Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 1/4 finale aller
  3. // PSG/Barcelone

Salvatore Sirigu, à la croisée des chemins

À 28 ans, Salvatore Sirigu va disputer son troisième quart de finale de Ligue des champions. Le gardien de but est à un tournant de sa carrière. S'il veut combler l'écart qui le sépare des meilleurs du poste, il doit sortir un gros match sur la scène européenne. Ce qu'il n'a encore jamais fait...

Modififié
Petr Čech, Manuel Neuer, Iker Casillas, Víctor Valdés, Edwin van der Sar, Júlio César. La liste des derniers gardiens vainqueurs de la Ligue des champions tutoie le Graal. C'est le gratin de la profession. Ou presque. Salvatore Sirigu n'appartient pas à cette catégorie. Et surtout pas en Ligue des champions où le portier parisien cherche toujours son match référence dans les rencontres à élimination directe. Ce soir, c'est déjà le troisième quart de finale de C1 pour l'Italien. Le troisième de suite. Il n'a encore jamais réussi à préserver sa cage inviolée (2-2, 1-1 en 2013 face au Barça, 3-1, 0-2 l'an dernier contre Chelsea). Alors que les Parisiens ont réussi un véritable exploit en éliminant Chelsea au tour précédent, Sirigu sort de cette double confrontation avec trois buts concédés et aucun arrêt décisif. Certains avanceront sa parade à Stamford Bridge sur la frappe de Ramires. Vrai. Mais sur le corner qui suit, les Anglais ouvrent le score par Cahill, rendant caduque sa parade. Le karma, quoi.

Pendant ce temps, Courtois, bien qu'éliminé, aura été le meilleur joueur de Chelsea. Sirigu, lui, attend toujours son heure de gloire sur la scène européenne. Une rencontre après laquelle on pourra tous se regarder et dire : « Sirigu, respect. Un bonhomme » . Aujourd'hui, on est plutôt en train de ressortir le refrain habituel à chaque sortie du portier transalpin.  « Sirigu ? Il a encore pris des buts sur lesquels il ne peut rien faire. » Parce que voilà, difficile de trouver des grosses boulettes du numéro 30 parisien. Il n'en fait pas. Ses faiblesses sont connues (jeu au pied, sortie aérienne) et, globalement, son niveau de jeu est le même que lors de son arrivée en 2011. Sirigu est un très bon gardien. De Ligue 1. Mais pour rêver plus grand, ça ne suffit pas.

Lloris, Čech, les rumeurs gonflent


Cette saison, le gardien prend plus de buts que d'habitude (26 en 30 matchs alors qu'il n'en avait pris que 23 en 37 matchs l'an dernier). Surtout, il n'est pas tellement mis à contribution puisqu'en 30 rencontres de championnat, Salvatore Sirigu n'a fait que 27 arrêts. Autant dire qu'il doit trouver le temps long. Et stressant. Surtout que depuis plusieurs semaines, les coulisses parisiennes bruissent. Hugo Lloris aurait ainsi été (re)proposé au club de la capitale. Dans le même temps, Petr Čech en a marre de son statut de numéro 2 à Chelsea et son CV aurait atterri sur le bureau de Nasser. Le genre de rumeurs qui doit bien agacer l'Italien, pourtant prolongé jusqu'en 2018 en septembre dernier.


Au vrai, le deal est simple. Les dirigeants parisiens ont envie de voir leur gardien contre le Barça. Ils trancheront après. Soit Salva met enfin les petits plats dans les grands et enterre les doutes naissant autour de son niveau. Soit il se rate - ou sort deux prestations quelconques - et les dirigeants réfléchiront à son sort durant l'été. Pas idéal dans un club concerné par le fair-play financier et où un euro est un euro. Mais bon, le PSG n'est plus à une folie près. En attendant, Laurent Blanc n'est pas sans savoir que son gardien joue gros, ce soir. « J'espère que Sirigu nous sortira un grand match » , a lâché l'entraîneur, hier, face à la presse. Une manière de dire que jusqu'ici, le gardien ne l'avait jamais fait sur la scène européenne. En tout cas, Sirigu a une chance inouïe. Celle de se mesurer à Neymar, Messi et Suárez sur deux matchs. Dans une grosse semaine, on saura ce que l'Italien a dans le bide.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall
Hier à 15:52 Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17