1. // La pépite du week-end
  2. //
  3. // Parme

Sansone, le chouchou de Donadoni

Arrivé cet été à Parme dans l’anonymat le plus complet, Nicola Sansone est en train d’exploser sous les ordres de Donadoni. Déjà buteur décisif contre l’Inter il y a quelques semaines, il a récidivé, dimanche, contre la Juve.

0 10
Qui sait. À la fin de la saison, le nom de Nicola Sansone résonnera peut-être comme celui de l’homme qui, un 13 janvier 2012, a rouvert la Serie A. En venant tromper Gigi Buffon, d’une frappe croisée du pied droit, l’attaquant parmesan a contraint la Juve au match nul. Conséquence : les deux poursuivants du leader, la Lazio et Naples, se sont sensiblement rapprochés et se mettent désormais à y croire. À huit points, le sort du championnat semblait déjà scellé. À trois, c’est une autre histoire. Tout cela pour dire que Nicola Sansone est en train de graver son nom dans cette Serie A 2012/13. Et il n’en est pas à son coup d’essai. Le 26 novembre dernier, il inscrit le seul but de la rencontre face à une Inter qui, à ce moment-là de la saison, était à la lutte pour la première place. Une vraie teigne ? Pas loin. Surtout, Sansone est un énorme pari gagné par les observateurs de Parme et Roberto Donadoni. C’est lui qui l’a fortement voulu, cet été, alors que le joueur était prêté à Crotone la saison dernière et aurait pu rester là-bas. Il fallait remplacer Giovinco, parti à la Juve. Donadoni a misé sur un pseudo-inconnu. Les faits sont en train de lui donner raison.

Premiers pas bavarois

Ce qui est intéressant, avec Nicola Sansone, c’est qu’il n’a pas franchement le parcours classique. On pourrait croire à un joueur né dans une petite banlieue italienne, qui commence sa carrière avec le club de la ville, puis qui va faire ses gammes au centre de formation de l’Atalanta, avant d’être prêté en Serie B. Le cheminement logique. Et bien pas du tout. Déjà, Sansone n’est pas né dans une banlieue, et encore moins en Italie. Ses parents, originaires de Salerne, dans le Sud de l’Italie, ont déménagé en Allemagne dans les années 80. Le petit Nicola naît le 10 septembre 1991 à Munich. C’est là-bas qu’il grandit, et qu’il fait donc ses premiers pas footballistiques. Il débute à l’école de football du SV Neuperlach, mais va rapidement faire le saut dans le grand bain. À l’âge de 11 ans, il rejoint le centre de formation du Bayern Munich et est alors considéré comme l’un des espoirs du club. À partir de 2008, il est ainsi intégré à l’équipe des moins de 19 ans. Ascension, toujours : lors de l’été 2010, le voilà au Bayern Munich B, en troisième division allemande. Âgé de 19 ans, il dispute 32 matchs de championnat et inscrit deux buts, en début de saison face à Rot Weiss Ahlen, puis contre Unterhaching, pour son tout dernier match avec le maillot bavarois.

De fait, à la fin de la saison 2010/11, il arrive en fin de contrat et fait part de son intention de ne pas le renouveler. Après près de vingt années passées en Allemagne, il souhaite rentrer sur ses terres d’origine, l’Italie. Le voilà donc à Parme, où il signe un contrat de quatre ans. Mais le coach de Parme, Franco Colomba, n’a pour le moment aucune intention de miser sur lui. Il l’oriente donc vers un transfert, qui se concrétise le 1er août 2011 : un prêt d'un an avec option d'achat à Crotone, en Calabre. Là-bas, aux côtés d'autres jeunes prometteurs comme Florenzi (aujourd'hui à la Roma), Sansone va réaliser une première saison plutôt convaincante. Il plante quelques pions en championnat et se fait surtout remarquer lors d’un match de Coupe d’Italie face à Bologne, où il marque, malgré l’élimination des siens. Quelques semaines plus tard, Donadoni est intronisé sur le banc de Parme à la place de Colomba. Son intention est claire : récupérer Sansone dès l’été. Il sera contenté par son président. L’Italo-Allemand est, à tout juste 21 ans, prêt à faire ses grands débuts en Serie A.

De l’Inter au Milan AC

Une curiosité. Malgré le fait qu’il soit né en Allemagne et qu’il ait grandi à Munich, Nicola Sansone s’est toujours senti italien. La preuve : dès son plus jeune âge, il décide de porter les couleurs de la Squadra Azzurra. U17, U18, U19… Il est là à tous les paliers, jusqu’aux Espoirs, dont il a déjà porté trois fois le maillot. Depuis qu’il explose à Parme, Sansone est même suivi par Cesare Prandelli, toujours à la recherche de jeunes talents pour sa Nazionale. Humble, il ne préfère pas y penser et plutôt se concentrer sur son aventure à Parme, où il espère s’imposer sur le long terme. Les dirigeants parmesans, désormais conscients de son potentiel, ont l’intention de le garder bien au chaud. « Nous sommes vraiment contents de l’homme et du joueur, explique Pietro Leonardi, administrateur délégué de Parme. Parme n’est pas un supermarché, nous voulons profiter de ce que nous possédons. Je dois remercier les observateurs qui travaillent avec nous pour dénicher ce genre de talents. Pour Sansone, nous avons déjà refusé des offres car nous croyons en lui. » Arrivé gratuitement, Sansone vaudrait aujourd’hui, potentiellement, entre 5 et 10 millions d’euros.

Une autre belle histoire à propos du véloce et technique attaquant. Nicola Sansone, enfant, était un grand supporter de l’Inter. Il grandit avec le mythe de Ronaldo, qui était pour lui un véritable modèle. Mais par la suite, il change de bord. Las de ne jamais voir son club gagner le championnat, il opte pour le grand rival, le Milan AC, au grand dam de son père. « L’Inter ne gagnait rien, et je suis donc devenu supporter du Milan AC, un club qui a tout gagné. Aujourd’hui, mon équipe de cœur, c’est le Milan AC, je rêve de porter ce maillot, un jour » , a-t-il assuré. Alors, forcément, son but décisif inscrit contre les Nerazzurri, au mois de novembre, a eu une saveur toute particulière pour lui. Et pour son père. « Mon but ? Je le dédie à ma fiancée, qui était à la maison et qui regardait ce match à la télé, mais aussi à mon père qui était venu au stadio Tardini… Mais qui était venu supporter l’Inter. » Milan-Parme, ce sera le 15 février. Sansone y sera. Les observateurs du Milan AC aussi.

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
sparthorus Niveau : DHR
"You can change your wife, change your politics, change your religion. But never, never can you change your favourite football team!" Looking For Eric
bah oui, en effet, c'est surement parce qu'ils ne gagnaient jamais rien que l'asse et l'om ont eu des supporters dans toute la france, sans aucun doutes, meme!
Je vais tenter de défendre l'impossible mais bon s'il a changé de club en 2000-2002, il devait avoir 9-10 ans donc franchement changer de club à cet age-là (quand en plus tu vis pas en Italie mais en Allemagne et que t'es donc pas forcément au courant de la rivalité et insérer dans une société ou cette rivalité se sent) il y a pire. C'est pas le premier gosse à changer de club.
Südkurve28 Niveau : CFA
Un bien beau footix ce Sansone ! Par contre, étant supporter du Bayern, je me souviens vaguement avoir lu son nom sur des résumés de matchs de l'équipe B, pourtant il a jamais eu sa chance en équipe première. Etrange, si on se réfère à ce qu'il fait en ce moment à Parme.
OuinOuinOuin Niveau : Ligue 1
D'après l'article il n'a pas de grosses stats pour un attaquant, non?
maxlojuventino2 Niveau : DHR
Changer d'équipe de coeur quand tu as 10 ans, est ce vraiment honteux? A cet âge là je doute qu'on puisse avoir une équipe de coeur d'ailleurs, on est trop jeune pour être attaché à quoi que ce soit, si ce n'est à ses parents...
Il faut réfléchir avant d'accuser tout le monde de stupidité...
Wai enfin le jeune a 20 ans, l'Inter a recommencé à gagner des titres en 2005, donc il aurait choisi le Milan pendant sa toute jeune adolescence (au plus tard à 13/14 ans), comme à peu près tout le monde quoi... Il dit avoir changé de club parce qu'il n'a pas suivi le club familial, rien de plus.

Pas la peine de faire de la branlette sur pas grand chose hein.
Message posté par sparthorus
"You can change your wife, change your politics, change your religion. But never, never can you change your favourite football team!" Looking For Eric


Il y a aussi cette scène magique dans "El secreto de sus ojos" (film argentin), qui résume parfaitement cette idée.
La scène est en espagnol mais je vous la conseille vivement (et le film surtout).

http://www.youtube.com/watch?v=aBRJpx-6xM4
Note : 1
La scène de ce film est sur le terrain de Huracan !
( le club qui a révélé Bolatti et Pastore )

Sinon au début j'ai penser a un article sur Sylvain Sansone , sans doute la nostalgie d'un Racing club de Strasbourg professionnel ..
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 10