1. //
  2. // Copa Libertadores
  3. // 8e

Santos et la U font un carton

Neymar et Riquelme encore, mais aussi une U de Chile superlative, et des Brésiliens impériaux. Les huitièmes de finale retour de la Copa Libertadores ont été riches en sensation fortes, et les quarts de finale s'annoncent rock'n'roll.

Modififié
2 10
Pourquoi se presser, puisque le ballon court plus vite que les joueurs. En huitièmes de finale retour, Juan Roman Riquelme a encore imposé sa vision du football. Deux passes décisives saumon-caviar et un but (voir vidéo). Une performance cinq étoiles qui le propulse au sommet du Livre des records de Boca. Avec 23 pions en Libertadores, Riquelme se place en tête du classement des meilleurs réalisateurs de l'histoire xeneize dans le tournoi latino-américain, aux côtés de Martin Palermo.

Le Droopy argentin a également signé sa soixantième apparition dans la compétition, autre record, qu'il co-détient pour le moment avec Clemente et Battaglia, avant de s'échapper en solo, sauf blessure, dès les quarts de finale. Vainqueur à l'aller (2-1), Boca n'a pas tremblé au Chili, et dominé l'Union Española (2-3). Leurs compatriotes de Vélez Sarsflied ont, en revanche, souffert à domicile face à l'Atlético Nacional (1-1) après l'avoir emporté à l'aller (0-1), mais ils tiennent également leur qualification. En quarts de finale, les Blanc et Bleu feront face à Santos, le champion en titre.

Union Espanola – Boca Juniors 2-3
Youtube

La force auriverde

Ils sont descendus de la montagne, et un raz de marée les a noyés. Après un match aller maîtrisé à La Paz face à Santos (2-1), le Club Bolivar a explosé en vol au Brésil (8-0). Il s'agit du plus gros écart enregistré en Copa Libertadores depuis 27 ans. Rien de moins. Neymar s'est encore distingué en inscrivant deux buts et en offrant autant de passes décisives. On retiendra en priorité ce centre de l'extérieur repris d'une talonnade par Ganso. Au total, la moitié des qualifiés pour les quarts de finale sont brésiliens : Santos, Corinthians, Vasco de Gama, et Fluminense. Champion du Brésil en titre, le Timão s'est baladé face à Emelec (3-0).

Au prochain tour, Corinthians recevra le Vasco de Gama de Juninho, qui a sorti aux pénaltys les Argentins de Lanus (1-1, 5-4 t.a.b), tandis que Fluminense en découdra avec Boca, pour ce qui constituera le choc de ces quarts de finale. Flu a douté jusqu'au coup de sifflet final, mais a finalement évincé ses compatriotes de l'Internacional (2-1). Après un match aller fermé (0-0), les Colorados semblaient pourtant avoir fait le plus dur en ouvrant le score d'entrée de jeu. Mais le représentant de Porto Alegre s'est fait rejoindre dans la foulée, avant que Fred ne fasse exploser le Maracana en reprenant de la tête un coup franc, juste avant les citrons. Plus rien ne sera marqué en seconde période.

Santos – Bolivar (8-0)
Youtube

La U remplit sa mission impossible

Si Santos a réalisé un carton historique, la vraie grosse, énorme, inouïe performance des huitièmes retour a été signée par la U de Chile. Vainqueurs de la Copa Sudamericana en 2011, et auteurs d'une belle phase de poules, les Universitaires paraissaient avoir dit adieu à la Libertadores après leur inattendue déroute en Équateur face au Deportivo Quito (4-1). Mais depuis la reprise en main de l'équipe par l'Argentin Jorge Sampaoli, grand admirateur de Bielsa, la U a changé de dimension, et semble capable de renverser des montagnes. La preuve ? A la mi-temps, les Chiliens avaient déjà fait le nécessaire pour valider leur qualification (3-0).

Ils inscriront trois nouveaux buts en seconde période sans laisser les Équatoriens approcher de leurs filets. En quart de finale, la U se trouve devant un défi à sa portée : éliminer les Paraguayens de Libertad. Les Guaranis, entraînés par Jorge Burruchaga, ont éliminé les Mexicains de Cruz Azul (2-0, 1-1), où était annoncé Jorge Sampaoli en début de semaine. Mais depuis jeudi soir, la cote de l'entraîneur argentin a encore été revue à la hausse, et les Mexicains devraient faire face à une rude concurrence pour le débaucher.

U de Chile – Deportivo Quito (6-0)

Youtube


Par Thomas Goubin
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Un papier sur ce coach svp : Sampaoli
Mais quelle arrogance!
Je pensais même pas possible un geste (4:35)pareil dans des moments pareil, c'est humiliant, complétement débile, et qui plus est, inutile. C'est beau, mais c'est nul.
Qu'il reste au Brésil celui là, si je vois un match de lui, je lui pisse dessus du haut des tribunes.

En fait nan, qu'il aille au Barça, qu'il fasse un dribble comme ça sur Pepe, juste que je rigole un coup en le voyant ramasser son mollet.

Quels #merde ces joueurs de plage.
waynerooney Niveau : CFA
Dilaw sale tocard, quand t'auras mis plus de 100 buts avant 20 ans comme lui l'a fait tu pourras l'ouvrir. Neymar est bel et bien le meilleur joueur en Amerique du Sud, que ça plaise ou non.
Antarcticdonkey Niveau : Ligue 1
Note : 1
Je n'ai pas vu le geste de Neymar, mais pour modérer ton propos, sache que Neymar s'était fait conspuer par le public, avait reçu un projectile et s'est fait tacler durement à plusieurs reprises...

Alors oui le geste doit montrer un manque d'humilité de Neymar, quoique la raclée face au Barça lui a un peu remis les idées en place, mais il vaut mieux qu'il se venge comme ça au lieu de donner des coups...
Le Tahélandais
+1 waynerooney
Ahah Neymar petit con qui fout un sombrero à 7-0 ! J'adore, par contre la simmulation quand il perd la balle, remballe. Soit il flambe et il assume soit il tente pas de geste humiliant... Je trouve qu'on ne parle pas assez de Ganso, qui lui pourrait carrément flamber en europe (Je ne suis pas sur que l'acclimatation se passerait bien pour Neymar)
Mais non Mais non!! Laissez Neymar faire ce genre de geste c'est pour ça qu'on regarde le foot!! Il le fait à 7-0 mais il a fait d'autres gestes bien avant, et pour comprendre le pourquoi de ce chambrage il faut avoir vu le match aller qui a été honteux!!! Coups, Jets de projectiles insultes etc...
C'est comme ça qu'ils répondent et c'est beau! Pour l'acclimatation de Neymar je ne me fais pas de soucis, vous verrez! Ganso est un maestro lent mais doté d'une vision du jeu et d'une technique incroyable... dans la génération il ne faut pas oublier un certain Lucas...
La U fait sensation avec sa goleada !
4 brésiliens sur 5 qualifiés , autant dire qu'il y aura un Brazuca en finale !
a moins que , orgullo Argentino , Velez réussit ..
bref pas de spéculation , pour gagner faut tous les éliminer !
une chaine qui diffuse la Libertadores ?!

espn canal deporte salvage!!!!!
internet en gro
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
2 10