Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 1re journée
  3. // Saint-Étienne/Rosenborg (2-2)

Sainté bute sur l'iceberg Rosenborg

Deux erreurs défensives, deux buts. Malgré une prestation collective intéressante, Saint-Étienne n'aura pas donné de victoire à ses supporters pour sa 100e en Europe (2-2 face à Rosenborg).

Modififié

Saint-Étienne 2-2 Rosenborg

Buts : Berič (4e), Roux (87e) pour Saint-Étienne / Mikkelsen (16e), Svensson (79e) pour Rosenborg

On joue la 79e minute de jeu au stade Geoffroy-Guichard. Comme à son habitude depuis maintenant deux ans, Saint-Étienne peine à trouver la faille devant une écurie européenne venue pour flairer le bon coup. Le match s'est clairement fermé, les intentions offensives sont peu visibles des deux côtés. Dès lors, chaque coup de pied arrêté est une opportunité d'amener une occasion, et ça, Mike Jensen l'a bien compris. D'un coup de patte dans le paquet, le capitaine du Rosenborg Ballklub use son avant-centre Söderlund comme un pivot de basket. D'une tête bien sentie, le colosse met en retrait pour Jonas Svensson pour crucifier Ruffier. Coup de froid sur Saint-Étienne, pris au piège du traquenard du RBK. Si les Verts reviendront finalement dans la partie, ce but est symptomatique des difficultés des hommes de Christophe Galtier à gérer leur affaire à domicile d'une main de maître. Dans un groupe relevé, ces points coûteront peut-être cher au moment de faire les comptes… De quoi rester sur sa faim.

Roux partage


Dans la nuit stéphanoise, le bouillon monte en température à la venue des joueurs sur la pelouse. Comme à ses meilleures heures, le Chaudron est prêt à donner sa meilleure potion. Chez les Magic Fans comme chez les Greens Angels, le message est le même : faire monter les décibels dans le stade de ses plus beaux exploits européens. Sur les visages des Verts, l'envie est belle et bien lisible. Nolan Roux s'est fait une raison, son placement dans l'axe ne porte pas ses fruits. Il va devoir prendre le couloir droit pour épauler Robert Berić, l'avant-centre titulaire. Bingo. Servi dans le tempo par François Clerc, l'ancien Dogue place un coup de rein pour centrer dans la foulée. Opportuniste, Berić coupe la trajectoire d'un tacle rageur (4e, 1-0). Dans les tribunes, les chants laissent place à l'euphorie : l'ASSE appuie sur la pédale d'accélération, Rosenborg est dans son rétroviseur.

Le souci, c'est que les Trolls font dans la réaction. Sur une belle phase collective, Jensen permet à Tobias Mikkelsen de fusiller Stéphane Ruffier de près (15e). Sainté peut chanter autant qu'il veut, le bélier norvégien vient de frapper à la porte. Côté offensif, le coup franc de Valentin Esseyric dévié par Roux ne trompe pas la vigilance d'André Hansen. Dès lors, Roux continue son one man show sur le côté droit. Hélas, son centre est mal négocié par Kévin Monnet-Paquet. Des 30 mètres, Fabien Lemoine lâche un boulet de canon. À côté. Bilan du premier acte : Saint-Étienne domine son sujet, sans voir le score tourner en sa faveur. Attention danger.

Roux carnage


Si Jensen et Jérémie Clément commencent à échanger quelques caresses pour commencer la seconde période, force est de constater que l'intensité peine à retrouver son niveau d'antan. Les cartons pleuvent, les contrôles et les passes sont de piètre qualité. Le comble de l'anti-jeu intervient quand Eysseric s'amuse à retenir le métronome Jensen par les épaules... Cramé, le milieu de terrain passe le témoin à Benjamin Corgnet, histoire de ramener de la folie dans cette rencontre. Côté droit, Roux continue ses déboulés et enchaîne les centres. Personne à la retombée, même Béric, ancien adepte de la connexion 4G avec son camarade. C'est à ce moment où le rythme est au plus bas que le moral de Saint-Étienne va faire de même : Rosenborg prend l'avantage. Après ce coup de froid, Sainté remettra le vert de chauffe. Bayal Sall voit d'abord son but logiquement refusé, puis Berić est irrégulièrement bousculé dans la surface. D'un penalty bien maîtrisé, Roux offre le point du nul à Saint-Étienne. La fête aurait pu être belle avec un but dans les arrêts de jeu, mais Perrin manque la balle de match de la tête. À défaut de victoire, il faudra voir le Vert à moitié plein.

Par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall
À lire ensuite
Monaco s'en sort bien