1. //
  2. // 1re journée
  3. // AS Roma/FC Barcelone

Rudi Garcia a-t-il retenu la leçon ?

Bouillant après une saison canon, Rudi croyait sincèrement qu'il pouvait faire le jeu contre le Bayern. Faux. Et du coup, l'année dernière, il s'en est pris sept dans la gueule. Face au Barça, Rudi retiendra-t-il la leçon ?

15 11
La confiance fait partie de ces traits de caractère ambivalents. Exactement comme peut l'être le perfectionnisme en entretien d'embauche. Avec de la mesure, elle permet de transcender. Mais en trop grande quantité, elle peut crisper. Après la fessée 7-1 face au Bayern, livide mais droit dans ses bottes, Rudi l'avait d'ailleurs concédé : « On a peut-être eu une attitude trop ambitieuse, et j'en suis le premier responsable. On a pris une grosse claque. Ça montre toutes les marches à franchir pour se hisser au niveau de l'une des meilleures équipes du monde. » Guardiola s'était même senti obligé de consoler son homologue après la rencontre : « Il n'est pas facile pour un entraîneur d'aller à l'étranger, d'imposer ses idées. Et lui, il l'a réussi avec panache.  » Une vraie leçon.

L'échec comme fondement de la réussite


Car derrière cette déroute, la Louve n'a plus jamais été la même. Matchs nuls en série, jeu brouillon, blessures récurrentes, la Roma a fini troisième de son groupe, a sué pour sa deuxième place en Serie A... Bref, malgré tout ce que pourront dire les Romains et Rudi Garcia, il y a eu un avant et un après 21 octobre 2014. Un vrai traumatisme Bayern combiné à un complexe Juventus. Il avait promis la lune à ses tifosi et il s'en était mordu les doigts. Mais aujourd'hui, Rudi semble s'être rangé et avoir appris à doser sa confiance. Pour le moment, ça lui réussit plutôt bien. Il a fait trébucher la Vieille Dame dès la deuxième journée et semble comprendre l'importance d'une conférence de presse.

Une méthode qu'il a appliquée dès le tirage au sort des poules de Ligue des champions : « Face à Barcelone, on essaiera de faire mieux que ce que l'on avait fait en amical (défaite 3-0 le 6 août). Le BATE Borisov peut prendre des points aux grandes équipes. Quant à Leverkusen, ils ont beaucoup de bons joueurs. Derrière le Barça, ça me semble être un groupe ouvert. » Un changement de direction vers plus de modestie qu'il a également réitéré ce lundi : « On ne passera pas le match derrière. On jouera avec humilité et ambition. On veut se qualifier pour le prochain tour. Et pour ça, il faudra gratter des points sur les six matchs. » Comme quoi, aussi têtu et convaincu soit-il, Rudi Garcia est également capable d'apprendre de ses erreurs.

Fer à cheval


Est-ce que ça suffira pour déstabiliser le Barça ? Rien n'est moins sûr. Et c'est une autre question. Mais au moins, Rudi n'a plus grand-chose à perdre. Et puis, sans se risquer à un pari fou, la Roma a tout de même de nouvelles armes à faire valoir face au Barça. Plus que contre le Bayern en tout cas. Une conférence de presse modeste, un statut de complet outsider, un public averti et nombreux (le stade affiche complet), mais aussi des renforts plus ou moins taillés pour l'Europe. Szczęsny, Digne, Falqué, Džeko et un talisman nommé William Vainqueur. Qu'est-ce que vous voulez de plus ?

Par Ugo Bocchi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Ils n'ont aucune chance contre le Barça sur 2 matchs à mes yeux.
Je serai curieux de voir en quoi on peut contre argumenter ça, y a une telle supériorité dans tous les secteurs de jeu et collectivement, ramener un nul serait déjà héroïque.
La Groupie de Ronnie Niveau : DHR
Je me souviens surtout du public romain qui avait applaudi ses joueurs à la fin du match malgré l'humiliation et ça on ne le voit pas souvent dans le foot actuel !

Sinon l'autre fait marquant c'était la soumission d'Ashley Cole par Robben, s'en était gênant. Donc Digne, qui n'a rien d'un mec intimidant, face à Messi ça peut faire un remake.
Un article intéressant qui vient poser une question encore plus intéressante.

Je lis en permanence des gens argumenter qu'ils trouvent ridicule "les équipes qui ne prennent pas de risques", même face à des très gros.
Des gens qui défendent la petite équipe qui face au Barça a tenté d'attaquer, a joué, mais a pris son 6-0. "oui mais eux ils ont plus de certitudes dans le jeu que l'équipe qui la semaine suivante est venue pour bétonner et a perdu 1-0". (conversation sur SO Foot suite aux premiers matchs de Liga de cette anéne).

Je maintiens que ces gens ont tort. L'exemple Roma est éloquent: quand tu prend une claque de l'ampleur de celle qu'ils ont prise contre le Bayern, qui était en partie due à un excès d'ambition, ça peut mettre un énorme coup de massue à l'équipe.

La Roma aurait été plus prudente, plus sérieuse tactiquement, moins offensive, et aurait perdu 1-0, il est TRES fort probable qu'ils auraient beaucoup moins pris un coup au moral et que leur saison passée aurait été meilleure.

Aimer voir une équipe jouer, tenter, quitte à se suicider tactiquement, je comprend que ça plaise, mais c'est une vision de spectateur. Pas une vision de compétiteur.
pat bateman Niveau : Loisir
Message posté par Okxyd
Ils n'ont aucune chance contre le Barça sur 2 matchs à mes yeux.
Je serai curieux de voir en quoi on peut contre argumenter ça, y a une telle supériorité dans tous les secteurs de jeu et collectivement, ramener un nul serait déjà héroïque.


Les arguments sont toujours les mêmes:
-En foot, tout peut arriver
-Tu sais jamais ce dont sont capables les équipes italiennes, surtout devant leur public
-Un jeu bien béton en mode L1 (comme celui dont Rudi nous a gratifié toute la saison dernière) avec des contres pour les flèches Gervinho, Iturbe, Salah ou Falque, et ça peut peut être le faire (on aura vu plus dingue dans l'histoire du foot, comme surprise, si la Roma gagnait ce soir).

Maintenant, ce qui semble évident, c'est que Rudi va devoir aborder le match avec humilité, dans la posture du dominé. Parce que si les mecs s'amusent à tenter la domination territoriale face à ce barca, les contres vont faire très mal au rectum.
Message posté par Phil...
Un article intéressant qui vient poser une question encore plus intéressante.

Je lis en permanence des gens argumenter qu'ils trouvent ridicule "les équipes qui ne prennent pas de risques", même face à des très gros.
Des gens qui défendent la petite équipe qui face au Barça a tenté d'attaquer, a joué, mais a pris son 6-0. "oui mais eux ils ont plus de certitudes dans le jeu que l'équipe qui la semaine suivante est venue pour bétonner et a perdu 1-0". (conversation sur SO Foot suite aux premiers matchs de Liga de cette anéne).

Je maintiens que ces gens ont tort. L'exemple Roma est éloquent: quand tu prend une claque de l'ampleur de celle qu'ils ont prise contre le Bayern, qui était en partie due à un excès d'ambition, ça peut mettre un énorme coup de massue à l'équipe.

La Roma aurait été plus prudente, plus sérieuse tactiquement, moins offensive, et aurait perdu 1-0, il est TRES fort probable qu'ils auraient beaucoup moins pris un coup au moral et que leur saison passée aurait été meilleure.

Aimer voir une équipe jouer, tenter, quitte à se suicider tactiquement, je comprend que ça plaise, mais c'est une vision de spectateur. Pas une vision de compétiteur.


Y a une variable à prendre en compte dans ton analyse : la qualité et le standing de l'équipe adverse.

Un 6-0 encaissé par le Rayo Vallecano contre le Barça (en Liga) n'a pas le même impact que le même score encaissé par une équipe comme la Roma contre le Bayern (en C1). Dans un cas, t'as une petite équipe qui tente le tout pour le tout (tout en sachant que même en bétonnant ils perdront) et que tout autre résultat que la défaite est du bonus. De l'autre tu as une équipe ambitieuse pour qui une défaite est une contre-performance et qui se doit de faire quelque chose contre l'ogre munichois. Et dans ce cas, perdre 1-0 ou 7-1 n'a rien d'équivalent, comme tu le dis, mais dans l'autre, 1-0 ou 6-0, à un niveau où 5 ou 6 équipes ramassent ce tarif chaque saison, ça n'a rien de traumatisant.

Donc non, penser qu'une équipe a peut être plus de certitudes parce qu'elle vient jouer son jeu (et qu'elle s'en prend 6 dans le buffet) plutôt que de bétonner n'est pas une ineptie. C'est juste qu'il faut replacer les choses dans leur contexte.
Si c'était une confrontation à élimination directe à partir des 8éme etc, la Roma aurait du mal à éliminer ce Barça là à priori.

Là il sagit d'un match d'une série de six ds une poule de qualif et surtout le premier à domiçile, donc si le Barça pense "inconsciemment" qu'il reste cinq autres matchs pour se qualifier et même être 1er en battant la Roma au Camp Nou alors cela pourrait être jouable pour les Rudi-boys.

Sinon de façon génèrale contre ce Barça là, quasi tte l'Europe ne peut faire grd chose...
Message posté par Phil...
Un article intéressant qui vient poser une question encore plus intéressante.

Je lis en permanence des gens argumenter qu'ils trouvent ridicule "les équipes qui ne prennent pas de risques", même face à des très gros.
Des gens qui défendent la petite équipe qui face au Barça a tenté d'attaquer, a joué, mais a pris son 6-0. "oui mais eux ils ont plus de certitudes dans le jeu que l'équipe qui la semaine suivante est venue pour bétonner et a perdu 1-0". (conversation sur SO Foot suite aux premiers matchs de Liga de cette anéne).

Je maintiens que ces gens ont tort. L'exemple Roma est éloquent: quand tu prend une claque de l'ampleur de celle qu'ils ont prise contre le Bayern, qui était en partie due à un excès d'ambition, ça peut mettre un énorme coup de massue à l'équipe.

La Roma aurait été plus prudente, plus sérieuse tactiquement, moins offensive, et aurait perdu 1-0, il est TRES fort probable qu'ils auraient beaucoup moins pris un coup au moral et que leur saison passée aurait été meilleure.

Aimer voir une équipe jouer, tenter, quitte à se suicider tactiquement, je comprend que ça plaise, mais c'est une vision de spectateur. Pas une vision de compétiteur.


Un grand merci, de m'éviter de dire très exactement la même chose.
Y'aurait moyen de mettre +50 que je le ferais tiens, je suis même ému.

Y'en a qui comprennent pas, ou plutôt font semblant de ne pas comprendre ça.

De ce match je me souviens surtout des alignement défensifs pathétiques de Manolas et Torosidis, et ça Rudi Garcia il peut complètement être responsable de la nullité d'un soir de ses joueurs.
Message posté par Super Timor


Un grand merci, de m'éviter de dire très exactement la même chose.
Y'aurait moyen de mettre +50 que je le ferais tiens, je suis même ému.

Y'en a qui comprennent pas, ou plutôt font semblant de ne pas comprendre ça.

De ce match je me souviens surtout des alignement défensifs pathétiques de Manolas et Torosidis, et ça Rudi Garcia il peut complètement être responsable de la nullité d'un soir de ses joueurs.



"il peut PAS" (quand vous voulez les possibilité de modif d'un message les mecs, prenez votre temps).
@ Saviola

Ton point sur le standing de l'équipe est tout à fait pertinent.

Mais je n'en démord pas. Les certitudes, on peut en avoir sur plein de choses, et avoir "eu des situations qu'on a pas concrétiser, mais on en a eu quand même même si on en a pris 6", je vois pas ce que ça a de satisfaisant.

Alors que "on est capable de contenir une équipe beaucoup plus forte que la notre, on en a pris qu'un, donc avec de la chance on aurait pu prendre un point", je vois de suite beaucoup plus en quoi c'est une certitude.

Le jeu, ce n'est pas qu'offensif. Dans le second cas, tu à une certitude défensive, dans le premier, non, tu n'as rien.

Là, c'est clairement mon expérience de joueur (même très modeste) qui parle.
On croirait presque, à lire certains coms, que le barca va venir faire une petite visite touristique à rome et au passage s'entraîner ce mercredi soir contre une formation de quartier...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
15 11