1. //
  2. //
  3. // PSG-Caen

Ronaldinho-Okocha, la fausse promesse d’un duo d’artistes

Leur talent incommensurable devait mener le PSG à des hauteurs inespérées. Lors de la saison 2001-2002, l’unique qu’ils disputent côte à côte, Ronaldinho et Okocha éveillent les fantasmes les plus démesurés. Mais l’alchimie n’aura finalement jamais lieu entre deux joueurs au talent pourtant inouï. Retour sur un rendez-vous manqué.

Modififié
2k 27
Les yeux rivés, presque écarquillés devant la pièce de théâtre qui se tient devant eux, ils pensent assister aux prémices d’une complicité évidente. Ce 25 août 2001, les 40 756 spectateurs tassés dans le Parc des Princes saluent l’entrée du second artiste. Il est brésilien, prometteur, le visage juvénile, les dents de devant déjà prégnantes, mais encore méconnu du grand public. Peu avant l’heure de jeu, Ronaldinho remplace son compatriote Alex et rejoint sur le pré un autre joyau déjà bien connu au sein de la capitale. Un certain Augustine Okocha. Seulement six minutes après son entrée en scène, la promesse auriverde est sollicitée côté droit sur une transversale de Cristóbal. Ronnie fixe Julien Escudé avant de servir Jay-Jay dans l’axe. Le Nigérian répond à l’instinct en claquant une frappe à ras de terre croisée. Paris vient d’ouvrir la marque contre Rennes et de dessiner les contours d’un futur succès incontestable (3-0). Le début, aussi, du règne de deux phénomènes ?

Youtube

Le Paris Saint-Germain en a fantasmé. Il n’en sera finalement rien. Au gré de multiples circonstances, le mariage tant attendu lors de l’exercice 2001-2002 entre Ronaldinho et Okocha n’a pas eu lieu.
« J’aurais aimé que les deux jouent plus souvent ensemble, ça aurait été spectaculaire. Un duo magnifique. » Luis Fernandez
Une promesse jamais matérialisée qui laisse encore aujourd’hui l’impression palpable d’un réel gâchis. « Comment ne pas vouloir faire jouer ces deux garçons ensemble ? pose en préambule Luis Fernandez, coach parisien à l’époque. J’aurais aimé que les deux jouent plus souvent ensemble, ça aurait été spectaculaire. Un duo magnifique. C’est certain qu’on aurait aimé que ça fonctionne, tous les deux.  » Jérôme Alonzo, ex-partenaire de ceux qu’il juge comme des « génies du ballon » , livre un constat également empreint de frustration : « Le football des deux hommes aurait dû nous amener dans des sphères inimaginables. Mais, finalement, avec le caractère des deux, c’est plutôt logique. Sur le long terme, cela ne pouvait pas faire qu’on explose tout comme on aurait dû le faire. » Pourtant, le potentiel était là. Sauf qu’au final, les deux hommes se sont juste croisés.

Acclimatation et dernière chance


Relater ce rendez-vous manqué entre deux talents hors du commun, c’est d’abord remettre en lumière la trajectoire de chacun. Quand Ronnie débarque à Paris à l’été 2001, l’étiquette de prodige lui colle à la peau. Bercé au Grêmio, le gamin de 21 ans de Porto Alegre, qui s’est fait connaître au pays pour son but sombrero-aile de pigeon-tir limpide contre le Venezuela en Copa América 1999, part en février, mais se retrouve privé de compétition pendant six mois en raison d’un litige entre le PSG et son club formateur. Ce qui ne l’empêche pas de tenir cette promesse : « J’ai assez de joie de vivre pour contaminer tout le monde là-bas.  »
« Il a découvert l’exigence du haut niveau, une nouvelle culture. En décembre-janvier, c’était la première fois de sa vie qu’il voyait de la neige ! » Eric Blondel
À l’aube de l’ouverture de la saison 2001-2002, le PSG représente alors la première expérience européenne de Ronaldinho. Une appréhension d’un nouvel environnement qui a logiquement demandé du temps. « Il a découvert l’exigence du haut niveau, une nouvelle culture, resitue Éric Blondel, préparateur du club de la capitale durant deux ans et demi (2000-2003). En décembre-janvier, c’était la première fois de sa vie qu’il voyait de la neige ! » À l’époque, Luis Fernandez ne disait d’ailleurs pas autre chose devant la presse : « Il a fallu un peu le titiller, lui apprendre des efforts qu’il n’avait pas l’habitude de faire. Il a une nature très tranquille, alors que je l’avais tout de suite prévenu : en Europe, le jeu n’est pas tranquille. Nous avons eu plusieurs discussions à ce sujet, pour qu’il comprenne la nécessité d’être efficace, de participer au jeu. »


Jay-Jay Okocha, lui, connaît bien l’Hexagone. À Paris depuis 1998, il entame une quatrième année qui a tout d’une dernière chance. Parce que son arrivée en grande pompe (100 millions de francs, soit le record français de l’époque) a suscité énormément d’attentes et que celles-ci n’ont pas été comblées. Le Nigérian ne brille qu’à travers des fulgurances pétaradantes, se montrant trop peu décisif (8 buts et 7 assists en L1 depuis sa venue). Hormis une saison 1999-2000 accomplie aux côtés de Pierre Ducrocq dans l’entrejeu parisien, son bilan se révèle famélique.
« Jay-Jay, c’était un artiste. Un magicien. Un joueur qui apportait réellement plus. » Luis Fernandez
Et malgré ce crédit qu’il a en partie épuisé, son coach continue de lui faire confiance et entend encore en faire l’un de ses hommes de base. « Jay-Jay, c’était un artiste. Un magicien. Un joueur qui apportait réellement plus, assure Fernandez aujourd’hui. C’était un garçon que j’aimais beaucoup. Des créateurs comme lui, il n’y en a pas beaucoup. Il était capable de réaliser des actions que peu peuvent faire.  » Le mariage avec son homologue brésilien semble alors sonner comme une évidence.

Un même langage footballistique jamais matérialisé


La même joie de vivre, la même décontraction qui se ressent dans leur style de jeu. Une complicité technique manifeste et ébouriffante dont les deux joueurs font étalage dès les premiers entraînements. Au point de sidérer leurs partenaires.
« Quand j’assistais à une séance technique avec les deux, je voyais des trucs… On s’arrêtait de jouer, nous ! » Jérôme Alonzo
« Le matin, à l’échauffement, on s’envoyait parfois des transversales de trente mètres, pied droit-pied gauche. Mais quand les deux le faisaient, c’était quelque chose… souffle Alonzo, recruté le même été que Ronnie. Quand j’assistais à une séance technique avec les deux, je voyais des trucs… On s’arrêtait de jouer nous ! Luis était aussi très friand de cinq contre cinq à l’époque, de petits jeux. Et là, c’était juste dingue. Puis au-delà de leur technique, ils avaient une puissance physique incroyable, les deux. » Même observation teintée d’émerveillement de la part d’Éric Blondel, spectateur lui aussi privilégié au Camp des Loges : « J’ai le souvenir de deux phénomènes, de deux joueurs extraordinaires. Okocha était un joueur d’une qualité technique hors norme. Ronaldinho, c’était pareil. Il était capable de dribbler un éléphant dans une cabine téléphonique. »

Youtube

Youtube

Ce potentiel fou ne restera cependant qu’au stade de simple promesse. Hormis les prémices entraperçues en début d’exercice contre Rennes, ils peinent à réellement matérialiser leur entente sur le long terme. Les belles combinaisons offertes face à Bastia (1-0, octobre 2001), Troyes (3-1, mars 2002) et Nantes (1-1, avril) ne font figure que de tristes lots de consolation au regard de la qualité technique des deux bonhommes. Ainsi, en 2001-2002, Okocha (27 apparitions toutes compétitions confondues) et Ronaldinho (39) ne démarrent que huit rencontres côte à côte et ne disputent ensemble que 843 minutes au total.


« Sur tous les matchs qu’ils font ensemble, je n’ai pas le souvenir d’un seul où les deux ont été fantastiques en même temps. » Jérôme Alonzo
« Sur tous les matchs qu’ils font ensemble, je n’ai pas le souvenir d’un seul où les deux ont été fantastiques en même temps » , résume notamment Jérôme Alonzo. Quand l’un des deux noms est d’ailleurs cité, c’est essentiellement pour un exploit individuel plutôt que collectif. Et il y en a eu quelques-uns. Pour Jay-Jay, c’étaient des pralines magnifiques claquées face à La Gantoise (7-1, août), l’OL (2-2, octobre) et Metz (0-2, décembre). Ronnie, lui, a brillé sur coup de pied arrêté à Rennes (1-2, décembre) avant de s’illustrer sur des chevauchées contre Troyes et Metz (2-0, avril) qui feront plus tard sa marque de fabrique.

Youtube

Youtube

Symbole d’une saison gâchée


Mais comment expliquer l’échec d’un duo pourtant si prometteur sur le papier ?
« Intrinsèquement, c’étaient deux génies du ballon, mais avec exactement la même propension au laxisme. Donc c’était problématique. » Jérome Alonzo
Pour Alonzo, qui a côtoyé les deux internationaux au quotidien, ce rendez-vous avorté découle avant tout de leur personnalité quelque peu relâchée. « C’est très simple, ça s’explique par la nature profonde des deux hommes, avance l’ex-portier. Intrinsèquement, c’étaient deux génies du ballon, mais avec exactement la même propension au laxisme. Donc c’était problématique. (rires) Je ne pense pas qu’il faille accabler Luis sur ce coup-là. Car quand tu as deux artistes comme ça, faut les laisser s’exprimer et il avait vraiment essayé de faire ça. » Dans différents systèmes utilisés au cours de la saison (4-1-3-2, 3-5-2, 4-5-1 ou 4-3-3), Luis Fernandez a éprouvé des difficultés à correctement articuler son animation offensive.


D’autant que la concurrence était pour le moins exacerbée à l’époque (Aloísio, Alex, Anelka avant son départ en prêt à Liverpool en décembre et arrivée de Jérôme Leroy au mercato hivernal). « C’était compliqué de mettre Okocha, Ronaldinho, Anelka et consorts devant, justifie avec du recul Éric Blondel, désormais administrateur de l’ASSE. Parce que lorsque vous n’avez pas le ballon, qui défend ? C’est nécessaire de trouver un équilibre, de se replacer à la perte du ballon et ça dépend aussi de l’équipe que vous affrontez en face. Vous ne pouvez pas mettre que du talent. » Outre les considérations tactiques, les circonstances n’ont également pas favorisé le développement de ce duo. Comme si le destin s’était acharné à les séparer. Quand Okocha, affecté par le départ de son compatriote Okpara à l’inter-saison, se trouvait sur le flanc en raison d’une blessure au genou droit ou à la CAN pendant un mois avec le Nigeria, Ronnie, lui, se débattait à deux reprises avec une grippe tenace.

Youtube

Youtube

En toile de fond, l’incapacité de la paire brésilo-nigériane à scintiller se veut aussi et surtout le symbole d’une saison frustrante.
« Quand je rentrais chez moi le soir, je me disais : "Mais comment se fait-il qu’on n’est pas premiers avec dix points d’avance dans ce championnat de truffes ?" » Jérome Alonzo
Malgré un groupe au potentiel séduisant (Pochettino, Heinze, Arteta notamment), le PSG boucle la saison à une quatrième place en championnat et sans aucun titre (quarts de finale de Coupe de France, demi-finales de Coupe de la Ligue et 16es en Coupe UEFA). « Quand je rentrais chez moi le soir, je me disais : "Mais comment se fait-il qu’on n’est pas premiers avec dix points d’avance dans ce championnat de truffes ?" Je garde un goût amer de cette saison-là, regrette Alonzo, encore déçu en rembobinant. J’ai l’intime conviction, et tous les gars de l’époque que je recroise aussi, qu’on aurait dû terminer champions avec dix points d’avance. »

Okocha a d’ailleurs confié le même désappointement récemment aux caméras de l’émission J+1, source d’après lui de son départ de Paname à l’été 2002 : « Ne remporter aucun titre, c’était une grande déception.(…)Fernandez avait du mal à nous faire jouer avec Ronaldinho. Malheureusement, j’ai dû quitter le PSG à cause de Fernandez. C’est la première fois que je le dis, il est la raison de mon départ. Il avait beaucoup de mal à nous faire confiance. Il avait sa façon de voir les choses, sa propre philosophie. » Des propos formellement démentis par le principal intéressé, qui a été grandement surpris par cette sortie médiatique. « Je ne lui ai jamais demandé de partir, bien au contraire ! martèle Fernandez. J’ai toujours aimé le garçon. Il faut un peu remettre les choses dans leur contexte et ce qu’il a dit, ce n’est pas la vérité. Pour moi, Jay-Jay était ailleurs cette saison. Il avait d’ailleurs demandé à partir au bout de six mois. » Cette mésentente palpable, toujours. Même près de quatorze ans plus tard. À l’image de ce duo de génies romantiques et si talentueux qui n’est pas parvenu à s’entendre. Comme quoi, même les génies peuvent ne pas se comprendre entre eux.

Par Romain Duchâteau Propos de Luis Fernandez, Jérôme Alonzo et Éric Blondel recueillis par RD
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

milieu de terrain Niveau : DHR
Merci pour la nostalgie sur le papier c etait une super equipe mais beaucoup trop irréguliere en réalité .
Et Luis fernandez a été un gros naze je faisais parti des mec en virage qui demandaientson retour mais c était une mauvaise idée avec le recul .
Quelle attaque on avait!!! anelka laurent robert ronaldinho okocha plus pochetinno heinze dehu arteta edouard cissé en défense du gachis!!!
Donald Trump le biscuit Niveau : District
J'aurais plutôt écrit "les dents de devant ENCORE prégnantes"
LesterFreamon Niveau : District
Cet article prouve à quelle point le Luis n'est pas une lumière encore une fois... Déjà il ne comprend pas ce que Okocha a déclaré à J+1, ou fait semblant de ne pas comprendre. C'est pas parce que tu lui as demandé de partir qu'il s'est barré, c'est parce qu'il pouvait plus te voir en peinture! mon regret ce n'est pas que Okocha soit parti, on avait encore un génie en stock, c'est qu'on ai gardé l'autre Segpa de Fernandez qui préfère faire jouer Alex Nyarko et Romain Rocchi à la place du génie parce qu'il "fait pas assez d'efforts défensifs gna gna gna" C'est le seul idiot au monde qui n'a pas vu quel star ce joueur allait devenir (enfin jusqu'à sa retraite à 27 ans après avoir déjà tout gagné lol)
josip-illicite Niveau : DHR


Sympatoche, patoche !
Le mal du football français résumé en une phrase :

« C’était compliqué de mettre Okocha, Ronaldinho, Anelka et consorts devant, justifie avec du recul Éric Blondel, désormais administrateur de l’ASSE. Parce que lorsque vous n’avez pas le ballon, qui défend ? C’est nécessaire de trouver un équilibre, de se replacer à a perte du ballon et ça dépend aussi de l’équipe que vous affrontez en face. Vous ne pouvez pas mettre que du talent »

Bisou à Laurent Blanc
joker7523 Niveau : CFA
Message posté par milieu de terrain
Merci pour la nostalgie sur le papier c etait une super equipe mais beaucoup trop irréguliere en réalité .
Et Luis fernandez a été un gros naze je faisais parti des mec en virage qui demandaientson retour mais c était une mauvaise idée avec le recul .
Quelle attaque on avait!!! anelka laurent robert ronaldinho okocha plus pochetinno heinze dehu arteta edouard cissé en défense du gachis!!!


C'est clair, surement l'effectif le plus talentueux qu'on ai eu dans les années 2000.

Par contre Laurent Robert est parti au début du mois d'aout cette saison là, si j'ai bon souvenirs il a juste fait le premier match d'ouverture contre Lille au parc (0 0) comme Benarbia aussi. D'ailleurs les deux sont sorti sous les sifflets ^^.
Ronniesheva Niveau : CFA
quel génie et quelle énigme ce okocha... je ne comprends toujours pas comment ça se fait qu'il n'ait pas connu un top club, ou du moins qu'un top club n'ait pas misé sur lui... en le disciplinant un minimum il aurait été monstrueux, un entraineur du top aurait su comment s'en servir... il méritait bien mieux
A l'époque j'avais été surpris que Ronaldinho signe en France, car effectivement on commençait déjà a parlé de lui suite à ses buts et ses actions incroyables en Amsud, je le trouvais trop artiste et trop talentueux pour le D1 Française d'autant qu'on entrait dans une époque où de jeunes promesses étrangères intégraient directement les plus grands clubs européens, en étant titulaire, sans passer par la case prêt à un club de prestige inférieur (Anelka, Saviola).
En tout cas d'emblée j'ai considéré qu'il était le plus grand talent à avoir jamais foulé les pelouses du championnat de France.
Quant à Okocha il a toujours été un formidable intermittent du spectacle, je suis pas sûr qu'il pouvait faire plus qu'il n'a fait.
King in the North Niveau : District
Si j'en crois la pub Nike, Okocha c'est le mec qui a inspiré Matuidi pour son centre au 5ème poteau pour Cavani contre City ? Pas de quoi en faire un génie !
Message posté par aerton
A l'époque j'avais été surpris que Ronaldinho signe en France, car effectivement on commençait déjà a parlé de lui suite à ses buts et ses actions incroyables en Amsud, je le trouvais trop artiste et trop talentueux pour le D1 Française d'autant qu'on entrait dans une époque où de jeunes promesses étrangères intégraient directement les plus grands clubs européens, en étant titulaire, sans passer par la case prêt à un club de prestige inférieur (Anelka, Saviola).
En tout cas d'emblée j'ai considéré qu'il était le plus grand talent à avoir jamais foulé les pelouses du championnat de France.
Quant à Okocha il a toujours été un formidable intermittent du spectacle, je suis pas sûr qu'il pouvait faire plus qu'il n'a fait.


la D1*
gastongaudio Niveau : Loisir
c'est bien beau de taper sur Luis, mais j'ai beau chercher et depuis mardi je trouve que so foot fait preuve d'une étrange mansuétude à l'égard de l'imposteur qui s'est pour la troisième fois consécutive, avec le budget que l'on sait, déchiré (suicidé ?) sur la scène européenne.

l'analyse de 45mn de Didier Roustan sur un média concurrent est sur ce point infaillible.
En tant que supporter de l'OM c'est surement la saison où j'étais le plus jaloux du psg...
Okocha et Ronaldinho , deux joueurs hors normes, même si okocha était plus un mec de "coup".Puis il y avait des mecs comme arteta,heinze ou pochettino c'était pas mal derrière
Nous nos joueurs frissons s'appelaient alfonso, rivera ou andré luiz...
Au final ronnie met autant de buts que fiorèse, sakho ou bakayoko (et mins que frau, bakari, goussé ou moreira) et paris fini 4ème, lyon est champion pour la première fois...Un vrai gâchis, dommage car cela aurait pu changer le foot français, le modèle "joueur frisson" aurait pu devenir à la mode.
Par contre cette saison est celle qui était une des plus fortes au niveau du suspense, avec cette finale à la dernière journée. Pauvres lensois, être premier les 3/4 de la saison pour se faire fumer sur un match!
A l'époque on avait Luis Fernandez... L'homme qui préférait Stéphane Pédron à Ronaldinho... Luis, le plus grand usurpateur de l'Histoire du PSG... Quand on voit l'effectif qu'il avait en 2001/2002, il a même pas été foutu de finir 3ème putain... Je lui en voudrais toujours pour ça bordel... A l'époque on avait Luis avec Ronnie, aujourd'hui on a Javier avec Blanc... Putain d'Histoire qui se répète.
LesterFreamon Niveau : District
@gasrongaudio Oui c'est sûr que d'un côté on ne peut pas évidemment tous lui reprocher à Fernandez, il était en tant qu entraîneur à l'image du joueur qu'il a été. Il cherchait dans ses "jouors", et a dû d'ailleurs trouver en Heinze par exemple (une belle trouvaille au passage), le côté battant et qui ne lâchait rien et exigeait ça de tout son groupe, ce qui est normal tu me diras, mais il aurait aussi fallu qu'il sache aussi donner sa confiance à des joueurs avec d'autres qualités qui pouvaient compenser largement ce manque de grinta et faire un mix des deux. Et ya le contexte aussi, avec son retour demandé par quasi tous les supporters, qui peut expliquer qu'il se soit vu trop beau et n'ait eu aucune ou très peu de remise en question durant les 2-3 ans qu'il est resté. Parce que ça finit très mal avec sa 11eme place en 2003 et aucun titre gagné en 2 ans et demi.

Didier Roustan il est où maintenant, si t'as la vidéo jsuis preneur. Suis pas un grand fan de lui mais il m'est arrivé d'être d'accord avec lui sur certains points
joker7523 Niveau : CFA
Message posté par LesterFreamon
@gasrongaudio Oui c'est sûr que d'un côté on ne peut pas évidemment tous lui reprocher à Fernandez, il était en tant qu entraîneur à l'image du joueur qu'il a été. Il cherchait dans ses "jouors", et a dû d'ailleurs trouver en Heinze par exemple (une belle trouvaille au passage), le côté battant et qui ne lâchait rien et exigeait ça de tout son groupe, ce qui est normal tu me diras, mais il aurait aussi fallu qu'il sache aussi donner sa confiance à des joueurs avec d'autres qualités qui pouvaient compenser largement ce manque de grinta et faire un mix des deux. Et ya le contexte aussi, avec son retour demandé par quasi tous les supporters, qui peut expliquer qu'il se soit vu trop beau et n'ait eu aucune ou très peu de remise en question durant les 2-3 ans qu'il est resté. Parce que ça finit très mal avec sa 11eme place en 2003 et aucun titre gagné en 2 ans et demi.

Didier Roustan il est où maintenant, si t'as la vidéo jsuis preneur. Suis pas un grand fan de lui mais il m'est arrivé d'être d'accord avec lui sur certains points


je devance Gaudio pour ta demande, si tu veux voir la vidéo de roustan, va sur le site du quotidien sportif "numéro 1" dans les ventes et tu vas sur son blog. :)
En tant que spectateur neutre, je me souviens m'être régalé au Parc des Princes dans la tribune Paris en 2001 devant les matchs face à Lens et Lyon.

Contre Lens le 8 Septembre 2001 (je me souviens encore puisque quelques jours après il y aura les événements qu'on sait...), minute de silence pour un supporter du PSG mort en déplacement en coupe d'europe à Brescia, ensuite gros pressing lensois pendant 1h et lob de malade à la 20e minute de Pedron pour Lens à cause d'une erreur entre Letizi et Potillon, puis 2-0 en début de 2e mi-temps sur une récupe astucieuse au milieu et Diouf qui gagne son face à face contre Letizi.
Ronaldinho est entré à la mi-temps à la place de Hugo Leal et jouera avec Okocha jusqu'à la sortie du nigérian à la 60e. Rien de concret malheureusement. Paris reviendra finalement au score grâce à une tête d'Anelka seul au second poteau et 3 minutes plus tard avec Alex d'une reprise avec un rebond bizarre qui atterrit en pleine lucarne.
Je me souviens avoir vu ce jour-là Jean-Pierre Bacri et Gerard Lanvin et je peux vous dire qu'ilne sont pas très grands de taille.


Face à Lyon, Octobre 2001, première demi-heure de folie, Paris enchaine les occases mais ne concrétisent pas et Lyon ouvre le score à la 15e minute sur un coup franc coté droit et une tête plongeante de Frederic Née lobant Letizi qui touche la barre avant de finir dans le petit filet. 20e minute, Aloisio prend le dessus sur Edmilson, il décale Alex coté droit et remet le ballon dans l'axe et BOUM !!!!! Sans contrôle, Okocha te niche le ballon en pleine lucarne de Coupet. C'est dans ces moments-là que l'ambiance du parc à cette époque me manque cruellement. 25e minute, corner coté droit, Juninho dépose le ballon sur la tête de Govou qui arrive à passer au-dessus de la tête d'Arteta au 2e poteau. En seconde mi-temps, Ronaldinho entre à la 70e minute à la place de Cristobal. Il y aura de très belles combinaisons entre lui et Jay-Jay. 80e minute, passe dans la surface de Ronnie dans la surface pour Ogbecehe, il est fauché, c'est le pénalty, transformé par Ronaldinho qui ce soir-là jouait avec une boucle d'oreille, vraiment une autre époque ...
C'est tout simplement le plus beau match de Okocha à Paris, des grigris des volées des frappes lointaines cadrées la vision du jeu tout y passe, malheureusement il se fera expulser en fin de match. Mais un match incroyable 2-2 score final.
joker7523 Niveau : CFA
Message posté par ZizouGabor
En tant que spectateur neutre, je me souviens m'être régalé au Parc des Princes dans la tribune Paris en 2001 devant les matchs face à Lens et Lyon.

Contre Lens le 8 Septembre 2001 (je me souviens encore puisque quelques jours après il y aura les événements qu'on sait...), minute de silence pour un supporter du PSG mort en déplacement en coupe d'europe à Brescia, ensuite gros pressing lensois pendant 1h et lob de malade à la 20e minute de Pedron pour Lens à cause d'une erreur entre Letizi et Potillon, puis 2-0 en début de 2e mi-temps sur une récupe astucieuse au milieu et Diouf qui gagne son face à face contre Letizi.
Ronaldinho est entré à la mi-temps à la place de Hugo Leal et jouera avec Okocha jusqu'à la sortie du nigérian à la 60e. Rien de concret malheureusement. Paris reviendra finalement au score grâce à une tête d'Anelka seul au second poteau et 3 minutes plus tard avec Alex d'une reprise avec un rebond bizarre qui atterrit en pleine lucarne.
Je me souviens avoir vu ce jour-là Jean-Pierre Bacri et Gerard Lanvin et je peux vous dire qu'ilne sont pas très grands de taille.


Face à Lyon, Octobre 2001, première demi-heure de folie, Paris enchaine les occases mais ne concrétisent pas et Lyon ouvre le score à la 15e minute sur un coup franc coté droit et une tête plongeante de Frederic Née lobant Letizi qui touche la barre avant de finir dans le petit filet. 20e minute, Aloisio prend le dessus sur Edmilson, il décale Alex coté droit et remet le ballon dans l'axe et BOUM !!!!! Sans contrôle, Okocha te niche le ballon en pleine lucarne de Coupet. C'est dans ces moments-là que l'ambiance du parc à cette époque me manque cruellement. 25e minute, corner coté droit, Juninho dépose le ballon sur la tête de Govou qui arrive à passer au-dessus de la tête d'Arteta au 2e poteau. En seconde mi-temps, Ronaldinho entre à la 70e minute à la place de Cristobal. Il y aura de très belles combinaisons entre lui et Jay-Jay. 80e minute, passe dans la surface de Ronnie dans la surface pour Ogbecehe, il est fauché, c'est le pénalty, transformé par Ronaldinho qui ce soir-là jouait avec une boucle d'oreille, vraiment une autre époque ...
C'est tout simplement le plus beau match de Okocha à Paris, des grigris des volées des frappes lointaines cadrées la vision du jeu tout y passe, malheureusement il se fera expulser en fin de match. Mais un match incroyable 2-2 score final.


Très belle mémoire, respect! ^^

Contre Lens je me souviens l'avoir écouté à la Radio, j'étais comme un dingue quand Paris à mis ses deux buts en 3 min d'autant que Lens fera une magnifique saison.

Pour le PSG Lyon c'était devant canal pour ma part, un super match, l'égalisation de Jay Jay ( 1 - 1) fût génialissime, une praline en lucarne dont il avait le secret. Je crois aussi que c'est pour ce match ou on sentait que c'était clairement la fin d'Anelka à Paris car il était en tribune à cause d'un énième clash avec Luis.

Puis pour la présence de Lanvin au parc contre Lens, je pense que c'était logique puisque il devait être en même temps sur le tournage de 3 zéros, d'ailleurs durant le film on y voit un extrait du Psg Lens justement! :)
LesterFreamon Niveau : District
@joker7523 merci! :) t'es cool
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
2k 27