En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 21e journée
  3. // Olympique Marseille/Guingamp (2-1)

Sans briller, l'OM amorce sa reconquête

À la faveur d'une fin de match qui lui a souri, l'OM s'est imposé dans la douleur face à une vaillante équipe de Guingamp (2-1). Moins conquérants, moins fluides dans le jeu, les Phocéens renouent toutefois avec le succès et reviennent à une longueur du leader lyonnais.

Modififié

OM - Guingamp
(2-1)

M. Lemina (83'), A. Gignac (89') pour Marseille , C. Beauvue (92') pour Guingamp.


Les minutes s'égrènent doucement, lentement, mais certainement quand Lemina, entré en jeu, décide de soulever un Vélodrome aux visages crispés. À la 84e minute, le milieu de terrain, d'une tête pleine de détermination, est venu sortir de la torpeur un OM qui semblait se diriger vers un match nul contre une équipe de Guingamp parfaitement organisée, notamment défensivement. L'ancien Lorientais a ouvert la voie vers un succès tardif, concrétisé quelques minutes plus tard par Gignac, de la tête, et à peine mis en péril dans les dernières secondes par un péno de Beauvue. Tout au long de cette rencontre, les hommes de Marcelo Bielsa ont étalé des lacunes entrevues lors de leurs dernières sorties. Un pressing moins tranchant, des mouvements moins spontanés et un jeu de passes moins lumineux. Mais malgré ces insuffisances, l'OM enchaîne un dixième succès d'affilée à domicile en Ligue 1. La reconquête, certes poussive, est actée.

L'OM a la possession, mais pas l'inspiration


Première donnée majeure avant le coup d'envoi de la rencontre : le 3-3-3-1 de Marcelo Bielsa si controversé cette semaine après la déconvenue à Montpellier laisse place à un 4-2-3-1 plus classique avec, notamment, Alessandrini titulaire côté gauche en l'absence d'Ayew parti à la CAN. En face, Jocelyn Gourvennec doit composer avec une myriade d'absents devant (Mandanne, Douniama, Schwartz), le contraignant à aligner le très en forme Beauvue seul en attaque. Le changement de système semble d'entrée bénéfique pour des Phocéens qui font preuve d'envie et d'allant. Payet est fréquemment sollicité, tandis que Mendy et Dja Djé Djé se montrent actifs dans leurs couloirs afin de tenter d'apporter le surnombre en phase offensive. Mais hormis un premier frisson avec une tête de Gignac superbement détournée par Lössl (18e), Guingamp n'a pas franchement de quoi s'alarmer.

Car la formation bretonne est parfaitement en place et s'adonne à appliquer un plan de jeu limpide : attendre son adversaire et opérer en contre-attaque. Aux timides offensives des compères de Thauvin, les Guingampais répondent d'abord par coup de pied arrêté. En l'absence de Marveaux, Giresse fait parler sa fine patte gauche pour trouver Diallo (13e) et être à l'origine de la tête de Sankharé deux minutes plus tard. Ce dernier n'est d'ailleurs pas loin de matérialiser les desseins de ses coéquipiers, mais sa tête finit sa trajectoire sur le poteau de Mandanda (33e), jusqu'ici peu inquiété. La possession marseillaise étant totalement stérile au fil des minutes, les ouailles de Gourvennec sont proches de plonger l'imposante enceinte du Vélodrome dans une inquiétude aux proportions comparables quand Beauvue voit sa frappe flirter avec la transversale juste avant la pause (40e). Au coup de sifflet de la mi-temps, les Bretons peuvent même nourrir des regrets de ne pas mener au score tant il y avait la place.

Guingamp craque sur la fin


Aux doutes qui escortent une équipe de l'OM en panne d'idées et à la recherche d'un second souffle vient s'ajouter la blessure d'Alessandrini, sorti à la mi-temps à la place de Batshuayi. L'entrée du Belge ne change pas pour autant le rapport de forces entre les deux équipes jusqu'à présent constaté. La seconde période se veut même d'une sensible similitude avec la première. Marseille met le pied sur le ballon. Sans véritablement savoir quoi en faire. Gignac a beau réclamer une main après un retourné acrobatique et mettre timidement à contribution Lössl, l'ancien Toulousain constate impuissant le manque de mouvements de ses partenaires. Solidaires et vaillants défensivement, les Bretons récitent à merveille leur partition, à défaut de faire vaciller une arrière-garde phocéenne sereine.

Le plan de jeu de Gourvennec semble donc se concrétiser avec un match nul à la clé, mais Lemina a d'abord surgi. De la tête, à quelques mètres des buts. Une vraie libération, Dja DjéDjé venant même jouer les photographes pour immortaliser des visages soudainement plus avenants. Quelques instants plus tard, d'une tête rageuse sur coup franc, Gignac vient doubler la mise et soulève un Vélodrome qui a longtemps tremblé. Le penalty transformé par Beauvue dans le temps additionnel après une faute synonyme d'expulsion pour Fanni ne sera qu'anecdotique. L'OM gagne pour la première fois en 2015. Et se remet surtout en ordre de marche.

⇒ Résultats et classement de L1

Par Romain Duchâteau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 18:30 La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 36
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
dimanche 14 janvier Le low-kick fou de Tony Chapron 165