En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options

Roy Keane, entraîneur courtois

Décidément, l'autobiographie de Danny Higginbotham, Rise of the Underdog, regorge d'anecdotes croustillantes.

Après avoir expliqué que Jim Smith, alors entraîneur de Derby County, était venu à bout de Manchester United après avoir lu l'avenir dans une formation de canards, Higginbotham raconte les causeries de vestiaire de coach Roy Keane.

Entraîneur de Sunderland de 2006 à 2008, l'Irlandais savait manifestement parler à ses joueurs. Avant un match contre Aston Villa, en 2008, il avait trouvé les mots pour les motiver. « Bon les gars, écoutez, vous êtes de la merde. Allez-y et essayez de prendre du plaisir. Vous allez probablement vous faire battre. Mais appréciez juste d'être de la merde. » Après une défaite face à Bolton lors de la saison 2007/2008, Keane avait encore une fois étalé toute sa courtoisie au visage d'un joueur, resté anonyme dans l'autobiographie. « Tu es la raison pour laquelle je me trimbale dans tout ce putain de pays pour trouver un autre joueur, t'es pas assez bon, putain. Ton attitude, c'est de la merde. » Que de bons souvenirs pour Danny.


Higginbotham, qui est quand même un sacré mélange entre Gotham City et Bikini Bottom. GC
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Dans cet article


Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 3
Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 33 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 81
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
lundi 15 janvier La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40
À lire ensuite
Cambiasso y croit