1. //
  2. //
  3. // Juventus-Hellas Vérone

Rugani, maintenant ou jamais ?

Les tifosi le réclament, l'Italie le voit comme le futur Nesta ou Maldini, mais son coach, lui, préfère le garder au chaud, ne cessant de répéter que « son heure viendra » . Depuis le début de la saison, Daniele Rugani est le joueur le moins utilisé par Max Allegri juste après Kwadwo Asamoah. Logique et inquiétant à la fois.

0 83
125. Ce n'est pas la cylindrée d'une moto, mais bien le nombre de minutes disputées par Daniele Rugani depuis son arrivée à la Juve à l'été 2015. Deux heures et cinq minutes, soit deux entrées en jeu (deux minutes contre Séville fin septembre et 33 face à Carpi juste avant la trêve) et un match plein, le 16 décembre dernier, contre le Torino en Coupe d'Italie. Hormis ces trois apparitions, rien. Niente. Pas l'ombre d'une mèche blonde dans la charnière bianconera. La faute à qui, à quoi ? À la frilosité d'Allegri ? À l’imperméabilité de la BBC italienne (Barzagli/Bonucci/Chiellini) ? Au manque d'expérience de Rugani ? À ses prestations mitigées durant la pré-saison ? Probablement un peu de tout cela, mais aussi beaucoup de prudence. Car depuis son intégration chez le champion en titre, le jeune défenseur central a toujours eu la confiance de son coach et des dirigeants turinois. Pisté dès l'adolescence par la Juve, il est acheté par la Vieille Dame en 2012, avant que celle-ci ne boucle définitivement la transaction avec Empoli lors du dernier mercato hivernal. Mais après deux saisons pleines en Toscane où il dispute 78 matchs sur 80 en championnat, Daniele se frotte cette année à la dure réalité turinoise. Une réalité qui pourrait le priver d'un Euro avec la Nazionale cet été, à seulement 21 ans.

Rien ne sert de courir, il faut partir à point


Or, à trop attendre son heure, l'animal Rugani risque fort de rater le départ du train. Un train nommé Nazionale et piloté par l'agent Conte qui ne prendra plus de voyageurs passé un certain seuil. Pour Daniele Rugani, le palier en question s'appelle le temps de jeu. Barré par ses trois coéquipiers de l'arrière-garde, le grand blond pourrait se mettre à broyer du noir si sa deuxième partie de saison se calquait sur la première. Ainsi, en ne cumulant que 125 petites minutes de jeu en quatre mois et demi, l'Italien s'est logiquement fait écarter de la liste du sélectionneur azzurro qui l'avait pourtant appelé l'an passé suite à ses excellentes prestations à Empoli.


Mais malgré son abonnement au banc de touche et les appels du pied d'autres grands clubs européens (Naples, Arsenal), Rugani semble s'épanouir dans la maison noir et blanc, comme il le rappelait récemment au micro de JuventusTV. « Je suis très chanceux d'être entouré de si grands professionnels et de pouvoir apprendre et observer ce qu'ils font. Ils me donnent des conseils à la fois techniques et tactiques, puis ils m'aident aussi sur le plan psychologique pour que je sois dans le meilleur état d'esprit possible. Je pense avoir progressé sur certains aspects de mon jeu depuis que je suis à la Juve. L'entraîneur et le staff m'aident à me développer de la meilleure des façons » , a-t-il déclaré avant de faire les louanges de la mentalité turinoise. « La culture de la gagne fait vraiment la différence. Quand tu es à l'intérieur de cet environnement, tu le ressens encore plus. En matière de professionnalisme et d'organisation, tout est parfait ici. »

2016, l'année où tout commence


En football comme dans la vie, il suffit parfois d'un rien pour que tout bascule. Dans le cas de Rugani, une blessure d'un des cadres de la BBC le propulserait en première ligne. Ça tombe bien, Andrea Barzagli, victime d'un problème musculaire, est forfait pour la réception du Hellas Vérone ce mercredi à Turin. Favori sur Cáceres, le jeune Italien devrait donc fêter sa première titularisation en Serie A sous les ordres de Massimiliano Allegri. Une juste récompense pour ce gaillard d'1m90 au comportement irréprochable (aucun carton en 39 matchs avec Empoli la saison dernière) doté d'un gros potentiel offensif, notamment sur coups de pied arrêtés. Loué par Maurizio Sarri pour son professionnalisme et son naturel besogneux (à Empoli, il arrivait à l'entraînement une heure avant tout le monde), Daniele doit maintenant prouver à ses dirigeants qu'ils ont eu raison d'aller le chercher dans sa Toscane natale à l'aube de ses 18 printemps.


Quant à son éventuelle présence à l'Euro, là encore, le grand blond voit les choses avec beaucoup de recul : « Être dans le groupe azzurro l'été prochain en France serait vraiment un rêve, confiait-il à JuventusTV avant Noël. Ce n'est pas facile, car on doit jouer régulièrement pour avoir une chance d'être sélectionné. Mais pour le moment, je me concentre uniquement sur la Juventus. J'ai le temps et j'espère que je vais réussir. Mes prochaines sélections en équipe nationale dépendront de ce que je réalise, ici, avec les Bianconeri. » Notons qu'avant de devenir le défenseur qu'il a été, Alessandro Nesta a débuté sa carrière internationale sur le banc, lors de l'Euro 1996, à tout juste 20 ans.


Par Morgan Henry

Dans cet article

je suis sûr à 100% qu'il va venir à Marseille, Labrune va flairer cette bonne pioche
roberto-larcos Niveau : Ligue 2
Note : 1
Ben il est moins bon que les autres qui sont des cadors, pourquoi il faudrait absolument le faire jouer? Parce qu il est jeune?

C est la Juve les amis, ils n ont pas besoin de faire jouer un petit jeune pour encaisser un cheque dans 6 mois. C est pas Angers hein.

Je persiste à penser que son cas est bien géré. Euro ou pas euro le joueur est au service du club et ce genre de considérations n a pas à être pris en compte.
Calmez-vous sérieux... Caceres est sur le départ (une erreur de mon point de vue), donc Rugani est le premier remplaçant des trois derrière, il aura du temps de jeu avec l'enchainement des matchs notamment fin janvier.
Ce joueur peut devenir tellement énorme, j'espère que cette gestion est la bonne
Note : 1
Message posté par roberto-larcos
Ben il est moins bon que les autres qui sont des cadors, pourquoi il faudrait absolument le faire jouer? Parce qu il est jeune?


Justement, c'est la Juve. Le club qui a laissé au frigo un paquet de jeunes joueurs à la fin des années 2000 "parce que tu comprends, le titulaire c'est xxx, voilà quoi".
La Juve qui a connu un début de saison poussif, et qui, sans en faire un titulaire, aurait pu, si vraiment il est si bon que ça, le faire jouer 5-6 matches en plus au moins. Parce que appeler "bonne gestion" le fait de donner 125 minutes de jeu à un joueur, que ce dernier soit jeune ou vieux, espoir ou confirmé, je trouve ça aberrant.
C'est le probléme des jeunes italiens en général. Les "gros" clubs ont tous des effectifs surdimensionnés ou phlétoriques de 30 joueurs mini, avec sur la feuille de match des bancs de touche à rallonge. Difficile d'y trouver du temps de jeu dans ces clubs, ou les étrangers (pas toujours supérieurs) recrutés à prix d'or, ont la préférence
Claude le Gentil Niveau : CFA
Note : 1
Message posté par toof11
Justement, c'est la Juve. Le club qui a laissé au frigo un paquet de jeunes joueurs à la fin des années 2000 "parce que tu comprends, le titulaire c'est xxx, voilà quoi".
La Juve qui a connu un début de saison poussif, et qui, sans en faire un titulaire, aurait pu, si vraiment il est si bon que ça, le faire jouer 5-6 matches en plus au moins. Parce que appeler "bonne gestion" le fait de donner 125 minutes de jeu à un joueur, que ce dernier soit jeune ou vieux, espoir ou confirmé, je trouve ça aberrant.


Juste sur le fait de ne pas l'avoir testé en début de saison poussive : n'était-ce pas justement le moyen de dire aux titulaires " je crois en vous, ce n'est qu'une mauvaise passe." ?

Pour moi, c'est une réaction plus saine que le bouleversement du seul secteur qui n'avait pas connu de départ majeur. Même si cela doit se faire au détriment d'un grand espoir.

Et à ce titre, j'espère pouvoir, un jour, dire de lui qu'il est le nouveau Scirea ...
Note : 1
Message posté par toof11
Justement, c'est la Juve. Le club qui a laissé au frigo un paquet de jeunes joueurs à la fin des années 2000 "parce que tu comprends, le titulaire c'est xxx, voilà quoi".


Fin des années 2000 ? Après Calciopoli, je me rappelle des jeunes Palladino, De Ceglie, Ariaudo, Ekdal ou Molinaro. Pas spécialement des foudres de guerre...
Pour lui, comme pour Berardi, que je voyais enchaîner 38 matchs/saisons dans leurs clubs respectifs, je n'ai jamais été très optimiste concernant une arrivée précoce à la Juve et le temps de jeu qui devait s'en suivre. Le cas Rugani confirme plutôt cette crainte. Néanmoins, dans les faits, je ne trouve pas sa situation si dramatique.

Finalement, le plus gros de l'affaire est/sera de passer devant Caceres dans l'ordre de préférence des centraux. Ensuite, être le 4ème choix dans un secteur qui compte trois places n'est pas une si mauvaise affaire pour un joueur de son âge. Sur cette première moitié de saison, il a surtout souffert de la bonne santé des trois titulaires, qui ont traversé 5 mois sans pépins (ce qui a rarement du arriver depuis qu'ils évoluent ensemble à la Juve), et des mauvais débuts de l'équipe, peu propices au turn-over. Mais son heure viendra forcément. Le hasard a voulu que BBC soient au top en même temps toute une demi-saison, ça ne continuera éternellement (comme le montrent d'ailleurs les premiers pépins de Barzagli). Et si cela devait être la dernière saison du trio, une saison complète dans les pas de ces trois champions, avant de prendre du galon la suivante, ne pourra pas avoir été fondamentalement une mauvaise chose.
Note : 1
Message posté par toof11
Et que Pirlo et Vidal sont partis. L'an dernier il n'était pas titulaire.
Et Marchisio n'est pas 6, mais 8.


Franchement, tu t'enlises dans des propos inexacts et confus depuis tout à l'heure. Tu ne serais pas mal inspiré de rendre les armes...
Sinon une place à coté de Koscielny à Londres t'attend mon petit Daniele.
Note : 1
Pour en revenir à l'article,

Comme certains l'ont déja dit plus ou moins clairement, Allegri n'a pas fait joué Rugani en raison de la conjoncture de cette demi saison.

Il l'a dit lui même en interview : Rugani n'a pas de chance, il aurait du jouer plus mais en ce moment l'essentiel c'est de prendre les 3 points.

Autrement dit, Rugani n'a pas joué car s'il avait été à l'origine d'une erreur coutant 2 ou 3 point à l'équipe il aurait pu se faire griller, que ça soit pour les supporters, ou par le vestiaire.

Et qu'auraient dit les dirigeants ou les medias sur allegri ? Il s'amuse a faire jouer un jeune et ça lui coute 3 points alors qu'il a Barzagli / chiellini sur le banc. La gestion du joueur est logique, et il n'y a pas de problème a ce niveau. Rugani savait qu'il risquait de jouer peu en championnat cette saison. Il a l'intelligence de comprendre et accepter la situation.

On le verra surement plus en deuxième partie de saison.
roberto-larcos Niveau : Ligue 2
" coupe du monde des années 30" -_-
Note : 1
Message posté par toof11
Miccoli qui malgré tout a fait une carrière plus qu'honorable, Giovinco parti au Canada, Ekdal qui n'a jamais été vraiment testé...
Marchisio est appelé "le petit prince" mais c'est un joueur qui a eu toutes les peines du monde à avoir une place de titulaire et je ne suis même pas certain qu'aujourd'hui il soit considéré comme tel alors qu'il a un talent fou.
Caceres est sur le départ alors que c'est selon moi un super défenseur, avec une technique pas dégueu en plus.
Verratti est parti au PSG alors que la Juve le voulait, pourquoi? Il a peut-être senti que le PSG allait grandir mais il savait surtout qu'à la Juve, il était parti pour au minimum 2-3 saisons à jouer une poignée de matches. On a vu le résultat quand on l'a propulsé titulaire au milieu d'une équipe de stars...

Je ne dis pas que ces joueurs (les premiers cités) auraient pu devenir des ballons d'or, juste qu'ils auraient mérité plus de temps de jeu et de considération. Et peut-être que leur trajectoire aurait été différente, on ne le saura jamais. Mais la Série A et spécialement la Juve sont de mauvais endroits pour qu'un jeune joueur éclose.


L'idée selon laquelle il est difficile pour un jeune de se faire sa place en Série A n'est pas entièrement fausse mais est beaucoup moins vraie qu'avant. De plus je pense que tes exemples ne sont pas les bons, et la donne change clairement depuis 4-5 ans niveau "jeunisme" dans le football Italien.

Juste pour replacer tes exemples dans leurs contextes respectifs :
- Giovinco est parti au Canada parce qu'aucun club ne pouvait lui proposer le salaire qu'il a aujourd'hui là-bas, de plus il est loin d'être jeune, ayant 28 ans.

- Verratti est parti au PSG parce que le PSG a fait une offre bien supérieure à celle de la Juve (13 millions d'€ contre 7/8 de la Juve). Pescara l'a vendu au plus offrant et Verratti savait qu'il aurait plus de chances de jouer au PSG vu la tronche du milieu de Paris à son arrivée.

- Ekdal n'a jamais vraiment été testé, mais au final ses passages au Genoa et à Cagliari n'ont pas n'ont plus été de franches réussites, le joueur n'est donc pas un phénomène.

Pour ce qui est des jeunes joueurs lancés, vu que les moyens des clubs italiens ont baissé ces dernières années, je pense qu'au contraire, les choses se sont grandement améliorées ces dernières années. On a pu voir jouer des jeunes comme Balotelli, Insigne, Destro, Gabbiadini, El Shaarawy, Florenzi, Immobile, Santon, Zaza et plus récemment, des Romagnoli, Rugani, Berardi, Valdifiori, etc.

Je ne suis pas sûr que tous ces jeunes joueurs, vu leur niveau et la qualité des effectifs des grosses équipes à cette époque là en Italie, auraient joué un jour en Série A entre 2000 et 2006...
Georgesleserpent 2.0 Niveau : National
Message posté par Blatter m'a tuer
Ben y'aura eu un but au moins. Desole.


Je.. Euh..
Ouais.
Ouais ouais ouais.
Note : 1
Pepe, Giacherini....

Les ex ont du bon...
roberto-larcos Niveau : Ligue 2
Mais comment vous pouvez avoir des niveaux aussi bas Georges et EternaJuve???

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 83