1. //
  2. // Les 100 meilleurs joueurs « So Foot »
  3. // Fernando Redondo

N°8 : Fernando Redondo

La classe, le charisme, la technique. La carrière de Fernando Redondo dit quelque chose du football argentin de la fin du vingtième siècle. Son compatriote Juan-Pablo Sorín revient sur sa trajectoire, d'Argentinos Junior au Milan AC, en passant par Tenerife et sa période dorée au Real Madrid. Avec des étoiles dans les mots.

Modififié
6k 100
Je leur ai dit qu'il y avait un joueur incroyable, une sorte de super-héros au milieu de terrain. Un footballeur hyper élégant. Comme je passais mon temps à parler football, mes camarades, fatigués de m'entendre, ont fini par s'emporter contre moi. J'ai alors lâché une phrase, une phrase dont je me suis rappelé plusieurs années après : « Un jour, je ferai des une-deux avec Redondo ! » Explosion de rires. Des rires à la fois terribles et moqueurs : « Toi, tu vas faire des une-deux avec Redondo ? Bah voyons ! » C'est à ce moment-là, au moment où la récréation prenait fin, que la bagarre a éclaté. D'un coup, tous les gamins ont lâché leurs Alfajores Jorgito (des petits snacks argentins, ndlr) pour se jeter les uns sur les autres. Voilà, c'était en 1985 et nous n'étions que des élèves de primaire.

«  Le football s'est agenouillé à ses pieds »


Stratège, intelligent et gaucher en plus de cela ! À cette époque, il n'y avait pas de numéro 5 gaucher en Argentine. En revanche, il y avait des esthètes, ou plutôt des porte-drapeaux du bon football, comme Marangoni (Independiente) et Checho Batista (Argentinos Juniors). Néanmoins, quand Fernando Redondo est apparu, le football s'est agenouillé à ses pieds, comme si, avant lui, aucun milieu de terrain n'avait montré autant d'autorité et de consistance. J'avais 9 ans quand la sélection des moins de 16 emmenée par Redondo, Cáceres, Hugo Maradona, Frutos et Salaberry a remporté le Sudamericano, la Copa América des catégories jeunes, à Buenos Aires. Le match se dispute sous une pluie d'encouragements inconditionnels. Ce jour-là, sur le terrain, il y a eu aussi un déluge de football offensif. Splendide. Ces joueurs n'étaient que des « pibes » , raison pour laquelle je m'identifiais beaucoup à eux. En les regardant, j'imaginais combien ce serait merveilleux de pouvoir jouer, à mon tour, avec le maillot de la sélection argentine. Redondo était un cran au-dessus des autres. Il savait déjà gérer les différents rythmes d'un match et mettait déjà ses crochets si distinctifs, ceux qui changent le sens du jeu. Il était capable d'habiller les équipes pour lesquelles il jouait de leur plus beau costume, sans jamais leur faire perdre leur agressivité.

La suite de son histoire ? La grande majorité la connaît. Son début précoce en première division argentine sous le glorieux maillot Del Bicho (Argentinos Junior), son départ polémique pour l'Espagne où il a confirmé son talent à Tenerife avant de briller et de devenir, à la fois, un modèle et une idole au Real Madrid. Avec les Merengues, il a inventé la journée de la talonnade à Old Trafford et soulevé deux Ligues des champions et une Coupe intercontinentale. Il a aussi mis son magnétisme, son leadership et sa classe au service de l'Albiceleste, même si cela semble incroyable qu'il n'ait disputé qu'une Coupe du monde, en 1994 ! Malgré cela, il fut l'un des personnages principaux des différents épisodes de la telenovela de la Selección avec laquelle il remporta la Copa América. Ses adieux furent à son image : aristocratiques et pleins de classe. Il ne pouvait en être autrement de toute façon. Après avoir souffert de blessures à répétition avec le Milan AC et glané une Coupe d'Italie, il obtient la reconnaissance de tous pour son éthique de gentleman. Pour rappel, Redondo renonça à son salaire, arguant qu'il ne se sentait pas de gagner de l'argent alors qu'il était blessé. Un geste rare.

«  Comme des gamins  »


Redondo et moi nous sommes rencontrés en 1999, après le Mondial en France pour lequel Fernando n'avait pas été convoqué. L'Argentine devait disputer deux matchs amicaux contre le Brésil. En plus d'affronter d'énormes joueurs de la trempe de Cafu, Ronaldo, Ronaldinho ou Roberto Carlos, le classico sud-américain proposait cette fois un autre ingrédient particulier : le duel entre Rivaldo et Redondo, les deux idoles respectives du FC Barcelone et du Real Madrid. Un derby plutôt équilibré, au final. Nous avons battu le Brésil au Monumental... qui a pris ensuite sa revanche à Porto Alegre. Il devait sûrement y avoir quelques-uns de mes amis d'enfance dans les tribunes du stade de River Plate ce jour-là. Quelques-uns d'entre eux ont sans doute lâché un sourire lorsqu'après un double une-deux entre Redondo et Sorín, l'Argentine marquait son deuxième but, déclenchant le délire dans les travées du stade. Quatorze ans étaient passés depuis le jour où j'avais mentionné pour la première fois le nom de Fernando Redondo. Ça ne nous a pas empêchés pas de courir tous les deux pour fêter le but. Comme des gamins. Comme si la récréation venait de commencer.

Par Juan-Pablo Sorín, 76 sélections en équipe d'Argentine
Le blog de Juan Pablo Sorín sur SoFoot.com

Energía Positiva Abrazo

Retrouvez l'INTÉGRALITÉ du Top 100 des plus grands joueurs de l'histoire selon SO FOOT

Débattez de notre Top 100 sur le forum !

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

J'ai toujours adoré le joueur, classe et tout et tout... mais le mettre à la 8ème place devant zidane, van basten ou baggio et loin devant d'autres très grands noms c'est un peu comment dire... tiré par les cheveux non ?
schmooooove Niveau : Loisir
Je suis en grand admirateur du joueur et de sa technique. Son but en finale de C1 est une meilleure , mais de la à être le 8e joueur de tout les temps j'y vois comme une erreur de jugement....
Le_Touriste Niveau : DHR
Enfin bordel depuis le temps que je l'attends ! Une 8 eme place bien mérité !
Keegan double ballon d'or dans le fond du classement Zidane pas dans le top 10, et Redondo 8!
Redondo etait un super joueur, mais bon le voir devant Zidane, Van Basten ou meme Keegan faut pas deconner quand meme!
Note : 1
Je m'y attendais pas mais putain* quelle bonne surprise, quelle classe et grand homme qui a refusé son salaire pendant sa blessure au genoux quand il était à Milan !
elprinciperedondo Niveau : Loisir
Merci à Sofoot de rendre hommage à ce joueur si méconnu et sous-estimé en France... Il correspond parfaitement aux critères SOfoot...
laurentlp Niveau : CFA
Pour rappel aux rageux :

"So Foot a classé ses 100 meilleurs joueurs de l'histoire. Mais selon ses propres critères. Soit un peu d’objectivité, pas mal de mauvaise foi, beaucoup d’amour et même une dose de grâce."

Voila, je dois avouer que j'avais oublié l'existence même de ce joueur (je n'ai que 34 piges après tout) et ça me fait plaisir de le redécouvrir à travers les yeux de Juan-Pablo Sorin !
Note : -1
Tout est tiré par les cheveux dans ce classement. C'est le concept. Et puis le fait d'avoir J P Sorin comme conteur, ça le fait.
Redondo était un joueur ultra élégant, avec une mentalité de gentleman (cf, l'anecdote sur le Milan) cependant, au risque de vexer certains, je trouvais qu'il manquait un peu de volume de jeu.
Ça pour une surprise...super texte de Sorin,en tout cas.
Pour l'instant, c'est mon n°1 pour la qualité du texte!
Le_Touriste Niveau : DHR
Les gars on parle d'un mec qui a révolutionné son poste . Un mec avec 8 poumons , des qualité de récupérateur digne des meilleurs 6 , une élégance balle au pied à faire passer Kaka pour un bourrin , une qualité de passe et une vista a t en faire pâlir un Pirlo et une technique au dessus du commun . Je suis désolé mais ce n'est pas parce quil n'a pas gagné de récompense personnel que ce n'est pas un grand joueur. Il contrôlait le milieu de terrain et était le maître du jeu . Ce type mérite x100 sa place .
Joshua_is_a_tree Niveau : CFA
14 ans après, pour moi c'est toujours une hérésie cette histoire de coupe de cheveux !
Millonario Niveau : DHR
J'attends le Top10 des joueurs les plus classes balle au pied, Rui Costa, Redondo, Nesta ... Redondo y figurerait en bonne position.
Magnifique article... à la hauteur du talent de Fernando!
fernandollorientais Niveau : CFA
@buddy love, rien de personnel mais ta place est sur lequipe.fr !
footchampagne Niveau : Ligue 2
Note : 4
C'est superbement écrit. Moi aussi j'aurai préféré un Zidane dans le top 5 mais ce classement nous donne à tous le plaisir de découvrir ou de redécouvrir certains artistes, de revoir des images oubliés. L'intérêt n'es finalement pas dans le classement.
J'apprécie et je valide.
elprinciperedondo Niveau : Loisir
De plus son palmarès perso n'était pas dégueu... 2 champions league, quelques ligas, meilleur joueur de la champions league en 2000...
Dommage qu'il ai refusé de jouer aussi souvent avec l'albiceleste ;)
Un portrait de Redondo, joueur que j'adore, par Juampi, autre joueur que j'adore, ça égaye ma journée.

Pour le classement, franchement, OSEF. Avec 100 joueurs à classer, je connais pas 2 (ou 10 ou 20...) personnes qui pourraient avoir le même. Et puis j'ai beau aimer Zizou, pourquoi le mec il revient dans tous les posts dès qu'un nouveau joueur du classement sort.

Ex : "quoi zizou derrière Baggio ??", autre ex "quoi zizou derrière Van Basten ??", autre ex "quoi Zizou derrière Redondo ??". On a compris je crois...
M'en fous un peu de redondo (meme s'il a l'air classe d'après sorin), j'ai cliqué pour lire SORIN et je ne suis pas déçu, le seul joueur valable de la derniere décennie au PSG.
merci sorin et creve graille.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Christeufeur Mavinga
6k 100