Samuel Eto'o Fils, Tome VIII

Un premier tome au Real Madrid et à Leganès. Un roman renaissance à Majorque. Deux immenses best-sellers au Barça et à l'Inter. Un carnet de voyage en Russie, entre Moscou et Makhatchkala. Une série de deux aventures discrètes en Angleterre, à Londres et Liverpool. Et voilà le huitième volume : le retour en Italie. Alors que l'on pensait que Samuel Eto'o allait lâcher la plume bien plus tôt, voilà qu'il s'envole pour Gênes et la Sampdoria de Mihajlović dans un beau projet footballistique. Pour continuer à écrire une histoire qui pourrait bien ne jamais se finir.

Modififié
108 13
Finalement, très peu de grandes figures réussissent à conserver le même personnage au fil de toutes ces longues années de carrière, entre histoires de concurrence, de contrats, d'intérêts, de familles, de buts et d'hommes. Il y aura eu au moins cinq ou six Maradona, d'Argentinos Juniors à Séville. On a connu quatre Beckham, entre le 7 de Manchester, le 23 Madrid, la rockstar à Los Angeles et le pro exemplaire à Milan et Paris. Zidane, lui, aura connu une carrière en trois temps bien rythmés : la France, Turin, puis le Real. Certains parviennent à construire une seule identité forte : Zanetti malgré les débuts à Banfield, Totti malgré les changements dans le jeu, Giggs malgré la perte de vitesse. Mais ils sont aussi rares qu'immenses. Au milieu de tout ça, il y a les autres qui font comme ils peuvent. Et à l'opposé, il y a ces champions qui ne peuvent s'empêcher de toujours choisir le contre-pied. Deux, trois ou quatre actes, ça ne suffisait pas pour Samuel Eto'o. Maintenant qu'il est entré dans l'histoire du football, peut-être veut-il démontrer qu'il peut y rester pour toujours. Immortel ?

L'envie insatiable de prouver


Quelque part, Samuel Eto'o a toujours eu quelque chose à démontrer. D'abord, on lui a toujours demandé. Le Real l'avait envoyé chez les anonymes de Leganès, puis lui avait seulement concédé quelques bouts de matchs. Sept, en tout. Ensuite, c'était l'exil au large, à Majorque. Malgré la gloire de 2009 et sa saison irrésistible dans le premier Barça de Guardiola, Eto'o avait été viré pour « une question de feeling » . Sans respect. Arrivé comme une monnaie d'échange à Milan, il trouvait alors Diego Milito en pointe. Eto'o, le champion d'Europe, le 9 du Barça, provoquait un penalty lors du premier derby de la saison, mais devait laisser le buteur argentin le transformer à sa place. Le destin est capricieux. Deuxième arme offensive de l'équipe de Mourinho, il finissait la saison avec 12 petits buts en Serie A et passait une bonne partie de son temps à jouer pour un Milito princier.

À Chelsea, on lui aura répété qu'il n'était plus « un grand numéro 9 » . Ensuite, Eto'o a toujours eu quelque chose à démontrer parce qu'il en a toujours eu envie. De se montrer, de démontrer, de faire plus que tout le monde. À vrai dire, la situation au Barça et le fauteuil de Messi en faux 9 ne lui aurait peut-être pas plu très longtemps. À l'Inter, il aura pris un malin plaisir à battre les records de Milito lors de sa deuxième saison milanaise, la plus aboutie de sa carrière à titre individuel (37 buts, 15 assists). Qui sait, peut-être d'ailleurs qu'il garderait plutôt les buts et la gloire individuelle sous les ordres de Leonardo plutôt que le sacrifice et les titres sous Mourinho.

De Moscou à Londres, de Makhatchkala à Liverpool


En juillet 2011, lorsqu'Eto'o prend dans ses bras Massimo Moratti au milieu du terrain d'entraînement de l'Inter, sous les applaudissements des tifosi, on croit bien qu'il s'agit d'un adieu au grand football. Le contrat était si gros, le projet était si différent. Et puis, Eto'o avait déjà tout gagné. Tout. Mais la Russie n'a pas enlevé Samuel Eto'o. Elle l'a fait vieillir, c'est tout. Peut-être un peu plus vite que s'il était resté dans un grand club européen. Parti à 30 ans, il est revenu avec deux années de plus, mais aussi une bonne centaine de vols Moscou-Makhatchkala. À Chelsea, Eto'o a donc subi le banc et les vannes.

Il est tout simplement devenu vieux, chose que peu de grands buteurs de son âge n'ont pas connu. Seul Zlatan Ibrahimović, peut-être. Et le Suédois répète qu'il arrêtera avant que le destin ne le rattrape. À Everton, Eto'o s'est donc adapté à son âge : milieu offensif (7 fois) plutôt qu'avant-centre (3 fois), et souvent remplaçant (7 fois). Ainsi, ces dernières trois années et demie ont été un véritable déclin littéraire. Un volume russe que personne n'a jamais compris, car il n'y a rien à comprendre dans une telle offre financière. Puis deux volumes anglais plus courts, plus tristes, presque pathétiques. Des échecs, car tout ce qui n'est pas brillante réussite doit être un échec pour Eto'o. Et voilà qu'en ce mois de janvier 2015, la Samp propose de prolonger à nouveau l'écriture.

Casting génois et génial


Cette Sampdoria, ce n'est pas n'importe laquelle. C'est celle de Siniša Mihajlović, guide spirituel, tactique, technique et aussi physique d'un club qui renaît sous le leadership de l'un de ses ex (à lire : Mihajlović, guide de l'église sampdorienne). Une belle histoire qui vaut 34 points à mi-chemin et une belle 3e place ex-aequo avec le Napoli. Et puis, c'est aussi celle de Massimo Ferrero, imprévisible président à l'italienne. Alors que la vente de son meilleur buteur Manolo Gabbiadini au Napoli semblait redimensionner l'ambition du club, l'achat de Luis Muriel - indisponible encore six semaines - et l'arrivée d'Eto'o sont un regard ferme et dense vers la qualification en C1.

Après tout, il faut dire que lorsqu'un chef de guerre serbo-croate rencontre un roi camerounais dans la demeure d'un riche entrepreneur italien sur les rives d'un port européen, le Vieux Continent a de quoi s'inquiéter. En tout cas, cette ultime destination est digne d'un roman d'aventures. Ironie de l'histoire, Samuel Eto'o revient dans une ville portuaire de la Méditerrannée près de vingt ans après son arrivée téméraire à Marseille, avec un pauvre visa de dix jours. Une manière de boucler la boucle ? Mais qui peut dire avec certitude que c'est déjà la fin ? Il paraît que les grands écrivains ne meurent jamais.

D'ailleurs, les grands acteurs non plus
Youtube


Par Markus Kaufmann À visiter :

Le site Faute Tactique

Le blog Faute Tactique sur SoFoot.com
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

georgesleserpent Niveau : Loisir
En tout cas si Eto'o arrive à transmettre un peu de son expérience à Muriel, ça peut vraiment faire mal, parce que meêm si ça fait 2 ans que ce petit fait plus grand chose, il est très talentueux et très rapide, donc avec un peu d'intelligence de jeu il peut devenir puissant !
Mercato réussit pour la samp' à mon avis
Quel sans Gênes ce Eto'o
Cette pub est délicieuse
curtisjackson23
Je sais qu'il adore les deux mais je sais toujours pas ce qu'il préfère entre le football et l'argent

Vraiment dommage au moment ou il part en russie il a encore un super niveau

Messi l a obligé a partir

Mais je me souviens que quand Henry voulait venir au Barca pour jouer 9, Etoo avait dit "si Henry vient, il sera sur le banc ou ailleurs, mais pas avant centre"

Henry n a pas reussi a le bouger Etoo etait beaucoup trop fort

Puis ce transfert Etoo-Zlatan , une bien belle farce à l epoque
georgesleserpent Niveau : Loisir
Message posté par curtisjackson23
Je sais qu'il adore les deux mais je sais toujours pas ce qu'il préfère entre le football et l'argent

Vraiment dommage au moment ou il part en russie il a encore un super niveau

Messi l a obligé a partir

Mais je me souviens que quand Henry voulait venir au Barca pour jouer 9, Etoo avait dit "si Henry vient, il sera sur le banc ou ailleurs, mais pas avant centre"

Henry n a pas reussi a le bouger Etoo etait beaucoup trop fort

Puis ce transfert Etoo-Zlatan , une bien belle farce à l epoque


"Messi l a obligé a partir"

Ca me fera toujours marrer les types qui balancent des affirmations comme si ils étaient au coeur même de l'action... A moins bien sur que tu sois un conseiller personnel d'un de ces joueurs, mais sans méchanceté aucune j'en doute.
curtisjackson23
c'est un secret pour personne qu'aucun attaquant (surtout les 9) n'a aimé jouer avec Messi

Etoo, Ibra, Henry, Villa, Sanchez

On va pas me faire croire que Suarez s'amuse autant qu'a Liverpool

A la limite Neymar, mais il débute en Europe alors on verra a terme.

C'est un secret pour personne non plus que Messi décide de tout à Barcelone, y compris de son salaire
Message posté par curtisjackson23
Je sais qu'il adore les deux mais je sais toujours pas ce qu'il préfère entre le football et l'argent

Vraiment dommage au moment ou il part en russie il a encore un super niveau

Messi l a obligé a partir

Mais je me souviens que quand Henry voulait venir au Barca pour jouer 9, Etoo avait dit "si Henry vient, il sera sur le banc ou ailleurs, mais pas avant centre"

Henry n a pas reussi a le bouger Etoo etait beaucoup trop fort

Puis ce transfert Etoo-Zlatan , une bien belle farce à l epoque


Ouah ! Eh ben , tu en connais des infos internes ! Tu fais ou faisais parti du vestiaire du Barça ? Tu es un joueur ou un ancien joueur du Barça ?

Ou t'es juste comme la plupart des "connaisseurs" , à savoir tu répètes la moindre connerie que tu entends sans la vérifier si elle est en adéquation avec ce que tu penses?
Message posté par curtisjackson23
c'est un secret pour personne qu'aucun attaquant (surtout les 9) n'a aimé jouer avec Messi

Etoo, Ibra, Henry, Villa, Sanchez

On va pas me faire croire que Suarez s'amuse autant qu'a Liverpool

A la limite Neymar, mais il débute en Europe alors on verra a terme.

C'est un secret pour personne non plus que Messi décide de tout à Barcelone, y compris de son salaire


C'est toujours la réponse de ceux qui raconte n'importe quoi : "ben tout le monde le sait".
C'est toujours quand on a aucune source qu'on cite le monde entier.

"Quoi ? Comment je sais que c'est Messi qui fairt la compo de l'équipe ? Bah tout le monde le sait ".

FYI, quand on demande une source, "tout le monde" c'est pas une source. Dans ce contexte, "Tout le monde", c'est un groupe de poivrot qui discute au comptoir du PMU.
el peruano loco Niveau : Ligue 2
Note : 2
@curtis : Oui Messi l'a fait tellement partir que à chaque foi que Le Fils peut glisser un mot gentil ou admiratif sur le "petit" il s'en cache pas. Messi n'est pas Pep sauf si on n'a du mal à voir la différence entre les deux.
Oh celà vaut d'ailleurs pour Zlatan.. Henry n'a jamais joué 9 dans cette équipe... Comme quoi il y a ceux qui blablatent et ceux qui savent...
mackallaway Niveau : CFA2
Message posté par curtisjackson23
Je sais qu'il adore les deux mais je sais toujours pas ce qu'il préfère entre le football et l'argent

Vraiment dommage au moment ou il part en russie il a encore un super niveau

Messi l a obligé a partir

Mais je me souviens que quand Henry voulait venir au Barca pour jouer 9, Etoo avait dit "si Henry vient, il sera sur le banc ou ailleurs, mais pas avant centre"

Henry n a pas reussi a le bouger Etoo etait beaucoup trop fort

Puis ce transfert Etoo-Zlatan , une bien belle farce à l epoque


Allez moi aussi je te tombe dessus!
Franchement, vu la personnalité des Eto'o ou Ibra, ce n'est pas un nain de jardin comme Messi qui va les faire partir.

De la même manière, Ibra a toujours dit qu'il s'était bien entendu avec Messi. De toute manière, Messi - Ronaldo, ils sont les leaders mais aussi les tyrans de leur équipe, c'est bien connu. Maintenant, on oublie aussi que ces types ont évolué et savent que sans de bons (et très bons coéquipiers), ils ne seraient pas grand chose. Y'a qu'à voir l'évolution d'un CR7 beaucoup plus collectif qu'à son arrivée à Madrid
Etoo a toujours dit que le problème était entre lui et Guardiola. Allait voir l'une de ses trouze mille interview sur youtube où il parle de Barcelone. Sinon ce mec me fascine, non content d'avoir été le top du top des buteurs africains (j'adore Drogba, mais il restera dans les annales plus pour son état d'esprit que son style balle au pieds) il a aussi un charisme XXL et un sacré melon mais sans jamais être vulgaire ou passer pour un simplet. On dit qu'Ibra est un showman mais Etoo est bien plus fracassant.
Etoo a toujours dit que le problème était entre lui et Guardiola. Allait voir l'une de ses trouze mille interview sur youtube où il parle de Barcelone. Sinon ce mec me fascine, non content d'avoir été le top du top des buteurs africains (j'adore Drogba, mais il restera dans les annales plus pour son état d'esprit que son style balle au pieds) il a aussi un charisme XXL et un sacré melon mais sans jamais être vulgaire ou passer pour un simplet. On dit qu'Ibra est un showman mais Etoo est bien plus fracassant.
Allez* (d'ici 2030 on pourra peut être éditer ses coms sur l'appli Sofoot, peut être).
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
108 13