1. //
  2. // 7e journée
  3. // Genoa/Empoli

Rugani, le grand blond avec un avenir blanc et noir

À court de solutions de rechange au poste de défenseur central, l'Italie a peut-être trouvé sa petite pépite à ce poste. Daniele Rugani a effectivement connu une ascension fulgurante, au point d'être convoqué en sélection un an seulement après avoir fait ses débuts pros. Coup de projo sur ce premier de la classe.

Modififié
12 7
Daniele Rugani est l'une des curiosités du moment en Italie. Le défenseur de l'Empoli a vécu une ascension à vitesse grand V qui l'a vu arriver jusqu'en Nazionale alors qu'il était un parfait inconnu il y a encore très peu de temps. Il faut dire aussi que les bons défenseurs centraux en devenir ne courent pas les rues en Italie. On tend donc à en faire des tonnes dès que l'un d'entre eux pointe le bout de son nez, et ce, même s'ils n'ont rien de futurs grands. D'ailleurs, le duo défensif vice-champion d'Europe espoirs en 2013 a vite disparu de la circulation : Luca Caldirola est remplaçant au Werder, même statut pour Marco Capuano à Cagliari. Cela dit, le Toscan mérite l'attention qu'on lui porte. Car il n'a rien d'une tentative maladroite de mettre en valeur un vivier italien très appauvri dans ce secteur.

Entre Morhange et Ranocchia


Avant de s'enflammer et de parler imprudemment de futur Nesta ou Cannavaro, il s'agit de le comparer à un joueur à qui il ressemble beaucoup plus. Rugani, c'est une tête de premier de la classe à la Jean-Baptiste Maunier dans Les Choristes et un physique longiligne à la Andrea Ranocchia, avec qui il partage notamment une certaine élégance dans la gestuelle. D'ailleurs, son entraîneur, Maurizio Sarri, valide ce rapprochement et parle également de « similitudes d'un point de vue mental » , même si le capitaine de l'Inter ne brille pas forcément de ce point de vue-là. Il faut sûrement voir là une référence au sérieux et à la maturité dont fait preuve le jeune défenseur central.

« On dirait un des plus vieux de l'effectif, il est 100 % professionnel, j'ai beaucoup à apprendre de lui » a déclaré aux micros de gianlucadimarzio.com son partenaire en défense centrale Lorenzo Tonelli, pourtant plus vieux de 4 ans. Sarri enchaîne à Sky Sport : « C'est un professionnel extraordinaire, il arrive à l'entraînement une heure avant tout le monde, travaille la tactique individuelle et la prévention des blessures. » Force physique, rapidité et sens de l'anticipation sont ses points forts défensifs, mais Rugani, c'est aussi un joueur extrêmement dangereux sur coups de pied arrêtés offensifs. Il fait ainsi valoir son mètre 88, mais sent également bien les coups. Oui, il y a du Panucci en lui. On en est déjà à cinq buts inscrits entre clubs et sélections en une cinquantaine de matchs. Sans compter qu'il vient tout juste de fêter son 20e anniversaire. Ni trop tôt, ni trop tard pour percer. Joli timing.

Le blair de la Vieille Dame a encore frappé


Trop tard, en revanche, pour le recruter. La Juventus est déjà passée par là. Oui, la Vieille Dame a déjà acheté sa copropriété il y a de cela deux ans, alors que Rugani n'avait pas encore fait ses débuts chez les pros. Natif de Lucques (splendide ville fortifiée où l'on peut notamment croiser Mario Cipollini), il a fait toute sa formation à l'Empoli, sauf une année, la dernière, avec les U19 de la Juventus. C'était la saison 2012-2013, durant laquelle on a commencé à parler de lui, notamment au Tournoi de Viareggio, importante compétition de jeunes qui a lieu chaque mois de février dans la Botte.

Les dirigeants bianconeri suivaient Rugani depuis quelques années, puisqu'il s'illustrait déjà avec les U17, U18 et U19 italiens. Et durant cette saison, le défenseur central fait également quelques apparitions sur les feuilles de match de l'équipe première, en plus d'avoir effectué la préparation estivale avec les hommes de Conte. Le service scouting de la Juventus, c'est quand même quelque chose. Un budget conséquent, certes, mais aussi un certain flair et un sens de l'anticipation sans égal. Historiquement, la Vecchia Signora forme rarement ses jeunes pépites, elle fait surtout marcher son réseau. De Cabrini à Del Piero, en passant par Pogba, Tacchinardi ou Chiellini.

Treize mois pour arriver en sélection


Puis, tout s'accélère. À l'été 2013, Rugani est renvoyé à Empoli, où il est de suite titularisé dans cette équipe qui compte avant tout sur ses joueurs du cru. C'est la politique du président Corsi depuis plus de vingt ans, et cela permet au club d'évoluer régulièrement parmi l'élite. Les débuts pros de Rugani datent donc d'il y a seulement 14 mois. C'était contre Latina, il est aligné aux côtés de Lorenzo Tonelli, lui aussi formé au club. Les matchs de Serie B s'enchaînent, les louanges également, et le voilà avec les U21 en mars de cette année.

Son club obtient la promotion au mois de mai. L'impact avec la Serie A est parfaitement négocié (comme pour la grande majorité de ses coéquipiers d'ailleurs) et la convocation de Conte arrive dans la foulée. 49 matchs pros en club et seulement 6 de Serie A, c'est ce dont il a eu besoin pour être appelé en Nazionale. On n'avait plus vu ça depuis un certain Davide Santon, 18 ans et 20 matchs en six mois avec l'Inter pour participer à la Coupe des confédérations 2009. Espérons pour lui que la suite de sa carrière soit meilleure, hein. Une carrière qui pourrait d'ailleurs se poursuivre à la Juve, où Barzagli enchaîne les pépins physiques depuis un an. Le système de copropriétés prenant fin en juin prochain, Rugani rentrera très probablement à Turin. Il y a une place à prendre aux côtés de Bonucci et Chiellini. Rendez-vous dans neuf mois pour faire le point.

Par Valentin Pauluzzi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Briggy1897 Niveau : DHR
Une place à prendre, certes, mais la concurrence Barzagli/Ogbonna/Caceres/Marrone/Soerensen(voir Masi et Garcia) devra être battue avant!

Le risque de devenir un Santon, un Criscito ou un Bocchetti existe bel et bien, malheureusement. Même s'il semble physiquement et mentalement mieux armé.
monclubcettebaltringue Niveau : CFA2
Nous faire l'éloge d'une pépite alors que le prochain FM ne sort que dans deux semaines c'est dur mentalement, très dur.

Sinon le jeune Rugani a le temps de faire ses armes, vu les temps actuels de la Nazionale qui préfère rappeler ses joueurs de 33 ans plutôt que de faire confiance à sa jeunesse montante, et même confirmé puisque je fais allusion à Verratti, il n'a pas à se mettre la pression l'Euro 2016 c'est pas pour lui.
Briggy1897 Niveau : DHR
Message posté par monclubcettebaltringue
Nous faire l'éloge d'une pépite alors que le prochain FM ne sort que dans deux semaines c'est dur mentalement, très dur.

Sinon le jeune Rugani a le temps de faire ses armes, vu les temps actuels de la Nazionale qui préfère rappeler ses joueurs de 33 ans plutôt que de faire confiance à sa jeunesse montante, et même confirmé puisque je fais allusion à Verratti, il n'a pas à se mettre la pression l'Euro 2016 c'est pas pour lui.


Sauf que Conte l'a déjà dans le viseur. Il a de meilleures chances que Balotelli pour 2016.

Et puis ce n'est pas comme si il rappelait Di Biagio ou Tommasi, Pirlo pour Verratti, c'est discutable, ok, mais c'est pas le casse du siècle non plus (pour l'instant, on verra à l'Euro).
Message posté par monclubcettebaltringue
Nous faire l'éloge d'une pépite alors que le prochain FM ne sort que dans deux semaines c'est dur mentalement, très dur.


Il était déjà monstrueux dans le précédent opus.
Message posté par Raketnyi


Il était déjà monstrueux dans le précédent opus.



Et dans celui précédent le précédent, et je me trompe peut-être mais je crois aussi dans celui précédent le précédent du précédent.
Sørensen est latéral de formation, est Marrone ne supporte pas de jouer en défense. Et quand on voit les prestations d'Ogbonna, on se dit que Rugani, qui n'a que vingt ans, à toutes les chances de jouer régulièrement. Faut penser à l'après-Barzagli aussi.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
12 7