Rooney n'est pas sorti

Wayne Rooney a donc surpris tout le monde en prolongeant pour cinq ans à Manchester United. Tout porte pourtant à croire que l'attaquant ne sortira pas indemne de la semaine écoulée.

0 1
«  Wayne Rooney a accepté un contrat de cinq ans pour rester à Manchester United au moins jusque juin 2015 » . Terminé, bon week-end. A 11h29, ce vendredi 22 octobre 2010, le site de Manchester United a mis fin à un canular d'une semaine. Non, Rooney ne partira pas au Real Madrid, pas plus qu'à Manchester City ou Chelsea. Non, Wayne et Sir Alex ne sont pas fâchés pour de vrai. La seule chose un peu sincère, dans cette histoire de faussaires, c'est l'augmentation très conséquente qu'a certainement obtenue Shrek dans l'histoire.


«  Rejoins City et tu es mort »


Dans la foulée du communiqué, les protagonistes saluent leur public et expriment leur joie d'avoir produit un aussi beau spectacle. «  Je suis ravi, entame le principal intéressé. Il y a eu un peu de polémique à propos du timing de tout ça, mais je suis heureux que ce soit finalement signé. J'ai bon espoir d'aller de l'avant et de revenir en forme pour jouer à nouveau » . Suivi de près par l'autre moitié du duo. «  Cela a été une semaine difficile mais l'intensité de la couverture médiatique est celle a laquelle nous nous attendons à Manchester United, admet Ferguson. J'ai dit au garçon que la porte était toujours ouverte et je suis content que Wayne ait accepté de rester » .


Merci les gars, vous nous avez bien eus, on a marché dedans à fond les ballons. Mais vous n'avez peut-être pas mesuré la portée de votre sketch. Si on fait confiance au joueur et au manager pour se rabibocher après leur échange de coups de fusil dans la presse, il n'est pas certain que les supporters de Manchester United aient tellement goûté la farce. Avec un sens de la mesure inhérent aux tribunes des clubs historiques, ceux-ci ont entamé les hostilités lors de la réception de West Bromwich Albion, samedi dernier, en affichant des messages tels que « Rooney, ta femme t'a pardonné, nous ne le ferons pas » . Sortis du stade, une trentaine de bourrins ne sachant plus quoi faire, ils se sont donc donnés rendez-vous la nuit dernière devant la belle bâtisse de Lil Wayne avec un mot d'ordre : « Rejoins City et tu es mort » . Ok, il n'a pas rejoint l'ennemi, mais l'amour du peuple rouge pour l'attaquant roux risque tout de même de mettre un peu de temps avant de revenir à son top-niveau.


«  C'est complètement grotesque »


Si la reconquête de son public pourrait être laborieuse, celle de ses coéquipiers ne le sera pas moins. Ceux-ci auront sans doute un peu de mal à avaler le numéro de diva joué par Rooney depuis une semaine. Fletcher a bien tenté de faire le gentil en expliquant qu'il allait essayer de convaincre son pote de rester, mais sa sortie n'est intervenue que ce matin, alors que Wayne avait certainement déjà donné son accord. Evra a été moins faux-cul. « Si un joueur de l'équipe n'a pas confiance dans les autres, alors il ne doit pas jouer » , a lâché le Français.


Ses supporters, ses compagnons de vestiaire. Finalement, l'ensemble du football anglais s'est mis à cracher sur Rooney à l'unisson et sa décision de rester à Manchester avec un gros contrat bien juteux n'arrangera rien. La palme de l'éloquence revient une fois de plus à Ian Holloway, le sémillant coach de Blackpool. « C'est complètement grotesque, s'est-il énervé en conférence de presse. [...] Qu'est-ce qu'il se passera s'il reste assis là pendant 18 mois, pique des crises, n'essaie pas, ne joue pas et que quelqu'un lui a déjà dit " nous allons te prendre et nous te donnerons une partie de l'argent que nous aurions du donner à Manchester parce que tu es parti libre de tout contrat " ? Vous voulez faire signer un joueur comme ça ? Vous voulez jouer pour un club qui vous dit ça ? Comment peut-on savoir que ça n'est pas déjà arrivé ? Le jeu est faussé. Les personnes en charge du jeu sont fausses. Elles sont tellement fausses que ça en est effrayant » .*

Wayne Rooney a joué avec le feu, il risque de ne pas en sortir indemne en terme d'image. Comme s'il en avait besoin. Une fois de plus, on remarquera quand même que Jose Mourinho avait tout prévu. « Vous savez, cela va se finir comme toujours, avait prédit le coach madrilène répondant aux rumeurs de transfert du mancunien au Real. Wayne Rooney va prolonger son contrat de cinq ou six ans avec Manchester United, avec beaucoup d'argent. Manchester United c'est son club, je ne le vois pas ailleurs » . Bingo.


Thomas Pitrel


*




Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
ce qui est étonnant, c'est le 'timing': il fait son chantage alors qu'il est complètement à la rue depuis qques mois...

Il devrait déjà être content de son salaire actuel vu son niveau de jeu et son faible apport ds le jeu...

Je comprends que Manchester essaie de le conserver car ça reste un super joueur et qu'il reviendra certainement à un excellent niveau...

Par contre, quid des 'dégats' au vestiaire: un joueur qui fait croire qu'il veut partir parce qu'il pense que ses 'collègues' sont un frein dans son évolution et l'empêche de concourrir pour les titres... alors que lui-même n'en touche plus une! Que vont penser un Fletcher ou un Vidic par ex..

Ce doit être un 'calcul' difficile pour le manager: conserver un 'top player' en tenant compte du cash et des problèmes d'ego, ou s'en séparer ...

Ils sont de + en + nombreux à exercer ce type de chantage... ds certains cas, on peut comprendre qu'un joueur se sente à l'étroit ds une équipe (qui ne joue pas les coupes d'Europe par ex)
Mais dans d'autre cas, ils sont déjà ds une équipe qui joue le(s) titre(s) chq année ==> ds ce cas-là, c'est plutôt une histoire de gros sous, non??? on ne doit pas attendre de joueurs de foot qu'ils soient marxistes, mais franchement, il y en a bcp qui exagèrent...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Rennes sur sa lancée
0 1