1. //
  2. // 15è journée

Santa Klose gâte la Lazio

Si les regards de l'Europe entière sont ce soir focalisés sur Santiago Bernabeu, on jouait aussi en Italie. Lors de la première partie de la 15ème journée, la Lazio est allée obtenir une victoire fondamentale à Lecce, l'Inter a enfin gagné, et Palerme a laissé échapper ses premiers points à domicile. La Serie A : garantie sans Messi et Cristiano Ronaldo.

Modififié
2 3
A l'approche des fêtes de fin d'année, le Père-Noël a déjà fait un petit passage anticipé du côté de Rome. Il est arrivé d'Allemagne en traîneau, a enfilé un maillot de football, a taillé sa barbe, et a sorti de sa hotte deux buts décisifs, qui permettent ce soir à la Lazio d'être deuxième du championnat d'Italie. Santa-Claus? Presque. En Italie, on dirait plutôt Santa Klose. Le buteur allemand a offert à ses supporters une prestation monstrueuse, couronnée de deux buts et d'une passe décisive. Dis comme ça, le déplacement des Laziali à Lecce, lanterne rouge du championnat, ressemble à une balade de santé. Pas vraiment, en fait. Retour en arrière. Au coup d'envoi, 17 points séparent les deux formations. Un gouffre. Pourtant, dès les premières minutes, pas évident de voir la différence de niveau entre les deux équipes. Et c'est même Lecce, avec son nouveau coach Serse Cosmi (qui arbore un fort beau béret), qui prend le match par le bon bout et qui ouvre le score, sur pénalty, par Di Michele. Sur ce coup-là, Marchetti, le portier de la Lazio, passe à deux doigts de l'expulsion. La Lazio déjoue, mais a dans ses rangs Klose. L'Allemand fait tout. Un but de raccroc, et surtout, en début de seconde période, une magnifique passe décisive pour Lorik Cana. Oui oui, Lorik Cana. Son premier but en Serie A. La Lazio pense avoir fait le plus dur. Mais Lecce, courageux, revient dans le match par Ferrario. Les joueurs du Sud dominent, et la sortie sur blessure de Marchetti semble sonner le glas pour les joueurs de la capitale. A dix minutes du terme, Di Michele a la balle de match, mais la manque d'un rien. Ses regrets vont mettre du temps à se dissiper. Car à trois minutes de la fin du temps réglementaire, Miro Klose, encore, terrasse les Pugliesi d'une tête décroisée sur un centre de Djibril Cissé. 3-2. L'équipe d'Edy Reja s'en sort très, très bien. Jusqu'à demain après-midi, au moins, ils occuperont la deuxième place du classement, à un petit point de la Juventus. Merci Papa Noël.

Avalanche de cadeaux

Le Père-Noël est également passé en avance du côté de San Siro. Et il a apporté un gracieux cadeau avec un gros ruban à Giampaolo Pazzini, qui avait chialé toute la semaine à cause de son pénalty-glissade qui a fait la Une de tous les bêtisiers. L'attaquant de l'Inter est passé de zéro à héros, en inscrivant un but, à la fin de la première période, qui a eu le mérite de littéralement libérer son équipe, traumatisée par les deux défaites consécutives à domicile concédées contre l'Udinese et le CSKA Moscou. Mais Pazzini n'a pas été le seul à être touché par les petites attentions du gros barbu vêtu de rouge. La Fiorentina, elle-même, s'est chargée de faire passer un bon mois de décembre à la troupe de Ranieri, avec un joli présent. Sur une erreur monumentale du duo Boruc-Pasqual, Nagatomo en profite pour inscrire son premier but de la saison et donner un avantage conséquent à l'Inter, qui avait bien besoin de ça pour se rassurer. La Fiorentina de Delio Rossi, elle, déçoit, une semaine après avoir rousté la Roma. Pour l'Inter, en revanche, c'est un succès qui fait énormément de bien. Les nerazzurri remontent au classement, s'éloignent sensiblement de la zone de relégation et, incroyable mais vrai, pourrait même recoller au peloton de tête en cas de succès lors de son match en retard, à disputer début janvier contre le Genoa. De plus, et pour l'une des premières fois de la saison, l'Inter a développé ce soir un jeu presque plaisant. De bon augure pour 2012.

En revanche, c'est plutôt le Père Fouettard qui est venu se taper l'incruste du côté de Sienne. L'équipe de Giuseppe Sannino, qui avait réalisé un très bon début de saison, est en train de dégringoler petit à petit au classement. Face au Genoa, le club toscan enchaîne un cinquième match sans victoire, et une troisième défaite consécutive. Or, aujourd'hui, les bianconeri peuvent vraiment s'en prendre à eux-mêmes. Auteurs d'une première période dégueulasse, ils ne se sont mis à jouer qu'après l'ouverture du score de Marco Rossi, qui a profité d'une sortie catastrophique du portier Brkic, un pote de Krkic. Quelques minutes plus tard, Destro aurait pu égaliser, mais a préféré frapper la barre à trois mètres du but. Et lorsque l'on rate, on se fait punir. En fin de rencontre, Palacio, avec sa petite natte, vient jouer les Knecht Ruprecht de service, en inscrivant le deuxième but génois. Un pion qui assoit définitivement la victoire des rossoblù, propulsés d'un coup d'un seul à la septième place du classement. Les Senesi vont, quant à eux, devoir surveiller leurs arrières.

Mutu superstar

Et ils vont notamment devoir surveiller Cesena. Car les joueurs d'Arrigoni reviennent ce soir à deux points, grâce à leur succès totalement improbable sur la pelouse de Palerme. Oui, Palerme. L'équipe qui avait pris 18 points sur 18 lors de ses six premières rencontres au Renzo Barbera. Ce soir, Palerme a chuté, alors que Cesena aurait dû servir de victime sacrificielle. Sauf qu'à Cesena, il y a un certain Adrian Mutu. Revigoré depuis son doublé inscrit contre le Genoa il y a quinze jours, le Roumain a, une nouvelle fois, offert les trois points à son équipe. Un corner, un coup de tête, un but. Simple. Efficace. Mutu a décidé de prendre sur ses épaules cette équipe de Cesena, avec un objectif affiché : décrocher le maintien à la fin de la saison. Or, avec de telles prestations, il risque bien d'y arriver, ce jeune fou. En revanche, pour Palerme, c'est un gros coup d'arrêt. Compte-tenu de la victoire de la Lazio, les Siciliens ont désormais sept points de retard sur le quatrième du classement, l'Udinese, qui joue demain contre le Chievo. Devis Mangia, le coach palermitain, va certainement passer une sale nuit. Et rêver du courroux de Zamparini.

Les résultats :

Lecce - Lazio 2-3
Di Michele 13', Ferrario 59' / Klose 28' et 87', Cana 47'
Siena - Genoa 0-2
M.Rossi 57', Palacio 92'
Inter - Fiorentina 2-0
Pazzini 41', Nagatomo 49'
Palermo - Cesena 0-1
Mutu 63'

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans le choc, Inter 2-0 Fiorentina. Compte-rendu détaillé sur http://footspaghettis.wordpress.com/201 … iorentina/
L'inter a developpé un jeu plaisant? J'aurais du m'accrocher alors parce que j'ai tenté de regarder le match et au bout de 20 minutes, j'ai du abandonner. C'était à mourrir d'ennui, ça jouait mal, ça prenait les mauvaises décisions, etc. Enfin, tant mieux pour eux, même si j'ai des doutes sur le fait que Ranieri soit l'entraineur qu'il faut à cette équipe!
pazzzo_bianconero Niveau : District
ranieri franchement est dépassé, il n'est clairement ps l'homme de la situation, l’effectif aussi est en bout de course, il faudrait que l'inter fasse comme la juve en incorporant un entraineur issu de chez eux et faire le ménage en interne, parce que y'a beaucoup de joueurs qui n'ont plus le niveau malgré leurs noms ronflants
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
2 3