Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. // Finale
  3. // France-Portugal

Samuel Umtiti, the fast and the furious

À 22 ans seulement, Samuel Umtiti, le néo-défenseur barcelonais, a impressionné pour ses débuts en bleu. Une rigueur, une dévotion et une maturité exemplaire lui ont permis de s'offrir une finale rêvée. Il y a un peu moins de trois ans, Umtiti était pourtant pointé du doigt après s'être fait livrer une Maserati à Tola Vologe. Et si cet épisode était la clef de voûte de sa carrière ?

Modififié
« Pour l'instant, certains jeunes n'ont pas beaucoup démontré qu'ils avaient le niveau. Champion du monde des 20 ans, c'est de la rigolade, ça veut dire quoi ? Je n'ai pas l'impression que tous les jeunes soient obnubilés par la victoire. » L'attaque est frontale et douloureuse. Bernard Lacombe, le conseiller spécial du président Jean-Michel Aulas, ne mâche pas ses mots et dissimule à peine sa cible principale : Samuel Umtiti. Nous sommes en octobre 2013 et le moral n'est pas au beau fixe à l'Olympique lyonnais. Sous les ordres de Rémi Garde, l'équipe enchaîne les contre-performances. Plus que sur le fonds de jeu, l'opprobre est jetée sur l'implication des jeunes joueurs sur qui Rémi Garde a tout misé. L'entraîneur a effectivement passé son été à expliquer à ses dirigeants qu'il ne servait à rien de recruter un défenseur central, puisque Samuel Umtiti pouvait tenir la baraque. Seulement voilà, Samuel ne tient rien du tout. Ses performances ne sont ni mauvaises ni bonnes. Ses qualités sont visibles, évidemment, mais peu sont ceux qui voient déjà en lui un futur grand. Et puis, comme tous les jeunes, Samuel va faire une grave erreur. Mais comme toutes les erreurs, elle lui a permis de progresser.

Raphaël Guerreiro, enfant du 93

Maseratiti


Après la cinglante défaite à Ajaccio (2-1), l'OL pointe à une triste neuvième place. L'ambiance est morose et, ce 26 septembre, les supporters sont peu nombreux à se masser devant les grilles du centre d'entraînement. Les quelques présents, cependant, assistent à une scène surréaliste : Samuel Umtiti, alors blessé à la cuisse, se fait livrer une énorme Maserati immatriculée « Sam 23 » . Dans un tel moment, l'écart passe mal, forcément. L'information est immédiatement relayée et les commentaires négatifs pleuvent. Le champion du monde U20 est très rapidement rangé dans la catégorie des jeunes idiots à la tête trop pleine et mal faite. Jeune espoir, Samuel Umtiti devient vite un jeune qui se perd pour beaucoup. Même Rémi Garde, qui avait pourtant appelé à l'humilité quelques jours auparavant, a l'air affecté. D'autant plus qu'après ce maladroit incident, les résultats restent alarmants : Lyon fait match nul face à Lille (0-0) et se fait écraser à Montpellier (5-1). L'intervention d'un homme va finalement faire revenir le calme à Gerland.

Quelques jours après l'incident, supporters et journalistes sont témoins de la colère de Maxime Gonalons. Le capitaine recadre sévèrement son coéquipier en fin de séance, sans se soucier des présents. L'engueulade est longue, mais nécessaire. Tout tourne autour des valeurs chères au capitaine de l'OL : humilité et respect. Des valeurs qui doivent s'appliquer à tous, même aux champions du monde U20. Secoué, Umtiti s'excuse auprès de tous. Aujourd'hui, il revient sur cet épisode sans langue de bois. « J’assume cet épisode. J’étais jeune, je n’avais pas encore vingt ans et c’était une erreur. Je m’en étais excusé. Ce n’était pas un manque d’humilité. À l’époque, des choses ont pu être dites qui n’étaient pas tout à fait exactes. La Maserati a pu donner une image de moi qui ne correspondait pas à la réalité, confortant quelques clichés. Tout le monde m’est tombé dessus et c’était un peu facile, surtout que, blessé, je ne jouais pas. Disons que c’était une façon d’apprendre le métier, de grandir, aussi… » , expliquait-il en mars dernier dans les colonnes de France Football.

Pourquoi tombons-nous, Samuel ?


Passé cet incident malheureux, Samuel Umtiti retrouve les terrains en novembre. Ses performances lui permettent de conserver la confiance pourtant fragilisée de Rémi Garde. En tout, le jeune défenseur de 19 ans dispute 28 rencontres de Ligue 1 et sept de Ligue Europa. Sa progression, bien que discrète, est extrêmement rapide. À tel point que dès la fin de saison, il devient indispensable à la charnière lyonnaise et apprend à compenser l'irrégularité de Milan Biševac. La saison suivante est celle de la confirmation pour Samuel Umtiti qui s'installe définitivement dans l'axe gauche. Ses qualités d'anticipation et de relance ne font plus aucun doute à Lyon. Même si le reste de la France continue à le voir comme un simple joueur, le n°23 poursuit son petit bonhomme de chemin sans trop se faire de soucis. Et sans plus commettre le moindre écart. Finalement, le recadrage de Maxime Gonalons a peut-être été un moment décisif dans la carrière d'Umtiti. Désormais, il crie sur le terrain, harangue ses coéquipiers et organise le jeu.

Pointé du doigt pour sa nervosité dans les grands moments par Didier Deschamps lui-même en début de saison, Samuel Umtiti a finalement prouvé, lors de sa demi-finale face à l'Allemagne, qu'il était tout à fait capable de canaliser la pression. Aujourd'hui, ce serait une réelle consécration pour lui et pour tous les Lyonnais qui le suivent depuis gamin que de le voir soulever ce trophée et prouver au reste de l'Europe qu'il n'a rien du gamin prétentieux et hautain pour lequel il est passé il y a trois ans. Comme c'est le cas pour tout le monde, et même pour Batman, Samuel a fait une erreur. Heureusement pour lui, son majordome, Alfred Gonalons, veillait au grain. « Pourquoi tombons-nous, Samuel ? Pour que nous puissions apprendre à nous relever. »



Par Gabriel Cnudde
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 17:55 Berlusconi licencie son coach à Monza et nomme Brocchi 7 Hier à 11:02 GRATUIT : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Champions League
Hier à 16:00 Tuto Panini Adrenalyn XL : Règles du jeu 2
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 10:55 Un doublé pour Rooney, DC United qualifié pour les play-offs 4 Hier à 10:00 R3 : Bourbaki remporte le derby de Pau 17 Hier à 08:46 Gignac plante son dixième but de la saison 24