1. //
  2. // 8es
  3. // Chelsea-PSG

Royaume à conquérir

C’est la septième fois de son histoire que le PSG se déplace en Angleterre en Coupe d’Europe. C’est simple, les Parisiens n’ont jamais gagné un match outre-Manche. Retour sur six soirées galères avec un peu de joie, malgré tout, dans ce torrents de larmes.

Modififié
414 11

La plus belle



  • Chelsea, 11 mars 2015, 8es de finale retour de C1, 2-2 a.p. (1-1 à l’aller)


    C’est la plus récente et la meilleure performance sportive parisienne dans le fief d’Iron Maiden. Et c’est un match nul, ça démontre les difficultés parisiennes en perfide Albion sur la scène européenne. Le match, tout le monde s’en souvient. Ibrahimović prend un rouge à la demi-heure de jeu, Laurent Blanc ne change rien et demande à son équipe de jouer la possession, Marco Verratti est insolent, Javier Pastore aussi, Edinson Cavani touche le poteau, Cahill ouvre le score à dix minutes de la fin, c’est foutu. Mais non, sur l’un des derniers corners, David Luiz place un énorme coup de casque. Prolongation. Paris est au-dessus, mais Thiago Silva prend ça pour dire et met la main au-dessus de la tête de Zouma dans la surface. Hazard. Contre-pied. 1-2, c’est terminé. Oui mais non. Encore. Thiago Motta balance un corner sortant, Thiago Silva reprend de la tête et lobe Courtois. 2-2, Paris est devant grâce au but à l’extérieur. Blanc savoure, Mourinho déchante. Le PSG QSI tient son premier véritable exploit européen.

    Youtube

    Pato et le rencard manqué du PSG


    La plus stressante



  • Liverpool, 24 avril 1997, 1/2 retour de C2, défaite 2-0 (3-0 à l'aller)


    Voici une demi-finale de Coupe d’Europe dans laquelle Cyrille Pouget a joué. Bienvenue dans les années 90, quand Paris s’invitait dans le dernier carré cinq saisons de suite. On est en 1997, les Parisiens fréquentent le final four depuis 1993 et sont les tenants du titre de cette C2. Face à eux, Anfield Road et les Reds. À l’aller, Leonardo et sa bande se sont amusés : 3-0. Le retour doit être plus simple. Mais dans l’antre de Robbie Fowler, le PSG est pris à la gorge et n’arrive jamais à entrer dans son match. Fowler ouvre la marque avant le premier quart d’heure. Ça va être long. Très long. Les Parisiens, entraînés par Ricardo, prennent des vagues rouges dans la gueule et craquent une seconde fois à 10 minutes de la fin sur corner. 2-0, Anfield est en folie, et les Franciliens sont au bord du gouffre. Un troisième, et c’est 30 minutes de plus et ils n’ont ni les jambes ni le mental pour résister. Le bateau prend l’eau, mais ne coule pas. Le PSG ira bien défendre son titre face au Barça en finale. On connaît la suite, faute de N’Gotty, penalty de Ronaldo, poteau de Loko, saloperie de finale.

    Youtube

    Youtube


    La plus frustrante



  • Arsenal, le 12 avril 1994, 1/2 retour de C2, défaite 1-0 (1-1 à l'aller)


    Ce n’est pas encore les Gunners d’Arsène Wenger, mais c’est déjà très costaud : Seaman, Dixon, Wright, Jensen, Adams, Smith. L’équipe de George Graham est difficile à bouger. Pas encore champion de France, le PSG s’avance sereinement dans cette demi-finale retour, même si le score du match aller ne l’avantage pas. À Highbury, Jorge aligne une équipe très offensive avec un trident Valdo-Raï-Ginola. L’idée est de faire mal à la défense anglaise. Sauf qu’au bout de six minutes de jeu, Kevin Campbell coupe un centre de la tête au premier poteau et crucifie Bernard Lama. Pour se qualifier, il faudra au moins marquer deux buts. Ce que le PSG ne fera jamais malgré une chiée d’occasions. Approximatifs, maladroits, moyens dans le dernier geste, les Parisiens repartent de Londres avec une défaite et l’impression d’être passés très près de leur première finale européenne.

    Youtube


    La plus nulle



  • Chelsea, le 25 novembre 2004, phase de poules de C1, 5e journée 0-0


    Corrigée 3-0 au Parc des Princes lors de la première journée de la phase de poules, l’équipe de Vahid Halilhodžić traverse ce groupe entre la tristesse (défaite à Moscou, nul à Porto) et la folie (coup du scorpion de Coridon contre Porto). Pour cette cinquième journée, le PSG ne doit pas perdre en Angleterre pour maintenir un espoir de qualification lors de l’ultime journée avec la réception du CSKA Moscou. À Londres, Vahid bétonne alors que de son côté, le Chelsea de Mourinho est déjà qualifié. Cela donne lieu à un match sans vie, sans folie, avec un Didier Drogba, fair-play, qui manque la balle du K.O. En face, Halilhodžić avait débuté le match avec Bernard Mendy, Pierre-Fanfan, Pichot, Armand et Yepes. Match très sympa, donc. Peu importe, le PSG repart avec ce qu’il était venu chercher : un point. Un point qui ne servira à rien, puisque Sergeï Semak viendra ouvrir le PSG en deux lors de la dernière journée avec un triplé au Parc des Princes. Un triplé qui lui ouvrira les portes du PSG. Le malheureux.


    La plus douloureuse



  • Chelsea, le 8 avril 2014, 1/4 retour de C1, défaite 2-0 (1-3 à l’aller)


    Comme ce mercredi soir, le PSG était qualifié au coup d’envoi après sa belle victoire au Parc des Princes (3-1). Les chiffres parlaient pour le PSG, qui avait 3 chances sur 4 de se qualifier. Mais voilà, à Stamford Bridge, les Parisiens n’ont jamais joué au football. Ils ont eu peur avant même le coup d’envoi, ne sachant jamais par quel bout attaquer ce match : jouer la gagne ? Le nul ? Attendre les Anglais ? Prendre le jeu à leur compte ? Moralité, les Parisiens n’ont rien fait. Ils ont laissé filer le temps. Et comme Schürrle plante le premier but à la demi-heure de jeu – sur une touche –, le PSG devait passer une heure à attendre le couperet tomber. Ibrahimović, blessé, n’est pas là, mais Cavani, qui a revendiqué dans la presse la veille du match une place à la pointe de l’attaque, passe complètement à côté de son match. Comme Blanc qui joue petit bras en envoyant Marquinhos au milieu de terrain pour les dix dernières minutes. Et ce qui devait arriver arriva. Centre flottant devant le but, Demba Ba, fan du PSG, marque du tibia et Chelsea élimine Paris dans les dernières minutes. Mourinho court partout, Blanc voit un fan anglais brandir un maillot de Kostadinov en tribunes. Une vraie soirée de merde.

    Youtube


    La plus oubliable




  • Manchester City, le 4 décembre 2008, phase de poules C3, 0-0, 4e journée

    Dans une poule comprenant Twente, Santander, Schalke et Manchester City, le PSG voyage un peu. Pour cette quatrième journée, les Parisiens – exempts lors de la deuxième journée, la beauté de l’ancien format de la C3 – se rendent à Manchester City sans aucune victoire en poche (1 nul et 1 défaite). Pour se qualifier, à l’époque, il fallait terminer dans les trois premiers. Bref, une victoire, et c’est bon, en gros. En Angleterre, malgré une équipe remaniée et la présence de six titulaires (Landreau, S. Traoré, Zoumana Camara, Makelele, Clément et Rothen), le PSG a livré un match très moyen. Passant la majeure partie de son match à courir après le ballon. Il faudra attendre la dernière demi-heure pour voir Luyindula chauffer les gants de Joe Hart. En vain, on se quitte sur un bon vieux 0-0 des familles qui n’arrange personne. Un match dont personne ne se souvient vraiment. En revanche, le dernier match – crucial pour la qualification – tout le monde s’en souvient. Le PSG devait faire mieux que Santander qui venait de coller 3-1 à City. Les Parisiens sortiront un 4-0 de nulle part avec des buts de Kežman et Luyindula aux 84e et 86e minute. FC Twente, au Parc, une autre vie, quoi.

    Moralité : en Angleterre, le PSG ne s’est jamais imposé (3 nuls, 3 défaites) et n’a marqué que deux buts. L’an dernier à Chelsea. Tout va bien.



    Par Mathieu Faure
  • Modifié

    Dans cet article

    Iron Maiden(Steve Harris)supporte West Ham United.
    Il suffit d'un 1-0 à Chelsea pour se qualifier.
    Qui peut sérieusement imaginer, à part les plus acharnés (et donc moins lucides) ultras parisiens, que le PSG ne va pas être éliminé???
    Note : 1
    Message posté par soswiss
    Il suffit d'un 1-0 à Chelsea pour se qualifier.
    Qui peut sérieusement imaginer, à part les plus acharnés (et donc moins lucides) ultras parisiens, que le PSG ne va pas être éliminé???


    Tu n'es qu'un vulgaire troll, laisse nous profiter de cette journée, de cette adrénaline tranquillement. Et si l'on doit être éliminé ce soir, on le sera. D'ici là, ferme ta gueule.
    U'Marranzanu Niveau : CFA2
    Message posté par Stoichkov
    Iron Maiden(Steve Harris)supporte West Ham United.


    À remplacer par Damon Albarn effectivement.
    Ludo93130 Niveau : DHR
    On tient le pari ?
    Oui il leur suffit d'un 1-0
    Mais je vois mal Paris ne pas mettre un but ce soir !
    Note : 1
    Message posté par soswiss
    Il suffit d'un 1-0 à Chelsea pour se qualifier.
    Qui peut sérieusement imaginer, à part les plus acharnés (et donc moins lucides) ultras parisiens, que le PSG ne va pas être éliminé???


    Il suffit d'un 0-0 à Paris pour se qualifier.
    Qui peut sérieusement imaginer, à part les plus acharnés (et donc moins lucides) anti parisiens, que Chelsea ne va pas être éliminé???
    Message posté par soswiss
    Il suffit d'un 1-0 à Chelsea pour se qualifier.
    Qui peut sérieusement imaginer, à part les plus acharnés (et donc moins lucides) ultras parisiens, que le PSG ne va pas être éliminé???


    Les stats te donnent raison.
    Mais le PSG mène malgré tout d'un but, et je ne vois pas ce Chelsea affaibli tenir un nul contre le PSG.
    S'ils perdent, effectivement ça sera un vrai choc.
    Skywalker Texas Ranger Niveau : DHR
    Assez dingue cette stat, notamment en ce qui concerne les buts, qui plus est avec des matches pendant la période faste du club.
    Le match contre Liverpool, les anciens le racontent comme un match infernal avec un Anfield Road plus bouillant que jamais, assourdissant à souhait.
    Noël Mammaire Niveau : Loisir
    Puisque ce club n'est plus le PSG, il n'y a aucune raison, en tant que parisien de le supporter
    Cheric Zghemmfour Niveau : CFA
    Il y a quelques jours,le PSG ne me semblait pas avoir les épaules pour franchir cet obstacle.Mais depuis que j'ai la confirmation que Monsieur Blaise Matuidi sera titulaire,le PSG n'a rien à craindre.

    1-1 score final,penalty de Ibrahimovic en première période suite à une faute commise sur Monsieur Blaise Matuidi ; égalisation des locaux à dix minutes de la fin donnant une fin de rencontre résolument pimentée.

    Le Kiosque SO PRESS

    Partenaires
    Logo FOOT.fr Olive & Tom
    414 11