1. //
  2. // 14e journée
  3. // Inter Milan/Udinese

Samir Handanovic et le sourire amer de Batman

Autrefois à l'Udinese, aujourd'hui à l'Inter, Samir Handanović est depuis 2007 l'un des tout meilleurs gardiens d'Italie. Sacré deux fois numéro un de la Botte, en 2010-11 et 2012-13, le Slovène devrait remporter le prix 2013-14 et semble bien parti pour rééditer la performance en ce début de saison. Mais alors que Manuel Neuer s'est fait une réputation en dehors de sa surface, c'est sur sa ligne qu'Handanović bat des records. Celui que l'on surnomme Batman en est à six penaltys arrêtés d'affilée…

0 8
Après deux saisons sous les ordres d'Andrea Stramaccioni et Walter Mazzarri, le passage de Samir Handanović à Milan peut se résumer à l'expression que le visage du Slovène prend lorsqu'un arbitre siffle un penalty contre son Inter : un sourire amer. L'amertume, parce que la défense nerazzurra vient de démontrer qu'elle n'est plus ce qu'elle aura été de 2001 à 2010. Mais le sourire, aussi, parce que le Slovène est tout simplement le meilleur gardien de but au monde sur penalty. La semaine dernière, il a calmement arrêté son sixième penalty d'affilée : Maxi López et Cassano la saison passée, puis Larrondo (Torino), Cossu (Cagliari), Toni (Hellas) et Konoplyanka (Dnipro). Depuis 2010 en Serie A, le portier en est à 17 penaltys arrêtés sur 36, soit un remarquable taux de 47% d'arrêts. Et avec un total de 20 penaltys repoussés, le record de Gianluca Pagliuca n'est plus qu'à 4 unités...

Mais non, Handanović ne défend pas les mêmes cages que Francesco Toldo et Júlio César ont protégées avant lui. La rigueur d'Héctor Cúper, Roberto Mancini et José Mourinho – sans oublier Alberto Zaccheroni en 2003-04 – ont laissé place aux doutes et à l'insécurité. Cette défense de l'Inter qui l'a accueilli en 2012 pour la somme de douze millions d'euros (et la moitié des droits de Marco Faraoni), c'est une Gotham City en pleine crise de criminalité. Et Roberto Scarpini, emblématique journaliste interiste, n'a d'ailleurs pas tardé à donner au nouveau numero uno le surnom de « Batman » . Alors que l'Inter avait encaissé 55 buts en 2011-12, puis 57 en 2012-13, Handanović avait tout de même été élu meilleur gardien de Serie A cette saison-là… Et comme Batman, Handa est un héros qui aimerait qu'on n'ait jamais besoin de lui.

Les origines du justicier


Samir Handanović, c'est 1m93 et 90 kilos qui débarquent en Italie à 20 ans. Pour des raisons géographiques, c'est logiquement l'Udinese qui attire « devant ses filets » le portier slovène aux parents bosniens. Une saison de trois petits matchs dans l'ombre de Morgan De Sanctis, et puis des prêts. Trévise six mois, la Lazio pendant six nouveaux mois, et enfin Rimini à l'été 2006. En Serie B, à 22 ans, Handanović trouve enfin un poste de titulaire. Et il a de la chance : avec la relégation de la Juve, la division inférieure est plus suivie que jamais. C'est d'ailleurs face à la Vieille Dame qu'Handanović se fait remarquer : deux matchs nuls 1-1 et 0-0. À Turin, le match est à sens unique et prend des allures de siège. Handa sort ses plus beaux gants et se forge une réputation : celle du jeune inconnu qui a résisté aux assauts de Del Piero, Nedvěd et Trezeguet. Rimini finit cinquième, et l'Udinese rapatrie son joyau, tandis que De Sanctis traverse le pays, direction Naples.

Youtube

À Udine, Handanović devient vite un héros en arrêtant deux tirs au but face au Borussia Dortmund à l'occasion du tour préliminaire de la Coupe UEFA. Mais si tout le monde part (Alexis Sánchez, Inler, Isla, Benatia, Cuadrado...), le calme et l'austérité de la région lui vont bien. « Professionnellement, je dois beaucoup de choses à ce club, et ce n'est pas mon genre d'être opportuniste » , dit-il alors que le monde se rend compte que le club du Frioul tient dans ses rangs l'un des meilleurs portiers de la planète. Concernant les penaltys, le Slovène se fait vite une réputation. Au cours de la saison 2010-11, il égalise le vieux record (qui datait de 1949) de penaltys arrêtés en Italie : six ! Dont ceux d'Eto'o, Hamšík, Cavani et Zárate. Six sur huit, vu que les tirs de Crespo et Totti iront mourir au fond des filets. Alors, y a-t-il un secret ?

Sens du devoir et Júlio César


Giuseppe Taglialatela, l'ancien gardien du Napoli célèbre pour ses capacités sur sa ligne, explique à Tuttomercatoweb : « Il étudie beaucoup les tireurs, mais il a aussi le physique et l'explosivité pour les intercepter. C'est psychologique : le gardien a toujours l'avantage parce qu'il n'a rien à perdre. À l'époque, les tireurs me disaient que lorsqu'ils jouaient contre moi, ils préféraient tirer un coup franc qu'un penalty, et c'est la même chose avec Handanović. Il transmet de la peur au tireur. Et puis, aussi, il faut dire que c'est peut-être le seul à attendre le dernier moment pour plonger. » Une immense vidéothèque à la maison, et un sang-froid inégalable. Mais Handanović ne préfère pas s'éterniser sur sa spécialité : « Si l'attaquant tire bien, le gardien ne peut rien faire. Arrêter, c'est mon métier. Il n'y a rien de plus à dire, à part que je ne raconterai jamais mon secret. » Mais à Milan, le numéro un remplacerait volontiers ses records par des titres. Si le Barça avait insisté l'an passé malgré les exigences de l'Inter (30 millions d'euros), le Slovène répète qu'il ne partira pas sans trophée. Toujours la même loyauté, et la même exigence : «  Être heureux avec sa famille dans une ville comme Milan ne suffit pas. Il faut gagner, ici. »

Youtube

Et si Bruce Wayne a son Alfred Pennyworth, Handanović a son Adriano Bonaiuti, son entraîneur personnel qui était la doublure de De Sanctis à l'arrivée du Slovène à Udine, et que Roberto Mancini vient d'accepter dans le staff interiste. Handanović a tout ce qu'une équipe peut exiger d'un grand gardien de but : l'expérience (30 ans), la fiabilité – une moyenne de 35,6 matchs joués de Serie A par saison depuis 2007 – le taux d'erreurs le plus faible du pays, un calme robotique, un sang-froid étonnant et de la loyauté. Il doit maintenant réussir à transmettre sa sérénité à sa défense. Autrefois, l'Inter vibrait au rythme des envolées et des réflexes du Brésilien Júlio César, surnommé « L'Attrape-Rêve » . Forte et rigoureuse défensivement, cette Inter avait besoin de folie pour s'envoler. Devenue méfiante, incertaine et indisciplinée, elle a préféré confier son destin aux mains d'un sombre justicier au sens du devoir exemplaire. Maintenant, Handanović doit lui apprendre à se relever.


Par Markus Kaufmann À visiter :

Le site Faute Tactique
Le blog Faute Tactique sur SoFoot.com
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Le gardien le plus sous-estimé du continent, j'pense honnêtement qu'il est dans le top 5 mondial et ce depuis au moins 2-3 ans ! A part Neuer et Courtois (voire De Gea en ce moment qui fait une grosse saison), j'vois personne au-dessus de lui.
georgesleserpent Niveau : Loisir
Message posté par blajc
Le gardien le plus sous-estimé du continent, j'pense honnêtement qu'il est dans le top 5 mondial et ce depuis au moins 2-3 ans ! A part Neuer et Courtois (voire De Gea en ce moment qui fait une grosse saison), j'vois personne au-dessus de lui.


Rien qu'en Italie, Perin est meilleur sur cette saison et la saison dernière.

Mais je te rejoint il est très sous coté, mais bon de là à le mettre dans le top 5 mondial, non, faut pas déconner.
steven.mugiwara Niveau : DHR
J'ai en tête le souvenir du playoff de C1 2012/2013 lorsqu'il arrive à faire quelque chose comme 10-12 arrêts décisifs contre Braga sur les deux manches et à jouer la qualif aux penos à lui tout seul. Très bon gardien !
Excellent gardien sous-côté c'est vrai, il est très peu connu en dehors de l'Italie et des Balkans.
Milan_forza18 Niveau : CFA
Le meilleur d'Italie est le 4,5 au monde!
Bon allez dans le top10 et on en parle plus. 6ème meilleur gardien du monde.
Deux choses m'impressionne particulièrement chez ce gardien, et la deuxième vidéo le met bien en valeur.
_Son équilibre est toujours parfait, quand il plonge on voit que le corps même dans les airs est solide.
_Il ne plonge jamais avant le tir, il joue tout au réflexe sans anticipation.


Et le plus drôle c'est qu'il ne capte jamais le ballon :)
Le meilleur depuis ces 3 dernière saison en Italie tout simplement, sans lui l'Inter serait encore plus au fond du trou, le nombre de points qu'il nous à sauver..

On le mérite pas, sa défense ne le mérite pas..
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 8