1. //
  2. //
  3. // Valenciennes/Bordeaux

Saez : « Il faudrait commencer à gagner »

José Saez fait partie des cadres à Valenciennes. La liquette rouge, c'est un peu sa seconde peau. A l'heure d'affronter Bordeaux à la maison, le milieu de terrain aimerait bien que son équipe commence à gagner.

0 0
Comment appréhendes-tu ce match face à Bordeaux ?


Ça serait bien de commencer à prendre des points. A gagner des matches. Nous n'avons pas gagné depuis trois matches, ce n'est pas encore dramatique, mais il faut vite redresser la barre et ne pas se laisser griser par les résultats. C'est le moment de vraiment partir. Autant le faire à la maison.

Bordeaux n'est pas au mieux non plus.


C'est une équipe qui vient de changer d'entraîneur, comme nous d'ailleurs, ils cherchent encore une certaine osmose. Il faudra faire attention et rester vigilants car ils peuvent se réveiller. A nous de ne pas les laisser œuvrer. Surtout un mec comme Plasil. C'est leur meilleur joueur, je trouve. Il faudra le surveiller.

Qu'est ce qu'il manque à Valenciennes pour se lancer ?


Il faut que l'on soit plus efficace dans la zone de vérité. Surtout, il faut arrêter d'être en réaction. On doit savoir ouvrir le score et cesser de courir après. C'est difficile de se réveiller à 0-1. Or, depuis le début de la saison, on réagit uniquement.

Quel était d'esprit anime le groupe après le match de Paris ?


On est revenu frustrés. Le match nul aurait été équitable. Surtout, le penalty est sévère. Après ce sont des choses qui arrivent. Mais on a l'impression d'avoir livré un bon match et pourtant, nous sommes repartis avec une défaite et des regrets. Il faut se servir de ce match, de l'état d'esprit affiché pour continuer à bosser.

Ça serait bien de gagner dans le nouveau stade aussi..


On avait la réputation d'être une équipe solide à Nungesser. Là, avec le nouveau stade, il faut réapprendre à gagner. On doit nous aussi trouver nos marques. Le stade est magnifique, mais ça ne fait pas gagner des points. Nous nous devons d'être plus agressifs et intraitables chez nous.

Le niveau de championnat est-il le même que l'an dernier ?


Il y a 2/3 équipes au-dessus du lot, ensuite il y a une dix d'équipes qui vont se battre pour éviter la relégation. Le championnat est très homogène. Beaucoup plus que les autres pays à mon sens. Ici, difficile de faire l'impasse sur une rencontre par exemple.

Avec le départ de Bisevac, qui sont les cadres dans le vestiaire ?


Mater, Pujol, Ducourtioux, Penneteau mais c'est un groupe avant tout. On n'a pas de star, le collectif prime. On bosse ensemble, on gagne ensemble. Ce sont des valeurs collectives qui font notre force. Il faut également prendre du plaisir.

Le groupe est-il déstabilisé par les rumeurs du mercato ? Notamment avec l'arrivée de Gil.


Ça nous fait marrer surtout. On lit les journaux, on en parle, on en rigole. On n'est pas décisionnaire au final. Si quelqu'un arrive, c'est tant mieux. Ça fait partie de la vie d'une équipe. Mais c'est vrai qu'on a hâte d'être fixé.

Et l'arrivée des Qataris en Ligue 1 ?


C'est toujours mieux d'avoir des équipes avec des gros moyens. Ça va relever le niveau global. On sera plus médiatisé. Tout le monde en tirera profit.

Propos recueillis pas Mathieu Faure

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Dans cet article

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Messi tout-puissant
0 0