Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 1/4 finale aller
  3. // PSG/FC Barcelone (1-3)
  4. // Notes

Sale Suárez pour le PSG

Étincelant, Luis Suárez a croqué par deux fois David Luiz pour donner un avantage décisif à Barcelone (1-3). En face, son compatriote Edinson Cavani a lui croqué tout court.

Modififié

Paris Saint-Germain


Sirigu (4) : Sauvé par son poteau devant Messi, impuissant devant Neymar, nul devant Suárez. Son seul mérite, ce soir, est de ne pas avoir cédé sa place à Nicolas Douchez, après s'être blessé sur son tout premier arrêt en Ligue des champions (42e).

Van der Wiel (4) : Sous pression constante en début de match, le petit Gregory a oublié Neymar dans son dos sur le premier but. Plus incisif par la suite, il a sauvé l'honneur du club de la capitale d'une frappe contrée par Jérémy Mathieu (82e).

Thiago Silva (non noté) : Rapidement blessé, il a eu le temps d'effectuer quelques interventions de patron en début de match devant Jordi Alba, avant de céder sa place à David Luiz (3) qui a compris ce soir qui était Luis Suárez.

Marquinhos (6) : Bon, ben voilà, il n'est plus invaincu cette saison avec le PSG, sous les yeux de George Weah. En soi, il n'a pas grand-chose à se reprocher.

Maxwell (6) : Sa chandelle dans la surface a montré qu'il était plus stressé qu'à l'accoutumée. Toujours précieux par sa finesse technique. À se demander pourquoi le Barça lui a préféré Adriano.

Cabaye (4) : Certaines choses changent, d'autres restent immuables. L'international français a eu le mérite de ne pas se blesser avant d'écoper de son carton jaune syndical, en découpant Iniesta grâce à son sens inné du timing.

Rabiot (5) : Malgré quelques imprécisions qui ont coûté cher à sa moyenne, Adrien a bien travaillé à l'école avant de rentrer chez lui plus tôt que prévu pour réviser encore. Remplacé par Lucas (65e) qui a dormi en classe.

Matuidi (6) : Qui aurait cru que le Parisien le plus dangereux serait l'ancien maigrelet de l'ESTAC, brassard au bras qui plus est. Un ancien dans le couloir, après avoir pris une flèche. A pourtant fini crevé comme tout le monde en fin de match. Sentir le sable sous sa tête, c'est fou comme ça peut faire du bien.

Pastore (7) : Ce soir, le meilleur Argentin sur la pelouse n'était pas celui qu'on croit. Tandis que ses coéquipiers le cherchaient comme la panacée, Javier a pris ses responsabilités dans le jeu, à base de dribbles chaloupés et de passes ajustées. Il lui a juste manqué un but pour donner raison à Cantona.

Lavezzi (4) : Petite fin de soirée en vue pour le Pocho, qui s'est quand même donné et a bien mérité son fernet coca à Bastille.

Cavani (2) : 100 ballons touchés, 99 pertes de balle. C'est ce qu'on appelle un trou à balles. Jean-Charles Trouabal.

FC Barcelone


Ter Stegen (5) : Averti de la mauvaise soirée de Neuer à Porto, Marc-André a d'abord voulu lui piquer sa place en tentant de jouer au libéro hors de sa surface. En vain. Alors Ter Stegen s'est contenté de son travail de gardien. Seulement, Marc-André n'a pas appris à se méfier du roux qui dort.

Montoya (5) : Comme toi, il y a quelques années à ta première boum, Martín est effrayé par tout ce bruit et toutes ces lumières. Trop timide et assez mauvais dans son placement, il passe le début de la soirée assis sur une chaise autour de la piste de danse, à regarder faire les vrais bonhommes. Puis se lance finalement avant d'être remplacé par Adriano qui arrive un peu tard pour danser.

Piqué (6) : Sans conteste le joueur qui a le plus fait jouer son expérience des grands rendez-vous ce soir. Rarement inquiété, il sait réagir quand il l'est. Il récolte le jaune du défenseur vicieux qui anéantit une belle action. Classique.

Mascherano (6) : Javier tient son rôle. Comme Bardem dans les films d'Almodóvar.

Alba (5) : Finalement, c'est pas si dur d'être un bébé. Il suffit de multiplier les aller-retour sur le côté gauche et d'empêcher Javier Pastore de passer trop facilement. En revanche, pour la précision balle au pied, on repassera.


Busquets (6,5) : Face à Rabiot et Lucas, Sergio a passé une soirée assez tranquille. Au final, on l'a assez peu vu sur le terrain. Ce qui est souvent un bon signe quand on parle de Sergio Busquets.

Rakitić (6,5) : Paris peut se targuer de la caisse de Matuidi, celle d'Ivan n'est pas mal non plus. Des efforts pour gratter les ballons derrière, de bonnes conservations de balle et la règle première du rugby respectée : dernier passeur premier soutien. Autant en emporte l'Ivan. Remplacé par Mathieu qui offre un peu d'espoir au PSG.

Iniesta (5,5) : Il fut un temps où Iniesta régnait en patron sur le milieu de terrain blaugrana. Malheureusement ce soir, Andrés n'a clairement pas la force du fruit. Après un duel trop musclé pour ses articulations, papi est remplacé par Xavi. C'est toute la maison de retraite qui a dû vibrer.

Messi (7) : Sur MSN, Lionel, c'est clairement le mec qui a un pseudo très esthétique, avec de la couleur, des petits smileys et des vaguelettes. Celui à qui t'osais pas aller parler parce que c'était le plus populaire de l'école. Pourtant, Messi est quand même allé parler à Neymar en lui offrant une passe décisive.

Neymar (7) : Il a fait des misères à Gregory van der Wiel en première mi-temps et s'est fait un plaisir d'ouvrir le score en ouvrant bien son pied. Satisfait, il baisse le rythme en deuxième mi-temps et laisse GVW préparer son face-à-face avec Bauthéac.

Suárez (9) : Homme de l'ombre caché dans les coins sombres, Luis veut briller. Et s'en donne les moyens. Cantonné au rôle de l'attaquant qui s'épuise au pressing pendant 70 minutes, Suárez explose. Petit pont, double contact, but. Petit pont, ouverture de pied, but. 3-0 artisanale bombe.

À lire : le compte-rendu du match

⇒ Résultats et classement de la Ligue des champions

Par Gabriel Cnudde et Christophe Gleizes
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall Hier à 09:02 La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT) Hier à 00:10 La drôle de liste d'invités de la finale 37 dimanche 15 juillet Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 68 Podcast Football Recall Épisode 47 : Mbappé va rouler sur les Croates, des enfants racontent le Mondial et la revanche belge dimanche 15 juillet Rooney inspire DC United 3
À lire ensuite
Le Barça douche le PSG