1. //
  2. // Flamengo

Ronnie dans son élément

Même s'il est originaire de Porto Alegre, Ronaldinho se sent déjà chez lui dans la chaleur de Rio, où il a été présenté hier devant plus de 20 000 supporters de Flamengo en furie.

Modififié
0 7
Patricia Amorim, présidente de Flamengo, voulait le faire défiler dans les rues de la ville sur un bus à impériale, comme le club l'avait déjà fait avec Romario en 1995. Mais Ronaldinho, son kiff, c'est la fête. Il a refusé poliment, préférant être présenté au siège du club avec un concert de ses potes du groupe Revelação. C'est donc au son du pagode (variante populaire de la samba) que le craque a fait sa première apparition sous le maillot rouge et noir. Tout un symbole. On peut être sûr qu'à Rio, il s'illustrera au moins autant un verre à la main sur les dancefloor que balle au pied sur le pré.



Les supporters, eux, n'ont pas l'air de s'inquiéter plus que ça : ils étaient plus de 20 000 à vouloir participer à la fête. Vers 15h, ils ont même réussi à faire céder la porte d'entrée du siège du club pour s'engouffrer dans l'enceinte. D'habitude, le joueur fait son entrée sur la pelouse acclamé par le public en tribune. Mais le vieux stade de Gavea est tellement vétuste qu'hier, il s'est passé exactement le contraire... C'est des tribunes que Ronnie s'est adressé pour le première fois à la torcida rubro-negra massée sur le terrain : « Merci pour votre soutien, j'espère bien être à la hauteur de vos attentes » .



Objectif 2014



C'est bien là la question que tout le monde se pose : au-delà de l'opération marketing, le club carioca a-t-il fait une bonne affaire sur le plan sportif ? En tout cas, le joueur a un beau challenge à relever. Il ne s'en cache pas, s'il a choisi de revenir dans l'équipe la plus médiatique du Brésil, c'est pour tenter de se refaire une place au sein de la Seleção et jouer la Coupe du Monde à domicile en 2014. C'est d'ailleurs plutôt bien parti... Alors que Dunga le snobait depuis plus d'un an, le nouveau coach Mano Menezes l'a titularisé lors du dernier match amical, contre l'Argentine, le 17 novembre dernier à Doha. D'ailleurs, à Flamengo il sera coaché par un certain Vanderlei Luxemburgo, le premier à lui avoir donné sa chance en équipe nationale. Reste qu'en club, il n'aura pas grand-chose à se mettre sous la dent cette saison. A Grêmio, au moins, il aurait pu disputer la Copa Libertadores. Les dirigeants gauchos l'ont d'autant plus mauvaise qu'ils avaient eux aussi préparé une grande fête pour accueillir le retour de l'enfant du pays. Persuadés de conclure le deal vendredi dernier, ils avaient installé une grande scène au siège du club... avant de tout démonter au milieu de l'après-midi.



Alors que Grêmio dispose d'un effectif solide qui a terminé meilleure équipe du second tour du championnat national, Flamengo sort d'une année galère marquée par les scandales extra-sportifs : affaire Bruno (le gardien accusé d'avoir fait assassiner son ex), relations sulfureuses d'Adriano et Wagner Love avec les narcos. D'ailleurs, ce dernier, qui se fait chier comme un rat mort au CSKA Moscou et qui vient se réchauffer dès qu'il le peut à Rio, était lui aussi de la fête hier après-midi. D'ailleurs, Ronaldinho himself aurait fait comprendre lors de la conférence de presse qui a suivi les festivités que son pote pourrait faire son grand retour du côté de Gavea.



Une histoire de gros sous



En attendant, histoire de lui mettre un peu la pression, le club a recruté deux autres numéro 10 : Thiago Neves, ancien héros du grand rival Fluminense parti s'enterrer en Arabie Saoudite et Botinelli, Argentin de 24 ans qui a brillé du côté de l'Universidad Catolica au Chili. Ils pourront d'ailleurs faire leurs preuves dès le début du championnat carioca, qui commence la semaine prochaine. Ronnie ne fera ses grands débuts qu'à partir du mois de février. Eh oui, c'est triste à dire, mais Ronaldinho au Flamengo, c'est avant tout une histoire de gros sous... 80% de son salaire sera payé par le fonds d'investissement Traffic, qui détient les droits d'image de la plupart des stars évoluant au Brésil. Il émargera à 1,3 million de reais (plus de 700 000 euros) par mois et Flamengo a fixé sa clause libératoire à 400 millions de reais (environ 240 millions d'euros !). Un peu chéro pour un joueur qui aura 31 ans au mois de mars.

A voir : les photos de son arrivée à Flamengo

Louis Génot, à Rio de Janeiro

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

La deuxième en partant de la gauche est dégeulasse
Elles sont toutes dégueus, y a qu'a mater les jambons qu'elles se payent en guise de cuisses, ça sent le travelo quand même...
"Ronnie, ne fera ses grands débuts qu'à partir du mois de février, quand le contrat du nouveau sponsor maillot."

J'ai la nette impression que vous.
lol wagneau ! Excellente la photo, Ronnie se sentira comme chez lui
Putain même Roberto Carlos n'a pas d'aussi grosses cuisses.
Elles sont toutes les 4 horribles... Faut arreter avec le mythe des bresiliennes, les plus belles filles sont en argentine...
@ benji : ça va pas la tête ? L'échantillon projeté au dessus n'est en aucun représentatif de la femelle Brésilienne.

La Brésilienne est super boa.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Ready Steady Glasgow !
0 7