En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 7e journée
  3. // Sassuolo/Juventus

Sassuolo, laboratoire de la Juve ?

En déplacement à Sassuolo, la Juve y croisera les prometteurs attaquants Berardi et Zaza sur qui elle a mis le grappin l'an passé. Ils sont le fruit d'une étroite collaboration. Mais vont-ils un jour revenir à Turin ?

« Il y a une grande collaboration avec Sassuolo. » Ce sont les mots, en janvier dernier, de Giuseppe Marotta, actuel administrateur délégué de la Juventus. Malgré son strabisme légendaire, le dirigeant bianconero voit à long terme et voit très bien. Fin boursicoteur, il a fait d'excellents placements chez le petit poucet de Serie A : ils sont jeunes, attaquants et s'appellent Simone Zaza et Domenico Berardi. L'un est international italien depuis un mois, l'autre ne devrait pas tarder à le devenir au rythme où il progresse. Des relations entre les deux clubs facilitées par Giovanni Rossi, le directeur sportif neroverde ayant en effet passé quatre années à la tête du centre de formation bianconero, de 2009 à 2013. Les trois dernières aux côtés de Marotta. Nul doute qu'il y est également pour beaucoup dans les opérations régulières entre les deux clubs. Outre les deux attaquants, d'autres jeunes prometteurs sont passés par la case Sassuolo : Luca Marrone désormais rentré à la maison mère, l'attaquant ghanéen Richmond Boakye, tandis que son compatriote milieu de terrain Raman Chibsah y est encore.

Marotta, syndic de copropriété


Giuseppe Marotta doit rendre fou les codeurs de Football Manager. Suffit de voir la façon dont il a pris possession des deux attaquants stars. Berardi n'a pas encore fait ses débuts en Serie A que la Juve achète sa copropriété en septembre 2013, en échange de celle de Marrone. Elle le laisse tout de même chez les Neroverdi pour lui offrir le temps de jeu nécessaire à un jeune de 19 ans. Pari gagnant, il affole les compteurs (16 buts), les autres clubs ne daignent même pas s'y intéresser, sachant très bien que Marotta a mis le grappin dessus. Copropriété renouvelée en juin dernier et pour la dernière fois. Pour cause, cette formule exclusivement italienne disparaîtra l'été prochain. L'accord est déjà prévu, la Juve n'aura qu'à débourser 15 millions d'euros pour le racheter intégralement.

Zaza, lui, s'est retrouvé au milieu d'un jeu de chaises musicales difficile à suivre. Nous sommes toujours à l'été 2013, Gabbiadini alors en copropriété avec l'Atalanta est entièrement racheté par la Juve, puis vendu à la Sampdoria avant qu'un accord de copropriété ne soit établi à hauteur de 5,5 millions. Dans le même temps, les dirigeants bianconeri s'offrent Zaza (prêté par les Blucerchiati depuis trois ans et sortant d'une grosse saison en Serie B avec l'Ascoli) moyennant 3,5 millions, puis le refourguent (toujours en « copro » ) à Sassuolo pour 2,5 millions. Là, Simone plante ses 10 buts et est entièrement racheté par les Neroverdi pour 7,5 millions avec option prioritaire pour la Vieille Dame à 14 millions en juin 2015, et à 18 millions en juin 2016. Au revoir, merci.

Berardi indiscipliné, Zaza irrégulier


Reste à savoir où en sont les deux gaillards cette saison. Berardi continue de se distinguer entre jolis buts et cartons rouges scandaleux. Un manque de discipline à faire pâlir Balotelli... De fait, Berardi, c'est 12 matchs de suspension cumulés depuis août 2013. Embrouille avec Fiorillo, coups de coude dans la tronche de Molinaro et de Juan Jesus. Alors, si tout le monde est d'accord sur ses qualités techniques, on peut avoir de gros doutes quant au mental du joueur et ce, même s'il bat des records de précocité. Il se distingue aussi avec les U21 italiens, qui feront partie des favoris pour le prochain Euro Espoirs.


Pour Zaza, c'est un peu l'inverse, pas de débordements, mais une moyenne de buts qui a du mal à décoller. L'homme au nom et au prénom de travesti en est à un petit but en Serie A cette saison, inscrit... lors de la première journée. Depuis, plus rien, et même un tour sur le banc de touche. Entre-temps, il y a eu cette Zazamania après ses très bons débuts en Nazionale mais qui, a fortiori, lui a fait plus de mal que de bien. Conte semblait d'ailleurs lui accorder une confiance aveugle avant de finalement se rétracter. L'esprit de sacrifice est irréprochable, certes, mais la finition laisse encore à désirer. Attendons avant de crier au futur grand avant-centre de la Nazionale.

Petit bémol concernant ces placements judicieux : la Juve a effectué le même genre d'opération avec Immobile et Gabbiadini, le premier a été vendu définitivement au Borussia et le second est resté à la Samp. Pourtant, la moyenne d'âge relativement avancée du compartiment offensif bianconero laissait à penser qu'au moins l'un des quatre jeunes allait revenir à Turin cet été. Quagliarella et Vučinić (tous deux trentenaires) sont effectivement partis, mais ils ont été remplacés numériquement par Morata et Coman, soit deux étrangers. Et si Marotta n'était finalement qu'un simple spéculateur ?

Par Valentin Pauluzzi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 2 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
samedi 20 janvier Coentrão casse le banc des remplaçants 9
À lire ensuite
Et Gallas swingua...