SampdoriA !

Il n'y a pas que l'Euro, ce week-end. Arrivée sixième de Serie B, la Sampdoria a retrouvé hier soir la Serie A, grâce à sa victoire en finale des play-offs contre Varese. L’équipe génoise retrouve l’élite, un an seulement après la dramatique relégation. Ouf !

Modififié
4 2
Ils y sont parvenus. C’était pourtant loin d’être gagné. Les joueurs de la Sampdoria ont, hier soir, remporté la finale retour des play-offs de Serie B. Un succès qui s’ajoute à la victoire obtenue, trois jours plus tôt, lors de la finale aller et qui permet à l’équipe génoise de remonter en Serie A. Qu’on se le dise : c’est un véritable soulagement pour tous les supporters doriani. La descente en Serie B avait été vécue comme une véritable humiliation, d’autant que les cousins du Genoa ne s’étaient pas gênés pour chambrer comme il se doit. Or, on le sait : lorsqu’une grande équipe se retrouve au purgatoire, il existe toujours un risque de ne pas réussir à s’en relever. Certains clubs ont mis plusieurs années (le Torino remonte cette saison après trois années en Serie B), d’autres n’y sont jamais parvenus. Pour la Sampdoria, la saison n’a pas été flamboyante, loin de là. À un certain stade de l'année, la formation génoise s’est même retrouvée onzième du classement. Le championnat semblait déjà terminé. Et puis, le nouveau coach, Beppe Iachini, est parvenu à redonner un nouvel élan à ses joueurs, qui ont remonté la pente, ont accroché la sixième place, qualificative pour les play-offs, et ont été intraitables lors de ces matches de barrage. La Serie A n’est plus un mirage : la Samp sera bien sur la ligne de départ, à la fin du mois d’août prochain. Normalement.

« Ces merdes du Genoa »

Retour en arrière. Mai 2011. Après une énième défaite à domicile contre Palerme (1-2), la Sampdoria est reléguée en Serie B, devant son propre public. Les larmes coulent, à l’image de celles du capitaine, Angelo Palombo, qui demande pardon à ses supporters. L’été passe et la Sampdoria doit s’adapter à sa nouvelle réalité : celle de la deuxième division. L’exercice 2011-12 commence plutôt bien, puisque la Samp débute par six matches sans défaite, dont un carton, 6-0, contre Gubbio. Alors, fastoche, la Serie B ? Tu parles. Dès la première défaite, contre le Torino, l’équipe désormais entraînée par Atzori se met à douter. La fin de l’année 2011 est calamiteuse : deux victoires, seulement, obtenues en 14 journées. Le coach fait évidemment les frais de cette série noire : le 13 novembre, après une défaite contre Vicenza, les dirigeants le dégagent et appellent sur le banc Beppe Iachini, l’homme au costard-casquette. Un Iachini qui prend immédiatement les choses au sérieux.

Dès le mois de janvier, il se met les tifosi dans la poche malgré une situation bouillante. Au lendemain d’une défaite contre Varese (0-1), les supporters pètent un câble, se rendent à l’entraînement et crachent sur Bentivoglio et Koman, deux joueurs blucerchiati. Iachini tente de calmer tout le monde et va à la rencontre des supporters. L’un d’eux lui dit qu’il ne veut pas rester en Serie B, parce qu’il souhaite « botter le cul du Genoa » . Réponse du coach : « C’est à moi que tu dis ça ? Ces merdes du Genoa » Il ne le sait pas, mais avec cette phrase, l’entraîneur a créé l’électrochoc. Dans les jours qui suivent, le président du Genoa, Enrico Preziosi, s’insurge et les dirigeants de la Samp s’excusent. Mais pas Iachini. Non, au contraire : grâce à ce coup de gueule, il a involontairement créé une véritable union entre lui, les joueurs et les supporters. Les résultats, comme par magie, se transforment : des victoires, des victoires et quelques nuls. Suffisant pour accrocher mathématiquement la sixième place à trois journées de la fin. Le mental, putain !

La menace du Calcioscommesse

Lors des play-offs, pas de pitié. Le règlement veut que le sixième affronte le troisième lors des demi-finales. Pas de soucis pour la Samp, bien décidée à ne pas manquer ces matches à élimination directe. Les joueurs sont en forme, certains sont même en pleine bourre, à l’instar de Nicola Pozzi, le buteur, Pasquale Foggia, l’ancien de la Lazio, ou encore le défenseur Gastaldello. Confirmation sur le terrain : Sassuolo est battu à l’aller (2-1), puis tenu en échec au retour (1-1). Boum, finale ! Cette finale, la Samp ne pouvait pas passer à côté. Après avoir battu Varese (3-2) lors du match aller à Marassi, les Doriani sont donc allés chercher, hier, leur billet pour la Serie A, sur le terrain trempé du stadio Franco Ossola. Un match de souffrance, où Varese a attaqué pendant toute la rencontre, à la recherche du petit but qui lui aurait offert sa première montée depuis 1975. Mais ce but n’arrivera jamais. C’est finalement Pozzi, en fin de rencontre, qui s’offre son quatrième but en quatre matches de play-offs, pour garantir définitivement le retour parmi l’élite. Fête totale pour les joueurs, les tifosi et l’entraîneur. Une fête gâchée, néanmoins, par des affrontements avec des ultras du Genoa pendant la nuit, qui ont laissé trois supporters de la Samp dans des conditions inquiétantes.

Il s’agit désormais de penser à l’avenir pour le président Garrone et son staff. Déjà, il va falloir suivre de très près le déroulement du procès du Calcioscommesse. Selon le procureur Di Martino, le derby Genoa-Sampdoria de la saison 2010-11 va avoir des « effets dévastateurs » . Reste à savoir pour qui. Pour le Genoa ? Pour la Samp ? Pour les deux ? Ce serait juste terrible que la Samp soit renvoyée en Serie B pour une affaire de matches truqués après avoir conquis la montée sur le terrain. En revanche, pour les tifosi doriani, ce serait clairement l’apothéose si le Genoa était relégué administrativement… En choisissant l’hypothèse d’une remontée en Serie A confirmée, la Sampdoria va devoir faire les bons choix au mercato, confirmer les bons joueurs et surtout, ne plus jamais commettre les mêmes erreurs que la saison dernière. La place de cette équipe-là est en Serie A. Pas ailleurs. Alors, bentornati a casa !

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Parfait ! Un club comme celui-ci n'a rien à faire en seconde division !
Dommage ces bagarres entre supporters des deux clubs de la ville, je me dis qu'on a de la chance finalement en France de ne pas connaître ce genre de situations.

J'espère qu'ils vont nous trouver de bons argentins et autres sud-américains pour épauler les locaux et que le club va rapidement redevenir le meilleur outsider du calcio.

En espérant juste que quelqu'un explique au coach que la casquette avec le costard c'est pas possible, vraiment.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
4 2