1. //
  2. //
  3. // VA-Troyes
  4. // Interview Roudet-Nivet

Roudet/Nivet : « Footballeur, on n'appelle pas ça un métier »

Il y a dix-huit ans, Benjamin Nivet rencontrait Sébastien Roudet à Châteauroux. Le premier a aujourd'hui quarante piges, le second trente-cinq, mais tous les deux continuent de cavaler contre le temps en Ligue 2 et se retrouvent ce soir pour un VA-Troyes décisif. Ils continuent de ne jurer que par le jeu. Entretien croisé.

Modififié
Quand vous êtes-vous croisés pour la dernière fois ?
Sébastien Roudet : Au match aller en novembre, à Troyes. Ils avaient gagné 2-0. On ne se voit que deux fois par an, quand on joue l'un contre l'autre. On n'a pas trop le temps de discuter, c'est souvent très court.
Benjamin Nivet : Valenciennes était plutôt bien placé à l'époque, ça avait été une bonne opposition, comme prévu. On avait fait un bon match. J'aimerais qu'on prenne plus le temps d'échanger tous les deux deux, mais c'est pas toujours évident donc ça se fait souvent rapidement après la rencontre.

Vous vous êtes surtout connus à Châteauroux à la fin des années 90. Quelle relation aviez-vous à l'époque ?
SR : Moi, je débutais seulement ma carrière, c'était mes tous premiers matchs chez les pros. Benjamin, lui, était prêté par Auxerre. C'était mon dix, celui qui me régalait quand je débordais dans le couloir gauche.
« Quand je suis arrivé à Châteauroux, Seb' était le petit jeune, la petite star de la ville. Malouda et lui étaient les deux jeunes formés par le club et on savait tous qu'ils auraient un bel avenir. » Benjamin Nivet
BN : On aimait bien jouer ensemble, on s'entendait bien et on avait de bons automatismes. En dehors, on ne se voyait pas trop, mais on s'entendait très bien. Quand je suis arrivé à Châteauroux, Seb' était le petit jeune, la petite star de la ville. Malouda et lui étaient les deux jeunes formés par le club et on savait tous qu'ils auraient un bel avenir. Jouer avec lui, c'était un régal. Il avait déjà le potentiel pour aller encore plus haut.
SR : Benj' s'était rapidement fondu dans l'équipe et nous a très vite apporté sa touche technique. Au niveau de la distribution du jeu, c'était quelque chose. Il a eu un petit temps d'adaptation pour trouver son niveau, mais une fois qu'il était lancé, c'était parti.
BN : Seb', c'est simple : quand il râlait c'est qu'il était en forme. C'est un mec attachant, un vrai gentil qui était toujours à l'écoute et avec un grand respect. Mais jeune déjà, sur le terrain, c'était un gros râleur alors qu'en dehors, il était adorable.

Le Châteauroux dans lequel vous avez commencé à jouer ensemble, c'était celui de Joël Bats. C'était comment ?
BN : Que des bons souvenirs. Joël Bats déjà, c'était l'une de mes idoles quand j'étais gamin. Il avait tout fait pour que je vienne à Châteauroux en prêt à l'époque. Il était venu souvent me voir jouer en réserve à l'AJA. Alors forcément, quand il s'est fait licencier en septembre 1999 après un début de saison difficile, ça a été très dur. C'était vraiment le début de ma carrière.
SR : Joël Bats, c'est celui qui m'a lancé chez les pros. Humainement parlant, c'est un grand monsieur. J'écoutais énormément ses conseils, on discutait souvent et il me faisait surtout travailler après chaque séance d'entraînement sur mon poste. Après, moi, c'est surtout Thierry Froger qui m'a lancé dans le grand bain et a commencé à m'installer dans le couloir gauche. Au départ, avec Bats, j'étais attaquant.


Sébastien, il y a quelques années, tu avais expliqué que si tu devais payer pour aller voir un joueur au stade, ce serait Benjamin Nivet. Ça a changé ?
SR : Maintenant qu'on joue dans le même championnat, je peux le voir évoluer sans payer, c'est bien ! Benjamin, c'est un exemple sur plein de choses. Pour moi, c'est le meilleur des exemples, et les jeunes devraient s'en inspirer : un travailleur, un joueur de très grande qualité. Pour être honnête, je pense qu'il aurait pu faire une meilleure carrière, il aurait pu jouer dans des clubs plus huppés. Jouer encore à quarante ans, ça prouve beaucoup de choses. S'il n'y a pas un sérieux, une passion derrière tout ça, on ne peut pas faire la carrière qu'il fait aujourd'hui.

Benjamin, tu serais prêt à payer pour aller voir jouer Sébastien toi ?
BN : (rires) J'avais lu qu'il avait dit ça, il exagérait. Bien sûr que je suis prêt à payer pour voir Roud' sur un terrain. C'est un joueur très élégant, mais ce qui m'a toujours intrigué avant tout, c'est sa capacité à jouer à plusieurs postes. En plus de ça, il a toujours fait énormément d'efforts défensifs. J'ai apprécié jouer avec lui, mais j'ai toujours apprécié aussi le regarder.

Quel rapport avez-vous tous les deux avec le numéro dix ?
BN : Il m'a toujours attiré. C'est Platini qui m'a fait rêver donc j'avais toujours le numéro dix dans le dos quand j'étais gamin. Quand je suis arrivé en pro, peu d'équipes jouaient avec un vrai meneur de jeu. Avec Auxerre, on jouait en 4-3-3 donc j'étais plutôt un relayeur, il a donc fallu que je force mon jeu par moments, que je ne sois pas qu'un meneur de jeu, sinon ça aurait été difficile de trouver des clubs.
SR : L'axe, pour moi, c'est plutôt venu avec le temps. C'est vrai que j'ai toujours apprécié les numéros dix, mais, au départ, j'ai été formé pour jouer dans le couloir gauche. Après, être meneur de jeu, ça me plaît beaucoup. J'ai toujours aimé les joueurs techniques donc à l'époque, c'est-à-dire il y a très longtemps maintenant (rires), je suivais pas mal des joueurs comme Chris Waddle. J'aimais bien ces joueurs-là.

Il y a quelques années, Stéphane Carnot nous expliquait qu'entre vrais meneurs de jeu, on se reconnaît naturellement sur le terrain. C'est vrai ?
SR : Un vrai meneur de jeu se reconnaît avant tout à son toucher de balle et à sa vision du jeu. C'est là que se fait la différence donc oui, c'est assez vrai. La qualité de technique, ça se voit tout de suite.
BN : C'est un poste particulier. Comme on est peu, on se reconnaît, il y a un regard particulier.
SR : Personnellement, je suis plutôt un converti, mais j'essaye de faire perdurer tout ça.
« Moi, je préfère le cuir noir, être bien dans mes bottes qu'avoir les derniers modèles fluo et ne pas me sentir à l'aise. » Sébastien Roudet
J'ai toujours joué avec cette gestuelle, un jeu de passes précis, donc, à ce poste, ça aide beaucoup. C'est un poste à l'ancienne, qui se perd avec le temps, mais ça se voit aussi au niveau esthétique. Je suis un joueur à l'ancienne car je ne mets pas les derniers modèles de chaussures par exemple. Je joue souvent avec des chaussures en cuir. Aujourd'hui, les mecs jouent surtout avec des pompes en synthétique. Moi, je préfère le cuir noir, être bien dans mes bottes, qu'avoir les derniers modèles fluo et ne pas me sentir à l'aise.


Mener le jeu, c'est aussi une responsabilité particulière.
BN : Oui, mais, moi j'ai toujours bien aimé avoir des responsabilités, toucher beaucoup de ballons. Aujourd'hui, c'est moins à la mode tout ça, on préfère plutôt les profils puissants, ce n'est plus les années 80.
SR : C'est particulier car on se doit d'organiser le jeu donc c'est forcément une forme de responsabilité. Maintenant, c'est devenu naturel, ça fait partie de notre registre. On sait de quoi on est capable et, aujourd'hui, ce n'est pas très compliqué, mais si on demande de faire ça à un défenseur...

On vous donne toujours autant de liberté ?
SR : Oui, à l'exception du replacement tactique, défensif. Offensivement, je me balade un peu partout, je peux organiser le jeu tant que je le fais du mieux possible pour mettre mes coéquipiers dans les meilleures situations.
BN : Forcément, moi aussi, j'en ai toujours autant au-delà des consignes. Notre jeu demande de la liberté.

Parler de vous, c'est aussi souvent entendre les mêmes commentaires, notamment le fait que vous auriez pu aller plus haut. Vous avez tous les deux une personnalité de mec réservé, assez timide. C'est quelque chose qui vient de votre éducation ?
BN : Oui, bien sûr, c'est d'abord une question de caractère, le résultat d'une éducation basée sur le respect des valeurs et l'écoute. Quand je vois les jeunes aujourd'hui, je les pousse à ne pas avoir de réserve : il faut gagner sa place. Moi, je ne l'ai pas fait en étant souvent trop discret dans mon jeu, trop altruiste, peut-être trop respectueux aussi sur le terrain. Une fois que tu es sur le terrain, il faut gagner sa place, quel que soit son âge, ce que je n'ai pas toujours fait quand j'avais 18 ans.
SR : Je pense que tout dépend de l'éducation qu'on a eu étant petit. Notre timidité a sûrement fait qu'à un moment donné, on n'a pas accepté certaines sollicitations. Moi, j'ai eu une bonne éducation, mon père était ouvrier, ma mère assistante maternelle, donc je sais d'où je viens. Mon père a toujours été derrière moi, pas forcément dur, mais pour me rappeler ce que vaut la vie. Je suis très reconnaissant envers mes parents pour cette éducation. Un moment donné, je n'ai pas voulu sauter le grand pas parce que j'aimais les clubs où je me sentais bien, les clubs familiaux qui me correspondaient plus. Dans les clubs plus médiatiques, je ne me serais pas forcément senti à l'aise.

Il y avait une peur ou un rejet des grandes villes ? Sébastien, je sais que tu as notamment eu des opportunités pour jouer aux États-Unis à un moment donné.
SR : Je suis creusois, les grandes villes, s'il y en avait là-bas, ça se saurait. Je pense qu'on fait des choix à un moment donné, il faut les assumer et, pour moi, les grandes villes, les visiter oui, mais y habiter, pas forcément. Je viens d'une petite ville de 5 000 habitants donc je préfère la campagne, tout simplement.
BN : Moi, je ne pense pas forcément avoir eu cette peur-là. Oui, ça aurait pu être possible à un moment donné, mais bon.

Vous avez aussi ce côté proche de la nature. D'où ça vient ?
« Les vendanges, c'est une envie pour plus tard, surtout que ma femme possède sa propre marque de champagne. » Benjamin Nivet
BN : Je suis né dans la campagne beauceronne, dans la nature. Ayant été formé à Auxerre, j'ai aussi été formé au milieu des vignes, donc j'ai forcément été amené à m'y intéresser. Oui, moi, les vendanges m'intéressent, c'est une envie pour plus tard, surtout que ma femme possède sa propre marque de champagne.
SR : Personnellement, j'ai toujours baigné là-dedans. Je viens d'une famille de chasseurs et de pêcheurs. Tout petit, mon père m'emmenait à la pêche, mes oncles à la chasse, donc je suis devenu chasseur-pêcheur et ça me plaît. C'est une seconde passion.


C'est l'un des décalages possibles avec la nouvelle génération.
SR : C'est sûr que si je me mettais à en parler avec eux, ils me prendraient pour un extraterrestre (rires). Si je parle de chasse avec un jeune d'aujourd'hui, il va me demander sur quelle planète je vis.

Vous faîtes partie de ces anciens qui disent que le football était mieux avant ?
BN : C'est quelque chose que je lis et que j'entends souvent, mais à Troyes, je ne trouve pas. Je trouve que c'est toujours aussi bien. Ici, les jeunes sont hyper respectueux, ça se passe nickel. Ce qui a changé, c'est peut-être la passion car les joueurs sont plus ou moins passionnés, c'est sûr. Je pense qu'il faut conserver la passion pour durer dans le foot. Moi, c'est pour ça que je n'ai pas perdu le plaisir de jouer.
SR : Je suis conscient d'avoir joué à la bonne période du foot, où il y avait encore certaines valeurs. Je fais partie de ceux qui pensent que le foot était mieux avant. Sportivement, je me suis régalé dans les années 2000, au début de ma carrière. La France venait d'être championne du monde, championne d'Europe, forcément, le contexte était plus favorable. Maintenant, je ne reconnais plus le football dans lequel j'ai commencé.

Qu'est-ce qui te dérange aujourd'hui ?
SR : Les mentalités, les attitudes de certains jeunes joueurs, tout simplement. Après, nous, on n'avait pas les réseaux sociaux, la communication, il n'y avait rien à l'époque, donc on était tranquilles de ce côté-là. Personnellement, je trouve ça inutile. C'est sûr que ça ne doit pas être facile de gérer ça quand on débute sa carrière, ça peut aussi jouer au niveau des performances des jeunes. Ce que j'ai du mal à accepter aujourd'hui, c'est l'attitude sur le terrain et en dehors. Tu as l'impression que les jeunes joueurs ne sont professionnels que par le mot, pas dans l'attitude à avoir. Je pense qu'ils sont moins passionnés qu'on l'était à l'époque. Le foot est plus devenu un gagne-pain qu'une passion.

Qu'est-ce que tu aimerais retrouver ?
SR : J'aimerais retrouver un certain collectif. Quand je débutais ma carrière, après les matchs, on allait manger au resto avec pratiquement toute l'équipe ou au moins un verre en soirée. Maintenant, c'est plus trop le cas, c'est chacun de son côté, c'est devenu plus individualiste.
BN : C'est vrai que c'est plus par petits groupes aujourd'hui. Avant, il y avait peut-être plus de bouffes ensemble, en équipe, c'est sûr.

Aujourd'hui, dans un vestiaire, vous vous considérez comme des exemples ?
BN : J'essaye d'être un exemple dans mon quotidien, ma gestion des entraînements. En parlant avec les jeunes, ça m'arrive quand même de donner des conseils. Je ne suis pas celui qui va constamment donner des prérogatives, mais plutôt parler à bon escient pour que le discours soit écouté. On me surnommait souvent « Le vieux » à Caen, là moins. On m'appelait aussi « Fartas » (le chauve en arabe, ndlr) parce que j'étais chauve. D'ailleurs, Seb', on pourrait aussi l'appeler Fartas maintenant (rires)!
SR : Un exemple je ne sais pas mais en tant que capitaine, comme je l'avais été à la Berrichonne il y a deux ans, j'essaye déjà d'être exemplaire, que ce soit en dehors ou sur le terrain. Après, comme je ne suis pas un grand bavard, j'essaye d'être avant tout un leader sur le terrain. Quand on vient me demander des conseils, je le fais avec plaisir. Après, les jeunes d'aujourd'hui ne sont pas trop demandeurs comme on pouvait l'être hier. Je trouve qu'il n'y a plus trop de respect par rapport aux anciens, mais il faut vivre avec son temps. Il y a des choses qui se passent actuellement qui ne se passaient pas avant. Dès que les anciens parlaient, ils avaient raison et les jeunes devaient écouter, bosser et se taire.

Toi, tu as par exemple connu des mecs comme Teddy Bertin. Ça t'a aidé ?
SR : Ouais, Teddy, Rabé (Éric Rabesandratana, ndlr), Jimmy Algerino, des mecs qui rien que par leur carrière n'avaient pas besoin de parler pour être écoutés. En fin de compte, quand quelqu'un parlait dans le vestiaire, on entendait les mouches voler. Nous, les anciens, aujourd'hui, on essaye de garder ça, d'expliquer que quand on débutait notre carrière, on lavait les chaussures des anciens. Ça voulait dire beaucoup de choses.

Quand tu leur racontes ça, tu as l'impression de passer pour un vieux con ?
SR : Oui, des fois, on a l'impression de passer pour des vieux cons en leur racontant ça ! On le dit sur le ton de l'humour, mais c'est ce qu'il s'est vraiment passé. Comme aujourd'hui, les jeunes portent les buts. Je leur dis que j'aimerais bien pouvoir encore le faire, mais ce sont de petites choses qui sont en train de s'éteindre.

Même avec les supporters ? Ta génération, c'était par exemple encore celle où on buvait souvent des coups avec les supporters, où on pouvait jouer avec des potes de lycée, où on buvait du café en arrivant à l'entraînement.
SR : C'est vrai que je fais partie de ces rescapés qui boivent encore du café (rires). Après, ça va avec le temps, moi je suis plus bière après les matchs que boissons sucrées. C'est vrai que quand je sortais à l'époque, je ne sortais pas forcément qu'avec mes coéquipiers, je sortais aussi avec mes potes qui venaient de Creuse. On se faisait des soirées comme ça, et sur le terrain, ça ne nous empêchait pas d'être bons. Après à VA, les supporters, je suis surtout en contact avec les anciens, les fidèles. Il y a une jeune génération de supporters qui ne m'a pas forcément connu il y a dix ans. C'est surtout leurs parents qui m'ont connu.


Tous les deux, vous êtes parmi les joueurs les plus utilisés de vos effectifs. Sébastien, tu as 35 ans, Benjamin, 40 ans. C'est quoi le secret ?
SR : Depuis le début, j'ai toujours été assez régulier à l'exception d'une ou deux saisons où j'ai connu des pépins physiques. Surtout, j'ai toujours eu une belle capacité physique, une très bonne VMA, donc je me sers de ça pour jouer encore à mon âge. Il y a d'autres choses qui entrent en jeu : le sérieux, ce qu'on met aux entraînements, la passion pour ce sport - parce que je n'appelle pas ça un métier - l'alimentation, la récupération qui n'est plus la même avec l'âge et l'envie surtout. C'est une grande partie de psychologie qui m'aide à jouer encore aujourd'hui. Il y a aussi une différence entre la Ligue 2 d'il y a dix ou quinze ans et la Ligue 2 d'aujourd'hui. Je trouve que le niveau s'est un peu affaibli. Les matchs sont moins physiques, moins hachés, mais ça va plus vite. Le rythme n'est pas trop élevé, donc avec Benj', c'est aussi pour ça qu'on arrive à perdurer.
BN : C'est vrai. Et moi, j'ai toujours eu ces capacités de joueur aérobic sans être très rapide et c'est ce qui m'aide à durer plus longtemps. Durer, c'est plein de paramètres, faut être plus exigeant, et c'est aussi un aspect physiologique qui aide. Mon jeu m'aide encore à avancer.
SR : Personnellement, je pense que le corps est la seule limite. Quand le corps sera au maximum des efforts qu'on a pu lui faire subir depuis le début, faudra arrêter.


Tu disais que le foot avait changé et ne te plaisait plus autant qu'avant. Une fois la retraite annoncée, tu dis au revoir au foot ?
SR : Sincèrement, aujourd'hui, je n'ai pas envie de rester dans le monde professionnel. Après, on verra les opportunités que j'aurai à la fin de ma carrière. Mais ce milieu professionnel, je n'ai pas envie de rester dedans.

Propos recueillis par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Bien cool cette interview !

En parlant d'amoureux du foot, j'ai vu recemment que Nassim Akrour (42ans), Cédrid Barbosa (41) et Olivier Sorlin(37) ont tous les trois signé à Annecy en début de saison !
Et les bougres s'en sortent bien, l'équipe a beau être promue elle se classe troisième avec Akrour et Barbosa qui continuent de planter tous les deux matchs en moyenne.
Akrour ne joue plus à Grenoble ? :(
1 réponse à ce commentaire.
Interview qui sent bon le Caen-Valenciennes d'un Jour de foot du samedi soir, merci.
Merci SO foot!
Je n'ai que peu de souvenir de Benjamin Nivet à Châteauroux, mais Sébastien reste pour moi un joueur emblématique de la Berrichonne, avec Teddy Bertin et cette team qui nous a fait voyager jusqu'à saint Denis.
Intéressant d'avoir leur point de vu sur l'évolution du foot et de la L2.
HerbyCohen Niveau : CFA
Note : 1
L'interview est certes vraiment chouette, mais...... Vous avez trouvé une photo de Nivet AVEC des cheveux?

ça c'est de l'art. Chapeau bas.
Note : 2
Wayne Roudet et Zinedine Nivet, deux icônes !
Ce commentaire a été modifié.
Footinator Niveau : CFA2
Il est pas assez reconnu Benjamin Nivet je trouve. Et c'est bien dommage car il est un joueur de classe <3
1 réponse à ce commentaire.
KaiserSauzee84 Niveau : Loisir
bel article , pour avoir des amis en commun Nivet c un sacré bringueur , sacré joueur , je suis curieux de savoir quelle carriere il aurait eu avec une hygiene de vie "correct"
Note : 1
Il transpire dans leur propos une sorte de tristesse par rapport à ce qu'est devenu le foot aujourd'hui. Un peu désanchantés comme beaucoup de ceux qui ont connu cet "autre football" finalement...
Ce commentaire a été modifié.
Elcocolonel Niveau : CFA
Euh par contre je viens de me rendre compte que la citation de titre de l'article est pas tout-à-fait celle du corps de l'article. Il parle de passion du sport et dit pas footballeur. Ou bien ? Enfin c'est un poil gênant.
Jojotaquin Niveau : DHR
Belle article!
Je suis d'accord avec lui, rien ne vaut les chaussures en cuir --> Copa Mundial
Petite pensée pour un ancien club de Roudet (je crois), aujourd'hui disparu: l'Étoile des Sports Montluçonnais, dit aussi les "Dunlops". Ils ne sont jamais allés plus haut que la L2 et peut-être un 1/4 de finale de coupe de France contre l'OM. Leur jouer le plus connu a été l'immense Mombaerts, c'est dire.
Roudet j'ai la chance de le croisé tout les week ends car j'entraine son petit en U8. Un mec discret, limite réservé qui roule en yaris et vient voir son gamin incognito. D'ailleurs son petit il vraiment très bon. Allez je retourne ma lecture !
Ca fait bizarre de les voir avec des cheveux !
Joueur aérobie et pas aérobic.
Endurant quoi.
il y a 1 heure Malouda va jouer la Gold Cup avec la Guyane il y a 1 heure Des matchs de C1 sur Facebook 3
Hier à 22:15 Shrewsbury et le retour d'une tribune « debout » en Angleterre 12 Hier à 21:02 Le monde du foot rend hommage à Stéphane Paille 16 Hier à 19:00 Jorge Mendes mis en examen pour délit fiscal 32 Hier à 18:06 Stéphane Paille est décédé 30
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 15:58 La Ligue des champions reprend ce soir ! 25 Hier à 15:45 Lugano prolonge à São Paulo 5 Hier à 12:12 Falcao s'essaye au baseball 3 Hier à 11:10 Sow, Cabaye et Hazard actionnaires d'un futur club de D2 américaine 11
lundi 26 juin FIFA : Bild ouvre le rapport Garcia 67 lundi 26 juin Boca et le souvenir de la D2 7 lundi 26 juin Danny Newton, le nouveau Jamie Vardy ? (via BRUT SPORT) lundi 26 juin Le logo d'Oxford United à l'intérieur du maillot de Bristol City 7 lundi 26 juin Bagarre générale lors d'un match de charité 35 lundi 26 juin La simulation grotesque d'un défenseur de Bahia 10 dimanche 25 juin Sergio Ramos acrobate en vacances 4 dimanche 25 juin Pogba marque en dabant 59 dimanche 25 juin Le central de Kansas met une bicyclette 7 dimanche 25 juin Crivelli à Angers 14 samedi 24 juin City remporte le derby de New York 9 samedi 24 juin Le championnat d'Arabie saoudite s'ouvre aux étrangers 11 vendredi 23 juin La douceur de Bruma 11 vendredi 23 juin Les U21 anglais s'entraînent avec le Subbuteo 6 vendredi 23 juin Un crowdfunding pour une équipe de National 3 11 vendredi 23 juin Le FC Sochi prend une année sabbatique 16 jeudi 22 juin Le bilan de la saison est en kiosque ! jeudi 22 juin Pamela Anderson et Adil Rami en couple ? 121 jeudi 22 juin Un petit bijou en MLS 4 jeudi 22 juin Trejo de retour au Rayo 19 jeudi 22 juin Oscar suspendu huit matchs 27 jeudi 22 juin Canal + autorisé à se rapprocher de beIN Sports 43 jeudi 22 juin Zlatan vers Los Angeles ? 38 jeudi 22 juin Parme va passer sous pavillon chinois 35 jeudi 22 juin La panenka d'Alessandrini 19 mercredi 21 juin L'accueil bouillant pour Ménez à Antalyaspor 38 mercredi 21 juin F. Hollande fait la promo d'un tournoi de sixte 26 mercredi 21 juin Walter Samuel va devenir entraîneur-adjoint en Suisse 10 mercredi 21 juin La volée monstrueuse de Bruma 28 mercredi 21 juin Un festival pyrotechnique depuis un immeuble en Coupe d'Algérie 22 mercredi 21 juin Paul Le Guen en route pour Bursaspor 28 mercredi 21 juin Boca Juniors champion grâce à San lorenzo 7 mardi 20 juin Un nouveau rebondissement dans l'affaire de la sextape 79 mardi 20 juin Le rap Depay 25 mardi 20 juin Girard déplore l'arrivée des techniciens étrangers 201 mardi 20 juin Dumas bientôt sélectionneur de la Guinée équatoriale ? 11 lundi 19 juin De la bière à vie pour séduire Cristiano Ronaldo ? 48 lundi 19 juin Infantino se félicite de l'arbitrage vidéo 28 lundi 19 juin Premier match de l'histoire sur le Kilimandjaro 13 lundi 19 juin Les rencontres du premier et du deuxième tours de C1 30 lundi 19 juin La Côte d'Ivoire rend un dernier hommage à Cheick Tioté 2 dimanche 18 juin Le retourné savoureux de Lorenzo Pellegrini 23 dimanche 18 juin Les buts de Cédric et Moreno 1 dimanche 18 juin Quand Oscar provoque une échauffourée sur le terrain 32 dimanche 18 juin L'égalisation de Chicharito contre le Portugal 8 dimanche 18 juin Quaresma ouvre le score face au Mexique 2 dimanche 18 juin L'entraîneur de Huesca met un « front » à son joueur 6 dimanche 18 juin Higuaín annonce à tort le départ de Dani Alves 24 dimanche 18 juin Michy Batshuayi en moonwalk à LA 12 dimanche 18 juin Asensio claque trois buts monstrueux en un match 27 samedi 17 juin Un entraîneur viré pour avoir gagné 25-0 55 samedi 17 juin Parme remonte en Serie B 20 samedi 17 juin L'International Board propose de nouvelles règles de jeu 56 samedi 17 juin L'UEFA lance un guide de prononciation des noms des joueurs 27 vendredi 16 juin Carabao Cup : Charlton hérite de... deux adversaires 10 vendredi 16 juin Ronaldinho lance son hand spinner 68 vendredi 16 juin Un joueur recruté par deux clubs différents 7 vendredi 16 juin Trezeguet claque une volée sous la barre 51 vendredi 16 juin Découvrez BRUT SPORT sur Facebook ! 10 vendredi 16 juin Un club de D9 anglaise sauvé par le crowdfunding 4 jeudi 15 juin Un système de play-offs en Ligue 2 23 jeudi 15 juin Vers la fin des matchs rejoués en Cup ? 19 jeudi 15 juin Le but de fou marqué par le Chicago Fire en US Open Cup 5 jeudi 15 juin Cissé pourrait retrouver les terrains 13 jeudi 15 juin Mbappé et Dembélé : jeunes les plus chers selon le CIES 38 jeudi 15 juin Un club chinois annonce son nouvel entraîneur par un poème 18 jeudi 15 juin La campagne de Monaco avec Henry et Mbappé 54 jeudi 15 juin Quand un défenseur argentin joue avec des aiguilles 19 jeudi 15 juin Reynet, l'iguane et Higuaín 20 mercredi 14 juin Torres joue les mannequins pour Van der Wiel 37 mercredi 14 juin La police dubaïote offre un tour de voiture à Benzema 42 mardi 13 juin Le but d'Ousmane Dembélé qui offre la victoire aux Bleus 2 mardi 13 juin Les trois buts de la première mi-temps mardi 13 juin L'entrée frissonnante des joueurs sur le son d'Oasis 16 mardi 13 juin Usain Bolt devient footballeur... dans PES 38 mardi 13 juin Berizzo officiellement présenté à Séville 5 mardi 13 juin Le Brésil ouvre le score après 10 secondes 7 mardi 13 juin Le bijou d'Insigne avec l'Italie 28 mardi 13 juin Derniers jours : 300€ offerts remboursés en CASH pour parier ! mardi 13 juin Un mort dans une bagarre entre supporters à Cali 10 mardi 13 juin Pronostic France Angleterre : jusqu'à 390€ à gagner sur le match amical des Bleus lundi 12 juin La merveille de Bradley contre le Mexique 11 lundi 12 juin Figo plante un coup franc contre la Roma 17 dimanche 11 juin Pep Guardiola soutient le référendum d'indépendance en Catalogne 58 dimanche 11 juin Des matchs de Premier League à 11h30 ? 28 dimanche 11 juin Infantino n'est pas inquiet pour le Mondial au Qatar 11 dimanche 11 juin Drogba réussit ses débuts avec Phoenix 8 samedi 10 juin Capello en Chine 16 samedi 10 juin Roger Schmidt va signer en Chine 2 samedi 10 juin L'explosion de la télé suédoise 26 vendredi 9 juin L'ouverture du score magnifique de Giroud 13 vendredi 9 juin L'agent de Verratti tacle encore le PSG 77 vendredi 9 juin Le coup franc juninhesque de Guerrero 12 vendredi 9 juin Un footballeur ghanéen en prison pour violences conjugales 8 vendredi 9 juin Tu sais que tu es un Mercatix quand... 15 jeudi 8 juin Benevento décroche sa promotion en Serie A 19 jeudi 8 juin Kurzawa à fond pour les Warriors 48 jeudi 8 juin Un fan de Split en colle une à l'ancien président du Dinamo Zagreb 15 jeudi 8 juin Pronostic Suède France : jusqu'à 445€ à gagner sur le match des Bleus jeudi 8 juin La finale de la C1 2019 se jouera à Madrid ou à Bakou 36 jeudi 8 juin L'ES Sétif sacrée championne d'Algérie 10 jeudi 8 juin Marcelo remet son tatouage à jour 13 jeudi 8 juin Mauro Cetto prend sa retraite 16 mercredi 7 juin Un club tchétchène prend le nom du père du président 20 mercredi 7 juin Un fan de Sheffield en phase terminale grimpe l'Everest 13 mercredi 7 juin Un club américain sponsorisé par un site porno 25 mercredi 7 juin Alexis Sánchez en vieillard pour la Coupe des confédérations 6 mercredi 7 juin L'acte héroïque d'un supporter de Millwall au moment des attentats de Londres 44 mercredi 7 juin Voilà pourquoi Ben Arfa s'entraîne à la plage...