En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 2e journée
  3. // Gr.G
  4. // Lazio/Saint-Étienne (3-2)

Sainté s'est battu, mais Sainté a perdu

Réduit à 9 contre 11, Saint-Étienne a bien failli arracher un point sur le terrain de la Lazio. Mais les Laziali s'en sortent avec une victoire très bien payée (3-2).

Modififié

Lazio - ASSE
(3-2)

O. Onazi (22'), W. Hoedt (49'), L. Biglia (80') pour Lazio Rome , M. Bayal Sall (6'), Monnet-Paquet (86') pour Saint-Étienne.


De héros à zéro. Voici sans doute le sentiment que gardera Bayal Sall de son déplacement au stadio Olimpico. Héros, d'abord, car le puissant défenseur sénégalais ouvre rapidement le score pour les Verts. Mais le retour des vestiaires est à l'exact opposé. Sall découpe dans un premier temps grossièrement Milinković-Savić et écope d'un carton jaune plus que logique. Sur le coup franc qui suit, le malchanceux Bayal se prend Ruffier sur le buffet. Sans doute loin d'être agréable. Pis, le ballon échoue sur Hoedt qui n'a plus qu'à reprendre au fond des filets. La Lazio, déjà en supériorité numérique, prend l'avantage. Bayal couronnera sa prestation par un deuxième jaune, synonyme de rouge. La deuxième expulsion dans cette rencontre pour les Verts, après le rouge direct reçu par Beric en première période. Courageux, presque héroïques, les hommes de Galtier se battront en infériorité numérique jusqu'au bout, mais finiront par s'incliner 3-2. Frustrant.

Bayall Sal appelle, Onazi répond


Cinq minutes d'observation et Saint-Étienne se procure déjà un premier corner. Un corner pas franchement bien tiré par Romain Hamouma, mais paradoxalement gagnant. Bayal Sall profitant de la passivité de la défense laziale pour ouvrir le score du ventre (0-1). Touchée dans son orgueil, la Lazio réagit immédiatement. Mais Ruffier est autrement plus solide que Berisha. Le portier stéphanois réalise un arrêt extraordinaire sur un coup de tête de Wesley Hoedt. Avertissement sans frais pour les Verts qui s'en remettent à nouveau à un corner d'Hamouma pour se montrer dangereux. Celui-ci est mieux tiré, mais Nolan Roux ne trouve que le haut de la barre. Dans la foulée, Hamouma - encore lui - est à l'honneur, mais il glisse et manque de trancher la tête de Berisha, sorti à se rencontre.

Dommage pour Sainté. Car à peine cinq minutes plus tard, Felipe Anderson fait voir du pays à Polomat. Surtout, Onazi envoie une jolie demi-volée pour récompenser le bon travail du Brésilien (1-1). Tout est à refaire. Et la tâche se complique d'autant plus pour Saint-Étienne que Beric est exclu, très sévèrement. Mauricio a certes le nez en sang, mais le coup de coude de l'attaquant slovène ne semble pas franchement volontaire. Soit. L'intenable Hamouma a encore une opportunité, mais glisse à nouveau, au contact de Hoedt. Une énorme occasion vendangée par Mauri plus tard, M. Özkahya renvoie les 21 acteurs encore présents aux vestiaires.

Sainté met le feu à 9 contre 11


Sans doute le nez cassé, Mauricio cède sa place pour la seconde mi-temps à Gentiletti. Mais c'est bien Bayal Sall qui est le plus malheureux, et qui permet involontairement à la Lazio de prendre les devants, grâce à Hoedt (2-1). Un but presque trop rapide, surtout pour le spectacle. Car les Laziali se contentent logiquement de gérer leur avantage au score quand Saint-Étienne a bien du mal à approcher la cage de Berisha en infériorité numérique. Résultat, le bal de changements débute dès l'heure de jeu. Galtier lance Diomandé et Bahebeck à la place de Corgnet et Hamouma. Pioli sort un Mauri, très peu à son aise en position de faux neuf pour Matri.

Poussé par son public venu garnir en nombre un Olimpico à l'inverse bien vide, Saint-Étienne refuse de s'avouer vaincu. Mais malgré la bonne volonté de Bahebeck qui met même à contribution Berisha, Sainté ne parvient pas à revenir. Puis se retrouve à neuf, après une nouvelle faute grossière de Bayal Sall sur Felipe Anderson. Évidemment, à 11 contre 9, c'est plus facile pour la Lazio, et Biglia y va de son but sur une frappe déviée (3-1). Mais Sainté ne se démonte, et Monnet Paquet - à peine entré en jeu - réussit l'exploit de marquer d'un sublime lob sur un Berisha encore aux fraises (3-2). Incroyable. Pajot a même l'occasion d'égaliser, mais sa tête passe à côté. On en restera là, après de beaux arrêts de Ruffier devant Matri et Basta. La Lazio s'en sort bien, Sainté méritait sans doute mieux...

Par Eric Marinelli
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 18:30 La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 31
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
dimanche 14 janvier Le low-kick fou de Tony Chapron 165