Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Finale
  3. // Santos/Barça

Santos veut y croire

A la quête de son troisième titre mondial, Santos va croiser un encombrant ensemble blaugrana sur sa route. Mais la taille de l'obstacle ne rend pas fataliste le club de Pelé. Au Brésil, on y croit, et on avance les arguments.

Modififié
En Amérique latine, et plus particulièrement au Brésil, le Mondial des Clubs n'a rien d'une corvée. Cette compétition dont on cherche à s'acquitter à l'économie, en comptant sur l'indulgence de supporters mal réveillés. Loin du dédain européen, l'ex-Coupe Intercontinentale constitue l'un des points d'orgue de la saison. Le moment de bénéficier d'une projection internationale et de prouver aussi que malgré le déséquilibre des termes de l'échange entre Europe et Amérique du Sud, les clubs du sous-continent peuvent encore rivaliser balle aux pieds. Pour Santos, la compétition revêt une importance d'autant plus grande, qu'elle offre l'opportunité au Peixe de renouer avec son passé légendaire, en l'occurrence, les deux Coupes Intercontinentales remportées par la bande à Pelé en 1962 et 1963.

Alors, pas question pour le club blanc et noir de s'avancer résigné devant le Barça. Les joueurs y croient, leurs supporters rêvent éveillés, et la presse brésilienne s'échine à se convaincre que Santos peut le faire. En une de Placar, le mensuel de référence au pays du futebol, Neymar adresse un clin d'œil confiant aux lecteurs, et la légende assure que le gallinacé auriverde « détient les armes pour rivaliser avec Messi » . Au-delà de la personnalisation du duel autour de ses deux stars, Placar s'attarde sur les rares déconvenues du Barça, afin de pointer les failles tout aussi rares du collectif blaugrana.

Pour le mensuel brésilien, le talon d'Achille du champion d'Europe se trouve dans le dos de ses latéraux. La relative faiblesse de son jeu aérien est aussi pointée du doigt. Pour tirer ces conclusions, les journalistes auriverde sont allés chercher Pepe Mel, l'entraîneur qui avait triomphé du Barça en Coupe avec le Betis Seville en janvier dernier. Marcelo Bielsa est aussi convoqué pour s'être trouvé à deux doigts de faire tomber les Blaugranas à San Mamés. Pour contrarier la Pep Team, Placar propose aussi au coach santiste, Muricy Ramalho, de jeter Ganso sur le banc et de miser sur l'impact physique d'Alan Kardec. Armé de son mètre 87 et d'une grosse caisse, l'homonyme du codificateur français du spiritisme (si, si !) serait affecté à une double tâche : s'imposer physiquement dans la surface, et presser Xavi à la source.

Ramalho, prochain sélectionneur auriverde ?


Question de fierté nationale pour les Brésiliens, le Mondial des Clubs permet aux Européens de faire connaissance avec des talents confinés jusqu'alors aux rives ouest de l'Atlantique. On pense notamment à l'excellent milieu défensif, Arouca, primordial dans la conquête de la Libertadores, et à l'avant-centre, Borges. Parfois comparé à Samuel Eto'o, ce dernier chiffre déjà la trentaine, mais vient de boucler une saison exceptionnelle, avec 23 buts en 29 matches de Brasileirão. Débarqué en mai dernier, l'avant-centre s'est immédiatement imposé chez le Peixe.

Pour Santos et le Brésil, cette finale de la Coupe du Monde des clubs se veut d'autant plus significative qu'elle confirmerait, en cas de belle répartie donnée au Barça, le regain d'un championnat désormais capable de rapatrier certains des meilleurs éléments nationaux, et de conserver ses plus grands espoirs. Cf Neymar. La finale pourrait aussi permettre à Muricy Ramalho de marquer de nouveaux points. Rappelons que la fédération brésilienne avait considéré l'actuel entraîneur santiste comme l'option numéro une pour prendre la succession de Dunga. Le coach venait alors de s'engager avec Fluminense, avec lequel il remportera le championnat, et déclina l'offre. Reste qu'en cas d'enlisement du processus Menezes, Ramalho fait toujours figure de grand prétendant aux rênes de la Seleçao. En attendant, il y a une troisième titre mondial à ramener pour faire rebander Pelé, et transformer les rues de Santos en fontaine à cachaça avant même les douze coups de midi.

Par Thomas Goubin
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 22:24 Bonus Coupe du monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 3
il y a 4 heures Vers une pénurie de bière pendant le Mondial ? 42
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Podcast Football Recall Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
il y a 7 heures Tinder fait sauter les réseaux russes pendant le Mondial 33 il y a 8 heures La chanson d'Oldelaf pour encourager les Bleus (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 29: Le blocus français, le blocus saoudien et l’œdipe marocain Hier à 09:26 Tex est en Russie pour la Coupe du monde ! (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 28: L'Angleterre encore à la peine, la diète de Fekir et des « blagues » japonaises