En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Quart de finale
  3. // Saint-Étienne/PSG
  4. // Les notes

Ruffier comme un paon

Impérial dans ses cages et décisif lors de la séance de pénalty, Stéphane Ruffier a une nouvelle fois pris le dessus sur le PSG et sur un Zlatan très décevant. Tristes devant, les Verts ont profité d'une belle solidité défensive pour passer l'obstacle parisien.

Modififié
Saint-Étienne


Ruffier (8,5) : Le héros de la soirée. Un homme qui peut garder un chewing-gum 90 minutes, déjà, alors que vous, ça fait un bout de temps qu’il vous aurait fondu dans la bouche, ce qui, il faut bien le dire, est une sensation désagréable. Ensuite, on parle quand même d’un mec qui, en l’espace de deux matchs, a réglé le problème Zlatan, pépère. Les mauvaises langues diront qu’on n’a fait que lui tirer dessus, mais c’est le genre de choses qui arrivent aux bons gardiens. En revanche, cette volée d’Armand, tu pouvais la capter, hein ?

Clerc (6) : Clerc versus Armand, un duel qui donne envie de se déhancher aux côtés de la robe verte de Sophie Ellis Bextor. Nostalgie mise à part, François a fait du bon boulot, mais a bien failli offrir la qualification à Paris sur une passe en retrait totalement folle. Dommage.

Bayal Sall (7,5) : Belle semaine pour les anciens pensionnaires du « loft » de Saint-Étienne. Monsoreau a signé à Troyes et « Mouss » a dégainé un match aussi costaud que lui. Présent dans les duels, le golgoth stéphanois a bien anticipé les ballons et a été solide à la relance. De toute façon, même mauvais, il aurait eu 7,5. Ce serait con qu’il nous frappe.

Perrin (6,5) : Si les Verts n’ont pas pris de but en seconde période, c’est en grande partie grâce à leur charnière. Dans ce domaine, l’ami Loïc ne paye pas de mine, mais fait le taf’, comme un vrai ancien de la maison. Meilleur que Loïc Peyron en période de Vendée Globe.

Ghoulam (7) : Le genre de partie où on regrette que le latéral gauche technique ait récemment opté pour la sélection algérienne. Pourtant il avait pas fait de connerie en taxi, lui… Beaucoup d’amour pour son pénalty, aussi.

Clément (6,5) : Jérémy connaissait le PSG de Jean-Eudes Maurice, de Granddi Ngoyi et de Tripy Makonda. Le PSG connaissait Jérémy Clément quand il était peu brillant. Comme dirait un philosophe canadien : les choses se passent.

Lemoine (6) : Du bon boulot à la récup’ et de la hargne, comme toujours. Málaga serait intéressé par sa couleur de cheveux.

Guilavogui (6) : La plus petite voix de la Ligue 1 a récupéré un nombre incalculable de ballons. Malheureusement, Josuha ne les a pas toujours bien utilisés. Quelques belles montées de balle et une frappe à la Charles Kaboré. Un match complet.

Hamouma (5) : Soit une très bonne note pour un type qui n’a joué qu’une mi-temps. On a aimé sa combinaison « beach soccer » avec Ghoulam sur coup franc, mais on espère qu’il a filé des royalties à Joël Cantona. Ouais, Bic, ça ne paye plus trop.

Gradel (4,5) : Comme le reste du secteur offensif, Max-Alain a connu une soirée difficile. Du bon travail défensif cependant.

Aubameyang (3,5) : Longue soirée pour Aubam. Coincé entre Sakho et Thiago Silva, le Gabonais a cadré deux tirs dans le match. Le premier a terminé dans la poire de Chantôme, le second a qualifié les siens. De quoi oublier ces 1284 courses dans le vide.

Brandão (10) : Des coups, une accélération totalement improbable, une frappe, une leçon de couverture de balle et surtout, l’assurance pour les Verts de remporter la Coupe de la Ligue. Brandão, c’est le totem « pitch » de l’immunité cher à Denis Brogniart. « Paris, vous êtes eliminéo. La sentence, est irrévocable. »

Alonso (non noté) : Entre Isabelle et Fernando. Quelque part dans la lose ou à Monaco, quoi.

Cohade (6,5) : Le nouveau modèle de Renaud a passé le test euro NCap. Une belle entrée en jeu et un joli péno. Et dire qu’on parlait de lui à Marseille et que les supporters phocéens se marraient…


Paris Saint-Germain


Douchez (5,5) : On n’est pas tous égaux devant l’ennui. Nicolas le gère plutôt bien. Pour les pénos, ce n’est pas de sa faute, Ruffier a eu une mi-temps et deux prolongations pour s’échauffer.

Jallet (4,5) : Appelez-le père Fouras. Le Jallet offensif et tranchant est resté sur le Fort, à taquiner Félindra avec La Boule. Quelques centres, certes, mais un rendement tellement plus faible que celui de l’année passée et du début de saison… Pourtant, Van der Wiel, c’est pas ce qu’on appelle un concurrent menaçant…

Sakho (7) : Il y a des soirs comme ça, quand les fautes d’inattention et les cartons rouges ont décidé de rester à la maison pour voir le match de leur canapé, où Mamadou Sakho est un putain de patron. Un patron qui ne tire pas les pénos…

Thiago Silva (7 – 42) : Un match parfait jusqu’à la séance de tirs au but. Habituellement serein dans cet exercice, le Brésilien, qui a passé une bonne partie de la deuxième mi-temps à se faire pilonner par Brandão, a envoyé une feijoada de l’intérieur du pied qui élimine son équipe. Dur.

Armand (5,5) : Ce match aurait pu être le sien, quand dans les ultimes instants de la rencontre, il a dégainé un contrôle puis une volée du pied droit, qui aurait bien pu terminer dans le but de Ruffier. Sinon, il a été solide et a failli se faire une Mario Yepes vs Djibril Cissé contre Pierre-Emerick Aubameyang.

Matuidi (4,5) : Plus discret que d’habitude, Blaise a voulu épargner son ancienne maison. Ou alors les jambes de Guilavogui et de Clément étaient un peu plus actives que les siennes.

Chantôme (4) : Un match qui restera moins dans la postérité que Steve Jacobs.

Maxwell (6,5) : Repositionné au milieu du terrain, Maxwell a fait ce qu’il a pu. Ce qui n’a pas été le cas d’Ibrahimović.

Lavezzi (6) : Le Pocho retrouve son activité et sa vivacité napolitaine et ça, c’est bon pour Paris. Malheureusement, il a laissé son opportunisme à Cavani, et n’a pu transformer l’offrande de François Clerc en but ou en passe décisive pour Zlatan. Dur.

Ménez (0 puis 5) : C’est mal, Jérémy, d’avoir passé 45 minutes à se reposer sur les lauriers de sa qualification en finale pour un champion de l’équipe de France. Tellement mal que tu t’es fait sortir après une deuxième mi-temps un peu plus correcte. Encore des mauvais choix malheureusement..

Ibrahimović (2) : Moundir disait qu’il était un peu le « Ibrahimović reubeu » . Ce soir, le Z a montré qu’il était un peu le Moundir suédois. Le genre de type qui emmerde tout le monde sur le camp, parce que de toute façon, ils sont beaucoup trop nuls pour lui. L’un n’était pas venu gagner les 100 000, l’autre n’était pas venu gagner la Coupe de la Ligue. Triste d’inactivité et de dédain.

Nene (6) : Une bonne entrée, si l’on oublie cet enroulé du gauche qui n’est pas loin de devenir sa « Anfield Road 2008 » .

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 15 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4 mardi 16 janvier L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 mardi 16 janvier Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 mardi 16 janvier Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 88