Stars d'Amérique du Sud

Par Thomas Goubin

Ronnie étincelle, Fred et Juninho buteurs

Ils ont brillé en Europe et ont fini par revenir en Amérique du Sud. Ils s'appellent Ronaldinho, Juninho, Heinze, Trezeguet ou Seedorf. Voici notre compte-rendu hebdomadaire consacré à ces vedettes américaines.

Note
4 votes
4 votes pour une note moyenne de 5/5
Cliquez sur une étoile pour donner la note


Ronaldinho (Atlético Mineiro)
Ronaldinho (Atlético Mineiro)
Il n'est plus le meilleur, mais rappelle encore par moments quel fut son statut. À la veille d'un Clásico vampirisé par le talent de C.Ronaldo et Messi, Ronaldinho a livré le match de sa saison face à Figueirense (6-0) : trois buts, et deux passes décisives. Sur le plan comptable, la performance signale le All-Star. Sur le plan qualitatif aussi, notamment cette ouverture du score sur une frappe enroulée phénoménale exécutée en sortie de corner. Le gardien ne peut atteindre la parabole dessinée par le maître à jouer de l'Atlético Mineiro, et la balle, à sa retombée, vient embrasser le poteau avant de venir chatouiller les filets. Un chef-d'œuvre, en guise de prélude à une partition magistrale. Aidé par les insuffisances du collectif de Figueirense - avant-dernier du classement - Ronaldinho a fait parler sa grâce. Celle qui fait parfois défaut même aux meilleurs.

Atlético Mineiro – Figueirense (6-0) :

Pour Ronnie et l'Atlético Mineiro, le week-end aurait été parfait sur le plan comptable, si le Botafogo de Seedorf était parvenu à freiner Fluminense, leader de plus en plus incontestable du Brasileiro. Grâce à sa victoire face à ses voisins cariocas (1-0), le Flu conserve six longueurs d'avance sur son dauphin de Belo Horizonte. L'ancien Lyonnais, Fred, s'est encore signalé en inscrivant le seul but de la rencontre, son quatorzième de la saison. Fred partage la tête du classement certifiant les goleadores, en compagnie de Bruno Mineiro de Portuguesa. Une unité derrière se trouve un autre ex de Ligue 1, Luis Fabiano, auteur d'un doublé face à Palmeiras (3-0). Ce succès entretient l'espoir pour São Paulo de revenir sur le Vasco de Gama, locataire de la quatrième place, la dernière qualificative pour la Copa Libertadores. Mais, là encore, un ex Gone semble bien décidé à ne rien lâcher. Dans les dernières minutes d'une rencontre indécise, Juninho a inscrit le seul but d'une rencontre disputée sur la pelouse de l'Atlético-GO. Un plat du pied imparable exécuté en pleine surface.

Fluminense – Botafogo : 1-0 :

Newell's au top, Trezeguet dans le doute

En France, les téléspectateurs qui n'ont vu que la deuxième période d'OM-SPG pouvaient être amers. En Argentine, lors du duel au sommet entre Newell's et Vélez, il fallait être d'une ponctualité helvétique pour ne pas manquer le principal évènement de la rencontre : l'ouverture du score de Maxi Rodríguez dès la première minute. Vingt-cinq secondes, exactement, ont suffi à l'ex milieu de Liverpool pour faire hurler le stade Marcelo Bielsa. Toujours parfaitement dirigée par Gaby Heinze, la défense des Canallas a ensuite fait le reste, pour permettre à Newell's de reléguer son visiteur du jour à cinq longueurs. Après 10 journées, les Rojinegros n'ont toujours pas perdu la moindre rencontre.

But de Maxi Rodríguez :

River va beaucoup mieux. Neuf buts inscrits en deux matchs, et pas un seul encaissé. Dimanche, les Millonarios ont étrillé Godoy Cruz (5-0). Cette embellie pour le géant promu ne concerne toutefois pas David Trezeguet. Absent la semaine dernière, le Français a effectué son retour à la compétition en titulaire, mais est sorti dès la 53e minute, quand River menait 2-0. Après dix journées, son compteur-buts reste désespérément bloqué à une unité, et un départ au terme de la saison est déjà évoqué par le champion du monde 1998 lui-même. Trezeguet avance des arguments d'ordre privé. En instance de divorce, le champion du monde 1998 ne supporterait plus de vivre loin de ses enfants. « J'ai deux enfants en Europe, a-t-il déclaré, et la distance me fait réfléchir. En ce moment, River est ma famille (…), mais au final je sous-pèserai bien les aspects personnels et sportifs, avant de prendre ma décision finale. » De quoi lancer une belle rumeur de retour à Monaco...

River – Godoy Cruz :

Par Thomas Goubin


 








Votre compte sur SOFOOT.com

12 réactions;
Poster un commentaire

  • Message posté par brc le 09/10/2012 à 01:25
      Note : 8  /

    Ronaldinho, c'est le poète perdu dans une société obsédée par la performance. Je ne sais pas pourquoi, mais on est tous devenus des malades de la statistique, alors que la grâce de ce type vaut bien toute la régularité du monde. C'est peut être pas nous d'ailleurs, mais les médias qui ont besoin d'un spectacle assuré à chaque retransmission payée bonbon et d'un story telling concurrentiel permettant de vendre du papier. On fantasme sur l'idée qu'on est entrain de "voir l'histoire se faire" avec les records battus chaque semaine, mais on se retrouve comme des comptables à faire des calculs sur le temps que prendra le prochain record pour tomber. Un peu comme toute la société d'ailleurs, où tout n'est devenu que chiffre abstrait (X% de PIB, X% de variation du taux de chômage, X% de croissance potentielle, X dette, X évolution du CAC40, X "moral des ménages" (lol).) Y'a plus d'humain !

    Ronaldo et Messi auront beau empiler les unes et les titres de gloire au jour d'aujourd'hui, moi je suis sur que ce sera du poète dont on se souviendra dans vingt, cinquante, cent ans. Comme on se souvient des grands auteurs du XIXe et pas des grandes fortunes qui se croyaient alors au centre du monde.

    En tout cas c'est de lui dont je me souviendrai.

    ps: pardon si le parallèle est un peu foireux.

  • Message posté par Wingnut le 09/10/2012 à 01:51
      Note : 3  /

    Putain, Ronnie c'est vraiment gracieux quand il bouge. Et son touché de balle.

    +10 brc si je pouvais.

  • Message posté par marcplanus le 09/10/2012 à 04:46
      Note : - 3 

    Oh la tirade désenchantée!t'es bien gentil mec, mais le foot c'est un sport, qui dit sport dit chiffres, et qui dit chiffres dit statistiques.La "grâce", c'est bonus.

  • Message posté par Inzagoal le 09/10/2012 à 05:35
      Note : 3  /

    De tous les joueurs dont j'ai eu le privilège de voir en vrai dans un stade, Ronnie (et Seedorf) sont les deux qui m'ont le plus impressionnés !
    Tu as raison BRC, bien plus que CR7 ou Kaka' par exemple (j'ai jamais vu Messi en vrai).

  • Message posté par Matt78400 le 09/10/2012 à 06:14
      Note : 2 

    Brc et Inzagoal je vous rejoins totalement. Ronnie et Seedorf en vrai, sa file la chair de poule. Messi un peu moins. Bon par contre en vrai celui qui m'a rendu vraiment fou c'est Riquelme ... ce toucher et cette protection de balle ... miam !

  • Message posté par Frelon le 09/10/2012 à 09:06
      

    Je crois de 2002 à 2006 il est inégalable! une légende ce Ronnie... respect

  • Message posté par tomzikam le 09/10/2012 à 09:39
      Note : 2 

    Ah BRC tu va me faire chialer ! ton com est tellement juste. J'ajouterai juste que l'on est forcément impressionné par les machines CR7 et Messi; mais l'amour, seul un homme, avec ses failles et son génie, peut l'inspirer. Joga Bonito et avec le sourire !

  • Message posté par passionvert le 09/10/2012 à 09:41
      

    Pourquoi les coms sont soulignés ? C'est pas terrible..

  • Message posté par Pimousse le 09/10/2012 à 10:16
      

    Oh la belle boulette ! Newells se sont los leprosos et non los canallas qui est Rosario Central, l'autre club de la ville.

  • Message posté par forza-OM le 09/10/2012 à 15:05
      

    Merci brc pour ce com.

    Ronaldinho, Seedorf, Riquelme, Zidane.. cest cette "race" de joueurs qui ont rendu beau, élégant ce sport, des mecs qui dans leur gestuelle, leur intelligence de jeu en font un art.
    Des joueurs qui te font dire : "putin lui quand il touche le ballon cest pas pareil, cest la classe cest beau"
    Des joueurs en effet trop rare, dans le foot actuel trop physique et trop accès comme le dit brc par la perf.

    bref merci pour ta réflexion !

  • Message posté par LBDT14 le 09/10/2012 à 17:05
      

    Il y en a qui sont morts pour moins que ça à Rosario pour appeler 'Canaya' l'équipe de Ñuls. River va mieux mais l'opposition était quand même un peu faible. Pour Trezeguet ça sent un peu mauvais, le petit u-ru-gua-yo Mora semblant beaucoup plus sanglant que lui ces derniers temps. Le PSG serait sur les traces de Vietto, l'attaquant prodige du Racing (il est vraiment très très bon mais encore très très jeune) et pour mon ami Bostero, une catastrophe la défense de Bosta (je pense que je laisse Schiavi sur place avec un kilo de Martin Fierro dans la panse), c'est bien simple on aurait cru notre défense l'année de notre descente...chaque attaque adverse signifiait danger de but. Enfin environ cent mille supporters Millos dans les rues de BAires hier pour le défilé du plus long drapeau du monde (plus de sept kilomètres)...un peu futile pour les européens mais on aime bien ce genre de chose en Argentine, c'est ce qu'on appelle la passion pour son club.

  • Message posté par zitka le 09/10/2012 à 17:07
      

    Moi a cette liste de l'élégance et/ou de la poésie j'ajouterai Laudrup et Iniesta, vraiment beaux joueurs!


12 réactions :
Poster un commentaire