1. // Mondial des clubs 2014
  2. // Finale
  3. // Real Madrid/San Lorenzo

San Lorenzo, récit d'une invasion

7000 supporters d'El Ciclón ont envahi Marrakech pour soutenir leurs protégés dans leur quête du titre de champion du monde des clubs. L'aventure a failli tourner au désastre dès la demi-finale face à Auckland, mais les chants ont vite chassé les doutes et les larmes. En attendant l'explication face au Real Madrid, les Argentins comptent bien laisser une trace indélébile de leur passage au Maroc.

Modififié
2k 14
Au cœur de la Médina de Marrakech, Omar - appelé ainsi en hommage au deuxième prénom de Batistuta - et Augustin, en dépit de leur bonheur de visiter un pays et une civilisation inconnus, commencent à ressentir de la lassitude. Pour la centième fois, alors qu'un vendeur essaye de leur faire acheter un service à thé, la phrase « Vous êtes argentins ? Ah Messi, Messi ! » les agace. Pour la centième fois également, Omar rétorque : « Non, mais Messi, c'est Rosario, nous, on est…  » et Augustin tente de le raisonner : « Laisse tomber, c'est le même boniment pour nous vendre des trucs. Pour les Français, ils disent Zidane et pour les Brésiliens Ronaldo. Retournons à la grande place. » Depuis le début de semaine, la place Jemaa El Fna est rouge et bleu. Les drapeaux de San Lorenzo sont accrochés partout depuis le rassemblement de mardi après-midi : sur les toits des restaurants, devant les échoppes, derrière les roulottes qui vendent des jus d'orange à 4 dirhams, partout. Augustin ajoute, hilare : « Hier, j'en ai même vu un qui a tenté d'entrer dans une mosquée. Il a vu du monde et il n'a pas osé, t'imagines un drapeau argentin floqué Boedo (fief de San Lorenzo à Buenos Aires) au sommet d'un minaret ? »

Ebola, femmes voilées et ruelles sombres


Arrivé de Bologne en Italie il y a 10 jours pour suivre l'intégralité de la compétition et les matchs à Rabat, Mariano avoue être intrigué par ce qu'il voit : « Les rues de la Médina sont minuscules, mal éclairées la nuit. J'ai l'impression d'être dans certains anciens quartiers de Buenos Aires quand j'étais gamin. Sauf que là-bas, il ne faut jamais s'y aventurer parce que tu n'en ressors pas vivant. »
Le mélange entre la culture musulmane conservatrice et la culture européenne a étonné Omar d'emblée : « Les femmes voilées côtoient des Marocaines en mini-jupes. Tu vois des types venir nous taxer des bières quand on boit dehors alors que des barbus nous regardent d'un sale œil… C'est vraiment bizarre. » Augustin ajoute : « Dans l'ensemble, les gens nous ont fait un excellent accueil et nous encouragent. Deux-trois gars nous provoquent avec des "Hala Madrid", mais rien de bien méchant. » À propos du voyage, Omar confie que certains ont montré des réticences : « L'histoire du report de la Coupe d'Afrique à cause d'Ebola en a inquiété quelques-uns. Les menaces terroristes aussi, mais comme il paraît qu'il n'y a aucun cas du virus et que Marrakech est la ville la plus sécurisée du pays, je n'ai pas hésité. Des occasions de soutenir San Lorenzo à l'autre bout du monde, il n'y en a pas cinquante dans une vie. »

La galère des transports


À l'hôtel, quelques heures avant la demi-finale face à Auckland, Mariano et son compère Federico sont sur le pied de guerre et font le tour des supporters pour remplir le bus privé qu'ils ont commandé pour faire l'aller-retour au stade. La veille, ils ont fait des repérages et compris ce que les supporters locaux endurent depuis l'inauguration du Grand Stade de Marrakech. Sans transport en commun ni navette spéciale (supprimées depuis les incidents lors de la dernière Coupe du monde des clubs 2013, puis durant les matchs de championnat du Maroc), l'accès à ce joyau architectural situé à 12 kilomètres du centre ville est très compliqué. Pour l'aller, s'entasser dans des grands taxis par paquets de 6 ou marcher pendant une heure et demie. Idem pour le retour, à moins de tomber par chance sur les taxis de la zone hôtelière qui vous font payer la course 5 fois plus cher.


Les deux tiers des Argentins ont fait le voyage en indépendants, donc contrairement au voyage organisé – qui coûtait très cher - par le tour opérateur dans lequel le transport au stade est inclus, des milliers de personnes doivent trouver d'autres moyens. « Il paraît qu'il y a un bus régional de 40 places qui passe pas loin du stade toutes les heures, mais ce n'est pas assez et personne ne sait où on le prend. Je trouve ça anormal qu'on doive se débrouiller par nous-mêmes » , déclare Mariano. L'anarchie du voyage en bus rappelle les week-ends d'intégration étudiants en France : le bus part 45 minutes après l'heure prévue le temps que tout le monde arrive, le fernet - liqueur dont les Argentins sont friands - et les bières coulent à flot, et des « olé » fusent à chaque freinage un peu sec du conducteur. Devant le stade, les policiers marocains sont déconcertés par ces escouades de types qui rigolent de tout : les fouilles au corps, les 5 contrôles de billet, les tourniquets électroniques qui marchent une fois sur deux. Des escouades qui chantent sans discontinuer.

Tambours, cumbia et arbitre australien


Le grand stade de Marrakech est construit sur deux niveaux. Les barras s'approprient l'endroit en accrochant les drapeaux en haut, et en déployant les bannières au niveau inférieur. Les percussions - la cumbia - donnent le ton de ces chants au rythme traînant que les supporters accompagnent en secouant le bras négligemment. En connaisseurs, les Marocains et les quelques Algériens venus voir le match de classement de l'ES Sétif apprécient, alors que le vibrant « Este Sentimiento es Verdadero » est repris de plus en plus fort. Depuis plusieurs années, en regardant les compétitions internationales - notamment la Coupe du monde des clubs 2007 et la demi-finale entre Boca Juniors et les Tunisiens de l'ES Sahel -, le monde ultra maghrébin suit de très près ce qui se passe en Argentine et emprunte même plusieurs pratiques de la ferveur sud-américaine.

Le match face à Auckland a été une longue souffrance pour tout le peuple de San Lorenzo. Malgré un soutien sans faille, les supporters n'ont pu s'empêcher de pester contre l'apathie de leurs joueurs, et bien entendu les insultes visant la mère de l'arbitre australien et ses décisions jugées « scandaleuses » n'ont pas cessé, surtout pendant la seconde mi-temps. À la fin des 90 minutes, le score est de 1-1, et certains ont commencé à pleurer, refusant d'accepter l'impensable : ce long voyage, ces bravades contre le Real Madrid, le rêve d'être champion du monde, les « queremos la Copa » , tout ça pour se faire sortir par des Néo-Zélandais ?
Le but de Matos au bout de 3 minutes dans la prolongation est un soulagement. Les hinchas hurlent pour évacuer la frustration, enlacent les policiers qui leur demandent de se calmer, dévalent les rangées de sièges la tête la première. Et au coup de sifflet final, c'est le délire. « Samedi, ce ne sera pas pareil. Walter (Kannemann, le jeune défenseur de San Lorenzo) va manger Cristiano tout cru ! » scande Omar. Éprouvé, Mariano peut enfin souffler : « Il fallait passer ce cap pour que notre enthousiasme et le rêve survivent toute la semaine. Maintenant, un autre défi nous attend. » En tout cas, les fans d'El Ciclón y croient dur comme fer. Et ce, sans s'arrêter de chanter.


Par Farouk Abdou, au Maroc
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

PauletaSusicGaucho Niveau : Ligue 1
Haha les gars ils passent leur temps à insulter l'arbitre et genre le mec a vraiment dit "boniment"?
En espagnol ça donne quoi?

Par contre des Argentins qui trouve que le Maroc c'est pas organisé, c'est épique.
Alors ok à BA le service de bus est plutôt bon, mais les coupures d'électricité générale son reçurentes là bas. Et ca donne un joyeux bordel.
El-Hadji Touffe Niveau : District
J'ai eu la chance de voir un match à San Lorenzo, il y a quelques années. Leur virage est vachement impressionnant, malgré l'absence de toit. Ça m'avait d'ailleurs plus fait triper que la Bombonnera (qui doit bien envoyer dans les suoerclassicos mais qui m'avait déçu lorsque j'y étais allé). San Lorenzo, c'est vraiment cool. Mais moins que le stade du Racing un soir de derby face à Independiente...
El-Hadji Touffe Niveau : District
Message posté par PauletaSusicGaucho
Haha les gars ils passent leur temps à insulter l'arbitre et genre le mec a vraiment dit "boniment"?
En espagnol ça donne quoi?

Par contre des Argentins qui trouve que le Maroc c'est pas organisé, c'est épique.
Alors ok à BA le service de bus est plutôt bon, mais les coupures d'électricité générale son reçurentes là bas. Et ca donne un joyeux bordel.


Sans compter que ça doit pas trop les perturber d'être entassés dans un bus à plus de 100... En Argentine, autour des stades, j'ai vu des cars déborder de fans comme je pensais que seuls les bus indiens pouvaient être bondés de la sorte...
25 dh la pizza : 2?50 ( à peu près )
20 dh le double burger : 2? ( à peu près ) Sympa.
Message posté par momo640
25 dh la pizza : 2?50 ( à peu près )
20 dh le double burger : 2? ( à peu près ) Sympa.


C'est 25 dh la part de pizza...
Note : 3
Message posté par PauletaSusicGaucho
Haha les gars ils passent leur temps à insulter l'arbitre et genre le mec a vraiment dit "boniment"?
En espagnol ça donne quoi?

Par contre des Argentins qui trouve que le Maroc c'est pas organisé, c'est épique.
Alors ok à BA le service de bus est plutôt bon .


" la concha de tu madre , hijos de miles putas " limite banal a entendre ..

Les bus sont aussi d'un autre age en Argentine .. après c'est sure jusqu'a présent toutes les destinations de la Coupe du Monde des Clubs étaient exotiques !
Cet article résume bien la passion sans frontière et universel que peut avoir les Argentins ainsi que ceux de la diaspora vivant en Europe , quand un club joue sur un autre continent .

Je vais caser un mythe , mais le pays du foot sur cette planète c'est pas le Brésil !!
J'ai été au Brésil cet été pour la Coupe du monde. Les argentins étaient les plus nombreux, les plus exubérants, les plus gentils mais aussi les plus sales (pipi/ caca sur le sable de la plage de Copa Cabana :)) et les plus machos. Les fans étaient venus en voiture ou vieux combo VW depuis des endroits reculés (1000 à 3000 kms) d'Argentine et n'avaient pas assez d'argent pour aller à l'hôtel. ils dormaient, mangeaient sur la plage ou dans leurs voitures. Ils adoraient draguer les brésiliennes et devenaient très insistants.

Leur plus beau jour, c'est quand les Auriverde ont pris le fameux 1-7

Dire que Marrakech est safe est une douce plaisanterie : ça craint un max dans la vieille ville. A Guéliz, c'est plus posh et vraiment très cher !

Je suis d'origine marocaine, et je te rassure la pizza est bien à 25dh, non pas la part ^^

Pour avoir été voir la demi contre les Boliviens, le niveau est vraiment plus le même.. Mais putain, quelle ambiance au Nuevo Gasometro, chori, fernet coca & tribunes remplies à 150%. Le foot argentin me manque, ça m'étonne même pas qu'ils soient à 7000 à l'autre bout du monde alors que la crise tape très fort à Bs As.
Grand fan d'Ortigoza, avec sa dégaine de videur/livreur de pizza, l'article paru sur sofoot valait le coup.

Aguante Ciclon!! Mais d'accord pour l'ambiance au Cilindre du Racing
Les meilleurs chants de supporters c'est San Lorenzo, le stade du Racing pour voir un match c'est le mieux, ... mais les vrais, les meilleurs c'est Boca !!!!
A bientôt,
El Bostero
PS los merengues son maricones !
riquelmat Niveau : DHR
Haha je les imagine entrain d'expliquer aux blédards que Messi c'est Rosario, Newelĺs etc que eux sont de Buenos Aires patati patata ...
L'Argentine exporte bien son folklore des tribunes (qui est le plus passionné et démonstratif au monde faut le reconnaître), d'abord en AmSud , Amérique du Nord, Asie . Quand on regarde les vidéos des tribunes au Japon on voit bien que les japs ont reçu les hinchas de différents clubs argentins lors des finales de la feu Coupe intercontinental : les parapluies et les longues bande de tissus tendus verticalement , papelitos etc etc.
El Xeneize pourrait sûrement nous en dire plus mais lors de la finale de 2001 contre le Real Madrid les fans de Boca se sont déplacés en masse à Tokyo, ce déplacement est même devenu mythique je crois la bas.

Enfin je connais pas du tout le Maroc et Casablanca mais quand il dit que la ville est sûre il parle avec des critères Sud américains qui sont totalement différents des nôtres . Ceux qui ont eu l'occasion de voyager dans ces 2 parties du globe pourraient peut être nous donner un avis plus réaliste que le mien qui je connaît que l'Amsud.
Intéressant de constater que le kebab là bas coûte environ 1.80 euros ... :)
Message posté par momo640
Je suis d'origine marocaine, et je te rassure la pizza est bien à 25dh, non pas la part ^^


Marocain aussi et les seules pizzas que j'ai mangées là bas tournaient autour des 50-60 Dh.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
2k 14