Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Man Utd/Liverpool

Sacré Suarez !

Cet après-midi (14h30), Liverpool accueille son pire ennemi Manchester United avec vingt-et-un points de retard mais une arme en plus depuis janvier : l'infernal Luis Suarez, messieurs dames ! Portrait.

Modififié
Faire une main en mondovision en quart de finale du dernier Mondial face au Ghana ouvre un drôle de champ des possibles à Luis Suarez. Il y a trois voies mais seulement deux possibilités. Évacuons d'entrée celle qui ne concerne par l'ancien goleador de l'Ajax Amsterdam : le réflexe crépusculaire façon Thierry Henry face à l'Irlande, l'Uruguayen ne facturant que vingt-quatre printemps au compteur. Reste les deux autres options : le geste isolé et sans lendemain à la Vata ou l'acte fondateur de futures conquêtes et chacun aura compris à quel Pibe on fait ici référence. Seul l'avenir dira la route prise par Suarez mais une chose est certaine : ne surtout pas compter sur lui pour nourrir le moindre traumatisme par rapport à sa manchette. « Je pense que n'importe quel footballeur a compris mon geste. Certains peuvent penser que c'était mal. Mais les Uruguayens sont tellement fous de football qu'ils étaient trop fiers d'atteindre la demi-finale. En tout cas, je méritais d'être expulsé. Manquer la demi-finale contre les Pays-Bas a été très dur à avaler pour moi » . Mais vital pour son équipe. Et c'est peut-être dans cette mimine qu'il faut lire la pertinence du choix d'aller à Liverpool. Le club par excellence où les individualités passeront toujours après.

Des chiffres vertigineux

D'ailleurs le jeune homme se fiche de ses stats comme de sa première tunique : « Mon rôle, c'est de marquer des buts. Je ne me demande pas si c'est important ou pas, ni comment je suis considéré. Ce qui compte, c'est ce qui se passe dans l'équipe. Ma place ne change pas au sein du groupe selon que je marque ou non. Et qu'est-ce qu'un buteur sans un bon passeur ? Ou sans les milieux qui se sacrifient ? Le buteur vit du travail des autres. Le but qu'il marque est juste le fruit qu'il récolte » . En fait, Luis Suarez se voit comme ça, comme le chaînon finissant d'un ensemble qui fonctionne bien. A Liverpool la prolo, l'idée risque forcément de plaire. Surtout quand la recrue du mercato hivernale assène : « Ne pas marquer, cela ne m'empêche pas de dormir » . De toute façon, le gaillard n'aurait pas souvent perdu le sommeil. Après une pige prometteuse chez lui au Nacional (dix pions en vingt-sept matches), le petit franchit l'Atlantique direction Groningen aux Pays-Bas sur des bases similaires (dix buts en vingt-neuf rencontres de championnat) avant de définitivement muter en caïd de l'Eredivisie à l'Ajax : quatre-vingt une réalisations en cent-dix sorties dont trente-cinq l'an dernier en... trente-trois journées ! Sans oublier une saison 2008-2009 à quatorze passes décisives... C'est écrit, Luis Suarez est parti pour faire un malheur à Liverpool même si le plus difficile commence sans doute pour lui.

L'ombre de Torres


Car, il ne faut pas se tromper, il existe un gouffre terrible entre le championnat néerlandais et la Premier League. On a tous en mémoire le Brésilien Afonso Alvès et ses trente-quatre buts en trente-et-un matches avec Heerenveen sans lendemain et qui aujourd'hui se traîne quelque part au Qatar, à Al Rayyan. Et puis Suarez a une drôle de succession à assumer chez les Reds, celle de Fernando Torres : cinquante-six buts en soixante-neuf titularisations lors de ses trois premières saisons sur les bords de la Mersey. Le troisième transfert le plus coûteux de l'Histoire du club (27 M€) aura bien du mal à faire statistiquement aussi bien que le plus cher Rouge de tous les temps derrière Andy "41 millions" Carroll (trente-six barres pour El Nino). D'autant que Suarez évolue dans un tout autre registre. Là où le champion du monde espagnol jouait en “lone wolf” comme disent les Anglais, comprenez en loup solitaire seul en pointe dans un 4-2-3-1 idoine, Suarez, moins puissant sur la distance, plus joueur, plus collectif, a davantage besoin de points d'appui, à l'image de la triplette de folie qu'il forme en sélection avec Forlan et Cavani, avec lesquels il collectionne seize buts en trente-huit capes déjà, manière de démontrer qu'au plus haut niveau, son savoir-faire reste fiable. Trapu, vif, bon dribbleur dans les derniers mètres et une frappe chirurgicale, Suarez ne manque pas d'atouts... à condition d'être soutenu. Pas le point fort de Liverpool cette année où Gerrard, à qui l'on songe évidemment en premier pour jouer ce rôle en tandem, a laissé place à son jumeau paraplégique.

Mais Suarez n'est pas du genre à laisser filer. Déjà après le retour triomphal au pays, le buteur de la Celeste avait préféré repos et balnéothérapie aux festivités sans fin (et quand on voit dans quel état celles-ci ont laissé Forlan aujourd'hui, hein...). Un sérieux extrême sans doute né d'une prise de conscience dix ans plus tôt quand “Luisito” s'était repris en main in extremis alors qu'à seulement 14 ans l'ado de Montevideo sombrait tranquillement dans l'alcoolisme ! Quand on vous dit qu'il était fait pour Liverpool...

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



jeudi 21 juin 350€ offerts EN CASH pour parier sans risque sur la Coupe du monde
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
Podcast Football Recall Épisode 9: La France fait le boulot, le naufrage argentin et les votes WTF suisses jeudi 21 juin Pourquoi c’est largement mieux de regarder un match AuBureau plutôt qu’au bureau ? 1 jeudi 21 juin Des bourses d'échanges Panini près de Nantes 8 jeudi 21 juin Où trouver le guide SO FOOT du Mondial 2018 ? jeudi 21 juin Suivez la Coupe du monde sur un bateau à Paris ! 10 jeudi 21 juin Des fans colombiens cachent de la vodka dans des jumelles 9 jeudi 21 juin La chanson de N'Golo Kanté (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 30: France-Pérou, terrain glissant, la fougue iranienne et le métro de Moscou