En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8e de finale retour
  3. // Real Madrid/Celta Vigo (4-0)

Ronaldo accorde une trêve au Real

Grâce à un Cristiano Ronaldo des grands soirs (un triplé et une passe décisive), le Real Madrid composte son ticket pour les quarts de finale de la Copa del Rey. Un succès largement mérité (4-0) qui permet à la Casa Blanca de s'offrir un léger répit.

Modififié
Real Madrid - Celta Vigo : 4-0
Buts : Cristiano Ronaldo (3e, 24e et 87e) et Khedira (89e) pour le Real.

Qu'on l'aime ou qu'on le déteste, Cristiano Ronaldo n'en reste pas moins un sacré joueur ! Réduit à un simple rôle de spectateur ce lundi lors de la remise du Ballon d'or, CR7 a eu ce que l'on appelle une « réaction de champion » . À lui seul – un triplé et une passe décisive pour Khedira – il est venu à bout d'un Celta Vigo qui se voulait trouble-fête. Cette victoire 4-0 permet ainsi aux Madrilènes de combler largement l'écart du match aller (défaite 2-1). Surtout, elle leur permet d'accéder aux quarts de finale de la Copa del Rey, premier trophée glané sous l'ère Mourinho. Un Special One qui peut justement remercier son compatriote portugais : ce large succès conjugué à la titularisation de Casillas lui offre une légère trêve. Jusqu'au prochain déplacement ce samedi à Osasuna…

À défaut de Ballon d'or…

Alors que Miguel Angel Ayza Gamez donne le coup d'envoi de ce huitième de finale retour, le Real Madrid est officiellement éliminé. Un léger frisson qui ne parcourra pas longtemps l'échine madrilène. Car après trois petites minutes d'échauffement et une frappe contrée, Cristiano Ronaldo envoie une ogive dans le petit filet de Sergio. Son ballon, flottant et à mi-hauteur, permet alors, au petit jeu des buts à l'extérieur, de composter provisoirement leur billet pour le tour suivant. Sonnés, les ouailles de Paco Herrera ont du mal à sortir la tête du seau. Il faut attendre le quart d'heure pour les voir respirer et sortir quelques mouvements. Le temps pour le Real de recharger les batteries et de remettre un coup d'accélérateur. Sur une nouvelle ouverture-caviar de Luka Modrić – vraiment bien dans ses pompes en ce mercredi – Cristiano assomme le Celta d'une subtile déviation. À défaut de Ballon d'or, CR7 se consolera avec ce doublé et les chants des intellectuels Ultras Sur – « Messi, tu es un retardé » . Ce doublé aurait même dû se transformer en triplé si l'arbitre assistant n'avait pas vu un hors-jeu imaginaire dix minutes plus tard. Entre un début d'échauffourée et la grave blessure de Hugo Mallo, c'est pourtant sur une triste sensation que se termine ce premier acte…

À la santé d'Iker et Cristiano

Aussi dominateur soit-il, ce Real n'est pas à l'abri d'un retour des Galiciens. Car il ne suffit que d'un petit but des Celtiñas pour remettre les compteurs à égalité sur l'ensemble des deux rencontres. C'est donc sur un rythme faiblard qu'est entamé le second acte. La sortie sur blessure à la pause de Xabi Alonso n'y est pas étrangère puisqu'entre phase offensive et défensive, les Merengues sont coupés en deux. C'est le nouvel entrant Iago Aspas, meilleur joueur du début de saison du Celta, qui s'attache à impulser un nouveau souffle à cette rencontre. Mal servi, ou peu en réussite dans ses choix, ses essais restent vains. Celui de Sergio Ramos fera, lui, mouche. Au duel avec De Lucas, il soigne d'un coup de crampons la poitrine du Galicien. Volontaire ou pas, l'arbitre dégaine un second carton jaune et renvoie Sergio aux vestiaires. Vient alors l'heure de San Iker : par trois fois, il repousse les tentatives du Celta Vigo et se voit gratifier des honneurs d'un Bernabéu tout acquis à sa cause. Encore une fois pas avare en efforts, Cristiano Ronaldo s'offre dans les derniers instants un triplé bien mérité. Avant d'offrir sur un plateau le quatrième et dernier but de la soirée à Khedira. Le Santiago Bernabéu, sous les « Ronaldo, Ronaldo, Ronaldo » , peut s'endormir l'esprit libre.

Par Robin Delorme, au Bernabéu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 1 heure 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 il y a 1 heure Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 2
il y a 3 heures Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 5 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 6 il y a 7 heures Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 15
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 16 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 7 mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4