incongruité..

Bref : les palmarès suggèrent 1920, 1986..quand le niveau réel de ces sélections invite surtout à considérer 1972, 1974, 1980, 1982, 1984.. Ca peut paraître paradoxal, mais..
Cher Ludovic,

Rappelle toi en 2006 quand la France est arrivée en Finale apes deux matchs légendaires contre la Suisse et la térrifiante Corée de Ji-Sung Park !

Ou quand le Portugal, après avoir perdu le match inaugural contre la Grèce en 2004, a quand meme réussi a arriver en finale !

Garde ton analyse tactique pour le moment de leur elimination !
JestroGoal008 Niveau : DHR
Message posté par Bota67
La Belgique tapait régulièrement la France, oui..et le reste de l'Europe tapait régulièrement la Belgique, bref.. ;)

Par contre ils devinrent assurément des plus compétitifs, clubs comme sélection, à compter de..1913 ; mauvais timing donc, et l'occupation allemande fit un mal fou à ce football, sans quoi et vu les arguments structurels et financiers dont ils disposaient, qui sait..

Le titre olympique de 1920 est sans doute surtout géopolitique ; il y avait certes l'un ou l'autre excellents joueurs, mais..

Puis et tandis que le professionnalisme se développe en Europes centrale et latine : un demi-siècle d'obscurantisme et d'amateurisme, dans tous les sens du terme.. De très grands joueurs çà et là, de grandes stars continentales, courtisées par les plus grands clubs d'Europe..mais tous freinés ou salis par la fédération, notoirement la plus rétrograde et conservatrice d'Europe.. ce qui bien sûr se ressentait aussi en sélection..

Bref et pour ces années-là : beaucoup de gâchis, et difficile d'en dire grand-chose sinon à épingler de grandes figures..malheureuses et souvent subversives..

Pas de miracle, il fallut y attendre que le football se professionnalise d'un peu.. Pour ma part j'épinglerais la génération des Van Himst, Van Moer, Lambert, Puis, Piot, Heylens, Thissen, Dewalque ; chacun d'entre eux était un crack..

Quoique semi-professionnels ils étaient bien plus au point que les Pays-Bas de Cruijff & Co ; une seule défaite concédée en 13 matchs contre eux je crois.. Défaite pour le moins discutable en demi d'Euro 1972 contre ce que beaucoup tiennent pour la meilleure équipe d'Allemagne de l'Histoire, puis élimination tout bonnement scandaleuse face aux Pays-Bas pour la Coupe du Monde 1974, le tout à chaque fois (je crois) sans le maître à jouer Van Moer..

Derrière cette génération-là, guère vernie : je mettrais celle du début des années 1980. Son aboutissement eût dû survenir à l'Euro 1984 sauf que, suite à une sanction en interne, l'équipe qui s'y présenta fut soudain l'équivalent d'une France privée de l'intégralité de son "carré magique"..

La demi-finale en 1986? Au regard des équipes susmentionnées et sur la forme, ce fut pour ainsi dire une incongruité..

Bref : les palmarès suggèrent 1920, 1986..quand le niveau réel de ces sélections invite surtout à considérer 1972, 1974, 1980, 1982, 1984.. Ca peut paraître paradoxal, mais..


Je suis belge et je peux te dire qu'on s'en fout complètement du titre de 1920, et que tu rentres juste dans le jeu d'une ironie que tu n'a pas su saisir malgré ta connaissance digne de Wikipédia.. peut-être parce que...

Et sinon arrêtez de parler de retournement de veste, le cas Wilmots fait parler depuis 2014, et il nous la met bien tous à l'envers!
Pendant les matchs amicaux de Mai/Juin, il a pris tout le monde a contre-pied avec des choix osés, comme celui de Witsel en latéral droit. Choix complètement compréhensible quand on sait qu'il est plus un ralentisseur de jeu qu'autre chose, malgré sa grande qualité technique, que cela permet un milieu Dembelé-Nainggolan et que cela nous évite de se taper Ciman ou Alderweireld à droite, dont la seule utilité offensivement est de redonner la balle au défenseur central... Bref, après un match pas mauvais, il abandonne l'idée.
Et que dire de J.Lukaku en arrière gauche, qui, pendant tout le match contre la Norvège nous a montré ce qu'un latéral devait apporter: de la percussion, de la vitesse et une qualité de centre! Encore raté! Willy nous remet une bonne défense formée de 4 centraux de formation.
Vient le cas Fellaini, qui lui a un abonnement au 11. C'est l'exemple-type du favoritisme sous Wilmots, des mecs qui ont beau ne pas convenir au système ou ne pas montré ce qu'il faut en club, mais qui seront d'office titulaire.
Wilmots j'ai essayé de te soutenir quand tu montrais des envies de coacher, mais j'en ai marre de ta passivité et de ta faculté, quand tu es dans l'adversité, à remettre ce qui a toujours fonctionné, parce que c'est pas ca le boulot d'entraineur!
Pierre du Bayern Niveau : CFA2
Au fait, la Belgique n'est pas éliminée. L'Italie va ramasser tout le monde, la Suède est très faible (même avec le grand brun) et l'Irlande n'est pas au niveau de la Belgique.

2nd ?
D'ailleurs, est-ce qu'on aurait annoncé l'Italie éliminée si elle avait pris 1-0 ? Jamais !
Message posté par JestroGoal008
Je suis belge et je peux te dire qu'on s'en fout complètement du titre de 1920, et que tu rentres juste dans le jeu d'une ironie que tu n'a pas su saisir malgré ta connaissance digne de Wikipédia.. peut-être parce que...

Et sinon arrêtez de parler de retournement de veste, le cas Wilmots fait parler depuis 2014, et il nous la met bien tous à l'envers!
Pendant les matchs amicaux de Mai/Juin, il a pris tout le monde a contre-pied avec des choix osés, comme celui de Witsel en latéral droit. Choix complètement compréhensible quand on sait qu'il est plus un ralentisseur de jeu qu'autre chose, malgré sa grande qualité technique, que cela permet un milieu Dembelé-Nainggolan et que cela nous évite de se taper Ciman ou Alderweireld à droite, dont la seule utilité offensivement est de redonner la balle au défenseur central... Bref, après un match pas mauvais, il abandonne l'idée.
Et que dire de J.Lukaku en arrière gauche, qui, pendant tout le match contre la Norvège nous a montré ce qu'un latéral devait apporter: de la percussion, de la vitesse et une qualité de centre! Encore raté! Willy nous remet une bonne défense formée de 4 centraux de formation.
Vient le cas Fellaini, qui lui a un abonnement au 11. C'est l'exemple-type du favoritisme sous Wilmots, des mecs qui ont beau ne pas convenir au système ou ne pas montré ce qu'il faut en club, mais qui seront d'office titulaire.
Wilmots j'ai essayé de te soutenir quand tu montrais des envies de coacher, mais j'en ai marre de ta passivité et de ta faculté, quand tu es dans l'adversité, à remettre ce qui a toujours fonctionné, parce que c'est pas ca le boulot d'entraineur!


C'est quoi ce premier paragraphe?

"Ironie non-saisie", qu'en sais-tu : tu es dans sa tête? Ou, ignorance bienheureuse coutumière : tu es de ces acculturés qui croient que le football d'avant-guerre ne vaut pas qu'on s'y attarde?

Les Uruguayens accordent du prix à leurs titres des années 1920, les passionnés anversois que je connais aussi, et ils ont bien raison.. Si tu veux l'adresse de sites formidables, y a qu'à demander.
Message posté par So6demorto
La vache, depuis ce matin on a l'impression que la Belgique est éliminé


C'est de l'acharnement médiatique depuis hier, tout ca parce que 3-4 footix/journaleux annonçaient la Belgique comme favori et l'Italie comme nullissime en oubliant que Conte est sans doute le plus grand tacticien de cet Euro et Wilmots pas loin du plus mauvais! Contre les autres équipes moins organisées et plus joueuses ca devrait passer avec quelques ajustements (triple blasphème Dembélé sur le banc, KDB sur l'aile, Fellaini en 10)!
Message posté par Skorpios
Ahahahaha Attendez seulement ! Vous allez tellement nous sucer lorsque on va venir vous violer en finale de votre Euro

Cela va être jouissif

Pour les Footixxx de France, histoire de comprendre certaines choses. Pas un grand tacticien, mais un fin calculateur ;)

http://sportmagazine.levif.be/sport/foo … e=Facebook


Y'a moyen d'être drôle en étant vulgaire, mais ça suffit pas, tich...
Message posté par Theo Poel
Y'a moyen d'être drôle en étant vulgaire, mais ça suffit pas, tich...


Ah des Bigard ça ne court pas les rues..

Les cuistres par contre..
pierre ménès 2.0 Niveau : Ligue 1
Si on se réajuste tactiquement ça va le faire, ce match c'était une grosse alerte mais ça signait pas encore la fin des haricots.

Et puis il me semble que en finissant 1 er on aurait eu un putain de tableau pour la suite donc à voir si cette deuxième place n'est pas plus bandante...
Message posté par Bota67
Ah des Bigard ça ne court pas les rues..

Les cuistres par contre..


t as pourtant l air un peu vieux pour courir
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
1k 25