1. //
  2. // Top 100
  3. // N°3

Ronaldo, le ventre plein à craquer

Depuis qu'il a dit adieu au physique élancé de sa jeunesse, Ronaldo n'a cessé de faire le yo-yo avec son poids. Il a foulé les terrains proche du quintal, a perdu quelques kilos par-ci, en a repris beaucoup par-là, et a fini au régime dans une émission de télé-réalité. Bref, « Gronaldo » est en guerre contre la balance depuis longtemps.

Modififié
6k 15

Ronaldo le Corinthien

Le jeu de mots est beaucoup trop facile, et même le plus sinistre des personnages aurait pu le trouver. Ronaldo et gros. Eh bien, on n'aura qu'à le surnommer « Gronaldo » . Un bien bel hommage à la richesse de la langue française, mais surtout un pseudo que Ronaldo a bien cherché à force de faire pleurer sa balance. Entre les images de ce jeune Brésilien d'à peine dix-huit ans, svelte et même pas apeuré, qui posait ses valises et 1994 au PSV Eindhoven, et celles du même homme âgé de trente-six ans, dégoulinant de partout et participant à une émission de télé-réalité pour mincir, près de deux décennies ont passé. Et si le monde s'était habitué au surpoids de Ronaldo et le connaissait avec de l'embonpoint depuis bien longtemps, lorsque le 23 septembre 2012 la chaîne de télé brésilienne TV Globo diffuse le premier épisode de Medida Certa - « Mensurations idéales » -, le public a pris conscience de l'étendue des dégâts. Ronaldo n'est retraité que depuis un an et demi, mais au moment où il enlève son T-shirt, c'est le choc. Entre son visage bouffi, ses mentons trop nombreux pour les compter et son ventre de femme enceinte, Il Fenomeno fait peine à voir. La pesée est sans appel, le bestiau accuse un solide 118,4 kilos. Devant leur écran, 20% des téléspectateurs brésiliens se sont pressés pour suivre le régime de leur ancienne idole, une part de marché colossale. Autant de vautours stupéfaits d'assister au point culminant de la lutte que mène Ronaldo depuis toujours contre ses kilos.

Ronaldo a les glandes


Au fil des années, le poids de forme du Brésilien a tellement varié qu'on ne sait plus réellement où le situer. Mais ce qui est sûr, c'est que quand il est arrivé à Eindhoven, Ronaldo pesait 75 kilos pour 1,83 m. Un physique affûté qui lui permet d'enchaîner les accélérations démentielles, et de briser n'importe quel défenseur en un démarrage sec. Deux ans plus tard, il bouge vers Barcelone en s'étant sacrément étoffé musculairement. L'une des raisons de ses blessures à répétition, affirment certains spécialistes, qui rappellent que ses tendons sont restés les mêmes, et ont eu à supporter une puissance nouvelle à laquelle ils n'étaient pas prêts. Mais d'autres médecins sont allés plus loin, en jurant que Ronaldo s'est carrément bousillé le corps à coups de produits dopants. Jean-Pierre Mondenard, médecin du sport français ayant travaillé sur un nombre incalculabe de compétitions et auteur de nombreux ouvrages sur le dopage, lâchait en 2011 : « Ronaldo a sans doute utilisé des produits de type anabolisants pour prendre du poids, puis des hormones thyroïdiennes pour en perdre. Ce sont des produits très répandus dans les salles de gym, qui déstabilisent le système hormonal. Il est donc possible qu'en en prenant trop, Ronaldo ait conduit sa glande thyroïdienne à ne plus stabiliser son poids. » Car la thyroïde était l'argument massue de Ronaldo pour expliquer ses abdos disparus, et il révéla son terrible secret le jour de l'annonce de sa retraite : « À Milan, on a découvert que je souffrais d'hypothyroïdie. » Traduction, ses glandes ne secrètent pas assez de d'hormone servant à brûler les graisses. Tristement, il ajoutait : « Beaucoup de gens doivent regretter de s'être moqués de mon poids. »

Du sumo et des selfies en caleçon


Car ils sont un paquet à s'être déjà moqués publiquement de la brioche du double Ballon d'or. Après la Coupe du monde 2006, dans un entretien à France Football, le mythique Sócrates pilonnait violemment : « Ronaldo ne méritait pas d'être titulaire. Un mec qui se présente à un Mondial en pesant 97 kg... Ce n'est pas une Coupe du monde de sumo. Il était obèse, ce n'était pas un athlète. Lui et Adriano, c'étaient deux arbres plantés en attaque. » Facile, quand on était surnommé O Magrão, « le maigre » . Officiellement, Ronaldo ne pesait que 90kg au Mondial en Allemagne, contre 82 lors de son chef-d'œuvre de 2002. Lors de son retour au Brésil et de ses années aux Corinthians, Ronaldo a à nouveau souffert de basses attaques sur le sujet, et était tombé dans l'autoflagellation. « Aujourd'hui, je suis gros et laid, lâche-t-il au site LNET, Le problème, c'est qu'à la télévision, je fais plus gros. Je n'ai jamais réussi à retrouver une forme idéale ! » Et le lendemain de la défaite traumatisante contre les Colombiens inconnus du Deportes Tolima au deuxième tour de la Copa Libertadores 2011, ce graffiti apparaît sur le centre d'entraînement du club : O Gordo, « le gros » . Dans un pays où près de la moitié de la population est en surpoids, son émission télé avait donc aussi une visée pédagogique. Accessoirement, selon certains médias, elle aurait aussi permis à Ronaldo de se mettre deux millions d'euros dans les fouilles. Lui jurait avoir un objectif noble : « J’ai un match à jouer en fin d’année contre les amis de Zidane pour une association, et il faut que je sois bien préparé pour l’occasion. C’est le grand défi. » Après trois mois d'exercices et de légumes, il affichait un joli 98 kilos, et se permettait des selfies en caleçon dans sa salle de bain. Beaunaldo.

#medidacerta

Une photo publiée par Ronaldo (@ronaldolima) le




Par Alexandre Doskov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Max_Payne Niveau : CFA2
Il manque pas une partie de l'article ?
La fin est vraiment brutale, je m'attendais à lire un autre paragraphe...

Très intéressant l'analyse de Mondenard, un docteur dont j'apprécie les chroniques dans "Sport & vie" (notamment sur le vélo et l'athlé).
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Note : 1
Quand il est arrivé Ronaldo, je l'ai tout de suite trouvé antipathique.

Faut dire que j'avais une sévère dent contre lui. Le môme était d'un autre monde. Une galaxie purement aérodynamique, un corps céleste tout droit sorti d'avant le big bang. Et ce phénomène osait porter le maillot du PSV.

Je l'aimais pas parce que j'ai vite compris que serait lui, le gamin qui allait enterrer Romario. Et Romario, putain, tu lui montres un minimum de respect, même si tu viens de l'époque d'avant sa conception.

Le môme jouait dans les pas de Romario, dans le club de Romario - peut-être même a t-il joué avec la femme de Romario ?... Connaissant l'animal, il est fort possible qu'il ait poussé le zèle jusque là.

C'est à cause de ce petit grief initial que j'ai mis du temps à l'aimer, Ronaldo. Son passage au Barca, puis à l'Inter, me renvoyaient l'image du phénomène aperçu au PSV.

Je considérais ces apparitions comme des mirages, des manifestations hallucinées de la perfection. Aujourd'hui encore je ne comprends pas ce phénomène, car je ne m'explique pas le football de Ronaldo avant son déclin.

Son corps, je sais parfaitement me l'expliquer, et pour ma part, il ne fait aucun doute qu'il soit le fruit d'une grossière tentative de clonage humain opérée par des extraterrestres avides de performance.

Mais le foot dépasse le cadre du corps et de la déontologie pharmaceutique. Cette magnifique pointe de vitesse, alliée à sa maîtrise des petits pas - et la cadence exquise de sa gâchette , tout ça a laissé place, blessure après blessure, à ce qu'il faut bien considérer comme le premier cas de martyr extraterrestre connu (exception faite d'E.T, pour les plus sensibles).

C'est à partir de là que Ronaldo a vraiment commencé à me concerner. Quand le masque d'Adonis est tombé et a révélé le visage qui grimaçait derrière. Et il était admirable, ce visage.

Il ressemblait davantage à Jake LaMotta qu'à Lance Armstrong.

Voir comment Ronaldo s'est agrippé à sa passion lorsque son corps de synthèse l'a lâché, voir comment il a compensé à force de volonté, de simplicité, l'autodestruction programmé de son organisme bourré d'explosifs, ça reste l'une des plus belles épopées auxquelles j'ai eu la chance d'assister.

Et je suis presque sûr que c'était pas un mirage.
Magiciendestenebres Niveau : District
Tout ça ? Ça va bien ?
1 réponse à ce commentaire.
Je_Vous_Aime Niveau : Loisir
Le talent à l'état pur. C'est quand tu vois des joueurs faire des gestes de cour de recré en finale de C3 que tu te rends compte qu'ils sont exceptionnels.
l'unique Gronaldo restera pour moi Jean Claude Darcheville
Ce commentaire a été modifié.
TheGoatKeeper Niveau : National
Note : 1
Exactement ce que j'ai pense.

Parce que lui c'etait son vrai surnom, et il s'en accomodait bien (il me semble). Alors que le Gronaldo du Ronaldo mythique n'est que bassesse, blaspheme envers un demi-dieu ayant foule la terre des hommes.

Ronaldo a peut-etre grossi, il s'est peut-etre blesse, mais Ronaldo ne mourra jamais.

Amen.
Alain Proviste Niveau : Ligue 2
Tout à fait, there is only one Gronaldo : le Darch' !
2 réponses à ce commentaire.
Magiciendestenebres Niveau : District
Le combo passements de jambes/crochet exter droit .. c'était magique .
Je n'ai pas vu Pablo Aimar dans le classement ...
Quelqu'un peut me dire à quelle place il a été placé ?
Ce commentaire a été modifié.
Alain Proviste Niveau : Ligue 2
Pablo Aimar n'y est pas... et ce n'est même pas l'absence la plus notable côté argentin (même si j'ai adoré le joueur à Valence). Je ne citerai qu'un nom (parmi plein d'autres) : Claudio Caniggia.

En tout cas, on ne cesse de le répéter mais ça fait encore plus regretter de ne pas avoir eu de tops Argentine et Brésil séparés. En plus, vu comment chaque article de ce top sud-américain explose les scores et atteint les 150 à 200 coms, ça aurait été tout bénéf' pour So Foot (en terme de nombre de clics) de nous faire trois classements étalés sur plusieurs semaines ! Sans compter trois fois plus de plaisir (et bcp moins de frustration) pour les lecteurs que nous sommes...
Je suis d'accord, je ne connais pas Claudio Caniggia mais effectivement il manque des noms, Kily Gonzalez, Claudio 'Piojo' Lopez ...
Deux top 100 aurait été la meilleure idée.
2 réponses à ce commentaire.
Celmar2sailly Niveau : District
Le grosnaldo. Ha-ha-ha
Il as manger et bu a sa faim ... bravo R9
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
6k 15