1. //
  2. // 22e journée
  3. // Nice/Bordeaux (0-1)

Saivet surprend Nice

Dans un duel tactique entre deux blocs bien en place, Saivet a surgi pour surprendre Nice, et régaler Francis Gillot d'un motif de satisfaction en cette dure période de mercato (0-1). Les Girondins gagnent cinq places au classement et sont désormais 5es de Ligue 1.

Modififié
0 2
Nice-Bordeaux : 0-1 (0-0)
Buteur : Saivet (58e) pour Bordeaux.

Amateurs de beau football, il valait mieux s'abstenir de regarder ce Nice-Bordeaux. Match qui, sur le papier, correspondait pourtant à un choc de la 22e journée de Ligue 1, entre deux prétendants plus ou moins assumés à l'Europe. Mais voilà, les intentions n'y étaient pas. Et dans un duel tactique d'équipes qui avaient peur de se livrer, c'est l'expert en la matière qui s'est imposé. On parle bien entendu de Bordeaux, parvenu à scorer sur son unique intrusion dans la surface adverse. Alors que le club est orphelin de Gouffran et privé de Diabaté ou Maurice-Belay, c'est un excellent Saivet qui a pris ses responsabilités. Méconnaissable, Nice concède donc son deuxième revers de la saison au Ray, son deuxième sur les douze dernières rencontres de Ligue 1. Les Girondins, avec ces trois points acquis dans une période pas franchement évidente, grimpent de la 9e à la 5e place de Ligue 1. Juste devant l'OGCN.

Deux blocs infranchissables

On ne va pas se mentir, le duel Nice-Bordeaux fleurait bon l'attaque-défense. Pourtant, là où les Girondins rivalisent dans le jeu avec les Niçois, ces derniers misent également sur un bloc défensif solide. La première période se résume donc à cela : deux équipes disciplinées, qui ne se livrent pas le moins du monde. Côté niçois, on décide d'apporter le danger sur les ailes, tactique qui ne fonctionne qu'en une seule occasion, avec un Kolodziejczak qui passe en force pour aller tâter les gants de Carrasso. Le reste du temps, ce sont simplement des duels perdus avec les défenseurs bordelais. Les Girondins, eux, sont désireux d'évoluer en contre, mais ne parviennent absolument pas à pénétrer dans la surface adverse. D'où les uniques tentatives de loin de Bellion – qui est par ailleurs remarquable de volonté. Les deux blocs ne sont donc pas mis à mal, et l'unique frisson sera apporté par Cvitanich et un délicieux petit pont sur Plašil. C'est dire. Aucune des deux équipes ne prend le dessus, aucune des deux n'emballe un match qui tend, au fil des minutes, à être gâché par les approximations techniques.

Une erreur, un but

À la reprise, le seul motif d'espoir réside dans une stat : les deux équipes inscrivent pas loin de 75% de leurs buts en seconde période. En plus, Gillot déclare vouloir prendre des risques. Bon. On attend. On voit de vilains tacles, des passes ratées, des incompréhensions. Mais pas d'occasions, et toujours ces blocs défensifs bien en place. En gros, il faut attendre un exploit, ou une erreur. Bordeaux prend la seconde option : sur une contre-attaque, toute la défense niçoise penche à droite et zappe Saivet, seul à droite. Servi par Plašil, l'ailier parvient à battre Ospina d'un sale pointu (0-1, 58e). Super. Voilà qui va encourager le Gym à se livrer, et les Girondins à quadriller. Mais une sublime action des Aiglons – où Cvitanich sert Maupay dans la course, lequel enchaîne contrôle poitrine et frappe lobée qui échoue sur la barre – fait seulement illusion. Les Niçois ne parviendront pas à emballer le match et n'inquièteront Carrasso qu'une seule et dernière fois, sur une tête de Civelli. Avec ce succès important dans une citadelle réputée imprenable, Bordeaux réalise assurément la belle opération de la journée.

Par Alexandre Pauwels
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Ralph Louren Niveau : DHR
"Dans un duel tactique entre deux blocs bien en place"
C'est joliment dit, il y a pas eu d'occas' quoi..
Laura Bordelaise Niveau : CFA2
On nous a enterré seulement voilà on est encore sur les 3 tableau: coupe de france, europa league, 5e en championnat. Alors oui on a peut etre pas un beau jeu mais on fait avec ce qu'on a. On est toujours là!
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 2