Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Amical
  3. // France-Italie (3-1)

S'il vous plaît, lâchons le ballon...

Contre l'Italie, les Bleus ont prouvé qu'ils pouvaient faire très, très mal en contre-attaque. Et si l’équipe de France assumait, et abandonnait le ballon plus régulièrement ?

Modififié
La seconde mi-temps a repris depuis à peine deux minutes. Alors que les Italiens sont revenus des vestiaires avec d’autres intentions et mettent un peu de pression sur le but français, Hugo Lloris capte le ballon. Il relance loin à la main dans la profondeur pour Ousmane Dembélé. L’ailier français contrôle parfaitement le cuir dans sa course et peut mettre en route la machine. Il pousse la sphère, dépose trois Italiens... En quelques secondes, le voilà déjà dans la surface de la Squadra. Un crochet derrière la jambe d’appui, une frappe du droit qui vient s’écraser sur la barre transversale de Salvatore Sirigu. La première alerte de la seconde période sur une contre-attaque éclair. Parce que dans ce deuxième acte, les Bleus ont décidé de jouer le contre. Bonne idée, car c’est sans doute là qu’ils sont les plus forts.

Des joueurs pour contrer


Contre l’Italie, même s'ils ont eu globalement le ballon avec 57% de possession, les hommes de Didier Deschamps ont surtout joué dans leur propre camp et attendu les ouvertures pour pouvoir se projeter par à-coups. Comme l’a calculé L’Équipe, 16,4% du jeu a eu lieu dans le camp italien contre 27,6 % dans le camp français. Les Bleus sont restés positionnés assez bas sur le terrain pour profiter du maximum d’espace possible. Au total, sept joueurs de champ français ont eu une position moyenne située dans leur moitié de terrain contre quatre joueurs de champ italien. Et même s’il ne faut pas tirer de conclusions hâtives d’un match de préparation, il est temps de prendre conscience que c’est dans cette configuration que l’équipe de France s’épanouit le mieux. Surtout quand Deschamps décide d’aligner un trio Mbappé – Griezmann – Dembélé.


Trois hommes qui ont absolument besoin d’espaces pour s’exprimer, et qui peuvent torpiller n’importe quelle défense sur une contre-attaque. Antoine Griezmann l’a encore prouvé vendredi soir : il est le maître à jouer de cette équipe de France, le leader technique, celui qu’il faut mettre dans les meilleures conditions pour que les Bleus soient performants. Aussi à l’aise en profondeur balle au pied qu’à la baguette pour lancer ses coéquipiers, le vainqueur de la Ligue Europa 2018 a l’habitude de tenir ce rôle-là à l’Atlético de Madrid. Une équipe qui s’éclate en contre-attaque. Avec un milieu de terrain où Pogba et Tolisso peuvent assurer des transitions rapides, et les deux flèches Mbappé et Dembélé qui ne demandent qu’à pouvoir filer au but sans faire de détour, cette équipe est bâtie pour contrer son adversaire de manière chirurgicale.

Se créer une identité


Depuis des années, l’équipe de France se casse régulièrement les dents contre les « petites » équipes regroupées, car elle n’est pas à l’aise lorsqu'il faut travailler contre un bloc bas qui abandonne le ballon. Rien qu’à l’Euro 2016, les hommes de Deschamps ont frisé la correctionnelle contre la Roumanie et l’Albanie en phase de poules. La vérité, c’est que cette équipe de France n’est ni l’Espagne ni l’Allemagne. Elle n’est pas composée de joueurs patients, obsédée par la possession de balle, mais par des joueurs explosifs qui veulent pouvoir lâcher les chevaux. Dès qu’elle devra affronter un adversaire potentiellement « contrable » , il ne faudra donc pas hésiter à lâcher le ballon. Ce qui ne sera pas une preuve de faiblesse, mais d’intelligence. On a trop souvent reproché à cette équipe de France une absence d’identité de jeu. On dit aussi souvent que Didier Deschamps est un pragmatique. Qu’il assume cette réputation en créant une équipe à son image. Une équipe qui connaît ses qualités, et qui fait tout pour les exploiter.



Par Kevin Charnay
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 55 minutes GRATUIT : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Champions League il y a 1 heure Un doublé pour Rooney, DC United qualifié pour les play-offs 2 il y a 1 heure R3 : Bourbaki remporte le derby de Pau 4
il y a 3 heures Gignac plante son dixième but de la saison 6

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible
À lire ensuite
Printemps Oranje