En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 1/2 finale retour
  3. // Barcelone/Real Madrid (1-3)
  4. // Les notes

Ronaldo et Varane ont rétréci le Barça

Seul Iniesta, et dans une moindre mesure Alvès voire Alba ont échappé au naufrage. Pour ceux du Real, en revanche, c'est tout bon, sauf pour Higuain et Arbeloa, forcément.

Modififié
FC Barcelone


Pinto (5): Parallèlement à sa carrière de footballeur, José Manuel Pinto compose et produit de la musique hip-hop sous le pseudonyme de Wahin. En 2006, il fonde son propre label discographique, Wahin Makinaciones. On serait mauvaise langue, on dirait qu'accessoirement à sa carrière de footballeur, José Manuel Pinto est le gardien de but du FC Barcelone. On est mauvaise langue.

Pique (3): Quelqu'un a des nouvelles de Piquenbauer ?

Puyol (5): Tout allait bien, enfin par rapport à Piqué, jusqu'à ce dribble de Di Maria. Il a fini en grand écart sur le sol façon pantin désarticulé, les fils coupés. Bientôt les cheveux ?

Busquets (4,5): Théorème énoncé après le match aller : « Quand Sergio s'enrhume, c'est le Barça qui est grippé » . Il faut accepter que l'hiver n'est pas terminé, que le projet Busquets est peut-être humain, après tout.

Alvès (5,5): De l'activité, du mouvement, de l'application, un bon placement. Mais la machine Barça était trop grippée, et ce n'était pas Dani Alvès qui allait la remettre sur les bons rails. Enfin pas ceux-là en tout cas.

Alba (4,5): Un vrai bébé, ce Jordi, à brailler pour tout et rien. Dur dur. Sinon (?), un jeu fait pour être à Barcelone, comme le prouve son but.

Xavi (4,5): Remplacé par Alcantara à la 74e. Et pour la première fois depuis le siècle dernier, remplacer Xavi pouvait éventuellement s'avérer synonyme de mieux. Attention, pour une mécanique comme la Barça, la fin de cycle s'annoncerait par le manque de rayonnement de son centre.

Fabregas (4): Ce n'est pas de l'acharnement mais… Des cinq joueurs offensifs catalans, ce fut le moins convaincant. Son association avec Iniesta, sur le côté gauche, n'a pas fonctionné. Les deux se marchent sur les pieds plus qu'ils ne se complètent. Du coup, aucun n'est vraiment milieu gauche, encore moins ailier, ça ne dédouble pas mais bouchonne. Arsène Wenger likes this.

Pedro (5): A vite pris la mesure de son opposant, Coentrao. Puis plus grand-chose. Brouillon, première victime du manque de rythme de son équipe. Sorti pour Tello.

Iniesta (6): Dès que le Barça a absolument cherché à dominer, c'est-à-dire dès le début du match, c'est sur Andres qu'il s'est appuyé. Dès que le Barça a voulu marquer, c'est-à-dire dès l'ouverture du score du Real, c'est Iniesta qui a pris les choses en pied. Et quand le Barça a enfin scoré, c'est sur une passe de son numéro huit. Reste que s'il est toujours au-dessus de tous (dans la prise d'information et les changements de rythme, c'est pas loin d'être le meilleur), il ne peut pas tout faire, notamment choisir la bonne organisation.

Messi (4): Un match à l'image de son coup franc à la 40e minute. Bien vu, comme de passer en force quoique sous le mur, mais à côté de la cible. Ou comme cette accélération, en début de seconde mi-temps. Assez dingue, que de tracer six joueurs du Real sur quelques dizaines de mètres, pour un ballon finalement perdu.


Real Madrid


Diego Lopez (6): Rien à faire, rien à dire. Rien à foutre ?

Varane (7,5): Costaud, définitivement costaud. Un don pour le duel, une qualité de relance suffisante pour s'extirper du pressing barcelonais et un jeu de tête qui lui a permis d'en recoller un aux Catalans. Quelle tête quand même. Déjà le présent et sans doute le futur de l'EDF dans la raquette.

Ramos (6,5): Si le Real s'est montré serein, la présence de sa tour y est pour beaucoup. Capitaine et capital.

Arbeloa (5): A l'image de son tacle sur Iniesta, il a fait le sale boulot. Reste qu'avec le ballon, ce n'est toujours pas ça.

Coentrao (5,5): Une frappe en plein sur Pinto, certes dans un angle assez fermé. A eu du mal au duel contre Pedro, mais a contribué à la bonne tenue du bloc du Real. Doit peut-être s'y connaître un peu en maçonnerie.

Khedira (7): Si Mourinho avait un maillot, il aimerait jouer comme Sami ; si Khedira entraînait, son équipe ressemblerait au Real de José. Cette ouverture/relance/banane pour Di Mario avait quelque chose de télépathique.

Xabi Alonso (7,5): C'est principalement autour de lui, de son sens du jeu, ses indications et son placement que le Real a pu appliquer son choix de jouer comme le Barça. C'est-à-dire en pressant haut, en s'attelant à repartir d'en bas et à ne pas perdre le ballon en attaque. Enfin dans la mesure du possible, et de Xabi Alonso, davantage habitué à jouer direct. Puis à redescendre et à pirater les lignes de passes autour, bien sûr, de Barbe Rousse.

Özil (7): Îlot de bonheur, coin de paradis perdu que l'on rêve de rejoindre quand le quotidien nous harasse, ou que se ressent un fort besoin de vacances. Exemple : « Partir en séjour Özil » , « Se retirer Özil » . Car Özil, tout y est beau, surtout le football. Avec son remplaçant, Pepe, c'est tout de suite une autre histoire…

Ronaldo (7,5): Un double passement de jambes face à Piqué, donc synonyme de pénalty. Et un face-à-face avec Pinto, donc synonyme de but. Un gros début de match, tout en premier sur le ballon et accélération. Son but a donné le ton du match, avec un Barça obligé de se montrer entreprenant, et un Real à l'affût de tous les contres. Schéma qui permit à Ronaldo de se mettre en valeur, puis de claquer un doublé, en concrétisant le contre de Di Maria.

Di Maria (7,5): Angel a appris à mettre sa vitesse au service du Real. Pour se montrer exemplaire de discipline au marquage de Jordi Alba. Pour partir dans le dos de tout le monde, puis mystifier Puyol et amener le but du break.

Higuain (5): Un pas de trop, qui le met hors-jeu, alors qu'il avait le but du break au bout du pied. Puis un contrôle troué, sur une belle passe de CR Aldo. Ensuite une passe vraiment bien vue, mais pas assez dosée. Enfin, une sortie à la 71e pour Callejon. Sa meilleure action du match.

Par Simon Capelli-Welter
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:35 243€ à gagner avec la Juve & Naples 3
il y a 3 heures Les maillots du PSG floqués en mandarin 10 il y a 8 heures La panenka ratée de Diego Castro en Australie 12 Hier à 23:25 Ligue 1 - 26e journée : Résultats et Classement Hier à 23:23 Suivez SoFoot.com sur Facebook Hier à 21:45 Nîmes, Le Havre et Nancy pleurent, Brest rigole enfin 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur