En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Tour préliminaire
  3. // Saint-Étienne/Esjberg (0-1)

Saint-Étienne a l'Europe triste

Saint-Étienne n'ira pas plus loin en Europa League. Alors que le tirage semblait jouable, ce sont des Danois joueurs et réalistes qui sont venus planter le but qui fait mal (0-1). Il n'y a plus que le championnat à jouer pour les Verts.

Modififié
Saint-Étienne – Esbjerg
But : Bayal Sall (csc, 72)

L'équation était pourtant simple pour les Stéphanois. Pour atteindre le prochain tour de l'Europa League, après avoir marqué trois buts au Danemark mais perdu, ils devaient gagner. Tout autre résultat et c'est l'adieu à l'Europe. Mais pour gagner, il faut être capable de marquer, ce que Saint-Étienne a été incapable de faire.

Pourtant, il y a de la place dans la défense adverse. Sainté multiplie les centres de la gauche et le marquage adverse est sans cesse dépassé. Corner, coups francs et débordements, les Verts ne font que cela. Sauf que le gardien de 21 ans en face, Rönnow, s'impose lui sur sa ligne et repousse les frappes d'Hamouma ou Tabanou. Et les Verts sont trop certains d'avoir trouvé le bon filon et deviennent prévisibles. En deuxième mi-temps, le Chaudron pousse, le match s'emballe à l'heure de jeu et on peut croire à une possibilité de but, enfin. Sauf que les actions en surnombre sont rares. Et que la défense danoise tient bon. Les quelques occasions franches sont repoussées par un joueur, le gardien ou le poteau (85' sur une frappe de Brandão), quand ce n'est pas le ballon qui se fait la malle juste devant Hamouma (66').

La danoise touch

Très rapidement dans le match, ça sentait le paradoxe et le traquenard. Car si c'est Saint-Étienne qui est censé jouer offensif, ce sont les Danois qui se placent le plus haut. Toujours avec un esprit de jeu simple et rapide, tout au contraire des Stéphanois. Le mouvement est permanent de leur côté. Les Danois ont été bons et, surtout, là où on aurait pu ne pas les attendre : haut. Les Verts sont gênés et obligés de rester vigilants, notamment sur les missiles de Knudsen depuis la touche. Esbjerg joue crânement sa chance, paraît prêt à profiter de la moindre erreur, et trouve ainsi la réussite à un quart d'heure de la fin.

Ainsi, lorsque le ballon est perdu au milieu de terrain, c'est une sortie de balle intelligente jusqu'à l'aile droite et l'un des frères Ankersen, laissé étonnamment seul. Le centre est appliqué. Bayal Saal, placé entre deux joueurs danois, n'a pas d'autres choix que de tenter une intervention. Il expédie le ballon sous la barre transversale. Rien à faire pour Ruffier. Et Saint-Étienne peut sortir la tête basse et n'en vouloir qu'à son manque de créativité offensive, son manque d'envie, son manque de tout.

par Côme Tessier
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 3
Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 33 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 81
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
lundi 15 janvier La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40