En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Tottenham/Manchester United (2-2)

Rooney offre le nul à Manchester United

Mené à deux reprises, Manchester United obtient un bon nul sur la pelouse de Tottenham (2-2). En l'absence de Van Persie, c'est Wayne Rooney qui a répondu à deux jolis buts de Walker et Sandro. Red Devils et Spurs manquent l'opportunité de se rapprocher du podium.

Modififié

Tottenham - Man. Utd
(2-2)
K. Walker (18'), Sandro (54') pour Tottenham , W. Rooney (32'), W. Rooney (57') pour Manchester United.


Tottenham se devait de relever la tête après l'humiliation subie dimanche dernier à Manchester City. Ça a été chose faite en ce début d'après-midi contre l'autre Manchester (2-2). À White Hart Lane, les protégés d'un André Villas-Boas sur un siège éjectable ont cru avoir fait le plus dur en menant au score par deux fois, mais Wayne Rooney en a décidé autrement. Le taurillon a d'abord répondu à un coup franc de Kyle Walker avant de transformer un pénalty obtenu par Welbeck sur une de ses passes lumineuses. Après deux défaites de rang, Tottenham a montré un visage séduisant et permet à André Villas-Boas et sa bourbe rousse de souffler quelque peu. Si les deux équipes avaient l'occasion de se rapprocher du podium, elles restent engluées dans le ventre mou d'une Premier League particulièrement homogène.

Fast and Furious

Après la claque reçue dimanche dernier contre City (6-0), Tottenham semble décidé à presser haut. Mais à part une frappe timide de Lennon, on n'a rien à se mettre sous la dent. Pire encore, une bourde du Roumain masqué Chiriches offre à Manchester United une première incursion dans la surface d'Hugo Lloris. Partie sur un faux rythme, la rencontre ne se débloque qu'avec un coup franc obtenu à l'entrée de la surface par Paulinho (18e). Dans un hommage à Paul, Kyle Walker frappe en force, fast and furious. Le ballon passe sous le mur mancunien et termine au fond des filets d'un De Gea dépité (1-0). Euphoriques, les Spurs repartent de plus belle. Rooney repousse une reprise de volée de Dawson sur corner, Valencia dévie, lui, du bras un centre de Chadli. Alors que la demi-heure de jeu approche, les hommes d'André Villas-Boas sont toujours plus proches du break. Bien servi par Paulinho, c'est d'abord Soldado qui vendange, avant que Lennon ne bute sur De Gea. Dans la foulée, Manchester United met fin au temps fort des locaux, bien aidé par Kyle Walker (32e). Sur un centre de Phil Jones, l'arrière droit de Tottenham remet la balle à Rooney d'une magnifique, mais involontaire aile de pigeon. Titularisé en pointe en l'absence de Van Persie, Shrek allume Lloris à bout portant (1-1). Sans véritablement doucher les ardeurs de Tottenham, l'égalisation permet aux Red Devils de reprendre le contrôle du match et de terminer cette première période dans le camp adverse.

Rooney répond à la fusée de Sandro

Alors que la deuxième mi-temps repart sur les mêmes bases, Tottenham ne fait pas de détail au moment de s'aventurer dans la moitié de terrain de United (55e). Sandro crochète Cleverley et envoie une fusée dans la lucarne d'un David de Gea qui ne peut esquisser le moindre mouvement (2-1). White Hart Lane n'a pas le temps de savourer. Lancé en profondeur par Rooney, Welbeck devance la sortie de Lloris qui effleure le pied de l'attaquant mancunien. Welbeck s'écroule, pénalty (57e). Rooney tire en plein milieu (2-2). Visiblement, c'était trop d'émotions, le rythme retombe un peu. Quand les Spurs monopolisent le ballon, ils ne parviennent à se montrer dangereux. Ce sont même les protégés de David Moyes qui manquent de prendre l'avantage dans les dernières minutes de jeu. Au bout d'une jolie combinaison dans la surface de Tottenham, Hernandez centre, mais ne trouve personne. Manchester United manque même de l'emporter sur corner dans les derniers instants, mais non, André Villas-Boas peut souffler.

Par Arnaud Di Stasio
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 2 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
samedi 20 janvier Coentrão casse le banc des remplaçants 9